BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

Pour une délicieuse et provocante TRASH FEST! Le 21 Mars à partir de 19h

Grâce à vous, nous avons atteint notre objectif minimum. Aidez nous à conquérir les 1000 Euros!

À propos du projet

Trash FEST c’est l’élaboration d’un repas à partir d’invendus alimentaires, une conférence questionnant le « trash » dans ses acceptions différentes (artistique, économique et politique), la présentation de plusieurs déchets artistiques, le karaoke trash et trashy de Davis Freeman pour aboutir sur un DJ set de musiques poubelles.

En ces temps de surproduction alimentaire, de surenchère de données, de contenus, nous voulions interroger ce qui reste à la marge, les rebus, les déchets.

En anglais, déchet se dit « trash ». Il nous semblait intéressant de regarder ce qui est perçu comme « trashy », informe, délaissé ou considéré de mauvais goût, pour justement y apporter une pluralité de regards et d’expériences, sur comment nous appréhendons ces « déchets » de nos sociétés contemporaines: 

Le menu de la soirée sera le suivant :

- tout d’abord de 19h à 21h, une TRASH TALK SOUP, comme l’hybridation d’une disco soupe et d’une conférence. Une disco soupe est le résultat d’une collecte d’invendus alimentaires, à la fin des marchés, rassemblés sur la place publique, afin de préparer avec les passants une soupe à déguster ensemble en musique. Une conférence est une situation où des gens sont assis, sur des chaises, écoutant d’autres parler. Trash FEST propose de transformer ces deux dispositifs, conférence et disco-soupe, au sein du Lavoir. Nous ne serons pas tous assis à écouter bien sagement des maitres pensants. Nous ne serons pas dans la rue, affairés à couper nos légumes. Nous serons dans le Lavoir Public, autour du lavoir, pour éplucher et découper fruits et légumes, tout en écoutant et participant à une rencontre/débat, au centre du bassin, avec des individus venant déplacer notre point de vue sur le déchet et le vulgaire au regard de leur pratique personnelle, qu’elle soit philosophique, associative ou nous offrant une fenêtre vers l’histoire de l’Art. Qu’est-ce qui fait déchet ? Qu’est-ce qui est vulgaire ? 

Anthony Lenoir                            Charles Bobant                                                  Anna Pueyo

- De 21h à 23h le  "KARAOKE(Art)" de Davis Freeman. Suite à la préparation du repas, le point central du banquet, à savoir la dégustation des mets arrive naturellement. Au menu, soupe, pain, fromage fort, salade de fruits. Le plus, c'est qu'en dégustant le produit de notre labeur, nous assisterons à l'oeuvre participative de Davis, largement inspirée de la pratique du Karaoké. Davis Freeman a demandé à des artistes performeurs, tels Steven Cohen, de choisir dans une liste de chansons pré-établie celle sur laquelle ils souhaitaient réinventer une vidéo de karaoké. C'est pour nous l'occasion de découvrir leur travail et de nous égosiller à pleins poumons!

Davis Freeman, artiste américain travaillant à Bruxelles, nous propose sa version du karaoké, Karaoké(Art). En s’appuyant sur une liste de plus de 20 chansons, pour la plupart très connues, il a demandé à des artistes performeurs et de l’art contemporain de proposer leur propre vidéo karaoké de la chanson de leur choix. Nous, spectateurs seront invités, guidés, encouragés par Davis qui officiera à la fois comme facilitateur, performeur et maitre de cérémonie.

- De 23h à minuit, un DJ set de musiques poubelles. Pas de banquet sans finir sur la piste de danse. Après nous être égosillé, un des DJ préférés du Lavoir public viendra aux platines avec une playlist de titres oubliés, moqués, rebus révélateurs d’une « erreur de parcours » de la part de leurs interprètes concoctée spécialement pour Trash FEST, afin de nous quitter dans la sueur et l’ivresse.

À quoi va servir le financement ?

L’argent récolté servira à financer en partie la venue de Davis Freeman, transport, hébergement et prix de cession pour la (re)présentation de Karaoké(ART)

Nous utiliserons également l’argent pour réduire le plus possible le prix d’entrée de Trash Fest, et ainsi le rendre accessible au plus grand monde.

Les contre-parties:

Pour 5 Euros, un grand remerciement sur FB

« WHITE TRASH » pour 10 Euros et plus : un chaleureux remerciement pendant le speech de bienvenue !

« EURO TRASH » pour 25 Euros et plus : « WHITE TRASH » + trash talk pendant une heure pour pratiquer son anglais avec Cédric ou son espagnol avec MC, et une affiche dédicacée.  

« ZEN ET TRASH » pour 50 Euros et plus : « EURO TRASH » + one on one yoga pendant une heure avec Cédric.

« SO TRASH » pour 100 Euros et plus : « ZEN ET TRASH » + art crash course, un cours d’histoire de l’art avec MC autour d’un artiste ou courant contemporain de votre choix ou suggéré par MC.

« TRASHY TINA » pour 200 Euros et pus : « SO TRASHY » + trash dance, un cours de danse avec Cédric.

À propos du porteur de projet

Marie-Cécile Perez

Franco-colombienne d’origine, après un bac scientifique, deux ans de prépa littéraire et une année passée à Florence, Marie-Cécile valide des licences d’Histoire, d’Histoire de l’Art et Archéologie ainsi que dans le domaine spécialisé des Arts et de la Culture à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle organise sa première exposition d’Art « HOME MADE » conjointement à l’association Joe Rage et le collectif des Outsiders en 2013 à la galerie 59 rue de Rivoli à Paris. Après un Master 1 dans le domaine des Arts et de la Culture et un mémoire sur le thème des expositions insolites, elle étudie aujourd’hui la Direction de projets culturels et artistiques internationaux à l’Université Lyon 2 en Master 2 pro.

Cédric Andrieux 

Cédric Andrieux est étudiant à l’Université Lyon 2 en Master 2 de développement de projets culturels et artistiques. Avant cela, il étudie au Conservatoire National Supérieur de Paris en 1993, ou il obtient en 1996 le premier prix, à l’unanimité. De 1998 à 2007 il danse pour la compagnie de Merce Cunningham, aux Etats-Unis. En 2007, il retourne en France, pour rejoindre le ballet de l’Opéra de Lyon où il dansera de 2007 à 2010. Après avoir rencontré Jérôme Bel à l’Opéra de Lyon, ils créent ensemble, sur un concept de Jérôme Bel, le solo “Cédric Andrieux”. En 2010, il est conseillé artistique/chorégraphe sur le film “Les Bien-Aimés” de Christophe Honoré. En 2011, il crée avec Christophe Ives la pièce “Les Communs”. Il participe à la création de Mathilde Monnier, “Twin Paradox”, en 2012. En 2014, il travaille avec le chorégraphe Daniel Linehan sur la pièce “Karaoke dialogues”. Il enseigne régulièrement au Conservatoire National Supérieur de Danse de Lyon, au Centre National de la Danse, au Centre National de Danse Contemporaine d’Angers et au Centre National des Arts du Cirque.