Attention, notre site pourrait mal s'afficher ou mal fonctionner sur votre navigateur.
Nous vous recommandons de le mettre à jour si vous le pouvez.

Mettre à jour
Je ne peux/veux pas mettre à jour mon navigateur
BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp

We are Legion, We do not Forgive, We do not Forget

Le documentaire sur les Anonymous

À propos du projet

Ce projet de documentaire est focalisé sur la Crise de la Liberté d’expression, en particulier sur Internet, crise que nous vivons actuellement avec l’élaboration de l’Accord Commercial anti-contrefaçon : ACTA.

Nous avons décidé de l’approcher à travers le regard d’un jeune homme désillusionné, à la manière de Dark Smith, le héros du film de Gregg Araki dans Nowhere. Il cherche à rejoindre le mouvement Anonymous pour lutter contre cette nouvelle forme de privation de liberté.

« Ma seule liberté est de rêver, alors je rêve de liberté »

 Benoît GRANGER

NOTE D’INTENTION

 Depuis le 26 janvier 2012,  22 Etats membres de l’Union Européenne ont rejoint l’ACTA, l’Accord commercial anti-contrefaçon, accord visant à unifier le droit de la propriété intellectuelle dans le monde.

Le fait est que les conditions opaques dans lesquelles a été rédigé et signé le traité, laisse penser à une tentative de contrôler l’Internet et donc de réduire la liberté d’expression. C’est face à cette menace grandissante que notre personnage, épris de liberté, décide de rejoindre la révolution Anonymous et de contribuer avec ses moyens et ses connaissances à la lutte contre la réduction de la liberté de parole sur Internet.

Il y a deux siècles de cela, la Révolution Française avait conduit à un immense changement dans le régime politique de notre pays et cette vague a influencé le reste des pays d’Europe, portée également par le mouvement des Lumières. 

Là où la Révolution Française avait fait couler le sang d’innocents, la Révolution menée par les Anonymous est mondiale et pacifique, grâce à l’utilisation d’Internet pour porter leur message.

Si nous nous sommes intéressés à ce sujet, c’est qu’il est au coeur de notre actualité et porteur d’un changement à l’échelle mondiale dont les Anonymous se veulent être les garants. C’est un sujet qui donc nous concerne tous, car à travers la lutte des Anonymous, c’est l’ensemble de nos droits fondamentaux hérités de la Révolution qui sont défendus.

Internet a permis de rapprocher les individus et leurs idées, ce progrès humain considérable  est aujourd’hui menacé par le projet ACTA.

Notre film se présentera comme une quête personnelle pour notre héros dans sa recherche de liberté face à un système lui ayant fait perdre ses illusions sur la politique et la société.

Notre ambition est de porter un regard humaniste et éclairé sur la lutte que mènent les Anonymous, eux dont le combat et les idées ont trop souvent été caricaturées ou réduites à leur forme la plus simple, celle de terroristes de l’Internet. C’est l’un des rares mouvements libertaire, voir le seul, a être d’ordre mondial et pacifique. Leur lutte est un sujet essentiel pour les années à venir, elle est liée à beaucoup de questions et de changements.

Vidéo explicative d'ACTA par les Anonymous dont nous utiliserons un extrait dans notre documentaire.

La déontologie des méthodes qu’ils utilisent, leur portée et leurs effets seront les questions posées par notre documentaire. Comment chaque individu à son échelle peut-il contribuer efficacement dans la masse à cette Révolution et quels risques personnels prend-il dans cette lutte ?  Quel impact leur combat peut-il réellement avoir sur les systèmes politiques qui dirigent notre monde ?

C’est là que nous pouvons faire le rapprochement avec la Révolution française et nous demander si cela aura les même conséquences et entraînera les même changements.

La différence avec la Révolution est que cette lutte se fait principalement sur Internet.

Internet est une sorte de nouveau monde, un monde sans frontières, un monde neutre où les idées peuvent s’échanger librement entre des individus séparés physiquement de plusieurs milliers de kilomètres.

Comment filmer un univers virtuel? C’est là qu’interviennent les vidéos prises sur Internet des Anonymous et qui serviront de liens pour notre personnage dans sa quête. L’univers que nous allons tisser dans ce film est à l’image du monde dans lequel nous vivons, froid, sombre, violent, et rouillé.

