BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

SWING RENDEZ-VOUS

Un long métrage dans le monde du swing new yorkais

À propos du projet

Swing Rendez-vous : la genèse

Invité à New York l'année dernière, j'ai découvert tout l'univers du swing, j'ai eu la chance de rencontrer de talentueux musiciens comme : Tatiana Eva-Marie (Avalon Jazz Band), Gordon Webster, Adrien Chevalier, Vinny Raniolo... J'ai rencontré des danseurs passionnés de lindy-hop, des organisateurs de bals "années folles". J'ai été plongé dans cette incroyable communauté animée par un art de vivre "vintage", qui vit la nuit et qui déguise sa mélancolie en joie.

J'ai immédiatement eu envie de raconter ce que j'avais vu !

Mon film Swing Rendez-vous, c'est l'histoire de ces musiciens aux parcours cabossés, de ces danseurs et mélomanes en quête d'authenticité. C'est aussi et surtout, sous forme de comédie, l'histoire de ma rencontre avec eux.

Naviguant entre Paris et New York, entre le français et l'anglais, Swing Rendez-vous va vous embarquer dans une aventure romantico-loufoque chez ces zazous du XXIe siècle.

Le pitch

Théodore, jeune Parisien maladroit, routinier, célibataire endurci, découvre l’existence d’une chanson surnaturelle. Un ancien standard de jazz des années 1920 capable de rendre amoureux deux personnes qui l’écoutent en même temps.

Son sang ne fait qu’un tour. Il doit retrouver cette chanson à tout prix, car il souhaite s'en servir pour séduire Amandine, qu'il croit être la femme de sa vie !

Très vite, son enquête le conduit à New York dans une communauté de jazzmen swing. Il découvre leur mode de vie extravagant et décousu. De sets en jam sessions dans les clubs, Théodore se met à vivre la nuit. Focalisé sur sa recherche de la partition magique, il rencontre une drôle de chanteuse prénommée Maria, dernière personne à l’avoir possédée…

Photogramme du film 1

L'esprit du film, le dispositif

Imaginez une comédie loufoque et sophistiquée, dans une lignée burlesque. Une histoire entre Paris et New York, pleine de musique, de magie et de fantaisie. Voilà ce que Swing Rendez-vous ambitionne de devenir, grâce à votre soutien.

J'ai toujours envisagé ce film comme un geste spontané, comme s'il y avait urgence à tourner, à initier le projet à chaud. Les personnes que je souhaite filmer sont là, elles existent, elles vivent, elles rient, elles frissonnent, elles pleurent ! C'est maintenant que je veux aller les voir. Je ne souhaite pas passer deux ou trois ans à mettre en place une grosse machine pour tout recréer artificiellement... Je préfère me lancer en équipe légère, avec souplesse, car les moyens techniques le permettent.

J'ai donc écrit le scénario de Swing Rendez-vous en quelques mois. J'en ai éprouvé les versions successives en les faisant lire à mes amis new yorkais qui (j'en suis ravi) se sont retrouvés dans mon histoire.

La musique du film - car il y en aura beaucoup, évidemment - sera originale. Sont composés actuellement une série de vrais-faux standards, que les musiciens, français et new yorkais, s’approprieront au moment du tournage, au cours de jam-sessions. Ces jams, qui feront partie intégrante de la trame fictionnelle, seront filmées "live", en mode quasi documentaire. D’où la nécessité d’une équipe champignon, qui se greffe sur des décors et des événements existants, comme un organisme vivant en symbiose avec son hôte. Et d’où le besoin d’un dispositif de tournage souple, léger et adaptable, réaliste dans un budget resserré.

L'engouement autour du swing

J’ai envie de montrer la contre-culture swing et sa communauté, vaste et bouillonnante. À travers Swing Rendez-vous, j'aimerais toucher du doigt ce qui peut se cacher derrière le phénomène : une pointe de nostalgie, un idéalisme sans doute vain mais très beau. L’espace d’une soirée, ces musiciens, mélomanes, danseurs se réfugient dans des valeurs passées, mais d’un passé qu’ils n’ont pas connu, et qu’ils réinventent donc sans cesse. Ils ne cherchent pas à imposer leur mode de vie ni à rester bloqués dans un temps révolu. Ils cherchent davantage à perpétuer une tradition, en s’amusant. C’est cet état d’esprit que je veux filmer.

D’autant plus que le phénomène "swing" prend de l’ampleur non seulement à New York mais partout dans le monde. Nous voyons des cours de lindy-hop, des bals et des événements swing pousser un peu partout, en France (Le Monde vient d'y consacrer un article), en Europe, au Moyen-Orient, en Asie… Par ailleurs, le mot “hipster”, tellement en vogue aujourd’hui, ne vient-il pas de ces jeunes blancs qui s’encanaillaient en allant écouter du jazz noir dans les années 1940 ?

Articles de presse

Quelques documentaires ont cherché à analyser le phénomène. Je pense notamment au film Alive and Kicking de Suzan Glatzer. Mais Swing Rendez-vous, à ma connaissance, serait le premier film de fiction contemporain à plonger dans cet univers.

Où en est le projet ?

Comme pour nous faire la main, nous avons d'ores et déjà tourné une séquence complète du film ! La voici :

Nous prévoyons le tournage à partir d'octobre cette année, avec une sortie en salles françaises l'année prochaine.

A quoi va servir le financement ?

Pourquoi le crowdfunding ?

Nous avons un distributeur indépendant engagé à nos côtés, qui sortira le film en salles en France. Nous avons récolté quelques fonds et soutiens logistiques des deux côtés de l'Atlantique.

Cependant, mon projet ne répond pas vraiment aux "canons" du premier film français : j'y parle d'une contre-culture, je souhaite tourner en France et à New York avec un casting mixte, dans les deux langues ; je veux mettre en lumière mes amis musiciens parce que je les trouve extraordinaires, et non pas faire réinterpréter ces rôles par des comédiens imposés... Bref, je crois en la force de mon projet parce qu'il est sincère et en osmose avec son sujet. Aussi, et surtout, je veux aller vite, je veux filmer ce que je vois aujourd'hui ! Je ne veux pas passer des années et des années à préparer un tournage avec une énorme équipe : ce serait contre-productif, alors que j'ai déjà beaucoup de choses potentiellement sous la main, tout de suite, maintenant.

D'ailleurs, ma démarche est-elle si folle que cela ? Ces dernières années, des réalisateurs français ont émergé grâce à des premiers films à micro-budget, par exemple : Valérie Donzelli (La Reine des pommes), Sébastien Betbeder (2 automnes 3 hivers), Antonin Peretjatko (La Fille du 14 juillet). Et au fond, ils n'ont fait que suivre l'exemple d'autres réalisateurs partout dans le monde ayant démarré de la même manière, par des premiers films artisanaux plus ou moins autoproduits : Agnès Varda, Damien Chazelle, Christopher Nolan, John Cassavetes, Nanni Moretti, David Lynch, les frères Coen...

Pour toutes ces raisons, ce financement participatif est primordial pour la poursuite du projet. En contribuant au projet, vous pourrez vous tenir au courant de l'avancée de la préparation, du tournage, de la post-production... Et m'interpeller, me suggérer des idées au fur et à mesure. J'adore ce dialogue-là et je suis certain qu'il sera très constructif.

☞ Faisons ce film tous ensemble !

À quoi servira l'argent ?

J'ai parlé d'une petite équipe de tournage, mais pas d'une équipe inexistante... Les techniciens, comédiens, musiciens qui m'entourent devront être rémunérés. Il faudra également prendre en charge leurs voyages (entre Paris et New York, pour certains d'entre eux) et leurs défraiements. Et louer un peu de matériel, en plus de ce que nous avons déjà sous la main, car c'est indispensable pour produire de belles images et de beaux sons.

En plus de ces dépenses strictement liées au film, il faudra compter la fabrication des contreparties, bien sûr, mais aussi la commission d'Ulule et la TVA collectée.

Le moindre euro sera donc très important pour le projet, et nous vous en serons éternellement reconnaissants.

Les contreparties

Il y en a pour tous les goûts !

Vous pourriez notamment avoir envie de commander un exemplaire dédicacé du scénario. C'est possible ! Le gros avantage, dans ce cas, c'est que vous pourrez m'écrire en m'envoyant vos commentaires, vos remarques. Je lirai tout, et qui sait, peut-être que cela me permettra d'améliorer certaines choses avant de tourner...

