BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Un brasier d'étoiles

Jennifer Michel & Marion Liotard

À propos du projet

Le disque Un brasier d’étoiles c’est le premier disque de Jennifer Michel (soprano) et Marion Liotard (piano), deux artistes magnifiques, de talent, investies dans tout ce qu’elles entreprennent et que nous retrouvons avec toujours un immense bonheur sur scène. Ce disque est aussi les premiers enregistrements des mélodies d’Henri Tomasi (1901/1971) et des mélodies de Lionel Ginoux (1978). Un disque de mélodies françaises contemporaines pour soprano et piano. Un projet rare et singulier qui sortira fin mai sous le Label Maguelone dans leur collection « mélodiste français ».

Jennifer et Marion travaillent ensemble avec un immense plaisir depuis plus de cinq ans. Elles ont vécu de magnifiques moments de partage et de complicité grâce à la musique. C’est toujours avec grand bonheur qu’elles « concoctent » un nouveau programme de concert ou qu’elles partagent leurs découvertes, leurs coups de coeur…. Le coup de cœur de Marion c'était «Un brasier d'étoiles» de Lionel Ginoux, écrit pour elle... c'est devenu celui de Jennifer dès qu'elle l'a découvert! L'idée d'enregistrer cette musique et ces mots sublimes d’Alain Borne leur a paru naturelle. Elles ont aimé la poésie amoureuse d'Alain Borne, si sensuelle, colorée, désespérée… Elles ont adoré la proposition musicale de Lionel Ginoux pour mettre en valeur cet univers poétique. Sa musique se place à la frontière entre les musiques savantes et la musique populaire, la poésie du texte reste présente et n'est pas sacrifiée au profit d'effets musicaux inutilement complexes.

Le choix d'Henri Tomasi a été aussi évident : toutes deux avaient dans leurs tiroirs depuis des années des partitions qui attendaient patiemment leur tour d'être posées sur le pupitre! Jennifer et le «Chant de la fée des Iles» et Marion les «Chansons de Geïshas». Il était clair pour ces deux artistes qu'enregistrer un premier disque ensemble n'avait de sens que pour graver des musiques nouvelles ou oubliées. Les «Cantu di Cirnu» les ont séduites immédiatement, et il leur a paru juste de choisir des mélodies en corse pour cet amoureux de la Méditerranée qu'était Henri Tomasi. 

La Méditerranée… la Provence...les racines de ces quatre artistes: Henri, Lionel, Jennifer et Marion...Un hasard?

 

Programme du disque

1-4. Cantu di cirnu (Henri Tomasi)

5. Chants de la fée des îles (Henri Tomasi)

6-9. Chansons de Geishas (Henri Tomasi)

10-17. Un brasier d'étoiles (Lionel Ginoux)

18. Je voudrais (Lionel Ginoux)

 

 

"La musique de Lionel Ginoux est une musique coulant d’un magnifique volcan. Dans « Un brasier d’étoiles », il y a cette voix qui émerge de la lave rouge et d’accords diamantés. 

Musique évidente, libre, incandescente, parfois lunaire, toujours lyrique, sur des vers prenants d’Alain Borne. Mélodie pure, diamant certifié."

Régis Campo, juillet 2016

 

 

Note d’intention

En 2008, Marion Liotard m’a demandé d’écrire un cycle de mélodies pour soprano et piano sur le thème de l’amour... L’amour !!! Sujet passionnant, brûlant même!! mais je ne voulais pas écrire une musique sur des poèmes « fleur bleue »… Pendant de long mois j’ai lu de nombreux poèmes. Je ne trouvais que des poèmes romantiques… Cela ne me convenait pas. Je cherchais des textes qui me révèleraient toutes les facettes du mot "Amour" dans la joie mais aussi dans la douleur… La lecture des mots d’Alain Borne fut un grand moment, une jouissance. J'ai découvert une écriture d'une rare intensité. Avec les mots d'Alain Borne, j’ai trouvé ce que représente pour moi le mot "Amour" : la joie, le bonheur, la fusion des corps mais aussi la douleur, l'angoisse, la jalousie, la rupture… L'amour qui remplit… l'amour qui déchire…

 

