BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

Zef, le violon électrique

Qui a dit que le violon électrique n'avait pas d'âme ?

À propos du projet

🎼 Notre campagne s'adresse aux musiciens et aux mélomanes, professionnels ou amateurs, qui souhaitent élargir leur possibilités de jeu de violon, tout en soutenant un projet innovant, un savoir-faire artisanal et une fabrication MADE IN FRANCE.  🇫🇷 

 

Le Zef est né de notre souhait (Aurélien Bertrand, altiste et ingénieur de son et Bodo Vosshenrich, maître luthier) de créer un violon électrique qui VIBRE, mais qui ne SONNE pas. Partant de zéro, nous avons travaillé pendant 3 ans pour réaliser un instrument totalement innovant : capable de restituer des vibrations d’une caisse de violon, les capter avec des pick-ups très sensibles pour restituer un vrai son d'instrument acoustique, et sans Larsen.

Mission accomplie ! Le Zef a un son riche, chaud, vivant, naturel. Après de nombreux tests, il est désormais prêt pour être mis sur le marché. Le tout Made in France ! 🇫🇷 

 

Parce que lorsqu'on joue d'un instrument à cordes frottées, ou que l'on joue amplifié, alors on a le choix entre un son correct sans effets, mais avec Larsen, et un son pas terrible, des effets, mais pas de Larsen.

C'est un fait : le violon électrique n’a pas d’âme. Normal, comment rentrer une âme dans une caisse pleine ?

C’est donc pour remettre de l’âme dans le violon électrique que nous avons développé le Zef, et que nous lui avons donc intégré une caisse de résonance. Une caisse de résonnance qui vibre, mais qui ne sonne pas.

Le Zef est un instrument aux dimensions, au poids, et surtout au « feeling » d’un instrument acoustique, qui vibre, qui communique avec son musicien. Avec un vrai chevalet, une barre d’harmonie - et une âme. Du coup, il peut être réglé par un luthier pour coller au plus juste des attentes du musicien. Chacun son style, chacun son son ! 

 

 

Le son des effets se trouve également changé par rapport aux instruments solid-body. Les effets deviennent plus chauds, plus riches. Là où les solid-body sont limités dans leur registre d’expression, c’est tout un éventail de sonorités et de genres qui s’offre au musicien du Zef : Blues, Rock, Funk, Electro, Hip-Hop, Metal, mais aussi Trad, Contemporain, Old Time etc…Le violon électrique n’est plus ainsi qu’une pâle copie de guitare électrique que l’on jouerait coincée sous le menton, c’est autre chose. Des sons nouveaux.

La caisse rend également possible toute une panoplie d’effets percussifs impossibles à obtenir à partir d’un solid-body.

Et quand on en a plein les oreilles (les voisins, les parents, ou les enfants…), on peut tout simplement le débrancher pour s’en servir d’instrument d’étude muet, en jouant avec un casque… jusqu’au prochain concert au bar du coin, à la salle municipale, à l’Olympia...

 

Le problème (reconnu) des instruments solid-body est qu'au final, n'est amplifié que le seul son de la corde qui vibre. Et les cordes frottées vibrent en "dents de scie", une vibration très riche en harmoniques, mais qui ne sonne ni naturelle ni agréable si elle n'est pas partiellement filtrée, partiellement amplifiée par une caisse de résonance.

Depuis de nombreuses années, les instruments solid-body que l'on trouve sur le marché n'ont pas de corps de résonance et ne peuvent donc être mis en vibration que par leur propre fréquence leur revenant depuis le haut-parleur.

On a donc deux choix : soit on s'amplifie et les électro-acoustiques nous limitent du fait de l’effet larsen, et alors le son des violons (et autres) électriques tient plus du moustique que du violon acoustique. Soit on fait le choix de ne pas s’amplifier et on perd alors tout l’intérêt des musiques actuelles, c’est à dire l’exploration de sonorités dérivées de l’instrument, grâce aux pédales d’effets et traitements divers, sans oublier le kiff de jouer à 110dB et de se prendre pour un guitar hero !

