BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

UNE ESTAMPE Pour Tous

Pour un Tirage

À propos du projet

Une estampe pour vous, un tirage pour moi, c'est sur ce deal « gagnant, gagnant » que j'en appelle à votre participation.

Je suis artiste graveur et je souhaite financer l'édition d'une ou plusieurs gravures en 100 exemplaires chacune.

Je possède aujourd'hui un fond d'une quarantaine de plaques gravées.
Je les imprime au compte-goutte pour économiser de l'argent et de la place.
Le bon coté, c'est que je ne gaspille pas le papier.
Le moins bon, c'est que cette activité d'imprimeur intermittent m'éloigne de la création et rend le tirage plus difficile.
Les premières épreuves d'un tirage portent les stigmates de tâtonnements au niveau des réglages avant la mise au point. Une fois celle-ci obtenue, une chorégraphie se met en place et l'impression gagne en précision et en qualité.
Morceler un tirage, c'est se mettre en danger et perdre en route ces précieuses indications.

Ma dernière création sera imprimée en priorité.
D'autres tirages seront complétés à partir de vos choix.

Cliquez sur une des images à suivre pour en voir (beaucoup) plus

Pour ceux qui ne connaissent pas la gravure

Il ne faut pas considérer la gravure comme une discipline austère, réservée à une élite intellectuelle, ou trop poussiéreuse pour sortir des « cabinets d'estampes ». Ce serait dommage et vous passeriez à coté d'un art débordant de vitalité et d'originalité !

Dans notre monde en effervescence technologique permanente, les beaux métiers se font discrets. Il reste encore cependant quelques irréductibles agissant dans la marginalité, pour remettre au goût du jour des pratiques séculaires avec lesquelles la machine ne rivalise pas encore.

L'estampe est le fruit d'un tirage en multiples exemplaires imprimés à la main à partir d'une matrice.

La famille de l'estampe recèle de nombreuses techniques, mais je n'en pratique qu'une seule que j'ai décidé d'approfondir depuis un certain jour de 1984 où j'ai tenu en main pour la première fois un burin.
Je me limite à ce qu'on appelle la taille directe.


Graver une plaque, c'est oublier que le temps s'écoule et qu'il existe un espace au-delà des quelques centimètres carrés qui entourent la main. La pointe du burin donne vie à la pensée.

Vous n'imaginez pas ce que la sinuosité d'un trait peut éveiller d'émerveillement dans l'esprit d'un artiste.

Ciselé dans la matière, ce trait devient le fil conducteur d'un voyage au long cours, riche en sensations et propice à la méditation. De cette aventure intérieure, je ne peux malheureusement offrir que le fruit, l’œuvre finale, un peu comme ces explorateurs qui vous ramènent des photos exotiques de lieux que vous ne pourriez pas imaginer sans elles et ne rêvent que de trouver l'argent pour repartir.

Je ne me contente pas du burin.
Différents outils me permettent de creuser la matière. Au final, chaque creux recevra de l'encre qui sera ensuite transférée sur du papier.

Dans ma panoplie, le burin est le plus agressif. Il enlève un copeau de matière en profondeur avec une précision extrême. Il donnera un trait incisif aux bords bien nets.
La pointe-sèche est plus caractérielle, tenue comme un crayon, elle griffe la surface.
Le graveur électrique à micro-percussions, que j'ai un peu modifié, agit comme un marteau piqueur lilliputien et donne des traits en pointillés très rapprochés.

Comme pour beaucoup d'artistes innovants, la recherche est une part inhérente et jubilatoire de mon travail. Je revisite les techniques traditionnelles en ajoutant ma propre cuisine, en espérant un résultat différent, plus personnel.

J'utilise comme support le Plexiglas. C'est la matière idéale pour exprimer toute la finesse désirée.
Enfin, le tirage est l'accomplissement d'un travail qui a duré parfois plusieurs mois. L'épreuve est imprimée en suivant un rituel d'essuyage à la main complexe qui devra être renouvelé pour chaque exemplaire.