Mon idée de départ pour la composition de ce Brasier d’étoiles était de renouer aussi bien avec la tradition de la mélodie française que de la chanson populaire. La forme du cycle s’est construite par le choix des poèmes et leurs longueurs. Ensuite ce sont les mots d’Alain Borne qui m’ont inspiré. J'ai donc travaillé pour que ma musique soit à l'image des mots, au cœur de l'ouragan des sentiments, de l'émotion qui nous envahit, qui nous brûle les yeux, qui nous dévore par la brutalité et nous apaise par sa douceur… Je n’ai pas voulu formaliser à l’avance la structure de l’œuvre, mais j’ai laissé la plume et les mots créer l’agencement des idées et la forme musicale. Et c’est un long travail de composition. Je gomme, je rature, je réagence, je superpose, jusqu’à ce que tout « tienne » et que plus rien ne puisse être déplacé.  Le Brasier d’étoiles est, au final, un cycle de huit mélodies dans lequel j’ai mis en musique les sentiments et l’intensité poétique d’Alain Borne. 

Lionel Ginoux

 

 

Nous avons commandé à Takeshi Jonoo l'illustration de la pochette du disque. Voici un aperçu de la couverture du disque (sans le titre pour le moment!!)...

 

Quelques mots sur la structure support, Act'tempo

Act’tempo est une structure initiée par le compositeur Lionel Ginoux. Act’tempo produit des spectacles (récitals, mélodies, opéras) principalement autour de la voix (et de la voix lyrique) et surtout avec de la musique de création. L'identité musicale que défend Act'Tempo est une musique qui associe innovation et tradition, savant et populaire. 

Pour l'opéra de chambre, l’originalité d’Act’tempo est de travailler l’opéra dans une formation de « musique de chambre » non dirigé par un chef d’orchestre. La volonté est de créer des oeuvres mobiles qui puissent être présentées dans des maisons d’opéra et/ou sur des scènes généralistes (Précédents projets : Médée Kali (livret Laurent Gaudé), Vanda (livret Jean-Pierre Siméon)). Nous voulons partager, rencontrer et échanger avec le public notre passion de la voix lyrique et de l’opéra en création. Notre aspiration est de renouer avec une notion forte de l’opéra, celle d’un spectacle populaire, mais aussi de confronter cette idée de «populaire» à celui de la création musicale contemporaine savante. 

Pour chaque création, Act’tempo fait appel à des musiciens et des artistes «associés». Ils sont choisis en fonction de la nécessité instrumentale et artistique. Dans la notion d’artistes «associés» il y a l’idée de compagnonnage et de fidélisation autour du projet d’Act’tempo.

A quoi va servir le financement ?

Ce financement va permettre la finalisation du disque. En juillet 2016, nous étions pendant quatre jours en séance d'enregistrement au studio Alys, avec Sandrine Abello notre directrice artistique pour ce disque. L’enregistrement s’est admirablement passé !! Quatre jours de travail intense et aussi quatre jours de bonheur de vivre ensemble ce moment unique de studio. A la fin de l’été, nous avons finalisé le montage de l’enregistrement ainsi que le mixage. Pour la dernière ligne droite avant la sortie du disque, et surtout pour finaliser parfaitement cet objet musical, il nous manque l’étape de mastering, le financement des frais de fabrication du disque et des droits SDRM. 

 

Budget : 3500€

Mastering 600€

Fabrication du disque avec un livret de 36 pages = 1600€TTC

SDRM = 700€

Frais de poste et d'envoi = 320€

Ulule (8%) = 280€

Voilà votre contribution à ce projet si vous le souhaitez. Par avance un grand merci à toutes et tous pour votre aide !!! 

À propos du porteur de projet

Jennifer Michel 

Soprano

Originaire de Nîmes, Jennifer a étudié avec Christianne Dunan jusqu'à ce qu'elle intègre, le CNR de Marseille où elle obtient son Prix de chant mention Très Bien à l'unanimité en 2010. Elle est ensuite pensionnaire au CNIPAL durant les saisons 2010 à 2012.

Elle fait ses débuts dans le rôle de Mireille que lui confie Andréa Guiot en Arles. Depuis 2010, elle se produit dans les Opéras de Marseille, Toulon, Avignon, Bordeaux, Nice, Limoges, mais aussi dans les théâtres de Chambéry, Castres, Albi, Nîmes... Elle a également chanté pour le Festival Radio France à Montpellier.