Le principe de base qui fait que le Zef fonctionne, est une vielle histoire en acoustique. Pour schématiser: un émetteur sonore qui est plus petit que la longueur d’onde qu’il est sensé émettre, n’émet rien ou presque. De même, un récepteur de trop petite taille ne pourra capter que des fréquences très élevées. Aurélien a alors eu l’idée, de créer une surface constituée de trop petits récepteurs sonores pour capter quoi que ce soit dans le domaine audio. Cette surface (de la tôle perforée), constitue alors la caisse de nos violons et ne perçoit que très peu les haut-parleurs de retour, de même qu’elle émet très peu de son. On empêche ainsi la caisse, malgré la présence de capteurs de contact sur sa surface, de générer des larsens.

Une caisse de résonance de violon, en aluminium, avec voûtes, ouïes, barre d’harmonie et âme, possédant des propriétés vibratoires légèrement différentes du bois, qui est excitée de la même manière qu’un violon, c’est à dire par des cordes frottées par un archet, va se mettre à vibrer de façon très similaire à celle d’une caisse de résonance en bois. Elle vibre, mais elle n’émet pas de son. De la même manière, elle n’est pas non plus excitée par les ondes sonores lui revenant des haut-parleurs. Ses modes vibratoires « mécaniques » par contre, peuvent être captés électriquement et amplifiés, pour les retransformer en son.

 

Le matériau retenu pour la construction du Zef est l'aluminium, car on peut le perforer sans créer des faiblesses structurelles comme ça se passerait avec le bois par exemple. La fibre de carbone semblait intéressante, mais fût écartée justement pour une trop grande difficulté de la perforer.

Dans un premier temps, nous avons envisagé un thermo-formage de l'aluminium avec un moule positif et un moule négatif, fabriqués en béton réfractaire. Finalement, nous avons choisi de travailler l'aluminium à froid. Nous avons donc fabriqué des moules suraccentuées en bois, qui nous permettent de mouler nos tables d'aluminium sans recours à la chaleur.

Zefoloncelle

Le premier prototype n'avait qu'une table, monté sur des éclisses rigides, et pas de fond. L'idée était que les capteurs ne seraient de toute façon placés que sur la table, donc pas besoin d'avoir un fond. Ce premier prototype avait déjà un son très prometteur, bien plus agréable à l'oreille que le son des violons électriques solid-body.

D'autres développements ont finalement fait apparaitre fond et éclisses. Le deuxième prototype avait un fond en forme de croix pour rigidifer l'ensemble et pour pouvoir poser une âme - élément essentiel dans la lutherie classique - et dont nous souhaitions conserver le fonctionnement vibratoire. Sur le troisième protoype, nous avons muni la croix d'une voûte.

Remarquant que plus nous nous approchions d'une vraie forme de violon, plus le résultat était probant, nous avons décidé de fabriquer un vrai fond, donnant au Zef un aspect de vrai violon en aluminium perforé.

Pour rester toujours dans l'optique de nous approcher de la lutherie classique, nous avons expérimenté avec succès un dégradé des diamètres de trous, pour reproduire le dégradé de poids et d'épaisseur typique des fonds de violon en bois.

Une des dernières étapes de prototypage concerne la réduction de longueur de la caisse de résoncance. En effet, l’aluminium portait systématiquement la tessiture de nos caisses de résonnance trop loin dans les basses par rapport à celle de l’instrument classique. Les suraigus étaient alors trop faibles par rapport aux cordes graves.

 

La version aboutie du Zef est le fruit d'un travail de plus de deux ans.

 

Cette campagne va nous permettre de proposer les premiers exemplaires de nos violons en pré-vente, ainsi que des objets de notre fabrication, en lien avec l'univers du violon et de la musique.

Le développement du Zef dans ses versions violon, alto et violoncelle est désormais bouclé. Manque la contrebasse, qui présente un nouveau défi. En plus d’un son propre, équilibré, naturel et résistant aux larsens, les contrebassistes électrifiés -particulièrement, mais en fait, tous les contrebassistes - sont à la recherche désespérée de deux choses: poids et volume diminués de leur instrument imposant et encombrant.

