BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTube

Zeppelin Star

Web série SF steampunk délirante. Tournée et montée, manque les combats spatiaux !

À propos du projet

Thierry, un pov' type, se retrouve propulsé dans une dimension parallèle. Ayant pris la place du capitaine d'un petit vaisseau de contrebande de classe Zeppelin Star, il va devoir prouver sa valeur à l'équipage et les aider à échapper à un ennemi qui les traque sans relâche.

 

Zeppelin star, c'est une aventure SF steampunk dans un vaisseau spatial où se mêlent humour et action grâce à la présence des plus grands héros de l'imaginaire fictionnel contemporain. Après avoir tourné et monté l'intégralité de la saison 1 grâce à une trentaine de bénévoles et toutes nos économies, nous avons besoin de vous pour la phase des effets spéciaux : les extérieurs vaisseaux seront entièrement tournés en maquette et incrustés en 3D.

 

Les auteurs-réalisateurs vous présentent le projet :

Le vaisseau dispose d'une technologie qui lui permet de faire des bonds dans l'espace en changeant pour un très court instant de dimension. Ce qui n’était pas prévu par le scientifique du bord, c'est qu'à chaque saut un des membres de l'équipage va être remplacé par son double de la dimension empruntée, et ce jusqu'au prochain saut. Grâce à ce principe, la série sera l'occasion de vivre de nombreuses péripéties et de multiplier les références chères à l'imaginaire fictionnel contemporain. Le tout sous le signe d'un humour cru et trash, du décalage et de l'action. A ce principe de départ qui garantit une grande richesse à chaque épisode, vient s'ajouter une trame de fond sur l'ensemble de chaque saison, basée sur un univers développé très complet et distillé au fur et à mesure.

La série se déroule principalement en huis clos dans le vaisseau : Le tournage, réalisé dans un décor de 12 mètres de long, a réuni sept comédiens et une trentaine de techniciens pendant 13 jours .

 

 

Qui dit web-série ne dit pas forcément amateurisme, tant dans le choix des comédiens que dans la direction d'acteur. Ainsi pour Zeppelin Star nous n'avons fait appel qu'à des professionnels venant de la scène, de la télévision et du cinéma. Des comédiens tous excellents, certains avec qui nous avions déjà collaboré à multiples reprises, d'autres que nous dirigions pour la première fois mais qui ont immédiatement trouvé leur place dans la série et notre univers.

Julie Victor/Kara :

Comédienne, chanteuse et auteur, Julie cumule les expériences sur scène (théâtre, deux woman show, comédies musicales) à la télévision (rôle récurrent dans Boulevard du palais) et au cinéma (Sur quel pied danser, 2015). C'est la quatrième collaboration des Julie avec les Frères Gombert. Ses qualités de jeu, mais aussi son tempérament fort, font d'elle la parfaite Kara.

Orpheline et ancienne pirate sauvée par le commandant T Bone, elle est la pilote du Zeppelin Star. Un personnage très « couillu » à la gachette facile et à la réplique cinglante, elle est souvent expéditive dans ces décisions. Un penchant qui trouve un soutien en la personne de Serge, le gros bras de la bande et son meilleur ami, mais qui est contrebalancé par Carlo, le scientifique du bord.

Une version assez proche de ce personnage avait été testé lors d'un précédent court-métrage des frères Gombert, Fucking Humans

 

Gaël Giraudeau/ Dolph Acid Meïster :

Si Gaël aime particulièrement faire partager ses talents de comédien au théâtre, (il interprète actuellement François 1er dans La Louve au théâtre la Bruyère), il a joué aussi bien à la télévision (Le sang de la vigne, Une famille formidable) qu'au cinéma (M. et Mme. Adelman, Orages d'été). Passionné et disposant d'une palette de jeu impressionnante, il a collaboré de nombreuses fois avec les frères Gombert, allant même jusqu'à leur confier la réalisation du premier court métrage dont il est l'auteur, Frénétique.

