BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

Vibrations violoncelle

Une exposition de photographie accompagnée d'un catalogue

À propos du projet

VIBRATIONS VIOLONCELLE

La musique n’est qu’une bouffée du souvenir du temps

Pascal Quignard.

L’idée de cette exposition est née d’un défi lancé au photographe Pierre Rich par la violoncelliste Lisa Erbès de tenter de capter les vibrations de l’instrument et tous ses mouvements. Ce pari et ce paradoxe sont d’autant plus fous qu’une photographie est par nature immobile. Les images résultent de cette collaboration : une série de 22 images étonnantes, entre matérialité toute physique du violoncelle et l'abstraction du bougé, des traces et des mouvements.

Les séances de prises de vue ont été un véritable laboratoire, moments d’inconforts joyeux où il a fallu oser et tester toutes sortes d’expérimentations. Laisser survenir l’inattendu et l’improbable, les bougés sensibles, les interférences, les coïncidences, les relations. Il s’est agi par conséquent de trouver des artifices techniques propres à la photographie pour rendre compte de cette énergie où tout s’anime conjointement, bras, mains, doigts, archet, cordes, caisse de résonnance : vitesses lentes faisant surgir le mouvement sur le capteur, point de netteté décalé, faible profondeur de champ d’où apparaissent d’étranges fantômes, flous de bougé, longues focales isolant les détails.

J’épie les vibrations des cordes : le placement parfait des doigts de la main gauche produit les meilleures vibrations (et certaines notes éveillent des « vibrations par sympathie » de cordes qui ne sont pas touchées !)
L’oreille est sollicitée avant tout, mais le regard me guide aussi, et ces oscillations des cordes et mouvements de l’archet sont le film de chaque séance de travail.
Au concert, l’auditeur voit les mouvements des mains, des bras, de l’archet, mais pas ces vibrations des cordes, ces frottements de la mèche. C’est le défi que j’ai lancé à Pierre, de montrer ce quotidien du musicien (à cordes frottées !), de donner à voir le son.

Lisa Erbès

Cette exposition est déjà proposée par le Musée de la Lutherie de Mirecourt ainsi qu'à Strasbourg en 2019.

QUELQUES PAGES DU LIVRE :

 

 

 

 

 

 

Voir le taeser >

À quoi va servir le financement ?

Le projet permet de financer une partie des frais de l'exposition photo et d'impression du catalogue :

- 22 tirages d'art de format 40x40cm tirés sur papier certifié Canson ultra smooth 310 g. Philippe Colignon sera le maitre d'oeuvre de ces tirages. Cet ami du photographe, outre son travail personnel sensible et complexe, est aussi un orphèvre du developpement photo.

- 23 cadres cadre Max aab 40x40 cm.

- Un catalogue de 44 pages, de format 15x15 cm.

Si la somme récoltée est dépassée, d'autres photographies pouront compléter l'exposition et il sera possible d'imprimer davantage d'exemplaires du livre.

À propos du porteur de projet

LE PHOTOGRAPHE

Pierre RICH

Né en 1963 à Versailles, photographe professionnel résident au cœur des Vosges alsaciennes, enseignant, organisateur d’exposition et de spectacles, Pierre Rich s’intéresse particulièrement à photographier, ici ou ailleurs, des sites paysagers étranges, la forêt, les pierres. Il se prête volontiers aussi à toutes sortes d’expérimentations inédites : installations d’art contemporain, photo animalière, portraits, objets. Il s’attache à en traduire les subtilités formelles dans une approche pointue et aiguisée du cadre et de la lumière. Ses images et ses livres traduisent toutes les qualités plastiques et visuelles de la nature, au centre de son travail, dans une errance inspirée.
Membre du collectif de photographes Chambre à part depuis 2014.

Publications récentes :
« Chemin de pierres », roches et mégalithes de France/éditions Grancher, 2015.
« Croisée de mondes »/éditions du Signe, 2017.
« Le Sentier des passeurs »/Helicoop, éditions 2018.

Expositions personnelles récentes :
« Les Envolées », Jardin de Wesserlin, juin-septembre 2016.
« Sus Scrofa », festival Strasbourg Art Photography, mars 2017.
« Forces », installation dans le cadre du « Sentier des passeurs », biennale d’art nature, juin-septembre 2018.

http://www.pierrerich.com

https://www.facebook.com/pierre.rich.39

LA VIOLONCELLISTE

Lisa ERBÈS

Lisa Erbès a étudié au Conservatoire de Strasbourg auprès de Jean Deplace, à la Folkwang Musikhochschule de Essen, puis au Conservatoire Tchaïkowsky de Moscou avec Natalia Chakhovskaya. Elle bénéficie également pendant plusieurs années de l’enseignement de Pierre Fournier à Genève, et rencontre plus tard Anner Bylsma qui l’initie au violoncelle baroque.
Lauréate de la Fondation Menuhin, son répertoire s’étend de la musique baroque à la création contemporaine.
Elle donne des concerts en solo et en musique de chambre dans différentes formations et collabore avec des ensembles baroques comme Le Parlement de Musique.
Invitée aux festivals d’Édimbourg, Avignon, Musica à Strasbourg, Radio-France à Montpellier, Agora à Paris, Gratteri (Italie) elle donne des concerts à travers l’Europe et l’Afrique.
Très intéressée par la recherche d’œuvres inédites, elle a participé à l’enregistrement d’œuvres de Marie Jaëll pour le label Solstice (Sonate pour violoncelle et piano).
Elle a également composé et joué les musiques de scène de plusieurs pièces de théâtre, pour Stéphane Braunschweig et d’autres metteurs en scène, ainsi que pour des spectacles de danse.
Son goût pour la poésie et pour l’improvisation l’amène également à collaborer avec des comédiens pour des lectures musicales.
Elle enseigne le violoncelle au Conservatoire de Strasbourg depuis 2002.