BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

VERS L'AURORE

Court-métrage

À propos du projet

Vers l’Aurore est un court-métrage écrit et réalisé par Andy Buron dans le cadre de la fin de ses études à l’École de la Cité. D’une durée de 15 minutes, il fera le récit d’un père et son fils confrontés à une crise écologique majeure.

 

      

 

L’eau potable n’arrive plus en ville depuis plusieurs semaines. Ethan, sept ans, et son père Mark traversent une immense forêt pour rejoindre l’Aurore, rivière de tous les espoirs. Leur voyage est bouleversé lorsqu’ils découvrent une cabane occupée par un groupe d’hommes prêts à tout pour survivre. La quête de nos deux héros pourrait bien s’arrêter ici...

 

 

 

  • UNE FABLE ÉCOLOGIQUE

Le film trouve son origine dans un questionnement complexe et déchirant : Demain, sera-t-il toujours raisonnable de mettre au monde un enfant ? Autant pour la sécurité et la santé de celui-ci que pour le bien de la planète. Si ce film pouvait ainsi permettre à notre génération et celle de nos parents de voir leur héritage droit dans les yeux par le biais de cet enfant à bout de force parcourant la forêt avec son père pour trouver de l’eau, nous aurions le sentiment d’avoir utilisé le médium cinématographique de la plus belle façon qui soit.

Vers l'Aurore se développe loin des poncifs habituels du genre post-apocalyptique, laissant de côté le fantasme "survival" pour se concentrer sur la violence morale et physique de ce climat anxiogène vers lequel nous nous dirigeons au vu de notre inaction actuelle sur les problématiques environnementales. 

Il est clair qu’à ce rythme, nous allons tout droit vers des générations pleines de ressentiments. Et qu’aurons-nous à leur répondre quand ils demanderont comment nous avons pu laisser cela arriver ?
 


                                                                                    Story-Boards du film dessinés par Erwan Hingre
 

  • À TRAVERS LE REGARD D’UN ENFANT

Vers l’Aurore est un film inquiet, un film du hors-champ comme menace constante, un film à hauteur d’enfant accompagné par ses peurs et en qui s’imprime à travers la profondeur d’un regard des traumatismes éternels. 

Il s'agit d'un récit d’apprentissage sur la peur de perdre le père. Mais par dessus tout, il est animé par l’espoir que les enfants de demain puissent connaître un monde paisible, où demeure le droit de vivre. Sa conclusion si surprenante balayera toute la noirceur passée. 
 


                                                                                   Story-Boards du film dessinés par Erwan Hingre
 

  • TRANSMISSION ET FILIATION

Vers l’Aurore se concentre sur l’intime et la famille. C’est l’histoire d’une relation universelle — celle d’un père et son fils  — et de ce que suppose la paternité (protection, inquiétude, modèle, culpabilité). L'enfant évolue en subissant la cupidité d’un vieux monde avec pour seul repère son père. Un repère capable, malgré la sagesse, de céder à une pulsion violente, frappant avec une extrême violence plus faible que lui. Cette série d’événements sonne pour Ethan comme la fin d’une illusion : celle d’un modèle, son père, dont les limites se dévoilent, mais qu’il ne cessera jamais d’aimer et d’invoquer pour se protéger.
 


                                                                                  Story-Boards du film dessinés par Erwan Hingre

 

 

 

Tout au long de leur quête, Mark et Ethan parcourent une immense forêt. À mesure que les espoirs de nos deux personnages se dissipent, que l’étau se resserre, la forêt évolue. Elle sera d’abord ouverte et étendue avant de devenir plus menaçante, plus dense, emprisonnant nos personnages et laissant la ligne d’horizon disparaître dans une masse d’arbres gigantesque de telle façon qu’ils perdent leurs repères. 

                                                 © It comes at night                                      © Peter et Eliott le Dragon

Une grande partie du scénario se déroule durant l’affrontement entre Mark et Ethan contre les hommes qui occupent la cabane. Il s’agit du décor majeur du film. De Evil Dead à La cabane dans les bois en passant par Cabin Fever, la cabane est un motif important des films d’horreurs modernes. Bien que Vers l’Aurore n’en soit pas un, il puise une partie de son inspiration dans ce genre pour alimenter la tension atmosphérique et l’inquiétude constante du film.

