BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

Tristesse Club - Où tout a commencé

Premiers émois, premier EP

À propos du projet

Prenez une base de pop française, un bon fond de synthés et de sonorités électro, saupoudrez le tout de quelques cœurs brisés : voici la recette du Tristesse Club.

Après les deux premiers clips ’"A Mort” et  "Tue l'amour" réalisés par Aleksi Cavaillez soutenus par la SACEM (ainsi que par nos soutiens de la première heure sur Ulule, merci à eux ! ) et salués par Clique, le Tristesse Club prend la direction des studios de Sodasound pour enregistrer ses titres et adopte un angle résolument électro : toujours plus tristes, toujours plus club.

          

Nous avons tout d'abord repris nos chansons existantes, "Tue l'amour" et "A mort", qui sortiront en single l'année prochaine. Vous pourrez voir ci-dessous en avant-première un extrait du clip de la nouvelle version d'"A Mort".

Dans la foulée de ces deux singles, nous lancerons notre premier EP "Où tout a commencé" que nous accompagnerons d'un nouveau clip. Ce mini album comportera 6 titres : Où tout a commencé, A mort, Tue l'amour et 3 nouveautés. 

Nous lançons aujourd'hui cette nouvelle campagne Ulule pour nous aider à financer le clip de "Où tout a commencé", voire d'autres clips si affinité... Cela sera aussi l'opportunité de lancer la communication autour de notre EP pour 2020, année chagrin. 

Pour ce nouveau clip, nous serons accompagnés par Nicolas Garrier-Giraudeau à la réalisation. Durant ses études de cinéma à la Sorbonne Nouvelle, Nicolas a travaillé sur de multiples projets audiovisuels et travaille actuellement avec plusieurs artistes, tel que Tomasi, Scherazade, Ombrar et Coudasse, dans la création de leurs clips. 

4 mois de ping-pong cérébral pour trouver le bon scénario, une équipe de tournage de 10 personnes, nous avons imaginé avec Nicolas le clip de "Où tout a commencé" comme un film et une histoire à part entière. Les plages bretonnes y seraient le décor d'une relecture moderne et pop du mythe de Pygmalion. Tout un programme... enfin, ça, c'est si vous décidez de rejoindre le Club...  

À quoi va servir le financement ?

À propos du porteur de projet

Camille Mash et Bruno Belleville sont les deux membres du Tristesse Club. Couple heureux à la ville, la tristesse s’empare aussitôt d’eux quand Bruno allume ses synthés désenchantés. Adultère, rupture, incapacité à s’engager, leurs chansons dépeignent les 50 nuances de la tristesse amoureuse.

Share Suivez-nous