BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Utopia, le Guide de survie

Un jeu de rôle d'initiation de Science-fiction

À propos du projet

Bienvenue  à Utopia, fleuron technologique moderne, verte patrie de l’espoir. Ici le chômage n’existe pas. Ici la criminalité s’apparente davantage à un concept abstrait qu’à une réalité. Tous les Citoyens naissent libres et égaux en droit. Tous ont la possibilité de vivre harmonieusement auprès de leurs semblables en vénérant les stars du tout puissant Médiastère, le ministère des Médias. Dans cet univers ô combien parfait, les joueurs incarnent des Agents du Sécu-Réseau,  prêts à pourchasser ces rebelles impies qui se surnomment les Éveillés ! Voire ils incarnent ces mêmes Eveillés à leurs risques et périls ! 

Petit panel d'Utopia, vu du ciel. Une magnifique illustration de Maxime, intitulée Utopia et qui servira pour l'écran de jeu. Elle sera également proposée en édition ultra limitée dans les contreparties. 

Utopia, le jeu de rôle 

Utopia est un jeu de rôle d'initiation de Science-Fiction. Il se destine aux nouveaux joueurs et aux joueuses qui n'ont aucune expérience préalable dans ce domaine. Très facile d'accès, ses règles simples et instinctives permettent une prise en main rapide. Fruit de plusieurs années de conception, ce jeu ne délaisse pas pour autant les vétérans puisqu'il comporte du méta-game et de nombreuses règles avancées. Utopia est donc un jeu évolutif avec de multiples possibilités de jeu, en mode débutant ou en mode expert. La gamme complète, proposée sur Ulule dès octobre, se composera de 3 produits. Le Guide de survie, Le Manuel d'oppression du Haut Dignitaire et l'écran de jeu. Au total, ces ouvrages proposeront pas moins de huit aventures différentes.

La future gamme de jeu que nous espérons parvenir à financer avec votre appui. Elle comprendra le Guide de survie du Citoyen, le Manuel d'oppression du Haut Dignitaire et l'écran de jeu.  

Les scénarios :

Baptème du feu (scénario d'introduction du Guide de survie, épisode pilote) : Pour achever leur formation, les membres du Squad Delta, sont envoyés dans une ultime mission test qui porte le doux sobriquet de Baptème du feu. Tous âgés de 18 à 25 ans, accompagnés d'un androïde de combat et d'une étrange cyborg, ils doivent affronter cette ultime épreuve pour devenir de vrais agents du Sécu-Réseau ! Un exercice d'exfiltration basique où il suffit de libérer un Haut Dignitaire pris en otage par des Eveillés dans un immeuble en ruine de la Zone D. Les adversaires sont des robots, spécialement conçus pour les affronter. Du caviar. Enfin un truc similaire vu que les poissons n'existent plus. Et aucun véritable danger ne devrait poindre à l'horizon. Autant dire à un arracheur de dent de ne pas mentir...

Péril à Rétro-City (scénario de l'écran de jeu, épisode indépendant) : Le Squad Delta est envoyé cette fois-ci dans une mission qui a pour cadre, Rétro-City, le plus grand parc d'attraction d'Utopia. En apparence un lieu de villégiature tranquille ou comme le dit la chanson publicitaire "A Rétro-city, on a des bonnets ! Mais c'est pas pour ça qu'on est des benets !". Bref, un mix entre l'émule d'une célèbre souris qui aurait mal tourné et les robots tarés de Westworld. Les incidents étranges commencent à s'empiler dans le bordel et nos agents se retrouvent rapidement à devoir se débrouiller seuls pour suivre la trace du mystérieux et invincible tueur à la hache, tout en suivant le périple tortueux d'un Grand Ancien. Pas évident de démêler tout ça même avec un pass VIP du Médiastère !   

Utopia Blues (scénarios du Manuel d'Oppression, saison une) : Utopia Blues ou le merveilleux quotidien du Squad Delta. Bien sûr, il y a ces Eveillés qui souhaitent renverser le Médiastère, mais pas seulement ! Les Agents du Sécu-Réseau doivent aussi composer avec l'émergence d'une nouvelle secte, mener une enquête où de mystérieux tueurs possèdent la force d'un robot minier et subir le reportage pernicieux d'une équipe TV dont ils sont le sujet principal ! Pour obtenir leur solde, ils doivent également se préparer à l'arrivée d'une puissante entité capable de raser la ville d'Utopia d'un battement de cil. Engagez-vous qu'ils disaient ! Pas étonnant d'avoir le Blues ! Si j'avais su, je serais resté dans ma cuve, oui.  

