BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

Le travail à la Une

Pour un journal web et coopératif

  • Tous les moyens sont bons !

    Cette news est réservée aux contributeurs du projet.

  • Et même en vidéo

    Bonjour à tous,

    Cette fois il ne manque rien : une vidéo proposant un aperçu du projet est désormais disponible sur la page Ulule (en cliquant sur l’image ci-dessus, ou en haut de la page sur le site). Merci mille fois à Sébastien et Yann, de l’agence Paré-à-viser, pour ce beau travail ! L’objectif n’est pas de tout dire en images, mais de donner envie de lire l’argumentaire qui suit, ou de venir en savoir plus sur le projet si la vidéo est diffusée sur les réseaux sociaux. N’hésitez pas à la partager avec le lien https://youtu.be/GgZ2cHFIGOY

    Autre outil pour nous aider à faire réussir la campagne de souscription : envoyer un message à vos contacts (sans craindre de le renouveler de temps en temps, les premiers jours de la campagne montrent qu’on ne se décide pas sur un coup de tête pour ces démarches, même pour un montant raisonnable de 9 €). Ci-dessous un modèle, à adapter bien sûr si besoin.

    Encore merci de votre soutien !

    Patrice Bride


    Bonjour,

    Je vous relaie une demande de soutien à propos d’un journal web et coopératif qui veut mettre « le travail à la Une ». Deux grandes idées pour cette publication en préparation : mieux faire connaitre le travail, c’est aider à mieux comprendre comment marche le monde ; ceux qui font le travail ont tout intérêt à en parler, à le mettre en récits.

    Le projet est porté par une coopérative regroupant des personnes intéressées par tout ce qui touche à l’écriture du travail. Elle développe en particulier des activités de formation en secteur professionnel ou d’animations d’ateliers « Dire le travail » à destination de particuliers.

    Pour lancer une publication de qualité professionnelle, la coopérative vient de lancer une campagne de souscription : il s’agit de rassembler 800 personnes disposées à manifester leur intérêt pour la démarche. Un geste modeste : un peu de temps pour découvrir plus en avant le projet, quelques minutes pour se créer un compte sur le site, et un paiement sécurisé par CB à partir de 9 € pour un abonnement aux premiers numéros. J’en suis, et vous invite à en être également !

    Toutes les informations en suivant le lien ci-dessous :

    http://fr.ulule.com/travail-a-la-une/

  • En image, en texte et en audio

    Le cap de la première centaine franchi cette semaine : on progresse !

    Nous avons fait un toilettage de la présentation en tenant compte des premiers retours :

    • nouvelle image de Une, là où nos amis marins pêcheurs écossais emmenaient peut-être le badaud de passage sur de fausses pistes maritimes ;
    • texte resserré sur l’essentiel, et visant à aider chacun à passer de la première impression positive (ah oui, c’est sympa votre truc) à la décision de soutenir pour de bon le projet (allez, je prends le temps de faire les démarches pour m’abonner, même pour seulement trois mois et 9 €) en surmontant d’éventuelles objections (je verrai plus tard, il y a encore le temps, c’est compliqué de payer par internet).

    Peut-on faire encore mieux ? Plus clair, plus convaincant ? Est-ce que vous seriez prêt à diffuser cette page dans votre entourage ?

    Deux autres possibilités pour faire connaitre la campagne :

    • une plaquette de présentation disponible en téléchargement
    • une émission de radio qui m’a donné l’occasion de décrire le projet. Elle a été diffusée sur le Mouv ce mercredi, et peut être écoutée sur cette page.

    Merci de votre soutien !

    Patrice Bride

  • On se montre !

    Des images à la Une ! La page présentant le projet Dire Le Travail – le journal en dévoile un peu plus…

    D’abord avec une photographie de l’équipe, en tout cas de ceux qui étaient disponibles au Labo de l’édition ce lundi 11 mai pour une réunion du comité éditorial de la coopérative.

