BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Un véhicule du débarquement en Normandie

Promouvoir le Devoir de Mémoire en préservant notre patrimoine roulant

À propos du projet

Le projet que nous vous présentons répond à l’article 3 des statuts de notre association à but non lucratif UNIVEM : « Le but de l’Association est de participer à la recherche et à la sauvegarde de tous les véhicules d’origine militaire concourant à la préservation du patrimoine historique, technique, industriel et culturel de notre pays ».

Vous trouverez à l'adresse suivante les véhicules que nous avons sauvés et qui participent à de nombreuses commemorations : http://www.univem-paris.com/vehicules-du-club/

Nous n'en sommes pas à notre premier projet, vous trouverez via ce lien les differents véhicules sauvés de l'abandon : http://www.univem-paris.com/category/restaurations/

Pour suivre le projet sur Facebook : https://www.facebook.com/Univem-Paris-Ile-de-France-350941185076121/

Le véhicule que nous voulons restaurer et préserver est un camion-grue qui participait aux opérations liées à la libération de l’Europe en 1945. Il s’agit d’une modèle particulièrement rare, seuls quatre exemplaires sont recensés en Europe dont deux seulement sont restaurés. Une armée ne progresse pas qu’avec des unités de combat.  Il faut une logistique importante pour alimenter le front : munitions, essence, nourriture, habillement, pièces de rechange, fournitures médicales, etc.  Les chariots élévateurs n’existaient quasiment pas à l’époque, tout se traitait avec des grues sur chenilles et des camions-grues.

Le porteur est un camion Brockway, très ancienne marque américaine qui commença en construisant des chariots en bois en 1851.  Il fut construit en 1312 exemplaires.

La grue est une Quick Way « Model E ».  Quick Way est aussi une ancienne société américaine, fondée en 1929 dans le Colorado.  Le « Model E » était une grue réputée pour sa fiabilité et sa facilité de maintenance.  2225 furent construites, dont 1312 montées sur camion Brockway.

Voici quelques deux clichés du camion grue en action durant la deuxième guerre mondiale :

Et un exemple de modèle restauré

Le notre était à l’état d’épave le vouant à la destruction à court terme lorsque nous en avons fait l’acquisition.

Nous avons financé l’acquisition et l’acheminement du véhicule avec les fonds de notre association. Nous soumettons au financement collaboratif la première étape de restauration du véhicule, qui consistera à :  

  • Restaurer toutes les parties métalliques dégradées par un long sommeil en extérieur,
  • Restaurer toute la mécanique du camion qui devra être roulant avec son moteur d’origine,
  • Restaurer toutes les parties métalliques dégradées de la grue,
  • L’équiper des câbles d’acier tels qu’à l’origine, ceux-ci ayant été coupés il y a longtemps,
  • Prendre les mesures conservatoires pour le moteur de la grue et ses treuils afin qu’une restauration ultérieure à l’état fonctionnel soit toujours envisageable.

Dans la définition de ce projet déjà ambitieux il n’est pas envisagé de rétablir les fonctionnalités de la grue.  On se réserve la possibilité de le faire dans une deuxième étape.  Les mesures de préservation des équipements seront donc prises (nettoyage, graissage des éléments mécaniques, peinture protectrice, etc.), mais la remise en état fonctionnel et sûr des éléments mécaniques, moteur à essence, treuils, freins, embrayages, ne sera pas entreprise dans le cadre de ce projet.

Voici quelques images de l'arrivée du camion grue à l'Univem et des premiers travaux de démontage réalisés :

References historiques

Brockway fut fondée dans l’état de New York par George Brockway en 1851. Après les chariots en bois, le premier camion fut produit en 1912. La société a été reprise par Mack en 1956. La chaîne de production s’est arrêtée en 1977 et le nom a disparu. Dans la gamme des camions lourds 6×6 6tons, deux familles de matériels dominèrent largement durant la guerre : Mack NM et White 666 qui devait son origine au Corbitt 50SD6 de 1939. La production de White fut renforcée par l’intervention d’autres constructeurs tels  que Brockway, Corbitt, Ward LaFrance et FWD. Brockway est principalement connu pour avoir livré la version « poseur de ponts » (Dinky Toys oblige), cette version était alors dénommée B666, B pour « Bridge erector ».  La version porteur pour la grue, dénommée C666, C for « Crane carrier », avait certaines spécificités : chevalet support de flèche, cabine monoplace, châssis renforcé, blocage possible du débattement des essieux arrières par des tendeurs à câbles lors des mouvements de la grue (la version la plus tardive (1945) aura des stabilisateurs : une poutre transverse avec un vérin à vis de chaque côté du camion).  Le porteur Brockway fut construit en tout en 1312 exemplaires (237 en 1943, 609 en 1944 et 466 en 1945).  Le nôtre, sans stabilisateur, est nécessairement un modèle de 1943 ou 1944.