Gaël interprète le commandant Dolph Acid Meister, le « boss » méchant de la saison 1. A la tête d'un croiseur de guerre de la flotte ennemi, les Elypsis, il est chargé de faire prisonnier le Zeppelin Star et son équipage. Psychopathe instable, Acid fait pourtant tout pour les détruire. Ses pétages de plomb spectaculaires, du fait notamment de l' incompétence de son équipage, le rendent particulièrement dangereux mais surtout très drôle !

 

Alexis Loizon/ Serge :

Alexis fait 1,84 mètres et 80 kilos, 80 kilos tout en muscle. Un physique impressionnant qui le rend parfait pour l'interprétation de Serge, et qui cache des qualités de jeu indispensable pour le personnage. Comédien, danseur et chanteur, Alexis a d'abord brûlé les planches en jouant des pièces de thêatre, puis très vite en enchaînant les premiers rôles dans les comédies musicales à succès (La belle et la bête, Aladin, Romeo et Juliette). Alexis a aussi plusieurs expériences devant la caméra, à la télévision comme au cinéma. Il tient d'ailleurs le rôle de Stanley dans la prochaine grosse production Disney Beauty and the beast (mars 25017) aux côtés d'Emma Watson, Ian McKellen... Grand fan de fiction de genre, de fantastique et de science-fiction, Alexis partage de nombreuses références communes avec les frères Gombert.

Son physique et sa finesse de jeu sont idéals pour rendre la complexité du personnage de Serge.

Lieutenant historique du commandant T Bone, qui l'a quasiment élevé et avec qui il a partagé ses plus grandes batailles, ce militaire passionné de combat et d'arme cache de nombreuses fêlures qui en font quelqu'un de beaucoup plus subtil qu'il n'y paraît au premier abord.

 

Alex Martin/ Le fumier :

S'il n'a physiquement pas la carrure la plus impressionnante du Zeppelin Star, Alex est pourtant sans conteste le plus rompu aux scènes d'action. Danseur, comédien, cascadeur et chorégraphe de combat, Alex a participé à de nombreuses productions internationales telles que Jason Bourne 5, Spectre (James Bond), Fast and Furious 6, mais aussi françaises (De rouille et d'os, Césaire le prix de la liberté). Son rôle du Fumier dans Zeppelin Star, personnage tout sauf athlétique, lui permet d'exprimer à fond ses qualités de jeu et de faire découvrir une immense dextérité dans les mots.

Le fumier (de son vrai nom Jean K Camus) est lui aussi un personnage complexe :fait prisonnier par l'équipage du Zeppelin Star juste avant le début de la première saison, c'est un scientifique de l'armée Elypsis, les poursuivants de nos héros. Bien qu'extrèmement intelligent, le Fumier est un raté, ce qui le pousse à la mythomanie. De même il est prêt à toutes la alliances et toutes les trahisons pour venir en aide à la seule personne qui a de l'importance à ses yeux : lui-même.

 

Corentin Mazo/Thierry/T Bone :

Corentin a à son actif quelques publicités et trois comédies musicales, dont le premier rôle dans Dirty Dancing. Difficile d'imaginer au premier abord Corentin, au physique impressionnant et à la puissance de travail phénoménale, dans le rôle de Thierry. Thierry est en effet un looser complet. C'est pourtant le rôle qui a sans doute la plus forte capacité d'évolution. Thierry, venant de notre planète, va devoir apprendre à se battre, piloter un vaisseau... Surtout, c'est le double du fameux commandant T Bone, qui, s'il n’apparaît pas en tant que tel dans la saison 1, est une légende dans l'univers du Zeppelin Star.