Elle se produit régulièrement en récital avec la pianiste Marion Liotard, avec qui elle a créé le cycle de mélodies «Un brasier d´étoiles» de Lionel Ginoux sur des poèmes d´Alain Borne.

Elle a fait ses débuts au Théâtre du Châtelet dans La Belle Hélène (rôle de Bacchis) en 2015.  Elle vient également de chanter le rôle de Lisa dans « La sonnambula » de Bellini au Théâtre des Champs Elysées à Paris. 

Elle a remporté le 1er Prix à l’unanimité d’opérette au Concours de Béziers et le 3ème Prix en catégorie Opéra au Concours de Marmande en 2012. Elle est également finaliste du Concours International de Chant de Tenerife en Espagne en 2013 et a remporté le 1er prix du Concours de l'Odéon à Marseille en 2014. 

Elle est également demi-finaliste du Concours du Belvédère en 2015.  

Parmi ses projets, on peut citer Micaela "Carmen", Arlette  "La chauve-souris", Javotte "Manon", Mlle Jouvenot "Adrienne Lecouvreur", Doña Ines "La favorite", Sylva "Princesse Czardas", Caroline "La chauve-souris", Azema "Semiramide"…

Aujourd'hui, elle se perfectionne auprès du baryton Juan Carlos Morales. 

Elle est représentée par l'agence artistique Opéra et Concert. 

www.jennifermichelsoprano.com

 

Marion Liotard

Piano

Après des études musicales complètes (piano, musique de chambre, accompagnement, maîtrise de musicologie sur la compositrice Louise Farrenc), Marion Liotard, guidée par son professeur Pierre Morabia, découvre dans l'accompagnement un métier extraordinaire qui offre la possibilité de s’exprimer dans de nombreux styles musicaux, et de partager la musique avec des partenaires très variés.

Toutefois, le répertoire vocal attire particulièrement son attention puisqu’il est enrichi d’une dimension littéraire passionnante, elle se spécialise alors comme pianiste-chef de chant, après l'obtention d'un Premier Prix d'accompagnement en 2004 au CRR  de Marseille.

Chef de chant au CNIPAL de 2009 à 2014, elle partage alors son enthousiasme, son énergie et son talent avec de jeunes artistes lyriques venus du monde entier à Marseille pour commencer leurs carrières. Elle y accompagne de nombreuses master-class: Yvonne Minton, Sandrine Piau, Patricia Petibon, Inva Mula, Marie-Ange Todorovitch, Louis Langrée...

Elle continue depuis de s'investir dans la préparation de chanteurs lyriques et de collaborer sur des projets musicaux avec nombre d'entre eux (avec la soprano Anaïs Constans: Victoires de la Musique 2015 et BBC Cardiff singer of the world 2015...)

Elle se produit régulièrement en récital piano/voix dans différents opéras (Marseille, Avignon, Toulon, St-Etienne, Bordeaux, Limoges...) et de nombreux festivals (Festival de Radio France, Chorégies d'Orange...)

Très investie dans la création de la musique de son temps, elle participe en Juin 2010 à la création d’Act’tempo, association dédiée au développement de la création musicale. Elle crée en 2010 «Un brasier d’étoiles» (cycle de mélodies) et en 2013 «Médée Kali» (opéra de chambre) de Lionel Ginoux. L'enregistrement, en Juillet 2016, du disque «Un brasier d'étoiles», composé de mélodies d'Henri Tomasi et de Lionel Ginoux, est le fruit d'une passionnante et intense collaboration artistique avec la soprano Jennifer Michel. 

www.marionliotard.com

 

Lionel Ginoux

Compositeur

Lionel Ginoux étudie les arts visuels (cinéma, audiovisuel et technique du son) avant de se consacrer à l’écriture musicale en se formant aux côtés de Régis Campo, Barnabé Janin, David Owen, Georges Boeuf… Il écrit une musique lyrique, sensible, puissante avec une attache forte à l'énergie musicale et la dramaturgie. Son écriture est singulière. Elle s’inscrit dans la continuité des musiques contemporaines du XX° sans pour autant renier la vocalité. De part sa curiosité musicale, son écriture s’inspire des musiques populaires et du jazz.