Nous ne pouvons donc pas seulement nous contenter d’agrandir la version violoncelle pour nous retrouver avec une énorme boite perforée en aluminium de 2,5 mm d’épaisseur, car cela ne résoudrait en rien ces deux problèmes qui hantent les cauchemars des contrebassistes. Il va falloir étudier d’autres dimensions, d’autres matériaux avec d’autres propriétés vibratoires, éventuellement le cuivre, mais plus probablement l’acier, qui seraient plus complexes à perforer et déformer que l’aluminium. Pour être sûr du résultat, il va falloir faire probablement plusieurs prototypes, avec achat de matériel et sous-traitance de perforation et embossage (déformation de la tôle pour former les voûtes) à des entreprises équipées de presses et fraiseuse plus performantes que ce que nous avons sous la main. Et pour financer tout cela, nous avons besoin de votre aide !

Car, même si vous n’êtes pas contrebassiste vous-même: Ne seriez-vous pas heureux d’avoir un contrebassiste comblé, avec un bon son et sans problèmes d’amplification, dans votre groupe ? Ou dans votre groupe préféré ?

 

 

 

Le Zef est le fruit de la collaboration de deux passionnés de violon : Aurélien Bertrand (violoniste) et Bodo Vosshenrich (luthier).

" Nous nous sommes rencontrés en 2013 quand Aurélien m'a contacté pour me commander un Neolin (violon de ma création). En 2015, Aurélien est revenu vers moi avec un POC (proof of concept), un "instrument" très rudimentaire composé d'une table d'harmonie en tôle d'aluminium perforée, d'un manche, et de quelques cordes. Il s'agissait en fait du premier prototype du Zef et Aurélien avait pour projet de créer un violon électrique insensible au Larsen et aux sur-résonances désagréables sortant d'un haut parleur. L'innovation venait du fait de travailler avec une table de résonance perforée, permettant aux ondes sonores revenant du haut parleur de "passer à travers", pour schématiser. En même temps, les vibrations mécaniques d'une telle table restent inaltérées, ce qui permet de les capter électroniquement. 

J'étais subjugué par la trouvaille d'Aurélien, et quand il me proposa de m'associer sur le projet, j'accepta immédiatement."

Bodo Vosshenrich, luthier rebelle

Né en Allemagne, Bodo a étudié la lutherie de 1996 à 2000, à l’école de lutherie de Mittenwald en Bavière. Enfant survitaminé, ado solitaire, compositeur autodidacte, coureur cycliste sans club, emmigré, et aujourd’hui luthier, il s'est toujours tenu à l’écart des chemins battus et des conventions du moment. Ayant appris son métier aux côtés de plusieurs maîtres, Thomas Wörnle, Marc Rosenstiel, Bernard Sabatier, Stephan von Baer et Pierre-Yves Dalle-Carbonare. En 2006, Bodo ouvre son propre atelier, d'abord à Villemur sur Tarn, puis à Toulouse en 2017.

 

" J'ai toujours eu l'ambition un peu folle de créer des violons électriques qui sonnent comme de vrais violons, avec l'intime conviction que mes mes connaissances en mathématiques et en électronique acquises à l’Ecole Nationale Supérieure Maritime de Marseille me permettraient, un jour, de trouver une solution. Puis une idée m'est venue : une caisse de résonance constituée d’un ensemble de petits éléments associés les uns aux autres permettrait d’offrir un son suffisamment proche de celui d’un violon acoustique tout en empêchant l’effet larsen. Et soudain, je tourne la tête vers le radiateur électrique de ma chambre, et la solution me saute aux yeux ! Sa façade était constituée d’une grille métallique : la caisse des violons électriques devra être fabriquée à partir de plaques perforées. Le ZEF était né (dans mon esprit) ! ".

Aurélien Bertrand, le marin violoniste

Aurélien est titulaire d'un BTS de Technicien du Son qui lui a permis de forger sa connaissance des phénomènes acoustiques et électroniques liés au son, ainsi que sa sensibilité à la diffusion et au mixage d’oeuvres tant musicales que cinématographiques. Il est également diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure Maritime de Marseille, formation grâce à laquelle il a pû développer ses connaissances en mathématiques et en électronique.

Amoureux de Blues, Rock, Soul, Funk et Hip Hop, Aurélien depuis toujours aime explorer et expérimenter de nouvelles façons de jouer avec un archet. 

