BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

Traits engagés

Les dessinateurs de presse parlent de leur métier

À propos du projet

LE LIVRE EST DISPONIBLE SUR NOTRE SITE

Vous êtes arrivés trop tard ? Pas de panique !
Retrouvez le livre "Traits engagés" de Fabienne Desseux sur le site des Éditions ICONOVOX :
traits.iconovox.com 

 

Il y a cinq ans, la France clamait fort et clair : « Je suis Charlie ». Aujourd’hui, entre pression économique, politiquement correct et pressions sur les réseaux sociaux, les dessinateurs de presse semblent avoir perdu de leur superbe. Et si on connaît souvent leur trait, leur humour ou leur engagement, il est rare qu’on leur donne la parole. Quatorze d’entre eux — aux profils bien différents — ont accepté de témoigner. État des lieux d’un travail pas comme les autres.


En 2018, un dessinateur du Canard enchaîné portait plainte. Sur le Net, un homme diffusait un montage du visage du dessinateur avec ces mots : « Cible pour tir ». Et le sujet n’était pas lié à l’islamisme radical. 

Informée, Fabienne Desseux s’est alors demandé où avait bien pu passer notre grandiloquente soif de liberté d’expression affichée au lendemain des attentats du 7 janvier 2015. Car au-delà du seul intégrisme religieux, les dessinateurs doivent parfois faire face à d’autres types de menaces. 

Le dessin de presse, sorti de son contexte éditorial, est lancé sans filet à un public qui n’a pas toujours les codes pour le décrypter. La presse devient frileuse. La fin du dessin dans le New York Times international en est un exemple frappant. Aujourd’hui, certains d’entre eux appellent à la reconnaissance du dessin de presse comme un droit fondamental auprès de l’Unesco.

Loin de la surface des choses, le sujet méritait bien un livre.

Les caractéristiques du livre

  Traits engagés
Nombre de pages 256
Dimensions 150 x 210 x 22 mm
Poids 574 grammes
Papier Offset Balnc 140 gr
Reliure Dos carré, cousu, collé
Couverture 280 grammes avec pelliculage mat


Les dessinateurs parlent peu. Ou rarement en prenant le temps. Pourtant, ils sont souvent au cœur de l’actualité et des polémiques. L’idée était de contacter nombre d’entre eux afin de croquer le plus largement possible le visage du dessin de presse en 2019.

Que voulait dire ce : « Je suis Charlie » ? Que signifie-t-il dire aujourd’hui ? Et qui est finalement Charlie ? Ce n’est pas uniquement la rédaction décimée le 7 janvier 2015. Le débat est plus complexe. 

Afin de comprendre le quotidien des dessinateurs de presse, il fallait d’abord en brosser le portrait multiple. Politisés ou non, issus de la jeune ou ancienne génération, comment sont-ils devenus d’incontournables signatures ? 

Durant de longs entretiens, ils ont évoqué leur parcours, leur vision du métier et son évolution. Leurs certitudes ou leurs inquiétudes dans une société où il devient difficile de brocarder.

Par essence, le dessinateur de presse est isolé derrière sa feuille de papier ou sa palette graphique. C’est son mode d’expression. Il faut être tenace pour le mettre en confidence.

Lorsque Fabienne Desseux les a contactés pour ce projet, ils ont souvent été partants. Sans doute parce que le sujet mérite d’être développé loin de la polémique et du raccourci. 
Il a pourtant fallu insister, revenir à la charge. Parce qu’entre deux bouclages, en recherche permanente d’idées, les dessinateurs ont l’esprit ailleurs et un planning à géométrie variable.
Mais une fois les entretiens calés, ils ont pris le temps de l’échange libre et sincère.
Résultat, des heures d’enregistrement et pas mal de mails échangés, pour ne pas être caricatural ou déformer leurs propos. Afin de creuser en mots un sujet d’images.

 

• Graines de dessinateurs — trajectoires et influences.

• Dessinateur de presse : quelle définition ? 

• 2010/2015. Pressions sur Charlie Hebdo. Comment les dessinateurs appréhendent-ils les menaces ? Quel impact sur leur travail ?

• « Je suis Charlie ». De l’émotion au retour des crispations.  

• Dessinateur de presse « fantassin de la liberté d’expression ». Un costume mal taillé. 

• Réseaux sociaux : les nouveaux censeurs ?

• Réseaux sociaux : tempêtes dans un verre d’eau ou vraies menaces ?

• Les dessins polémiques.

• Décoder le dessin de presse : Problème culturel, générationnel ou géographique. 

