BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Tropiques toxiques

Bande dessinée documentaire sur le chlordécone

À propos du projet

Ca y est, grâce aux contributions des 165 premiers donateurs, nous avons atteint la somme de 7600 euros en trois semaines me permettant de financer mon budget de recherche : voyages en France (Lyon, Montpellier, Bordeaux, Strasbourg, Nancy) en Bruxelles, à Hopewell, en Virginie, en Allemagne et au Cameroun. Un énooOOOOOooorme merci à toutes et à tous !

Mais l'objectif réellement visé n'est pas le "100%" !

A 125% soit 9.500 euros,l'illustrateur/trice du projet (encore à déterminer, alors si vous êtes intéressé.e, contactez-moi!) viendra deux semaines en résidence de création en Guadeloupe et en Martinique en mars 2020. Check, ça c'est fait, puisqu'aujourd'hui nous sommes à 135% !!!

A partir de 150% soit 11.400 euros,Vinciane Lebrun, la photographe du projet, pourra alors se joindre à nous en résidence de création. Car oui, pour cet album, je vous propose un mélange d'illus et de photos !  Et c'est là que vous entrez en scène, vous qui découvrez ce projet pour la première fois. A partir de maintenant, chaque euro qui entrera dans la cagnotte permettra de rendre possible le projet dans la forme artistique que nous lui avons choisie. Ce n'est pas parce que l'on va parler de pesticides qu'on va se priver de faire un objet esthétique, non mais oooooOOOOOoooooh.

>>>>> Le compte à rebours est lancé. Plus que 8 jours à partir de maintenant. Alors, nous comptons sur vous.

 

Retrouvez-moi chaque semaine sur ma page https://www.facebook.com/TropiquesToxiques/  où j'anime un post vidéo intitulé : "Dans les coulisses de Tropiques toxiques". Il s'agit d'un échange de 2min au cours duquel un.e chercheur/se ou un.e professionnel.le du sujet répond à une question que je lui pose. Si vous souhaitez vous aussi avoir accès à ces contenus, il vous suffit de liker ma page !

A bientôt,

Jessica

 

À propos du porteur de projet

Je suis l'auteure de « Péyi an ou » (Steinkis, 2017), roman graphique documentaire sur la migration institutionnalisée des départements d’outre-mer vers la France des années 1960 à 1980, plus connue sous le nom de Bumidom, et qui a obtenu le prix étudiant de la BD Politique de France Culture à l'Assemblée nationale en avril 2018.

J’ai découvert le chlordécone – pesticide utilisé dans la production de bananes en Guadeloupe et en Martinique entre 1975 et 1993 - lorsque je me suis installée en Guadeloupe en février 2018. Quelques mois auparavant, j’en avais découvert l'existence sur le net mais pas suffisamment pour parvenir à mettre des mots clairs sur la réalité que recouvre ce pesticide aujourd’hui aux Antilles. Et puis, j’ai entendu plusieurs sujets TV et radiophoniques quelques semaines après mon installation. Quand j’ai compris qu’il y en avait dans la nourriture que je mangeais (poissons, légumes, viandes, œufs), j’ai eu le sentiment de m’administrer quotidiennement une petite dose « légale » de poison.

J’ai alors décidé de passer aux aliments surgelés et aux conserves qui ne faisaient absolument pas partie de mon alimentation auparavant. Je suis plutôt ce qu’on appelle « une bonne vivante » et depuis plusieurs années, j’avais pris l’habitude de faire mon marché et d’acheter certains produits directement chez leurs producteurs. Mais là, pour la première fois, je réalisais que mon alimentation m’exposait potentiellement à des risques. Quand j’ai découvert que le chlordécone est reprotoxique et foetotoxique, j’ai eu envie de bien comprendre ce « patrimoine » insensé que je lèguerai par la force des choses à mes enfants.

Share Suivez-nous