BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

Tayri

Court-métrage de Zouhair Fartahi

À propos du projet

Tayri est un court métrage de fiction d'environ 20 minutes dont l'action se déroule de nos jours, au Maroc. Le tournage commencera au mois d'avril et durera plusieurs semaines.

Il s'agit d'un conte philosophique-sentimental, une histoire des Mille et une Nuits, qui prend place dans un environnement réaliste marocain actuel. Un amour légendaire traité de manière contemporaine.

"Tufitran, défigurée la veille du mariage, ne se croit plus digne d'Anir. Il faudra qu'il devienne aveugle pour qu'ils puissent se retrouver."

Chaimae Ben Acha
Chaimae Ben Acha est Tufitran

CHAIMAE BEN ACHA, jeune actrice marocaine, a déjà participé à de nombreux longs métrages tels que "Traitors" (2010) et "Exit Maroc" (2013) de Sean Gullette. En 2012, elle obtient le premier rôle dans "Malak" d'Abdeslam Kelai. Elle a également joué dans des téléfilms et court-métrages au Maroc.


Amine Ennaji est Anir

Lui aussi acteur professionnel habitué des longs métrages, AMINE ENNAJI a notamment joué dans "L'ennemi intime" (2007), "Les mécréants" (2011) ou plus récemment dans "Syngué Sabour" (2012). En 2010, au 11ème Festival du Film National de Tanger il décroche le Prix du Premier rôle masculin pour "Les oubliés de l'Histoire" de Hassan Benjelloun (Maroc), dans la compétition Longs Métrages.


Storyboard réalisé par Pascale Roget

Au printemps 2012, Zouhair fait un rêve : une atmosphère étrange, irréelle, comme un conte, comme les Mille et une nuits (contes d'Arabie d'avant l'Islam) ; mais les sons étaient ceux d’aujourd’hui. Il y avait le désert, une ville entourée de désert, une ville étrange, sans autos. Des palmiers verts, le bleu du ciel, et le jaune chaud du sable du désert.

Il y a un garçon de vingt-huit ans, et une fille plus jeune, de vingt-quatre. Elle est vêtue d'une robe traditionnelle aux couleurs vives - rouge, rose, blanc, noir. Lui est habillé en homme du désert, touareg, avec une djellaba et un cheich en écharpe sur la tête. Il ne porte pas d'arme, c'est un artiste, un nomade-poète. Leurs parents sont des personnages importants, il y a déjà de forts liens entre les familles. Même avant le mariage des jeunes, ils sont comme une seule famille.

Mais la fille devient défigurée. Peut-être piétinée, ou traînée par un cheval ? Ou lors d'une chute dans des rochers ? Ou bien ce serait une rivale qui l'aurait frappée avec une brosse à carder la laine, pour détruire cette beauté dont elle est jalouse ? Toujours est-il que la jeune fille déclare alors à son fiancé : « Trouve-toi une autre jeune femme comme tu le mérites car je ne suis plus digne de toi :  je resterai marquée et laide pour toujours. ”

Après des mois d'écriture et avec l'aide de professionnels, notamment lors d'un atelier à Foix, Tayri voit le jour.

Fin 2013, une partie de l'équipe a fait les repérages dans Marrakech et ses environs.

À quoi va servir le financement ?

Le projet est d'ores et déjà soutenu par l'ESAV (Ecole Supérieure d'Audio-Visuel) mais aussi par le FSDIE (Fond de Solidarité et Développement des Initiatives Etudiantes). Ce n'est malheureusement pas suffisant. Toutes les personnes qui travaillent sur le projet sont bénévoles. Mais il y a des frais que l'on ne peut pas réduire. Pour tourner dans les meilleures conditions nous aurions besoin d’un budget de 11 900 euros :

  • Déplacement (avion/bus/voiture) : 2400 euros
  • Restauration : 1790 euros
  • Hébergement de l’équipe technique et les acteurs : 700 euros
  • Location matériel : 6516 euros
  • Décors, Accessoires et costumes : 494 euros

Les 1500€ demandés ne sont qu'un palier. Libre à vous de porter ce projet au-delà pour faciliter le travail de toute l'équipe et permettre de donner vie à ce projet.

À propos du porteur de projet


Actuellement en DURCA à l'ESAV,  Zouhair Fartahi a réalisé plusieurs court-métrages en France et au Maroc. L'expérience professionnelle de Zouhair a débuté en 2007 sur le tournage de "Italians" de G. Veronesi. Elle s'est poursuivie en 2009 sur les décors de "Tora Bora", film koweïtien, puis ceux de "Kanyamakan" (2010, Maroc). A l'automne 2013, il a été assistant-réalisateur sur "Aveyron" (France Télévision).

- - - - -

Il révère Hitchcock, pour son art du suspense et de la mise en scène. C'est Rebecca, le premier film qu'il ait vu, qui l'a convaincu de délaisser le théâtre pour se consacrer au cinéma et essayer de faire rêver les spectateurs. Passionné de documentaire, Zouhair admire également J. van der Keuken et sa manière d'entrer en contact avec le monde.

  • Co-scénariste et
    1er assistant réalisateur (FRANCE)          Pierre SUTEAU
  • 1er assistant réalisateur (MAROC)           Mohammed AMGHARI
  • Directeur de la photographie                    Mohammed OUDGHIRI
  • Ingénieur son                                            Charlotte COMTE
  • Scripte                                                      Cécile LAURENT
  • Chef électricien                                         Lorenz GRZIMEK

- - - - - - - - - -

Nous avons besoin de vous !