 

Dan Menasche/ Carlo :

Acteur, scénariste et chanteur, Dan a pour l'instant particulièrement utilisé ses nombreux talents dans les comédies musicales. Il a participé à pas moins de 16 d'entre elles depuis ses débuts ! Il est aussi l'auteur et l'un des deux comédiens de la web série hebdomadaire La vidéo du dimanche En tant que comédien il dégage un charisme et une puissance comique impressionnantes, ce qui a magnifié le rôle qui lui est dévolu dans Zeppelin Star, celui de Carlo.

Carlo est le scientifique à bord du Zeppelin Star. C'est lui qui a crée la machine qui permet au vaisseau de faire des sauts interdimensionnels. Un génie qui a peur de la violence, drogué et déséquilibré, mais indispensable car il solutionne de nombreux problèmes.

 

 

Le réceptionniste :

Dernier personnage qui intervient moins dans la série, mais dont le potentiel comique e ts pour nous évident, le réceptionniste de Dolph Acid Meïster. Personnage ultra procédurier, caricature d'un grouillot de l'administration de l'univers de Brazil, c'est lui le responsable de nombreux pétages de plomb de Dolph Acid Meïster. Les quelques séquences avec ce personnages n'ont pas encore été tournées (sur fond vert, moins d'une demi-journée). Nous prospectons actuellement dans notre cercle de connaissance avec dans l'idée d'attribuer ce rôle à un/une « guest ».

 

Notres univers et donc nos références sont nombreuses, très nombreuses. Fans de Fantasy au sens large, comprenant la SF, le fantastique, l'Heroic fantasy... Fans aussi d'humour à la Edgar Wright. Pour Zeppelin Star plus précisemment, la référence immédiate est Kaamelott  pour la gestion du rythme, le conflit permanent est le moteur de toute chose. Et dans une moindre mesure  le Visiteur du futur (notamment pour certains principes de réalisation image). Mais en beaucoup plus trash. Et bien sûr Battlestar Galactica pour les batailles spatiales (si on s'en approche de 10 000 parsecs on sera super content), cette série restant la préférée des frères Gombert.

Visuellement parlant, ZS est un mélange de SF et de steampunk. La grande majorité des plans ont été filmés dans le vaisseau, un vaisseau spatial qui emprunte sans doute plus à 20 000 lieues sous les mers qu’à Star Trek. Un choix légitimé par ce côté steampunk (ni le pétrole ni l'énergie nucléaire n’existent dans cet univers) qui a l'avantage à nos yeux de casser l'image lisse, nette et propre trop souvent associée à la science-fiction. De plus, qui dit steampunk dit des machines qu'il faut réparer à la main, avec son lot de sueur, d'huile et de vapeur. Pour ce tournage, notre équipe de décorateurs, des professionnels travaillant pour la télévision et le cinéma et passionnés d'imaginaire (ce sont eux qui ont conçu et réalisé le décor de l'étage SF du Dernier bar avant la fin du monde), a passé 3 semaines à construire un intérieur de 12 mètres de long.

A l'avant, le cockpit, ses machines et sa grande baie vitrée (pour l'instant en fond vert bien sur).

A l'arrière, la salle de vie qui accueille la table où sont pris les repas, mais aussi une cellule où se trouve le fumier la plupart du temps (les énormes pales de la ventilation qui se trouvent au fond de cette prison la rendent particulièrement inconfortable).

Bois et cuivre, le vaisseau hérite d’un parti pris visuel fort. Pour ajouter à la puissance du décor, un soin particulier a été apporté aux accessoires et costumes. Ces éléments steampunk indispensables ont été pour la plupart fournis par , Futuravapeur référence dans le domaine steampunk à un niveau européen.

Si le décor dispose à l'intérieur d'une personnalité tranchée, le vaisseau sera est encore plus impressionnant vu de l’extérieur  : le ZS épouse la forme d'un dirigeable, un parti pris décalé pour un vaisseau spatiale qui là encore est légitimé par l'histoire.

Les ennemis poursuivant sont eux dans un univers graphique très éloigné, tout est très épuré, neutre.