• Dessinateur dans les écoles ou les prisons : est-ce son rôle ?

• Dessinateurs de presse et militants : je t’aime moi non plus.

• La presse est-elle encore Charlie ? En a-t-elle les moyens ?

• Précarité économique : la nouvelle menace ?

• Arrêt du dessin de presse dans le New York Times international : un signal fort ?

• Le texte de Xavier Gorce pour l’Unesco 

• Le dessin de presse dans dix ans ?

• Que reste-t-il de « Je suis Charlie » ?


 

Le livre donne la parole à quatorze professionnels. Comme leurs dessins, ils ne se ressemblent pas, n’ont pas forcément les mêmes idées ou la même manière d’aborder leur métier. Ils sont le portrait disparate, incomplet mais représentatif des dessinateurs de presse aujourd’hui en France. L’ouvrage est illustré de leurs dessins.

« Un bon dessinateur de presse, c’est quelqu’un qui a le cul entre trois chaises. L’humour, l’art et le journalisme. »
Publie dans : Le Monde, Politis, le Canard enchaîné...

« Souvent, il faut faire au moins trois croquis avant publication. Alors t’en fais un moyen, un qui te fait bien marrer et un naze très consensuel. Et régulièrement, c’est le très consensuel – celui qui te fait chier – qui est choisi. Tu te demandes pourquoi ils prennent un dessin de presse. »
Publie dans : L’Huma, L’Huma dimanche, La vie ouvrière, Le Ravi…

« Un dessin est une bulle d’air dans le marasme de l’information. Il permet de respirer, de déconner, mais ça dure pas longtemps, ça dure trois secondes. Si le but est atteint, c’est amplement suffisant. »
Publie dans : Siné mensuel, Mon quotidien, L’Est républicain, Spirou…

« Dans un journal, je m’adresse à des lecteurs qui sont habitués à lire du dessin de presse. Un dessin qui va finir sur internet, je sais qu’il va être vu par des gens qui ne savent pas ou n’ont pas envie de le lire correctement. » 
Publie dans : L’Humanité dimanche, Marianne, Causette, Le Pèlerin, Phosphore, Que choisir, Le journal des activités sociales, les publications du Secours Catholique...

« Je n’ai pas trop envie de faire du donneur de leçon, du militantisme, du dessin symbolique. Un dessin n’a jamais changé le monde. Par contre, s’il peut faire rigoler quelqu’un pendant un moment et faire descendre de leur piédestal certaines personnes, c’est bien. » 
Publie dans : Guerre et histoire, Moto journal, Siné Mensuel, Charlie Hebdo…

« Le dessin de presse est un exercice intellectuel particulier.  Il faut comprendre la notion de décalage, de second degré, d’ironie, d’humour. Faire de l’humour sur des situations douloureuses n’est pas se moquer de la douleur. C’est une manière de la dénoncer. »  
Publie dans : Le Monde

« Si on se met des limites, on arrête de dessiner. L’intérêt, c’est de caricaturer. »
Publie dans : VSD, Le Point, Charente Libre…

« Un dessinateur de presse est avant tout un auteur. Il amène sa vision personnelle des choses. Comme un écrivain ou un réalisateur. Qu’est-ce qui fait un bon auteur de film ? Ça dépend si tu veux faire La Grande Vadrouille, Citizen Kane ou un film de cul. »
Publie dans : Marianne, Siné Mensuel, Causette…

« Les dessinateurs de presse sont des chats de gouttière. Ils ne s’apprivoisent pas, ne vont pas militer dans des associations. Où alors, pas en leur nom. On doit être teigneux et ne jamais se laisser endormir. »
Publie dans : Marianne, Siné Mensuel, Que choisir, 60 millions de consommateurs, Lien Social…

« Le dessinateur de presse est comme une sentinelle. C’est le premier qui va se prendre une douille le jour où la liberté d’expression commence à être attaquée. »
Publie dans : L’opinion, le film français.

« Je suis bête et borné, je suis breton à la base. Donc j’ai trouvé drôle de voir que le dessin avait un pouvoir de persuasion, même si on m’a dit que je ne persuadais que les convaincus. Je voyais qu’autour de moi, ça faisait du bien de se moquer férocement des gens qui nous insultaient. »

« Mais à quoi peut servir le dessin de presse ? Je tâtonne toujours sur le sujet. Je crois que l’une de ses fonctions c’est contester le discours du pouvoir. Déconstruire ce discours. Montrer les contradictions, éviter les abus de ce pouvoir. »  
Publie dans : Le Canard enchainé.