Le nom du Zef était l'idée d'Aurélien, élève à la marine marchande au moment de notre association. "Zef" étant le nom donné aux élèves officiers de la marine marchande, mais signifiant aussi bien d’autres choses : le Zéphir, un vent, donc le "vent de renouveau", le petit nouveau qui décoiffe ! Le Z de Zorro, qui viendrait reprendre la place de solistes des musiques populaires, volée aux violons dans les années 30 par les guitares électriques, le « e- », symbole de l’électronen physique, et le « f », forme des ouïes dans la lutherie classique… Enfin, on peut dire que tout cela fait un violon très « Zefficace ».

 

Zied ZOUARI :

" Le Zef est à mon oreille le violon électrique le plus abouti de nos jours. Entre le son volupté très proche d'un acoustique et le signal direct sans risque de larsen, on a pour une fois le meilleur des deux mondes. Je le recommande à tous les violonistes qui jouent en dehors des orchestres symphoniques classiques (quoique!!) ;) ."

Baptiste Grech :

" Pourquoi ai-je choisi le ZEF?

Pendant 6 années, j’ai pu jouer sur différents violons électriques de différentes marques. Et si justement, j’ai testé plusieurs marques c’est parce que le son ne me convenait jamais. Je m’explique : le problème avec les violons « électriques » du marché, c’est qu’ils ne disposent pas de caisse de résonance. Vous n’avez donc par définition, pas un son de violon. Mais un son mécanique essayant difficilement de reproduire le son d’un instrument à cordes.

Quand j’ai essayé le ZEF, ma première réaction a été de sourire car j’avais enfin la sensation que les personnes qui fabriquaient cet instrument le pratiquaient également. Le fait qu’il y ait une caisse de résonance change absolument tout. Les capteurs posés aux différents endroits de la caisse permettent de redéfinir le son du violon électrique tel qu’il existe déjà. J’ai eu cette impression d’avoir un son de violon « non électrique ».
Le ZEF a été pour moi un bon investissement car, étant dans un groupe de rock, c’est quand j’utilise tout mes effets (distorsion / overdrive / tube screamer…) que je me rends compte de son potentiel anti larcens.

Bref, si vous voulez un violon électrique qui tient la route, prenez un ZEF !

Baptiste // WIGO "

 

Le bois, perforé de façon similaire, deviendrait très cassant. La fibre de carbone, qui théoriquement s’y prêterait très bien, est elle, très difficile à perforer. Le verre et le fromage en tant que matières premières furent écartés d’office.

Oui, le Zef est entièrement fabriqué en France par Aurélien et Bodo, fruit de la maîtrise en lutherie, y compris en petite séries artisanales, du dernier, et de la maîtrise de l’outil informatique et de l’usinage du premier.

Les tôles d’aluminiums, elles, sont issues de la métallurgie nucléaire et biologique.

Les violons électriques tels qu’on les connaît depuis une quarantaine d’années, font l’impasse complète sur la caisse de résonance pour éviter tout phénomène de larsen, remplaçant en gros cette caisse par une poutre pleine en matériaux divers et variés. Ce qui les rend souvent lourds. Ils captent la seul vibration des cordes, amputant ainsi le son de toute la complexité et chaleur apportées par la caisse de résonance. Les modèles haut de gamme tentent de restituer cette complexité harmonique, sans pouvoir tout à fait perdre le son type « MIDI » que développe le seul signal d’une corde frottée, et ne remplace en aucun cas la courte réverbération naturelle, apportée par une vraie caisse de résonance.

Le larsen est le pire ennemi de l’instrumentiste amplifié. Il se crée, sur certaines fréquences notoires, par le retour du son de l’instrument par les haut-parleurs. Les ondes sonores en provenance des haut-parleurs mettent alors l’instrument en vibration sur sa propre fréquence, ce qui l'amplifie, la machine s’emballe et le duo instrument - haut-parleur reste bloqué sur cette fréquence très forte et très désagréable. Certains guitaristes électriques recherchent cet effet en se plaçant délibérément devant les haut-parleurs. Malheureusement, le larsen avec un instrument électro-acoustique, n’est pas contrôlable de la même façon.