La musique de Lionel Ginoux est jouée en France (Festival de Radio France de Montpellier, Opéra de Marseille, Opéra d’Avignon, Opéra de Limoges, Festival Nouveaux Talents…) et aussi à l’étranger (Festival Gaudeamus, International Saxophone Symposium USA, University du Canada, Instituts Français de Valencia…).

Nemanja Radulovic a créé le 23 mars 2014, son concerto pour violon Les Indociles avec l’Orchestre Philharmonique de Marseille (dir. Eun Sun Kim). 

En 2012, Lionel Ginoux est lauréat de l’association Beaumarchais – SACD pour son opéra de chambre Médée Kali (texte de Laurent Gaudé) créé le 15 mai 2013 au Festival Les Musiques. En 2015, il est lauréat de la Fondation Marcelle et Robert de Lacour pour son Diptyque entourant la caresse une oeuvre pour clavecin et ensemble instrumental qui sera créé par l’Ensemble Stravinsky (dir. Jean-Pierre Pinet) le 29 novembre 2016 à l’Arsenal de Metz.

Lionel a été aussi plusieurs fois en résidence à la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon en 2009 pour Préface en Prose, puis en 2012 pour Médée Kali. L’Abbaye de Fontevraud l’a accueilli en résidence pour son opéra de chambre, Vanda, sur un texte de Jean-Pierre Siméon, qui sera créé le 6 novembre 2016 à l’Opéra de Reims.

Sa première symphonie — Dualités, inspirée d’une chorégraphie de Sidi Larbi Cherkaoui, a elle été créée le 15 janvier 2016 à l’Opéra Grand Avignon par l’Orchestre Régional Avignon-Provence (dir. par Samuel Jean).

www.lionelginoux.com

Henri Tomasi

Compositeur

Henri TOMASI est né à Marseille le 17 août 1901 de parents corses. Cet enracinement méditerranéen est le trait distinctif aussi bien de l'homme que de l'oeuvre. La Corse, "Ile de lumière ", passionnée, sauvage, Marseille, porte du rêve ouverte sur l'Afrique et l'Extrême-Orient, et la Provence imprégnée de " l'antique beauté païenne ", graveront en lui des impressions ineffaçables. Le jeune Henri Tomasi entra au conservatoire de sa ville natale où il obtint en un temps record les 1ers Prix de solfège, piano et harmonie.

Il poursuivit ses études au Conservatoire de Paris où il fut l'élève de Charles Silver, Georges Caussade, Paul Vidal, Vincent d'Indy et Philippe Gaubert. En 1927, il obtint à la fois un Premier second Grand Prix de Rome et un Premier Prix de direction d'orchestre à l'unanimité. Il débuta aussitôt sa carrière de chef aux Concerts du Journal et dans l'une des premières stations de radio créées en France, Radio-Colonial (1931) ; en même temps il s'affirma comme compositeur avec trois poèmes symphoniques : Cyrnos, Tam-Tam et Vocero. Après avoir dirigé les plus grands ensembles français et européens, et de 1946 à 1952, été premier Chef à l'Opéra de Monte-Carlo et à celui de Vichy, il abandonna la baguette vers 1956, autant en raison d'une surdité qui assombrit toute la fin de sa vie, que pour se consacrer totalement à la composition. Le 13 janvier 1971, alors qu'il terminait un arrangement a cappella de ses Chants populaires de l'Ile de Corse, il mourut à Paris, qui était resté pour lui, durant toute sa carrière, une ville d'exil.

Son oeuvre - plus de cent-vingt opus - aussi abondante et diverse dans le domaine lyrique et scénique que dans le domaine symphonique, fut couronnée en 1952 par le Grand Prix de la musique française, ainsi que par le Grand Prix musical de la Ville de Paris en 1960. La prédilection de Tomasi pour le chant, la danse, le théâtre, ainsi que sa recherche de grands textes, lui ont, à des époques très contrastées de sa vie, inspiré des chef-d'oeuvres, dont certains témoignent directement de l'histoire du XXe siècle : Don Juan de Mañara, Requiem pour la Paix, L'Atlantide, Triomphe de Jeanne, Le Silence de la Mer, Retour à Tipasa, la Symphonie du Tiers-Monde.

www.henri-tomasi.fr

 

 

 

FAQ

Si vous avez encore des questions, n'hésitez pas à contacter le porteur du projet.

Poser une question Signaler ce projet