« Les amateurs de dessin de presse, on est les derniers des Mohicans ! C’est un truc, faut avoir les codes, la culture, les références. C’est un rébus. Ça s’apprécie, ça se déguste. »
Publie dans : L’Équipe, Marianne, Télérama.fr, La revue déssinée, Alternatives économiques, Fakir, Fluide Glacial…

« Faudrait pas non plus considérer que notre nombril puisse penser à notre place. J’ai le sentiment que l’affaire Charlie a rendu certains dessinateurs prétentieux. Moi le premier. En ce moment,je suis en train de faire mon autocritique. »
Publie dans : Le Canard enchainé, Sud-Ouest…


 

Fabienne Desseux, journaliste, a collaboré avec BoxSonsLe Journal du Centre, l’agence de presse Oracom et a été contributrice au Huffington Post

En 2016, après quatre ans passés dans une radio associative de province, elle est licenciée économique. Dans la foulée, elle ouvre un blog pour raconter son chômage. Sa plume, trempée dans l’acide, fait mouche. Ses chroniques, associées à des dessins, révèlent une vraie connivence avec les dessinateurs de presse.

L’évidence se révèle alors : elle décide de donner la parole aux instigateurs de cet univers satirique qu’est le dessin de presse. Mettre en avant ceux qu’elle aime tant et passer un message simple : dessinateur de presse est un métier qui mérite d’être connu et compris.

Les chroniques de Fabienne Desseux ont été publiées dans le livre :
Virée ! Journal d’une chômeuse incasable en quête d’un job illusoire.

 

Nous sommes en train de finaliser la maquette du livre pour mi novembre.

La campagne Ulule sera clôturée le 10 novembre 2019 à 23 h 59.

Les livres seront officiellement disponibles à la commande le 2 décembre sur le site editions.iconovox.com .

L'expédition des livres et des contreparties sera faite à partir du 2 décembre.
VOUS SEREZ LIVRÉS POUR NOËL !

Selon les contributions, vous pouvez recevoir les récompenses correspondantes.

Marque-page

1 marque-page pour égayer vos prochaines lectures.

Format 75 x 210 mm
Papier 350 g mat
Impression recto verso

Tirés à part 

Un ou plusieurs tirés à part sur un beau papier de 400 grammes, selon le nombre de participations.
Des dessins extraits du livre seront imprimés sur des cartes au format A5.

À chaque palier, par tranche de 100 %, vous découvrirez le tiré à part que vous recevrez avec votre livre.

Les caractéristiques des tirés à part

Format A5 – 150 x 210 mm
Papier 400 g/m² papier offset
Impression recto verso

 

À quoi va servir le financement ?

En participant à cette collecte, vous allez co-financer le projet d'édition du livre.

Une fois l'objectif des 100 contributeurs atteint, le projet initial sera pérénisé.

Objectif pour un financement total :
8 100 Euros sur une base de 300 contributeurs avec une moyenne de 27 € par contribution (Frais de port inclus).

Impression en 1000 exemplaires du livre "Traits engagés".

Répartition des dépenses : 

  • Réalisation et impression des livres et contreparties : 4300 €  (pour 1000 exemplaires + goodies)
  • Frais de port et emballage : 2160 € (pour 300 exemplaires)
  • TVA : 380 € (pour 300 exemplaires)
  • Droits d'auteur : 580 € (pour 300 exemplaires)
  • Commission Ulule : 680 € (pour 300 exemplaires)
  • Éditeur : 0 €

Total : 8 100 €

À partir de 450 contributeurs, l'impression du livre "Traits engagés" est portée à 2000 exemplaires.

À propos du porteur de projet

Editions Iconovox

James TANAY
co-créateur et gérant d'ICONOVOX

 

 

Depuis plus de treize ans maintenant, je travaille avec de nombreux dessinateurs de presse professionnels. Dessinateur de formation, j'ai créé la société Iconovox, l'équivalent d'une banque d'images photographiques, spécialisée dans le dessin de presse et l'illustration. Elle propose également des créations de dessins originaux, des prestations live de dessinateurs et l'organisation d'événements autour du dessin de presse.

Les Editions Iconovox en sont le prolongement avec la publication d'ouvrages consacrés au dessin de presse.

Dans le même esprit, nous avons aussi créé le site satirique Urtikan.net . Les dessinateurs professionnels peuvent y publier des dessins qui n'ont pas trouvé place dans d'autres journaux. N’ayant pas de contrainte financière ou publicitaire, ce site associatif offre une très grande liberté de ton.

 

 

Share Suivez-nous

FAQ