Un agent du Sécu-Réseau, en pleine chasse aux Eveillés, quelque part dans un bâtiment en ruine de la Zone D.  Une scène à vivre dans "Baptème du feu". Cette toile, en édition limitée, figure aussi dans les contreparties sous le titre Corridor.

Le décors 

Utopia est une immense cité idyllique et futuriste où vivent plusieurs millions de Citoyens et où on croise des androïdes, des armes laser et des aérovéhicules. C’est dans ce monde dystopique que se déroule la majorité des aventures. Dans cette mégalopole idéale, les Citoyens n’ont plus de noms et portent tous des matricules. Ils travaillent et produisent docilement pour le bien de la communauté, se délassant devant des programmes de TV réalité très instructifs. A titre d'exemple, on peut citer la Canard Académie et ses chanteurs particulièrement bruyants. Pour s’assurer qu’on respecte leurs Lois, et que les populations ne se posent pas trop de questions, le Médiastère utilise les Agents du Sécu-réseau. Cette police de haut vol, bardée de matériel technologique, est chargée des sales besognes. Elle doit notamment garder les Citoyens sous contrôle car de petits groupes d’Eveillés commencent à semer le trouble. Quel qu’aie été la genèse de tout ceci, le passage du temps a tronqué la majorité de nos références culturelles actuelles. L’indien Jéronimo a notamment laissé sa place au gangster Italien, Al Pacino ! Tout un poème !

Les archétypes : 

12 types de personnages vous sont proposés pour jouer dans Utopia, que vous soyez du côté des Agents ou des Eveillés. Parmi ceux-ci le Technicien du Centre (un travailleur ou une travailleuse, souvent expert en robotique !), l'Artiste concepteur (celles ou ceux qui modlent le paysage urbain au quotidien... ou parsèment les édifices des A de la révolte), l'Escroc (de la production de masse au marché noir), le Robot (un servo-robot de type robot domestique, mais doté de puces émotionnelles...), le Pilote (un ou une experte capable de piloter à peu près tout ce qui vole...), l'Expert en armes lourdes (spécialiste en armes lourdes type fusil laser lourd et en démolition), le Profiler (des experts en psychologie criminelle, utiles d'un côté comme de l'autre...), le Cyborg (accident volontaire ou non, certains ont besoin de s'y essayer pour se surpasser...), l'Expert en arts martiaux (héritiers de traditions antiques, mais dont les corps sont aussi affutés que leurs lames), l'Androïde de combat (que dire de plus ?), la Rebelle (une ou un Eveillé qui exploite pleinement ses dons depuis son Eveil...) et le Contremaitre (car même si il y a beaucoup de techniciens, ces cadres sont assez présents à Utopia). 

Le système de jeu (en bref !)

Un personnage d'Utopia est défini par une statistique allant de 1 à 5, appelée Stat. On note Combat, Force, Agilité, intellect, Volonté et Charisme (oui rien que du classique !). Le système de jeu utilise ensuite majoritairement des D10. Pour entreprendre une action simple, un joueur lance autant de dés que la stat de son personnage (auxquels s'additionne, arme, compétence, spécialité ou avantages de l'environnement... jusqu'à un maximum de 8 dés). Une fois les dés lancés, on oppose les résultats de chacun des dés face à un seuil de difficulté allant de 2 (enfantin) à 10 (surhumain). Chaque dé supérieur ou égal à ce seuil permet de remporter un succès. Plus on obtient de succès, plus la réussite est flagrante ! 

La gestion du stress, de la fatigue et des blessures 

Lorsqu'un personnage est fatigué voire blessé, ses stats baissent d'un ou plusieurs paliers (ses D10 deviennent des D8, des D6 ou pire, des D4 !). Pourquoi ? Vous avez beau être le meilleur d'un domaine, quand vous êtes fatigué, blessé ou diminué, et même bardé de matériel technologique, ça devient sacrément dur de sauver sa peau ! A l'inverse, lorsqu'un personnage (en pleine forme physique) active une drogue de combat, un boost d'adrénaline ou un implant cyber, ses D10 peuvent devenir des D12, le rendant ainsi proprement surhumain. Le D20, quant à lui, est réservé à quelques rares abbérations génétiques ou à des robots de combat particulièrement puissants. 