Quick Way fut fondée en 1929 dans le Colorado par Luke E. Smith. La marque a disparu en 1961, absorbée par Marion. Ce fut l’un des plus grands constructeurs de grues mobiles aux Etats-Unis. Simplicité, fiabilité, robustesse expliquent ce succès. Le « Model E » qui était monté sur camion Brockway comme sur toutes sortes d’équipements fut construit à 2225 exemplaires.

A quoi va servir le financement ?

Le financement va permettre l’achat de matériels et fournitures nécessaires à la première étape de restauration. Toute la main d’œuvre est assurée bénévolement par les membres de notre club.

Nous avons préparé un budget prévisionnel, organisé par postes :

  • PEINTURE : Fourniture anti rouille et peinture de finition : 850€
  • FOURNITURE ACIER ET TOLERIE : approvisionnement de différents profils métalliques et plaques de tôle : 800€
  • PNEUMATIQUES (11 pneus) : fourniture des pneus, démontage et remontage avec fourniture des chambres à air : 3500€
  • ELECTRICITE : Refabrication d'un faisceau électrique, fourniture des différents accessoires électriques (tableau de bord et périphériques moteur) : 1200€
  • MOTEUR : Rectification vilebrequin, soupapes, segmentation, pistons, culasse : 3000€
  • FREINS ET DIRECTION : Réfection du système de freinage, garnitures de freins, tambours : 1000€

Le montant de notre appel à financement permet de couvrir les premiers postes. En fonction de la générosité des donateurs, nous espérons pouvoir dépasser l’enveloppe fixée à 4000€ pour financer d’autres postes.

À propos du porteur de projet

Mais qui sont ces drôles de gens et leurs curieuses machines ?

Evidemment pas du tout ce que le premier réflexe ferait croire ! nous ne sommes ni des gens réunis en légion armée, ni des enfants attardés jouant aux petits soldats, encore moins des nostalgiques d’un passé belliciste. Nous sommes de jeunes, et moins jeunes, collectionneurs amoureux des vieilles mécaniques compliquées. Des mécaniciens de l’impossible qui passent leur temps dans de vieux garages, sous l’impulsion de leurs aînés, à redonner vie à de pauvres épaves rouillées d’engins oubliés. Partant d’un squelette de véhicule abandonné, ou acheté avec quelques économies, nous passons de longs mois, voire de longues années, à faire renaître jour après jour ces engins dont la technicité est hors du commun. Et un jour béni, nous sortons nos chefs d’oeuvre pour les montrer à tous, comme c’est le cas aujourd’hui. Participez à la joie de ces jeunes mécaniciens et regardez les avec tendresse, car ces garçons sont les survivants d’un long passé d’habiles artisans qui réparent et remettent à neuf ces vieilles machines Si vous apercevez quelques marques de cambouis sur leurs mains, pardonnez leur, car c’est la marque noble de leurs travaux et celle de leur amour de la belle mécanique. Et si quelques uns ont revêtu le treillis qui va avec le véhicule, ils rejoignent par ce geste l’hommage qu’ils désirent rendre aux anciens qui avaient su mener un jour ces mêmes engins vers une victoire qui devait abolir à tout jamais toutes les guerres pour vivre comme eux, libres et heureux.

L’objectif du club

Association loi de 1901, l’UNIVEM Paris Île-de-France (ex MVCG Paris Île-de-France) a pour objectif de préserver le patrimoine historique constitué par les véhicules militaires des derniers conflits, en particulier ceux de la seconde Guerre Mondiale. Le Groupe possède près de quarante porteurs, tracteurs et chars américains parmi les plus rares. A cela s’ajoutent les dizaines de véhicules de nos adhérents. L’UNIVEM Paris Île-de-France véritable musée vivant, oeuvre pour entretenir la mémoire d’un passé mécanique et historique qui mérite d’être préservé.

Images de nos manifestations: défilés, journées portes ouvertes, accueil de vétérans et banquets :