L'image liée aux Anonymous aura des couleurs chaudes et une lumière sombre pour mettre en avant l'espoir qu'ils représentent  dans leur combat souterrain.


L'image des journalistes aura des couleurs plus froides, pour souligner leur passivité face à un projet, l'ACTA, qui menace leur travail en première ligne.

L'univers musical du film sera froid et métallique, un univers proche du travail de Trent Raznor et Atticus Ross, compositeurs de la bande originale du film de David Fincher "The Girl With the Dragon Tattoo", où Rooney Mara joue le rôle d'une hackeuse marginale et traumatisée par le comportements des Hommes. 

Le film sera entrecoupé entre l’aspect fictif représenté par la quête de notre héros, cherchant à rejoindre ce mouvement, les interviews d’autres membres du mouvement Anonymous sur l'ACTA et leurs méthodes pour lutter contre,  nous voudrions également interviewer des journalistes pour avoir leur vision à la fois sur ACTA mais également sur les Anonymous. Il est également prévu d'avoir une interview d'un historien nous permettant de faire l'analogie entre la Révolution française et la lutte que mènent les Anonymous.

Les images d'archives sur l'ACTA et sur les Anonymous, provenant à la fois des Anonymous eux-même et d'autres sources nous permettront d'approfondir notre réflexion sur leur combat.

Ce sujet est à la fois complexe et passionnant, c'est ce dont nous voudrions témoigner à travers ce documentaire palpitant.

"Nous sommes Anonymes. Nous sommes Légion.

Nous ne pardonnons pas. Nous n’oublions pas. Redoutez-nous"

NOTE DE REALISATION

L’une des particularités de notre film est qu’il est tourné pendant la crise, c’est un regard sur nos contemporains, à la manière de réalisateurs comme Michael Moore ou Charles Ferguson.

Nous comptons utiliser le travail musical d'artistes comme Periphery (morceau Jetpacks Was Yes), Apoptygma Berzeck (morceau Kathys Song), Cracks (morceau Freestylers en featuring avec Belie  Humble) et Prodigy (Vodoo People)

Pour filmer notre héros, nous comptons utiliser une caméra à l'épaule pour pouvoir le suivre et permettre au spectateur de s'identifier à lui et à sa lutte.

Il n’aura jamais le visage couvert, même s’il s’attachera au mouvement, il restera en position d’observateur et de questionneur.

Nous allons le suivre dans les lieux où ils rencontrera les Anonymous, des endroits souterrains pour amplifier l’aspect caché et interdit de leur lutte.

Le film commence par un plan de notre héros aux Buttes-Chaumont, dans le temple de la Sybille, de jour , il regarde la ville et nous l’entendons en voix-off faire un constat sur la situation actuelle. Il voit au loin la rue Manin où des gens se promènent.

Temple de la Sybille

Petit à petit, les gens marchant dans la rue Manin arborent des masques d’Anonymous pour au final tous les avoir et se tourner vers le héros. Nous nous retrouvons ensuite dans sa chambre, lui devant son ordinateur essayant d’entrer en contact avec les Anonymous. Nous nous inspirerons du travail du sound designer Ren Klyce sur The Social Network pour l'esthétique sonore des scènes comportant un ordinateur, pour avoir l’approche la plus réaliste possible (Son des disques durs, son des ventilateurs des processeurs, son des touches de claviers sur lesquelles on frappe rapidement, son des boutons de la souris, son du déplacement de la souris sur le tapis)

Après avoir réussi à établir un rendez-vous avec les Anonymous, il passe devant son écran de télévision où les informations diffusent un sujet sur ACTA, ce qui nous permettra d’introduire les interviews avec les journalistes.

Nous sommes entrés en contact pour l’instant avec une journaliste et nous comptons en trouver encore deux autres.