Roleplay, points d'Utopie et de dystopie 

Pour équilibrer la mortalité du système où un seul et unique jet permet de déterminer si on touche et combien on inflige de dégâts, des points d'Utopie sont décernés par le Maître de jeu (appelé ici Haut Dignitaire). Ces points permettent d'acheter des dés supplémentaires (toujours dans la limite de 8) ou des succès. Les points d'Utopie peuvent également être utilisés par les joueurs pour participer à la narration en changeant, par exemple, des éléments de décors à leur avantage (ressort bien connu des jeux du système Cortex). Précisons qu'on obtient ces points d'Utopie en interprétant correctement les citations, faiblesses ou autres habitudes de son personnage, donc grâce au Roleplay. A l'inverse, le Haut Dignitaire récolte lui des points de dystopie qu'il peut utiliser à loisir contre les Citoyens récalcitrants. 

Et le reste ?

Bien sûr, le système possède davantage de règles spécifiques, notamment en ce qui concerne les combats. On y trouve aussi des règles optionnelles pour les vétérans afin de réduire les lancers de dés pour se concentrer sur la narration. Une règle optionnelle permet également de se servir du D20, comme chez Chaosium, pour les tables de localisation (personnages ou véhicules...). 

Le roman dont s'inspire le jeu de rôle 

Tout comme dans le roman « Utopia, penser nuit gravement à la santé » de Sullivan Lord, Utopia est un jeu qui allie action, humour et une sacré dose de mystères à élucider. Car à Utopia, rien n’est jamais ce qu’il paraît. Si la lecture du roman « Utopia, pensez nuit gravement à la santé » de Sullivan Lord peut s’avérer utile pour appréhender la réalité de ce monde distordu, elle n’est absolument pas obligatoire pour jouer. Utopia n’est donc pas un produit dérivé mais bien un authentique jeu de rôle ! Le roman papier figure dans les contreparties disponibles !

Petite vidéo, extraite de Viméo et présentant Utopia, penser nuit gravement à la santé, le roman d'origine. Un bon moyen de se faire une idée plus précise du cadre de jeu.

 

A quoi va servir le financement ?

Un monde démésurement SF qui rappelle tout à la fois Blade Runner, Ghost in the Shell ou Bienvenue à Gattaca ! La toile intitulée Station fait également partie des contreparties proposées en édition limitée. 

Une gamme complète, clés en mains 

Lors de ce financement participatif, nous espérons parvenir à éditer l’intégralité de la gamme. Le Guide de survie du Citoyen se destine aux joueurs, aux joueuses et aux Maîtres de jeu (celui qui organise la partie et fait vivre les aventures). Le Manuel d’oppression du Haut Dignitaire se destine principalement aux Maîtres de jeu (ici, nous l'appelons Haut Dignitaire, d'où le titre de ce livre). L’écran de jeu servira à tout votre groupe. C'est un mémo facilement utilisable qui résume les règles phares d'un côté et vous propose une superbe illustration de l'autre. Il vous faudra également un set de dés pour vous lancer dans cette nouvelle aventure. De nombreuses contreparties seront bien évidemment proposées. Le franchissement des paliers sociaux et financiers serviront également à déverrouiller des goodies que nous offrirons à tous les Ululers qui auront opté pour des contreparties physiques. 

Envie de voyager à Rétro-city sur les traces d'un Grand Ancien ? Le scénario de l'écran vous y conviera. Rétro-city, la dernière des toiles de Maxime proposée en édition limitée.

Le Guide de survie du Citoyen

Le Guide de survie d’Utopia est avant tout un jeu de rôle d’initiation, destiné aux débutants (que ce soit en tant que joueur ou Maître de jeu). Ecrit et conçu par un romancier (également ludothécaire diplômé de FM2J), il est le fruit de plusieurs années de conception et a été pensé pour permettre une prise en main rapide (y compris par les non initiés ou les joueurs et Maîtres occasionnels). Le Guide de survie du citoyen comporte le background (la descrption de l’univers d'Utopia) et le système de jeu complet (mais également de nombreux exemples). Même si deux chapitres sont consacrés au Haut Dignitaire (le premier aborde la maîtrise du jeu, le second est un scénario d’initiation), ce guide se destine avant tout aux joueurs (débutants ou non) et aux futurs Maîtres Hauts Dignitaires. Conçu sur un mode évolutif, ce jeu ravira également les vétérans puisqu’il comporte une partie méta-game, permettant de réduire les lancers de dés et de nombreuses règles avancées. Le Guide de survie est donc un jeu évolutif qui présente de nombreuses possibilités de jeu. La fiche de personnage peut ainsi s'utiliser en mode débutant (recto) ou en mode expert (recto-verso).  Vous y trouverez également des personnages pré-tirés (autrement dit, prêts à jouer) et le scénario de jeu « Baptême du feu ». La premier palier financier atteint permettra de débloquer une première série de fiches de personnage en couleurs dessinées par David Ivaha. Précision importante, ce guide seul suffit pour commencer à jouer !

Le Manuel d'oppression du Haut Dignitaire 

Si le Guide de survie s’adresse majoritairement aux joueurs, le Manuel d’Oppression se destine au Haut Dignitaire. Ce joueur, à la fois réalisateur (et parfois scénariste), anime la partie et incarne toutes les embûches qui se dresseront sur la route des personnages. Il joue également plusieurs rôles puisqu'il incarne les personnages majeurs et mineurs que croiseront les héros. A nouveau, ce Manuel a été pensé et écrit pour les joueurs et joueuses qui n’ont aucune expérience dans la maîtrise et l'animation de parties de jeux de rôle. Outre des dizaines d’idées de scénario, de conseils et de références, ce Manuel comporte également  6 scénarios qui forment une saison complète d'épisodes (en référence aux séries TV). Cette « saison » appelée "Utopia Blues" vous permettra de jouer pendant plusieurs mois au gré de vos envies, du côté des forces du Sécu-Réseau. Avec ses règles en mode débutant ou avancée , ce Manuel est pleinement évolutif et permet de nombreuses possibilités de jeu. Ouvrage de référence, il se suffit à lui-même et peut servir à des Maîtres qui souhaiteraient utiliser ses règles et conseils dans d'autres gammes dites réaliste (et pas forcément Utopia). Bref, un livre qui va vous donner de sérieuses bases pour devenir Haut Dignitaire et concevoir des aventures (ou vous permettre de réviser). Si le monde d'Utopia vous a intrigué lors de votre première aventure (soit l'épisode pilote), vous pouvez enchaîner avec une saison entière d'épisodes !

Devenez LE partenaire privilégié de STAT Games 

En participant à ce Ululement, vous n’éditerez pas seulement un jeu, vous devenez partenaire de la création d’une maison d’édition. Si vous souhaitez nous aider, vos contreparties nous permettront d’éditer notre tout premier jeu. Mais vous nous donnerez surtout la possibilité d’éditer d’autres choses. Stat Games siginifie Stratégic Tactical Assault Team (équipe d'assaut stratégique et tactique). Ce nom a été crée sur le modèle et en référence à TSR (soit Tactical Studies Rules), l’éditeur de Donjons et Dragons ou de Marvel Super Heroes. C’est aussi une référence au terme statistique ou caractéristique, utilisée dans de nombreux jeux de rôles outre-atlantique. Comme TSR, nous éditerons des ouvrages légers, d'environ 96 pages, mais cartonnés et en couleurs. Ceci afin de nous adresser au plus grand nombre d'entre vous et espérons-le, de séduire un nouveau public. Devoir lire un pavé pendant des semaines avant de pouvoir jouer, c'est parfois devenu fatigant (y compris pour les vétérans que nous sommes). Et on ne parle pas de la lecture des extensions qui font aussi partie du processus. Chez Stat, nous pensons qu'il est temps que le jeu de rôle évolue avec des formats plus légers, des illustrations plus immersives, mais surtout avec des mécaniques de jeu plus souples. Avec ce premier ululument, nous espèrons donc devenir le partenaire privilégié de vos idées et de vos envies.   

La Zone D, un quartier d'Utopia où il fait bon de vivre... dans un bonheur extatique ! 

Que dire à un joueur vétéran qui souhaiterait en savoir plus ?

Nous avons déjà crée et éclusé 3 systèmes de jeu différents avant de nous arrêter sur des mécaniques qui collent totalement  à l’univers trépidant d’Utopia. Si le jeu utilise tous les dés existants, dont des dés à 10 faces, Utopia reprend certaines mécaniques de systèmes usités tels que Vampire ou Shadowrun. Il améliore cependant la jouabilité de ces mathusalems en limitant les lancers de dés (le palier maximal de dés à lancer et de 8 et il n’y a pas de dés explosifs comme dans Star Wars D6). Par ailleurs, un système de point d’Utopie et de Destin permettent aux joueurs d’influer sur les événements et de participer à la création des intrigues. Ce jeu plaira donc tout autant aux amateurs de jeux simulationnistes que narratifs.

Où en sommes-nous, mon capitaine ?

Côté texte, l'écriture  (background et scénarios, notamment) est en cours de finalisation. Côté illustration, toutes les illustrations de Maxime sont finalisées. Il nous reste quelques illustrations à réaliser (principalement les plans de Dydy et les dessins des futurs personnages des contreparties par David). Les couvertures, l’écran et les illustrations intérieures couleurs sont toutes terminées. 

Le jeu sort quand ?

Notre financement Ulule s’ouvre au mois d'octobre. Nous avons déjà financé une grande partie des illustrations (décors, couvertures, écran, illustrations intérieures, plans et dessins de personnages…). Tout ce que vous voyez sur ces pages sera donc dans les livres. Au moment du lancement, il nous restera quelques derniers béta-tests, quelques textes à boucler et la mise en page à faire. Si le projet fonctionne, nous pourront finaliser le tout et engager le paiement des frais d’impression, les derniers dédommagements des auteurs et dessinateurs. Si le financement est atteint,  vous receverez donc votre jeu en mai prochain pour y jouer lors de l'été. La livraison des toiles est indiquée plus tardivement car nous souhaitons prendre toutes les précautions pour les envoyer sans crainte et sans aucune précipitation et avec une protection maximale dans vos lieux de résidence. 

Modalités à lire impérativement   

A la différence d'autres campagnes, toutes les contreparties sont indiquées frais de port compris pour la France métropolitaine, l'Espagne, la Belgique et le Luxembourg. Pour ces pays, livraison en point relais exclusivement. Pour les autres pays d'Europe, prière d'ajouter 4 euros. Amérique du Nord, comptez 50 euros de plus. Autres pays, nous contacter. Pour les ouvrages qui comporteront des noms ou pseudos à ajouter (générique de début ou de fin), les contreparties ne sont pas cumulables. Autrement dit, nous ne mettrons qu'un seul nom. Merci de votre compréhension. 

À propos du porteur de projet

Utopia, les auteurs 

Utopia est un jeu de rôle de Sullivan Lord avec des illustrations de dessinateurs renommés (ou au talent certain) tel que Maxime Delcambre, David Ivaha, Dydy box et Audrey Hourdin. Il est édité par Stat Games, une toute nouvelle maison d’édition, portée par des bénévoles passionnés et basée dans la région Grand Est. Son objectif sera d’éditer des jeux de rôle, des jeux de société et des romans. Sullivan, Ven'Gir et Audrey sont aux manettes pour la partie scénario. Utopia est notre premier projet d'envergure. 

La vision de Stat games 

Ce que nous voulons, c'est principalement nous faire plaisir en créant des jeux auxquels nous aimerions jouer. Acquérir des licences qui nous plaisent et les développer au mieux de nos capacités. Garder constamment cette notion d’envie et de plaisir créatif, sans omettre nos objectifs financiers et artistiques. Remettre la recherche de nouveaux joueurs et de joueuses (car il y en a) au cœur des processus créatifs. Créer des jeux simples et faciles à mettre en place, avec des scénarios abondants et surprenants. En effet, les scénarios d'Utopia vont sérieusement secouer vos habitudes et réflexes de jeu habituels. Un autre objectif ? Nous souhaitons redonner l'envie à certains joueurs vétérans de quitter leurs jeux de plateau. Et ensuite ? Et bien, de se remettre à jouer aux jeux de rôles, y compris avec leurs enfants.  

Qui sommes-nous en tant que joueurs ?

Membres de divers clubs (dont l'historique Club de la Licorne), nous avons expérimenté de multiples jeux de rôle avant de fonder notre propre asso en juillet 1999, Dark Millenium. Nous sommes passés de l’Heroic Fantasy aux univers lointains sans négliger les noirceurs du Monde de ténèbres et les tenues colorés des super héros. Nous avons également joué à des jeux de plateau, à des jeux de cartes et organisé des dizaines de Grandeurs Natures et de Murder Party (nous avons d'ailleurs quelques projets d'édition de ce genre dans nos cartons). 

La première vidéo d'Utopia, le jeu de rôle !

Qui sont les agents de Stat Games engagés sur Utopia ? 

Sullivan Lord

Sullivan a entièrement conçu le jeu de rôle Cobra d'après l'oeuvre de Buichi Terasawa en 1997 pour la société IDE/Ak Vidéo. A la même époque, il a participé à la reconnaissance du jeu de rôle via ses rubriques dans l’émission Mangazone sur MCM. Il a également travaillé pour Chroniques d'Outre monde ou Casus Belli (première version). On le connaît davantage pour ses travaux en tant que romancier (Elégie pour un vampire, Les Saigneurs Cardinaux, le Règne des Immortels, notamment). Des romans cultes et épuisés, toujours dispos au format Kindle sur Amazon. Ces ouvrages seront prochainement de retour sous format papier et certains de ceux-ci sont déjà dispos dans ce financement participatif. Sullivan a également porté le projet Cobra chez un autre éditeur en 2013 où il est également crédité en tant qu'auteur (lire notre droit de réponse aux allégations de Pulp Fever dans la section news). Il a également collaboré à diverses anthos principalement pour des amis auteurs ou éditeurs. Ludothécaire depuis deux années, il met ici ses compétences littéraires (plusieurs romans de 300 pages édités), sa connaissance encyclopédique des jeux de rôle et son savoir ludique au service de ce nouveau projet.  Sullivan Lord a notamment travaillé avec Olivia pour réaliser plusieurs couvertures de ses romans. 

Maxime Delcambre
Depuis toujours, Maxime Delcambre est passionné par l'art et le jeu vidéo. Il devient concept artiste et illustrateur en suivant une formation de Game Artiste 3D. Il mixe ainsi la 3D et sa passion pour la digital painting pour créer des artworks ou l'imagination n'a pas de limite. C'est aujourd'hui un artiste accompli qui aime partager sa passion à travers des tutoriels en ligne ou dans des magazines spécialisés.

La rame de métro C, celle qu'emprunte un certain 451 pour se rendre à son travail sur les chaînes d'usinage. Petit instantané de la vie quotidienne de la cité. Un autre dessin de Maxime, disponible également dans les contreparties. 

David Ivaha

Passionné par les sciences et le multimédia, David Ivaha a travaillé sur de nombreux projets de bandes dessinées à titre associatif et bénévole. Dessinateur dans l’âme, il privilégie plus les coins de table à la tablette graphique. Surtout lorsqu’il faut donner vie à la quantité d’idées qui débordent de sa tête. Enfant spirituel des Monty Python pour ce qui est de l’humour, il constate qu’il ne fait rire que lui-même… et ce n’est pas plus mal !

Quelques unes des magnifiques esquisses de David Ivaha et qui rejoindront les tables de jeu prochainement. David est le dessinateur attitré des sections personnages des ouvrages.  

Dydy box 

Partagée entre les jeux de société et le monde du tatouage, Sandy Fremau alias la Dydy box commence doucement à émerger de son sommeil ! Entre illustration et graphisme, l'adage serait de faire de sa passion son métier. Parce que des images valent mieux que des mots, Dydy vous invite à découvrir le livre ainsi que le jeu Utopia au plus vite !

Utopia est un univers ou certains robots ont beaucoup de personnalité. Voici donc quelques uns des très jolis robots rétros dessinés par Dydy box. Dydy s'occupe également de certaines des maps de la cité d'Utopia..

Audrey Hourdin

Audrey accompagne Sullivan sur la majorité de ses projets. Elle fut d'ailleurs la première à designer et à donner vie à la ville d'Utopia. Crayonnés, couvertures de livres, peintures, colorisations, esquisses préliminaires, Audrey à également conçu les graphismes des trailers du Lord. Outre sa tablette graphique qu'elle utilise pour mettre en couleur et harmoniser les graphismes du jeu, elle écrit également.

Marion Dumont

Marion met en page les ouvrages, a designé les logos et va s'occuper de la PAO afin de faire d'Utopia un jeu sacrément hype. Infographiste depuis deux ans maintenant, elle a toujours aimé dessiner, notamment des choses étranges et absurdes, ou encore faire des portraits animaliers. D'ailleurs elle adore les animaux. Toi, là, sache qu'elle te voit, et si tu fais du mal à un zanimaux, elle viendra chez toi et te jugera en silence ! Tout comme David, c'est aussi une grande fan des Monty Python. Son légume-fruit préféré est la tomate.

Ven'Gir

GNiste accompli, Ven'Gir rejoint également la Team. Passionné d'histoire dont il a fait son métier, Ven'Gir aime le fantastique et les histoires tortueuses. C'est avec plaisir qu'il s'est immergé dans l'univers dystopique et futuriste d'Utopia pour proposer quelques aventures aux futurs joueurs. Tout comme Audrey, il fait partie des scénaristes du projet.  

Tout ceux qu'on ne peut citer, faute de place :

Il y a beaucoup d'acteurs invisibles qui font d'Utopia le jeu qu'il est aujourd'hui. Nous ne les oublions pas et ils seront tous crédités si nous parvenons à éditer ce jeu avec votre concours. On pense aux amis où aux clubs qui suggèrent des choses ou des points de règles mais également à Sandra et JC, nos relecteurs et correcteurs. 

DROIT DE REPONSE AUX ALLEGATIONS DE PULP FEVER !

Quand nous sommes arrivés ici, nous pensions juste faire la promo d'Utopia. Etant l'auteur de l'intégralité du jeu d'origine Cobra Space Adventure (IDE/AK vidéo), nous l'avions juste cité à titre d'exemple. Bien que crédité comme auteur de la partie texte et encyclopédie du remake de 2013, nous n'avions même pas évoqué cette version ! Vous l'aurez facilement compris, Pulp fever a utilisé le jeu de 97 et conteste maintenant ma participation à celui de 2013 ! Si vous avez le jeu de 2013 en question, il vous suffit de l'ouvrir à la page des crédits pour confirmer mes dires. Hop là ! Je précise que je n'ai falsifié aucun document (visuel ou autre) et que si Pulp Fever souhaite contester mes propos, mon avocate les attend de pied ferme. Ah, j'oubliais, ils ne m'ont toujours pas payé un seul euro de droits d'auteurs, mais bon, vous vous en doutiez aussi. C'est cool, Pulp Fever renaît. Mon chèque va sûrement arriver ! Allez, place à ce volet passionnant et oublié de l'histoire du jdr qui devient, de fait, totalement publique à partir d'aujourd'hui. Prenez des pop corns, on se la joue en cinémascope !

Aux origines du jeu de rôle Cobra

C'est à la fin des années 90 que je rencontre Mr Amato de la société IDE/AK Vidéo. Bien qu'inconnu en tant qu'auteur (quelques piges sous mon nom dans des magazines de jdr) je lui propose le jeu de rôle Cobra (d'après le personnage du génial Buichi Terasawa). Intéressé par l'idée et possédant une licence étendue (autrement dit, la possibilité d'éditer des produits autres que des vidéos), il m'engage en tant que chef de produits. IDE/Ak Vidéo se charge donc des négociations. Le premier dessinateur que j'approche pour le projet sera un certain Willy Dupont (qui vit à cette époque dans les Ardennes). Du fait de notre licence, le seul background que l'on peut développer est celui de l'animé. Je passe donc des après-midi entières à visionner chaque minute pour déterminer, entre autre, les caractéristiques des héros et des vilains (compter les coups de poing de Cobra, déterminer les dommages, truc de geek, quoi...). Après une année et demie de travail, alors que le jeu est finalisé et que la version béta du jeu circule dans les milieux du jeu de rôle (dans les bureaux de Casus Belli ou encore dans ceux de jeux Descartes...), Ak Vidéo subit des revers financiers. Bien que promu en grande pompe au salon du jouet, IDE doit se séparer de toute la gamme (car il y avait d'autres titres à venir dont les Citées d'Or ou encore Albator...). Cobra ne verra donc jamais le jour. Le jeu d'origine utilisait une table universelle inspirée de l'excellent Marvel Super heros (une inspi parfaite pour un jeu d'initiation) et deux D10. Notez que des tables universelles, il y en a aussi dans James Bond, Chill ou même Cthulhu. Destiné aux débutants, ce jeu de space opéra permettait de jouer les personnages de Terasawa ou de créer son propre perso. Il comprenait deux manuels finalisés et le cd des musiques de Kentaro Haneda (édité à l'époque par Ak Vidéo). Des figurines étaient même en développement. Une page se tourne.

Le remake du jeu de rôle Cobra en 2013

Au moment où Alexandre Aja annonce le film Cobra, Willy Dupont (avec qui je suis resté en contact, via Fb depuis son départ des Ardennes) me contacte. Il me parle alors d'un petit éditeur pour lequel il vient de créer Dés de sang, Pulp Fever. Sur ses conseils, je contacte donc cet éditeur, sachant que je négocie déjà la licence depuis de nombreux mois avec l'agence qui gère les droits de Buichi Terasawa, A-Girls rights. Après des mois de négociation ardue (et car j'ai la flemme d'éditer ce jeu moi-même), je les convainc donc de signer avec Pulp Fever à qui je fais pleinement confiance. Petit mail d'époque.

Mail du 14/11/2011 de Sullivan Lord à Ag-rights

Re : Cobra Licence on a roleplaying game (pen and paper) : last details

Dear Akiko,

Thank you very much for your patience. I return towards you with excellent news. My publishing partner agrees to publish the roleplaying game in France... Would it be possible to finalize the contract for France by adding the following indications ? Author of the future roleplaying game : Sullivan Lord. Publishing house for France : Pulp Fever Edition.

Pour assurer son contrôle total, Laurent Rambour, m'éjecte de la table finale des négociations. Je ne signe donc rien avec le Japon, mais dans les faits, le boulot de mise en relation et l'idée d'origine, ce sont les miennes. Pulp Fever décide de garder tous mes textes et de m'en faire écrire des dizaines et des dizaines d'autres. Un travail de titan, même pour un romancier et scénariste chevronné (même sur des projets audiovisuels, on ne m'avait pas demandé de produire autant et si rapidement). Une folie ! Ils souhaitent cependant retravailler le système. En gros, Laurent Rambour remplace la table universelle d'origine (inspirée de Marvel) par une autre (inspirée cette fois-ci d'INS/MV de Croc). Et il change les deux D10 en deux D6 ! Quels changements majeurs ! Quant à dire que je me suis inspiré des notes de visionnages d'Elise pour rédiger mes textes, cela me fait doucement rire car la licence négociée portait sur les mangas de Buichi Terasawa. Des notes de visionnages ne servent à rien quand on adapte un manga ! Mais bon, passons sur ce énième détail cocasse. Au passage, j'écris également un scénario, inspiré d'une aventure de Buichi Terasawa, qui tournera dans les conventions et recevera d'excellents accueils. Ca aussi, ils ont du l'oublier. Le jeu sera donc relancé avec Rambour et moi-même aux commandes. Pour minimiser le fait que je suis l'auteur de l'idée d'origine et mon importance sur le projet, Pulp Fever engage une équipe de scénaristes, dont Willy Dupont. J'accueille cependant Willy, à bras ouverts car il fait le lien avec les deux éditions.

Petit message fb du 04/01/2013 de Willy Dupont 

Salut, Comme tu le sais, j'écris un scénar pour Cobra jdr. J'aurais besoin de précision sur l'univers car j'ai vu les DA récemment mais je n'ai pas lu les mangas.

En 2013, Pulp Fever édite le jeu et me crédite en tant qu'auteur. Cependant, ils m'envoient un contrat clairement abusif (où je cède tous mes droits sur mes textes pendant 30 années, rien que ça !!!). Je le dénonce donc auprès de mon avocate. Il apparait rapidement qu'une procédure judiciaire coûtera plus d'argent que les recettes du jeu. Je récupère donc mes textes et l'affaire n'ira pas plus loin. Quelques éléments seront dévoilés ici ou là dans la presse jeu de rôle. Bref, les ennuis du "pigiste" semblent terminés... 

Utopia, un nouveau jeu de rôle

En 2017, je reviens donc avec un nouveau jeu, inspiré d'un de mes romans. Le "pigiste" a écrit plusieurs romans, dont Utopia, un roman de SF qui lorgne sur les univers de K Dick dont je suis fan. L'un des précédents romans de ce gars a aussi reçu les éloges de Maurice G Dantec, mais bon on est là pour parler de jdr et pas de littérature, non ? Laurent Rambour et quelques autres individus commencent à nuire au projet. Parmi les attaques, il tente de faire sauter une vidéo de France 3 présentant mon parcours littéraire (et dont les dernières secondes parlent du jeu de rôle Cobra dont je suis toujours l'auteur, rappelons-le). Il n'y parvient pas car j'ai fourni toutes les preuves de paternité de mes textes et de la vidéo à Ulule. Il attaquera donc l'hébergeur (qui, ignorant les dessous de l'affaire, enlèvera la vidéo). 

A propos de la vidéo enlevée par Pulp Fever (Mail de Sullivan Lord à Pulp Fever du 11/06/2013 à 17:49)

De mon côté, j'ai pu décaler le reportage de France 3 au mardi 25 juin, comme ça pas de risque que le jeu arrive trop tard à cause de la poste. Concernant Cobra, il y aura donc une présentation du jeu, un morceau "en live" pour expliquer les principes d'un jeu de rôle et l'interview de quelques joueurs ayant testé le jeu en avant-première lors de la convention des Ardennes. Je vais tenter de voir s'il est possible que cette partie de l'émission soit relayée en national, mais il y aura un lien pour que tout le monde puisse voir l'interview sur le net. C'est pas cool, ça ?

Reponse de Laurent Rambour : C'est génial !

A cause de ces soit-disant "disclaimers" et de cette mauvaise pub, nous n'avons atteint que 3500 euros, mais vu le lynchage médiatique opéré par certain(e)s, c'est je pense, une sacrée réussite ! Sans ces attaques, nous serions sûrement arrivés à atteindre nos objectifs. Mais rien n'est perdu car nous ne lâcherons rien. Utopia verra le jour très prochainement. Ici ou ailleurs. Keep going. Merci à toutes celles et ceux qui nous ont soutenus. Pour vous remercier, nous allons envoyer un exemplaire du roman Utopia à chaque soutien qui a misé un minimum de 100 euros. N'enlevez pas vos dons avant la fin du projet, le temps que nous récupérions vos adresses exactes. Vous pourrez prochainement jouer à ce jeu et c'est l'essentiel ! En attendant, suivez ma page auteur Facebook, Sullivan Lord et celle-ci pour les futures news ! Cette campagne Ulule fut passionnante en tout cas. Merci encore à vous ! 

FAQ

Si vous avez encore des questions, n'hésitez pas à contacter le porteur du projet.

Poser une question Signaler ce projet