 

Zeppelin star se veut une web série grand public placée sous le signe de l’humour, de l’action et des références qui parlent à un grand nombre d’entre nous. Si le public visé en priorité nous ressemble, amateur d’imaginaire sous toutes ses formes (jeux vidéo, cinéma et séries, littérature…) et volontiers geek, ZS s’adresse à (presque) tous : derrière l’humour et les clins d’œil, il y a une volonté de faire découvrir un univers très travaillé et de faire partager les aventures de personnages qui sont bien plus que des faire-valoir, des réceptacles ne servant qu’à accueillir leur double pour quelques blagues. Seul élément qui est pour nous incontournable : nos personnages s'expriment comme nous, d'une manière très crue.

Chaque personnage qui compose l’équipage du ZS, mais aussi les quelques ennemis que nous apercevrons par écran interposé, a une histoire propre très développée. C’est cette histoire personnelle qui conditionne le caractère et les réactions de chacun. Une psychologie des personnages qui servira de base à des multiples conflits qui feront le sel de la série, tant sur le court que sur le long terme. 

À ces traits psychologiques marqués s’ajoutent des éléments plus légers qui soutiennent encore les ressorts comiques. Par exemple, Kara est narcoleptique et peut s’endormirn'importe quand, mais particulièrement dans les moments de tension.


Le personnage principal, c’est Thierry. Thierry est notre portail sur l’univers ZS. Issu de notre monde à notre époque, sur la fin d’une vingtaine passée à jouer et à ne se prendre en main que via le clavier de son PC et les personnages qu’il incarne dans les jeux vidéos, il regroupe nombre de traits, mais aussi de références et de réflexes, que l’on peut retrouver chez beaucoup d’entre nous. Son inexpérience de la vie en général et sa méconnaissance de l’univers dans lequel il se trouve plongé sont autant d’éléments qui nous permettront de mieux appréhender le monde de ZS à travers ses yeux. Cela permet aussi une grande évolution du personnage, un personnage fort en gueule mais qui devra prouver sa valeur à travers ses actes et ses décisions, tant à son équipage qu’aux spectateurs. C’est enfin un énième ressort comique qui servira de base à de nombreux quiproquos.

Reste le principe de remplacement d’un personnage par son double dimensionnel. Un principe qui sert à faire plaisir à nous et au spectateur : retrouver les personnages les plus célèbres de l’imaginaire collectif, c’est la possibilité d’emprunter un morceau d’univers fictionnel en poussant la logique jusqu’au bout, mais toujours en décalage.

 

En terme de réalisation image, le tournage a été réalisé principalement à deux caméras, sur le principe de la sitcom : nous ne filmons qu'un côté du vaisseau. Un choix qui correspond à des contraintes de production, afin de minimiser le temps de tournage, mais aussi et surtout sur le choix de privilégier au maximum le jeu des acteurs : cette configuration nous a permis de laisser se dérouler les séquences en limitant le découpage afin que les comédiens puissent être plus naturels et rentrent mieux dans la peau de leur personnage.

Les images font la part belle aux mouvement nerveux et caméra portée, qui correspond tant à l'univers qu'au rythme que nous avons souhaiter apporter à ZS. Ce qui correspond complètement à notre volonté depuis le départ : faire une série basée principalement sur le rythme, sans temps morts ou alors totalement voulus. Enfin, chaque intervention d'un double nous permet d'explorer pendant quelques plans les codes propres à son univers cinématographique.

 

Imaginer une web série de SF, qui plus est se déroulant presque intégralement dans des vaisseaux et dans l'espace, peut paraître très -trop- ambitieux au niveau budgétaire. Concernant Zs, il n'en est rien, tout a été pensé pour correspondre à une économie de moyens.

Zs est principalement un huis-clos se déroulant dans un même décor, l'intérieur du Zs. Ce décor a représenté 80% de notre budget de 15 000 euros. Il a fallu 13 jours pour tourner toutes les scènes intérieur du vaisseau.