Les journalistes seront filmés dans un décor moderne disposant de grandes baies vitrées et de béton blanc, avec une lumière blanche, sans être aveuglante, le tournage aura donc lieu de jour. Nous avons choisi ce type de décor pour être en concordance avec notre époque, et parce qu’il met en avant leur passivité vis à vis d’ACTA. Nous pensions faire ces interviews dans la Bibliothèque François Mitterrand car elle se rapproche le plus de l’architecture désirée, malheuresement il nous est impossible de tourner à l'intérieur de la Bibliothèque, nous avons donc choisi de changer pour l'avant-dernier étage de la Tour Montparnasse, son architecture étant assez proche de ce que nous recherchons. L'historien sera quant à lui filmé à la Sorbonne.

Les interviews entre les journalistes se recouperont avec les propos que les Anonymous tiendront avec notre personnage. Ce dernier continuera ensuite sa route dans Paris, en passant devant des lieux symboliques comme la Bastille tandis qu’il se remémore ce que lui ont dit les Anonymous et les journalistes.

Le film se termine par notre héros qui se retrouve à nouveau au Temple de la Sybille, regardant Paris et comprenant qu’il peut participer à la lutte des Anonymous grâce à ses propres talents de réalisateur.

ANNEXE

Premiers essais de plans.


À quoi va servir le financement ?

Une partie du matériel étant déjà à notre disposition comme le Canon EOS 5D Mark II, le financement servira à louer le reste du matériel vidéo, sonore et les accessoires dont nous avons besoin.

Matériel Vidéo

- Canon EOS 5D Mark II ( déjà à disposition)

- Optiques Canon 24 mm et 50 mm

- Poignées Denz

- 2 Cartes SanDisk 64 Go

Matériel Son

- Nagra ARES

- Audio LTD DX2020, miniTX multifréquences diversity, micro cravate Senheiser MKE 40

- Senheiser MKH 20 + perche + bonette Rycotte (déjà à disposition)

- Senheiser MKH 40 + perche + bonette Rycotte (déjà à disposition)

Accessoires

- 20 masques de Guy Fawks pour la scène des Buttes-Chaumont.

Le tournage durera cinq jours, du 23 au 27 avril 2012 à Paris.

Au niveau de la post-production, le matériel nécessaire est également mis à notre disposition gratuitement.

À propos du porteur de projet

Jean Choupay et Jalil Damdami sont deux jeunes réalisateurs qui se sont rencontrés durant leurs études de cinéma au Conservatoire Libre du Cinéma Français.

Ce projet de documentaire est d'abord né sous l'impulsion de leur école, qui leur avait imposé une thématique centrée autour de la "Crise". Ils ont donc décidés de s'orienter vers la crise de la liberté d'expression et la crise identitaire que va vivre le personnage principal de leur documentaire, interprété par Jean.

Jean Choupay est né le 14 septembre 1992 à Reims.

Il a passé un bac Général économique et sociale, à Avignon, au lycée Saint Joseph, avec spécialité mathématiques, langues vivantes chinois et russe. 

C’est en Première qu'il réalise son premier court-métrage avec l’aide d’un ami. Un élève Turc qui venait faire ses études en France.   

A côté de ça, il a participé trois année de suite à un stage dans une ville voisine : Cavaillon.
Stage d’étude cinématographique durant lequel, il a étudié pendant une semaine le langage cinématographique, puis réalisé un court-métrage en rapport avec le thème du festival de cette ville. C’est grâce à ça qu'il a pu rencontrer Claude Chabrol, Jacques Perrin, Claudia Cardinal, et d’autres. 

Par ce stage il a aussi rencontré une amie avec laquelle il réalise plusieurs courts-métrages par la suite avant d'intégrer le Conservatoire Libre du Cinéma Français.

Jalil Damdami est né le 23 juin 1990 à Boulogne-Billancourt

Il s'intéresse au cinéma dès son plus jeune âge et réalise des courts métrages en famille quand il avait sept ans.

En grandissant, il se tourne vers la photographie, parcourant les rues de Paris à l'affût de ce que Henri Cartier-Bresson appelait "l'instant décisif". Cela lui permettra de développer petit à petit un sens  du cadre.

Il revient au cinéma comme directeur  de la photographie et monteur sur les courts métrage de ses amis. Avec Lucile Lefebvre(http://vimeo.com/user10643576) Il co-réalise, cadre et monte un premier court-métrage sur un jeune homme apprenant qu'il est devenu séropositif, court-métrage soumis à l'heure actuelle à la sélection de différents festivals.

Images extraites de son court-métrage précédent: