BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

Tropiques toxiques

Bande dessinée documentaire sur le chlordécone

À propos du projet

Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!! Merci à vous toutes et à vous tous d'avoir rendu possible ce projet, cette ambition pour aujourd'hui et pour demain, cet élan de compréhension d'abord individuel et maintenant éminament COLLECTIF !

J'en ai rêvé et grâce à chacun.e d'entre vous, c'est maintenant une réalité que je mesure encore plus aujourd'hui à l'heure où j'écris ces lignes depuis Richmond aux Etats-Unis où je suis encore pour quelques jours pour mieux comprendre ce qui s'est passé en 1975 dans l'usine qui produisait le Képone (une des appellations commerciales du chlordécone).

Grâce aux contributions des 240 premiers donateurs, nous avons atteint la somme de 11400 euros en six semaines permettant de :

1) financer le budget nécessaire à mes recherches : voyages en France (Lyon, Montpellier, Bordeaux, Strasbourg, Nancy) en Bruxelles, à Hopewell et Richmond en Virginie, en Allemagne et au Cameroun.

2) rétribuer le talentueux infographiste et caméraman Laurent BAMY,

3) faire venir en résidence de création en Guadeloupe et en Martinique pendant deux semaines le dessinateur et la photographe du projet,

4) offrir de superbes contreparties à nos incroyables donateurs/trices !!!

Ttttt, je vous vois venir... Vous vous dites que maintenant que tout ceci est acquis, il ne vous sert plus à rien de nous soutenir ?! ERREUR !!!

A PARTIR DE MAINTENANT, TOUS LES DONS QUI VIENDRONT ABONDER LA CAGNOTTE PERMETTRONT :

>>> jusqu'à 12.000 euros : de financer mon incroyable coach de BD qui m'a généreusement accompagnée dans l'écriture de "Péyi an nou",

>>> jusqu'à 13.000 euros : aller, soyons fous, de faire des cadeaux encore plus chouettes à l'ensemble des donateurs.

3-2-1, c'est partiiiiiiii :)

 

Retrouvez-moi chaque semaine sur ma page https://www.facebook.com/TropiquesToxiques/  où j'anime un post vidéo intitulé : "Dans les coulisses de Tropiques toxiques". Il s'agit d'un échange de 2min au cours duquel un.e chercheur/se ou un.e professionnel.le du sujet répond à une question que je lui pose. Si vous souhaitez vous aussi avoir accès à ces contenus, il vous suffit de liker ma page !

A bientôt,

Jessica

 

À propos du porteur de projet

Je suis l'auteure de « Péyi an ou » (Steinkis, 2017), roman graphique documentaire sur la migration institutionnalisée des départements d’outre-mer vers la France des années 1960 à 1980, plus connue sous le nom de Bumidom, et qui a obtenu le prix étudiant de la BD Politique de France Culture à l'Assemblée nationale en avril 2018.

J’ai découvert le chlordécone – pesticide utilisé dans la production de bananes en Guadeloupe et en Martinique entre 1975 et 1993 - lorsque je me suis installée en Guadeloupe en février 2018. Quelques mois auparavant, j’en avais découvert l'existence sur le net mais pas suffisamment pour parvenir à mettre des mots clairs sur la réalité que recouvre ce pesticide aujourd’hui aux Antilles. Et puis, j’ai entendu plusieurs sujets TV et radiophoniques quelques semaines après mon installation. Quand j’ai compris qu’il y en avait dans la nourriture que je mangeais (poissons, légumes, viandes, œufs), j’ai eu le sentiment de m’administrer quotidiennement une petite dose « légale » de poison.

J’ai alors décidé de passer aux aliments surgelés et aux conserves qui ne faisaient absolument pas partie de mon alimentation auparavant. Je suis plutôt ce qu’on appelle « une bonne vivante » et depuis plusieurs années, j’avais pris l’habitude de faire mon marché et d’acheter certains produits directement chez leurs producteurs. Mais là, pour la première fois, je réalisais que mon alimentation m’exposait potentiellement à des risques. Quand j’ai découvert que le chlordécone est reprotoxique et foetotoxique, j’ai eu envie de bien comprendre ce « patrimoine » insensé que je lèguerai par la force des choses à mes enfants.

Share Suivez-nous