BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

Things from the Flood

Un supplément pour Tales from the Loop

  • Mystère express

     

    Le premier Mystère express a été débloqué !

    Nous aurons donc le plaisir de vous proposer un scénario inédit conçu pour être joué en une session et s'intégrant dans le contexte de La France des Années 90.

     

  • La catastrophe du barrage Hoover

    Au début de l’année 1995, la vie des habitants de Boulder connaît un bouleversement qui va l’affecter des années. Une explosion ébranle la ville, lors d’une sombre nuit de février. L’électricité est coupée dans toute la ville, et ceux qui osent sortir, une lampe-torche à la main, voient des voitures de police et des hélicoptères se précipiter au nord-est, en direction du barrage Hoover. Les radios qui fonctionnent sur piles informent le public que les forces antiterroristes sont en code rouge pour le barrage. La ville a été victime d’un attentat terroriste.

    Au lever du soleil, les habitants de Boulder découvrent que les prairies et les jardins sont inondés, submergés sous l’eau émergeant des tunnels du Loop. Une eau grise et brunâtre envahit les sous-sols. Le soir, l’eau redescend, mais les déserts du nord se transforment en marais. Des fleurs poussent dans le désert, irriguées par l’eau souterraine.

    Après cinq jours de secours d’urgence prodigués par le gouvernement fédéral et les états voisins, l’électricité revient à Boulder City. Aux infos, on voit les images d’un barrage démoli et du lac Mead qui se vide peu à peu. Les zones souterraines du Loop sont inondées, et soixante-douze scientifiques ont disparu. Les plongeurs en retrouvent et en sauvent plus de la moitié dans les jours qui suivent, mais le bilan se monte à trente-deux victimes.

    L’état d’urgence est déclaré dans tout l’état. On installe partout des barrages routiers. Des agents du FBI et de la CIA débarquent à Boulder, vêtus de costumes noirs et portant des lunettes de soleil, comme à la télé. Des habitants sont fréquemment interpelés pour interrogatoire. Selon les informations, les terroristes responsables de l’attentat appartiendraient à un groupe extrémiste sunnite affilié à Al-Qaïda, mais aucune arrestation n’a lieu, et aucune organisation ne revendique les faits. L’enquête ne mène apparemment nulle part. Les habitants du Nevada chuchotent entre eux que les autorités s’efforcent d’étouffer la vérité.

    L’ÉTAT D'URGENCE

    L’état d’urgence reste en vigueur à Boulder City et aux environs pendant la seconde moitié des années 1990. La plupart des soldats, des policiers et des agents fédéraux disparaissent au bout de quelques mois, mais l’atmosphère angoissante demeure. Les rumeurs d’attentats terroristes vont bon train. La police arrête les touristes un peu trop basanés dans les rues. On rapporte les moindres suspicions et autres ragots aux autorités. Nombre d’habitants achètent des armes et alignent caméras de sécurité et fils barbelés autour de leurs domiciles. La paranoïa et le patriotisme se développent à l’approche du nouveau millénaire.

    Le lac Mead se réduit toujours en peau de chagrin. Dans le nord de la ville, l’inondation des sous-sols reste problématique. Les zones les plus basses se retrouvent submergées de temps à autre. Le désert, au nord, se transforme en marais. Les tunnels du Loop, eux, sont toujours submergés.

    Une grande partie de la population de la ville était employée au Loop ou au barrage, et se retrouve sans emploi. Les années 1990 constituent une période de vaches maigres. Beaucoup ont besoin des aides du gouvernement ne serait-ce que pour disposer de l’électricité. Les saisies de biens, le crime, la drogue et la violence se répandent à Boulder.

    Et pourtant, malgré tout, la vie suit son cours. Les adolescents vont toujours à l’école, jouent au football ou se roulent des pelles derrière le centre commercial. Beaucoup font comme si de rien n’était.

  • La carte de la région de Caen débloquée !

     

    Bonjour à toutes et tous,

    La carte de la région de Caen "post-catastrophe" illustrée par Olivier Sanfilippo est débloquée.

    Cette région servira de cadre à La France des Années 90 ainsi qu'aux prochains Mystères express.

    En route vers plus d'aventures adolescentes !

     

  • Mise à jour de la campagne Things from the Flood

     

    Bonjour à tous,

    Nous avons écouté les nombreux commentaires de nos contributeurs et nous avons décidé de mettre à jour notre campagne pour mieux correspondre à votre demande.

    Cette mise à jour exceptionnelle de la campagne est possible grâce au soutien des premiers contributeurs qui ont déjà permis le financement du livre de base de Things from the Flood, mais aussi le développement de La France des Années 90. Grâce à votre aide, nous pouvons aujourd'hui ajouter deux nouvelles contreparties à la campagne Things from the Flood: l'une avec le supplément La France des Années 90 et la seconde avec le supplément Hors du Temps (un supplément compatible avec Tales from the Loop et Things from the Flood).

    La campagne se clôturera désormais le mardi 4 Juin à 21h, pour laisser le temps aux contributeurs de s'informer sur la mise à jour de la campagne. Nous remercions l'équipe de Ulule pour son soutien et son aide dans la modification exceptionnelle de la campagne.

    Merci à tous pour votre soutien !

  • Krafta Corp

    Dans les années 1960, le gouvernement suédois décida de bâtir le plus grand réacteur à particules du monde, en misant sur les revenus à long terme d’un tel investissement. Malheureusement, les inventions révolutionnaires et fructueuses sur lesquelles il devait déboucher n’ont jamais eu lieu. Riksenergi, l’agence nationale en charge du Loop, a essuyé toute une série de mésaventures. Nombre des inventions développées étaient trop peu fiables ou trop bizarres pour une application quotidienne.

    Lorsque se produit le Scandale du Loop, le président de Riksenergi, Hans Albrechtsson, est interrogé devant le parlement à Stockholm, et se retire quelques jours plus tard. Un conseil d’administration par intérim prend le contrôle de Riksenergi et dissout l’agence deux mois plus tard. Le Loop est vendu en totalité pour une bouchée de pain à la toute nouvelle Krafta Corporation.

    Krafta utilise les zones en surface du complexe pour développer des composants informatiques et des logiciels. Pendant ce temps, le parlement a ordonné à la société de récupérer un maximum de données dans les sections inondées des labos souterrains. Son contrat spécifie qu’elle est responsable du nettoyage et de l’assainissement du nord de Färingsö, qu’elle doit rendre de nouveau habitable d’ici un an.

    Krafta Corp est un conglomérat formé d’une dizaine d’entreprises, dirigé par le conseil d’administration de Krafta AB qui en répond devant ses actionnaires. Les diverses sociétés occupent chacune une niche particulière : une firme de sécurité, une société de nettoyage, des spécialistes en robotique, ainsi que plusieurs compagnies de développement de logiciels informatiques.

    Le PDG de Krafta Corp est la prodige des finances Louise Rembranius. Détestant les caméras, elle est considérée comme un génie depuis son adolescence. Désormais âgée d’une trentaine d’années, elle a acquis un manoir dans le pays du Lac noir.

    Le cancer des machines se répand dans le monde au début de ce que l’on va appeler la Débâcle de Krafta, qui débouche sur la faillite de Krafta Corp. La société dépose le bilan en 1998, après avoir été la cible de plusieurs actions en justice éreintantes. Le gouvernement suédois reprend le nettoyage des îles. On fait disparaître toute trace du Loop, et on remplit de béton les anciens tunnels.