    Ensuite avec une série de photographies de Bruno Fert, intitulée « Tenues de travail », qui avait été publiée par Mediapart l’année dernière et dont nous avons obtenu les droits de reproduction. Une mise en image de notre projet éditorial, pas moins : sous la tenue du travail, il y a toujours une personne.

    Et puis une FAQ : une foire aux questions qui essaie de faire le tour de celles que le visiteur de passage peut se poser avant de faire le pas de la contribution. Elle est en bas de la page de présentation. La trouvez-vous suffisamment claire, complète ?

    Ça bouge aussi sur la page Facebook de la coopérative, avec le défi de partir à la recherche d’un travailleur différent tous les jours, pour qu’il nous dise son travail en rapport avec un évènement de l’actualité. Bon, ce sera au moins une façon de montrer l’ambition du projet, et de faire parler de nous.

    Une semaine après le lancement de la souscription, il est temps d’affronter le grand large : on compte sur vous pour le faire savoir !

    Encore merci à tous,

    Patrice

  • Table ronde le 21 mai à Paris – Comment dire le travail dans les médias ?

    À l'occasion de cette campagne, nous vous invitons à une table ronde avec des auteurs ou journalistes qui se sont confrontés récemment à ces questions, pour qu’ils nous disent leur travail. avec la participation de :

    Débat animé par Patrice Bride, coopérative DireLeTravail


    Jeudi 21 mai 2015 – de 19 h à 21 h Labo de l’édition – 2 rue Saint-Médard, Paris 5e

    Inscription en ligne


    De quoi lire : Le siteRaconter la vie publie en ligne de nombreux textes d’auteurs écrivant sur leur propre travail, l’un des plus consultés étant le récit d’un conducteur du métro parisien : Ligne 11 de Christophe Petot. Ces textes sont recensés dans la catégorie « Métiers méconnus ». Dans la collection papier éponyme, on trouve également des témoignages du travail :

    Des portraits de travailleurs :

    Des enquêtes et reportages :

    Francine Raymond a rendu compte de la grève des ouvriers de PSA-Aulnay en 2013 sur divers supports médiatiques.

    Le site Le Quatre Heures a publié en 2014 une série intitulé Luttes ouvrières, regroupant trois reportages :

    Sylvain Pattieu, écrivain et maitre de conférences en histoire 
à l’université Paris-VIII-Saint-Denis, tisse dans ses livres des propos recueillis auprès de travailleurs engagés dans un conflit social, la grève de PSA Aulnay en 2013, la lutte des employés sans papiers d’un salon de beauté bd de Strasbourg à Paris, avec des textes personnels contextualisant leur combat.

    • Beauté parade. Éditions Plein Jour, 2014.
    • Avant de disparaitre. Éditions Plein Jour, 2013.
    • Le Bonheur pauvre rengaine, Éditions du Rouergue, 2013
    • Des Impatientes, Éditions du Rouergue, 2012

    Quelques questions qui seront abordées au cours de cette rencontre : Ceux qui disent le travail Qui est le mieux placé pour écrire le travail, le mettre en mots, en images, en sons ? Faut-il être professionnel de l’écriture, du journalisme pour publier des récits du travail ? S’il s’agit de parler du travail des autres, quelle place accorder la parole du travailleur lui-même ? S’il s’agit de laisser la plume ou le micro à celui qui travaille, comment l’accompagner jusqu’à la publication ? Ce qu’on dit du travail Quelle place occupe le thème du travail dans les médias aujourd’hui ? On parle beaucoup de l’emploi, au moins dans son revers négatif du chômage, on parle des métiers, mais du travail lui-même ? Qu’est-ce que les participants à la table ronde, plus ou moins journalistes, plus ou moins auteurs, perçoivent de leur place respective ? Quelle contribution chacun d’entre eux souhaite-t-il apporter pour rendre davantage visible le travail dans l’univers médiatique ? Dire le travail sur internet Comment dire autrement le travail avec les nouveaux supports de diffusion numérique ? Les blogs personnels ou collectifs, les facilités de diffusion d’images, photographies ou vidéo, rendent beaucoup plus accessible la publication de récits du travail : comment s’en emparer au mieux ?