Si une vingtaine de techniciens et sept comédiens ont participé au tournage, cette collaboration s'est faite sur le principe du bénévolat, soit pour l'amour de la fiction, soit pour celle de l'univers de ZS, généralement les deux.


 

Nous disposons en outre de tout le matériel nécessaire, ce qui nous a permis d'être indépendant au niveau du tournage, mais aussi du montage, de l'étalonnage et des sfx. Notre grande expérience en 2d/3d nous permet d'envisager la réalisation des incrustations des maps des plans extérieurs nécessaires en toute sérénité, tant au niveau timing que financier (Exemple de réalisation) .

Concernant la post production, il ne s'agit pas de bombarder des plans extérieurs réalisés en 3d dans tous les sens mais bien d'être réaliste : en tout une soixantaine de plans seront nécessaires. Afin d'avoir un meilleur rendu, mais aussi de partager les tâches et de ne pas faire reposer sur l'équipe 3D tout le travail sur les plans extérieurs, nous avons décidé de réaliser des maquettes qui seront ensuite incrustés en 3D.

Pour la première saison, nous sommes sur 7 épisodes de 8 à 12 minutes. Nous disposons en outre de beaucoup de matière pour faire des épisodes making of, qui sont déjà montés.

 

Notre première saison est tournée intégralement à l'exception des séquences avec le standardiste (tournage sur fond vert, moins d'une journée lumière comprise). Elle est aussi montée. Nous sommes actuellement en train de travailler sur les plans extérieurs : découpage en 65 plans et tournage d'une maquette avant d'attaquer la construction des modèles réduits. Nous sommes aussi en train de contacter les différents groupes de musique avec qui nous souhaiterions travailler. Nous sommes honorés d'avoir l'accord verbal du groupe Celkilt pour utilliser leur musique. Nous prévoyions une sortie premier trimestre 2017.

 

Franck et Charles Edouard Gombert sont frères, et unis par la même passion : l'imaginaire, tant au cinéma que dans les jeux vidéos, la littérature... Emissions de TV, docs, instit, pub, les frères Gombert ont surtout réalisés 7 courts métrages.

A eux deux, ils forment une entité aux éléments parfaitement complémentaires : s'ils écrivent ensemble, Franck se consacre principalement à la mise en image, alors que Charles-Edouard se concentre sur la direction des acteurs.

A quoi va servir le financement ?

Notre première saison est tournée intégralement à l'exception des séquences avec le standardiste (tournage sur fond vert, moins d'une journée lumière comprise). elle est aussi montée. Reste tous les effets spéciaux : remplacer les fonds verts à l'intérieur du vaisseau (au niveau du cockpit, des hublots) mais surtout réaliser tous les plans extérieurs : l’espace, les vaisseaux mais surtout les combats spatiaux. Afin d'avoir un meilleur rendu, mais aussi de partager les tâches et de ne pas faire reposer sur l'équipe 3d tout le travail sur les plans extérieurs, nous avons décidé de réaliser des maquettes qui seront ensuite incrustés en 3d.

Un gros taf qui nécessite :

- Des outils et de la matière première pour la construction des maquettes :on estime à environ 1000 euros, sachant que pour bien pouvoir filmer les détails il faut faire de la grosse maquette.

- De la machinerie pour le tournage : des sliders robotisés, on compte 724 euros.

- Le mix : c'est un peu le bazar, il y a eu sept ingés sons différents, donc on risque d'avoir besoin d'une journée en salle de mix pro, 720 euros.

- Les rewards (300 euros) et le % pour Ulule (256 euros).

D'où le total de 3000 euros.

Si nous explosons cette somme, tout ce qui dépassera sera investit dans la saison 2.

 

 

 

À propos du porteur de projet

https://www.youtube.com/channel/UCL6_x1_VSE8FBZDQ4W8WjAQ

FAQ

Si vous avez encore des questions, n'hésitez pas à contacter le porteur du projet.

Poser une question Signaler ce projet