Avec un instrument acoustique amplifié, le Larsen se déclenche soit à partir d’un certain niveau sonore, soit très rapidement et presque inévitablement avec certains effets électroniques. Il est en plus dépendant de la distance entre l’instrumentiste et  le haut parleur.

Le pré-ampli n’est pas nécessaire, mais très fortement recommandé. Il permet de faire un pré-réglage, notamment du volume, et de rentrer en ampli ou console de mixage avec un niveau accru.

Non. Il n’a besoin ni de piles, ni de branchement d’autre que sur l’ampli.

Le Zef, du fait d’avoir une vraie caisse de résonance, bien que « muette », fait un excellent instrument d’étude. Le niveau de son émis est suffisamment bas pour ne pas déranger voisins ou enfants, de jour comme de nuit, mais suffisamment fort pour s’entendre, y compris dans les nuances. Du fait de la caisse vibrante, on a le vrai « feeling » du violon. Et bien sûr que l’on peut aussi le jouer avec un casque !

Comme pour tous les autres violons électriques, on peut travailler au casque et ainsi ne pas déranger parents, enfants ou voisins… Mais avec le Zef, on ne travaille pas seulement la justesse, les intentions de jeu sont pleinement retranscrites par l’instrument.

Oui, le Zef supporte absolument tous les effets électroniques. Seule la combinaison wahwah + saturation peut déboucher sur des larsens, à très forts niveaux. Mais ceci est même vrai pour des instruments solid-body, c’est à dire sans caisse de résonance. On conseille alors d’utiliser un gate qui supprimera en plus les bruits de manipulation de l’instrument lorsque la saturation est enclenchée, ce qui est une pratique aussi courante avec les solidarités-body.

Bien sûr que le Zef est compatible avec les systèmes HF. Nous nous ferions un plaisir de trouver avec vous le meilleur endroit pour placer l’émetteur sur la caisse de l’instrument.

Nous préconisons un changement des capteurs tous les deux ans environ. C’est peu onéreux et vous garantit d’avoir toujours un son au top. Pour ce faire, vous pouvez soit venir nous voir à Toulouse ou Paris, soit nous expédier votre Zef par colissimo.

Les cordes ont une vraie incidence sur le son du Zef, tout comme sur le son d’un violon acoustique. Vous pouvez donc personnaliser le son de votre Zef avec le jeu de cordes de votre choix.

Le Zef étant muni d’une âme et d’un vrai chevalet de lutherie (et non pas d’une grossière planchette verticale comme beaucoup de violons électriques), un luthier habilité peut faire des réglages sonores comme s’il s’agissait d’un violon acoustique.

Eh bien, si. Nous utilisons des capteurs piézo. Ce qui fait que le son est si bon à la sortie, c’est, d’une part que ces capteurs sont situés sur la table et le fond de l’instrument, et d’autre part que nous utilisons des capteurs en PVDF. Ce matériau, cousin du PVC se présente sous la forme d’un film. Aussi, contrairement aux capteurs piezo en céramique, ils ont une réponse en fréquence absolument plate dans le domaine audio. Pas de fréquence nasillarde donc.

D’ailleurs, ce film est aujourd’hui très couramment utilisé dans les micros et haut-parleurs de téléphone. Vous aviez remarqué que le son des téléphones s’est amélioré depuis quelques années ? Eh bien c’est grâce au PVDF.

Notre version de base est d’ores et déjà customisable grâce à de nombreuses options, nous vous laissons les consulter sur notre grille de tarif.

Si vous voulez aller plus loin dans la personnalisation de votre instrument (gravure sur les éclisses, couleur du manche, du chevalet, sculpture particulière de la tête, cinq cordes, six cordes ?,…), nous pourrons vous faire un devis après discussion du prix.

À quoi va servir le financement ?

Nous allons proposer les premiers exemplaires de nos violons, ainsi que des objets de notre fabrication, en lien avec l'univers du violon et de la musique.

À propos du porteur de projet

https://www.facebook.com/zefviolin/

https://www.instagram.com/zefviolin/

https://www.youtube.com/channel/UCzRZfmCn5vwEpPPlgm9If6w/featured