BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Avec Vianney sur la Mini Transat 2017

La plus belle de toutes les courses transatlantiques

À propos du projet

C’est l’histoire d’un jeune étudiant, qui, fatigué par la routine scolaire et ennuyé du métro parisien, rêvait de grands espaces...

Il se souvint qu’un jour, on lui mit entre les mains un magazine de voile qu’il ne lâcha pas pendant plusieurs mois, suspendu à la même photo : celle d’un petit bateau de 6,50 mètres, qui, d’une allure fière et décidée, fendait un nuage d’écume en dévalant la pente vertigineuse de la houle. Il avait alors 15 ou 16 ans, il se dit « et pourquoi pas moi ?».

Depuis ce jour, il a tout fait pour être à la place de celui qui menait autrefois ce destrier fougueux et puissant. Aujourd’hui, ça y est : il a quitté son Paris natal, rejoint les terres du grand Ouest et se prépare avec ardeur à la grande traversée. Naviguer, il savait déjà faire. Mais vivre avec la mer, il a dû apprendre. Plus d’un an après ses débuts en Mini (du nom du bateau qui l’avait tant fait rêver), il est prêt à prendre le départ d’une course extraordinaire : la Mini Transat.

Pourquoi extraordinaire ?

  • Parce qu’elle se court sur des bateaux de 6,50m
  • Parce que tous les coureurs sont isolés du monde, sans communication avec la terre,
  • Parce que les coureurs n’ont ni ordinateur, ni positionnement autre que les 16 chiffres du GPS
  • Parce qu’elle est la porte d’entrée au monde de la course au large
  • Parce qu’elle laisse des souvenirs inoubliables

Ce garçon, c'est moi, et j'ai une telle chance de vivre ce rêve que je voudrais vous le faire partager. Depuis plus d’un an maintenant, je me prépare à cette course. Pour parvenir à me qualifier, j’ai du réaliser un vrai parcours du combattant : j’ai parcouru plus de 3500 milles en courses (6300km), dont 2500 entre la France et les Açores en août dernier, et 1000 milles hors course (1800 km), sur un parcours qui m’a fait visité les côtes de Bretagne, d’Irlande, le Golfe de Gascogne et l’Île de Ré.

Un résumé express de ma saison 2016 :

Quelques mots après la deuxième étape de la Course Les Sables - les Açores - les Sables, pendant laquelle j'ai souffert d'importants problèmes d'énergie, qui m'ont valu de remporter le Prix de la Combativité :

http://www.facebook.com/LesSablesLesAcores/videos/941231709338545/

A quoi va servir le financement ?

Les fonds collectés serviront à payer une partie des dépenses du projet… sur une budget total de 30 000 euros. Par exemple :

  • 30 euros : une carte marine
  • 50 euros : deux ou trois jours de nourriture lyophilisée, bien équilibrée
  • 150 euros : un gilet de sauvetage, pour la sécurité
  • 300 euros : de nouvelles batteries pour stocker l’énergie
  • 500 euros : un nouveau panneau solaire pour faire monter les ampères
  • 1000 euros : une nouvelle peinture de coque pour être tout beau et glisser plus vite
  • 2000 euros : un nouveau Gennaker (voile d’avant) pour compléter la garde robe
  • 3000 euros : l’assurance du bateau en cas de problème au milieu de l’Atlantique !

À propos du porteur de projet

J’ai commencé la voile à l’âge de 10 ans, en dériveur. Depuis, je n’ai pas arrêté de naviguer, dès que j’en avais le temps et les moyens. Petit à petit, je me suis passionné pour la course au large et ai décidé de lancer mon propre projet pour vivre l’aventure à mon tour.

En parallèle, je suis étudiant à Sciences Po, bientôt diplomé. Je commencerai donc ma vie active juste après ma traversée. J’espère que cette expérience me donnera les clefs pour avancer dans la vie avec justesse et discernement.

Moi, heureux de prendre la mer :

Quelques liens utiles :

Un dernier petit mot :

La route a été dure, longue, semée d'embuche, mais je suis allé au bout, je n'ai jamais lâché. Même dans les instants les plus durs, sans énergie, en manque de sommeil, confronté plusieurs fois à l'échec, j'ai gardé à l'esprit la finalité du projet : aller toujours plus loin et se donner à fond.

La mer m'a appris que l'on n’arrivait à rien sans humilité et sans détermination, sans courage et sans exigence.

Aujourd'hui, 90% du chemin est déjà parcouru, je suis dans la dernière ligne droite, et il ne me manque plus que votre soutien pour m'aligner sur le départ de la Mini Transat.

Je vous invite donc à prendre part avec moi à cette aventure incroyable, qui hier encore était un rêve, et qui demain sera un souvenir inoubliable !

FAQ

Si vous avez encore des questions, n'hésitez pas à contacter le porteur du projet.

Poser une question Signaler ce projet