En fin de tirage, la plaque est symboliquement détruite pour conférer à l'édition sa valeur artistique.

Voici une vidéo qui vous montre les différentes étapes et vous familiarisera avec ma méthode de travail.



Mon projet

Pour aller de l'avant, il est parfois nécessaire de gagner en puissance. A ce stade, un entrepreneur irait voir un banquier pour obtenir un prêt. Pour un artiste de 56 ans abonné aux aides sociales, cette solution n'est pas négociable.
Une œuvre artistique n'est pas une marchandise comme les autres, ni l'artiste un entrepreneur comme les autres.

Pour beaucoup d'entre nous, isolés dans l'intimité de notre atelier, la pierre angulaire est d'établir le contact avec un public bien disposé. Cet accueil bienveillant est d'une importance primordiale car toute passion a besoin d'être alimentée pour grandir.

Les expositions sont une occasion d'aller à la rencontre de ce public, mais elles ne sont pas toujours ciblées. Il faut voir défiler beaucoup de visiteurs pour en intéresser quelques-uns.
Dans ce contexte, payer pour être vu devient de plus en plus la norme et ouvre la porte à de nombreux abus dont les artistes sont souvent les victimes.

Pour assurer leur pérennité, l'acte d'achat doit devenir un acte partisan et la traçabilité d'une œuvre, une règle.

En participant pour la première fois à une opération de crowdfunding, je souhaite donner un coup d'accélérateur à ma carrière ; faire table rase du passé pour ouvrir le champ à de nouvelles créations.

Toutes les gravures actuellement en vente sur mon site peuvent être choisies comme contrepartie.

Une contrepartie = une ou plusieurs gravures

Quelle que soit l'importance de votre soutien, vous êtes assurés de recevoir en échange une estampe d'une valeur supérieure.

Même si l'objectif est l'édition d'un ou plusieurs modèles, cette opération m'offre la chance de remercier ceux qui m'ont déjà fait confiance par le passé en achetant une œuvre et d'en encourager d'autres à me découvrir.
J'ai fixé un plafond assez bas, mais ce n'est pas une limite. C'est juste un palier, une assurance supplémentaire que cette opération ira jusqu'à son terme et que chacun recevra le prix de sa contribution.

Les réseaux sociaux jouent un rôle déterminant dans la réussite de cette entreprise.

Je compte sur vous pour me soutenir en partageant avec vos propres réseaux durant cette courte et prometteuse aventure d'un mois.

A sa conclusion, vous recevrez une ou plusieurs estampes originales numérotées et signées (dans la limite des exemplaires disponibles) accompagnées sur demande d'un certificat d'authenticité.

N'attendez pas la dernière minute, sous peine de voir votre choix vous passer sous le nez.
Le nombre d'exemplaires pour chaque tirage étant limité, les sujets les plus appréciés risquent d'être épuisés rapidement, d'autant plus si le tirage est déjà bien entamé.

J'ai également besoin de connaître vos choix pour limiter le plus possible votre attente en imprimant en priorité les œuvres retenues.

A quoi va servir le financement ?

L'ensemble du financement correspondra à la rétribution des contreparties.

J'y prélèverai une part pour payer les 8% destinés à Ulule.

Le reste sera réinvesti pour financer l'achat des fournitures indispensables (papier spécial taille-douce, papier japon, encre taille-douce, tarlatane, boîtes de stockage, etc...) ainsi que les frais de livraison.

Les contreparties


Pour 8 ou 16 euros

Une de mes fabuleuses cartes (en réalité ce sont des gravures) que tout le monde aimerait recevoir pour ses vœux.
D'un format qui rentre dans une enveloppe, elles n'ont rien à envier à leurs grandes sœurs pour la finesse d’exécution et l'originalité du sujet.