                                    © La cabane dans les bois                                              © Les Fils de l'Homme

Vers l’Aurore est l’histoire d’un mouvement, d’une migration : tout laisser, partir de chez soi pour trouver mieux ailleurs. C’est un El dorado moderne, la recherche d’une rivière dans un monde où l’eau a remplacé l’or au rang des matières les plus rares. Pour habiller nos personnages, nous puiserons notre inspiration dans une imagerie très forte, celle des grands mouvements migratoires pendant la Grande Dépression aux États-Unis, celle décrite par Steinbeck dans Les Raisins de la Colère et photographiée par Dorothea Lange. Nous hybriderons ces vêtements afin de les moderniser.

                                                                    © Mud                                      © Les Brasiers de la colère

 

À quoi va servir le financement ?


 

Afin de mener à bien ce projet, nous réunissons une équipe complète et motivée dans un cadre professionnel. Pour ce faire, nous avons besoin d’atteindre notre objectif de 3100 euros. Voici un aperçu de la répartition des dépenses :

 

 

ET SI ON VOYAIT PLUS LOIN ? 

L'objectif de 100 % nous assure de mener à bien le tournage, mais avec plus de fonds, nous porterons le film encore plus loin !

  • OBJECTIF 110 % : Le film nécessite quelques effets spéciaux, grâce à vous nous pourrions nous offrir des VFX de meilleure qualité, pour encore plus de frissons et d’émotions !
     
  • OBJECTIF 120 % :  Vous participez à la distribution du film en festivals ! Et oui,  grâce à vous le film va voyager à travers le monde !  (Pour donner un ordre d’idée, en moyenne, sur les plateformes françaises d’envoi en festivals : 6 euros nous permet d’envoyer le film dans 3 festivals.)
     
  • OBJECTIF 130 % : C’est le moment de partager ! D’abord, vous nous permettez de diffuser le film encore un peu plus loin dans le monde. ET 5 % de l’intégralité de la cagnotte seront reversés à une association qui lutte contre la soif dans le monde.

À propos du porteur de projet


 


A N D Y      B U R O N 
 

Andy Buron est un jeune auteur-réalisateur. Vers l’Aurore est son deuxième court-métrage en tant que réalisateur, et son premier en tant que scénariste et réalisateur.

Après une Licence d’Études Cinématographiques obtenue à l’Université Paris Diderot (VII) où il a développé sa cinéphilie, Andy tente le concours de l’École de la Cité (fondée en 2012 par Luc Besson) et obtient sa place au sein de la promotion parrainée par Jan Kounen. Durant son cursus, il se confronte au monde du cinéma sur des tournages professionnels par des expériences à la régie, à l’électricité ou à l’assistanat réalisation. Actuellement en dernière année d’études, Vers l’Aurore représente à la fois la validation de son diplôme mais plus encore : une carte de visite pour le futur.

S’il a déjà d’autres projets de court-métrages en tête, il développera bientôt une version longue du scénario de Vers l’Aurore, espérant ainsi l'inscrire dans la longue tradition des court-métrages adaptés en long-métrage (Whiplash, Jusqu’à la Garde, Saw…).

Son précédent court-métrage (écrit par Cécile Loisel) sélectionné en festivals dans divers pays, est disponible ici : 

VERS UN TOURNAGE RESPONSABLE 

Le tournage se déroulera près de Milly-la-Forêt en Essonne. Nous prendrons de nombreuses mesures pour qu’il soit le plus responsable. Nous avons décidé de bannir l’usage de groupe électrogène dont les émanations de monoxyde et dioxyde de carbones sont très néfastes pour l’air. Nous privilégierions la lumière naturelle et des éclairages à LED sur batterie (dont la demande énergétique est bien moins importante) dès que nous le pourrons lorsque nous tournerons loin de la cabane et des sources électriques traditionnelles.

Nous prendrons le plus grand soin à ce que la régie organise un tri-sélectif et n’utilise pas d’accessoires en plastique au profit de matériaux recyclables.


 

Share Suivez-nous