A partir de 30 euros (voir site)

Là, vous faites une affaire parce que je n'ose pas faire payer le travail réel qui se cache derrière chaque format modeste. Pour la petite histoire, j'ai passé un mois à graver la plaque intitulée « Cigale en Atlantique » alors qu'il m'a fallut trois semaines pour graver celle des « trois sages » pourtant beaucoup plus grande.



Pour 70 euros et plus (voir site)

On arrive à la frontière des grands formats, pour une gravure au burin s'entend. Ne perdez pas de vue que quel que soit le format, le travail est toujours fait en miniature, comme pour les timbres poste ou les billets de banque (non, je ne fais pas ce genre de choses).
C'est sans conteste le « hérisson » qui remporte le plus de suffrages, mais comme c'est une gravure récente, il m'en reste encore.





Au-delà des 100 euros (voir site)

Je me sens irrémédiablement attiré par les grands formats. Le plus grand de tous dont j'ai fait ma bannière a représenté neuf mois d'un travail assidu rien que sur les plaques avant l'accouchement final. J'en vends malheureusement très peu mais ils me permettent de gagner en visibilité dans les expositions où je partage l'affiche avec de nombreux confrères.




Pendant ce mois de folie, je ne vais pas rester les bras croisés. Je vais imprimer, imprimer et encore imprimer. Plus j'aurais de commandes, plus j'aurais le sourire, mais aussi du taff, quand même.

Je ne peux pas vous promettre un délai standard avant la livraison.
Certaines gravures sont en plusieurs couleurs, donc en plusieurs plaques (une par couleur) et je laisse sécher l'encre environ trois semaines entre chaque couleur pour ne pas écraser les traits de la précédente (je suis perfectionniste, je sais).
Si vous ne voulez pas recevoir une estampe toute gondolée, il vaut mieux aussi prendre son temps pour un séchage à plat sous bonne pression. Ce qui est sûr, c'est qu'elles vous parviendront bien protégées où que vous soyez à condition d'avoir correctement renseigné votre adresse.

Pour les plus réfractaires d'entre vous au paiement en ligne sur internet, il existe la possibilité de m'adresser un chèque, mais pour que celui-ci soit comptabilisé sur le site, vous devrez quand même créer votre profil en ligne.

À propos du porteur de projet


Qui dit qu'il n'est pas possible d'entreprendre à partir d'un espace de 25 mètres carrés ?


Après quelques déboires professionnels, j'ai pris l'engagement il y a une dizaine d'années de consacrer le reste de mon existence à la seule passion capable de mobiliser toute mon énergie.

Dans l'appartement qui me tient lieu d'atelier, un clic-clac cohabite avec une presse taille-douce, une table à dessin, un équipement informatique et quelques meubles de rangement, le tout organisé autour d'un fauteuil pivotant trônant au centre de mon univers. Même le coin cuisine ou la baignoire sont mis à contribution.

Cet espace modulable au nom de la cause, devient tour à tour un lieu de création graphique, un atelier de gravure, une imprimerie (de poche) ou un atelier d'encadrement.
Mon approche est un hymne à la débrouillardise. Malgré toutes les difficultés, j'attache une grande importance à ce que les gravures qui sortent de chez moi soient d'une facture irréprochable.


J'ai avec le monde animalier et la nature une grande affinité. Paradoxalement, je n'ai jamais mis les pieds dans un zoo et ma vie est plutôt citadine.
Je me contente d'images rapportées pour l'idéaliser. Cela ajoute peut-être de l'ampleur à ma vision.

Je décris la nature sous un jour résolument optimiste pour conjurer le sort, celui que nous lui réservons.
Si ma modeste prestation peut contribuer à éveiller les esprits, j'en serais honoré.

Vous trouverez d'autres informations en visitant mon site.

Site web
http://jp.davidgraveur.perso.sfr.fr/index.htm

Page Facebook
https://www.facebook.com/jeanpierre.david.31