Vous pourriez également vous laisser tenter par quelques "goodies" : mug, tote-bag à l'effigie du film...

... et aussi : un joli kit cravate/pochette (version homme), ou foulard (version femme) à motifs nœuds-papillons ! Accessoires en soie, élégants et originaux, fabriqués à la main. Des pièces uniques qui ne manqueront pas de vous faire briller au cours de vos prochaines soirées swing...

Goodies

Et si je veux investir davantage ?

Vous en voulez plus ? Vous souhaitez vous investir davantage dans le projet ? Vous souhaitez acheter un crédit de Producteur Associé au générique du film, et déduire votre investissement de vos impôts ? Pour cela, nous fixons la souscription à 1000 € minimum. Ce pourrait être une bonne opération, car comme le film se fait dans une économie artisanale, il pourra vite devenir rentable. Et sachez qu'un tel investissement est déductible à 25 % de vos impôts sur le revenu en France. Écrivez-moi directement et je vous explique tout : [email protected]

À l'inverse, vous ne pouvez pas participer financièrement mais vous souhaitez aider quand même le film ? C'est possible, bien sûr ! Vous pouvez, par exemple, diffuser le lien de cette page auprès de vos amis : sur Facebook, Instagram, Twitter... Ou bien dans un e-mail personnalisé, ou par SMS... Plus le monde entendra parler de notre projet, plus nous serons heureux, et meilleur sera le film !

Quel courage, vous êtes arrivés au bout de cette page !

Merci à tous !

Gérome Barry

À propos du porteur de projet

L'équipe, devant et derrière la caméra

Gérome Barry (réalisateur)

Gérome Barry (réalisateur). Né le 14 Frimaire de l’An 193, j'étudie le cinéma à La Fémis. J'y produis une dizaine de courts métrages, sélectionnés et récompensés en festivals, après quoi j'en réalise trois : Le Grand Numéro (comédie musicale jazz, prix du public au festival de Pékin), Séraphin (comédie, multi-diffusée sur Arte) et Suicide Express (comédie, diffusée dans une trentaine de salles Gaumont, prix du jury au festival de Montpellier).

Parallèlement, fort d'une expérience de neuf ans dans la production cinématographique, je suis successivement lecteur de scénarios pour Cinémage, puis conseiller scénaristique pour Quad Cinéma. En poste chez Moby Dick Films pendant trois ans et demi, je suis la post-production de plusieurs longs métrages, travaillant auprès de réalisateurs comme Emmanuel Mouret, Jean Paul Civeyrac ou Serge Avédikian. Swing Rendez-vous est mon premier long métrage, que je réalise et produis de façon artisanale.

Pour voir mes courts métrages, clips, captations musicales : www.geromebarry.fr

 

Au casting du film, de nombreux jeunes musiciens talentueux joueront plus ou moins leurs propres rôles, de manière romancée. Notamment :

Tatiana Eva-Marie

Tatiana Eva-Marie (personnage : Maria). Élevée dans une famille de musiciens, Tatiana démarre sa carrière de chanteuse à l'âge de quatre ans, enregistrant un disque avec Henri Dès. Après des études au Théâtre Populaire Romand, à l'American Academy of Dramatic Arts de New York et à la Sorbonne, elle se forme, à Paris, au jazz manouche. Se produisant comme comédienne sur des scènes aussi prestigieuses que la Comédie Française ou le Théâtre du Rond Point, elle écrit en parallèle des spectacles musicaux qui obtiennent un grand succès au festival d'Avignon. Installée à New York depuis huit ans, elle est la cofondatrice et chanteuse du groupe swing Avalon Jazz Band.

Vinny Raniolo

Vinny Raniolo (personnage : Vinny). Guitariste accompagnateur de talent, Vinny tourne partout dans le monde et se produit aussi bien à l'opéra de Sydney qu'au Palace of Fine Arts de San Francisco, au Lincoln Center de New York ou au Teatro Olimpico de Vicenza. Il mène également une carrière solo et vient de sortir le disque Air Guitar, reprenant des standards ayant pour thème commun le ciel et l'aviation, sa deuxième passion. Vinny est apparu plusieurs fois sur le grand et le petit écrans, jouant notamment dans la série Boardwalk Empire et dans le film Café Society de Woody Allen.

Adrien Chevalier

Adrien Chevalier (personnage : Angelo). Élevé dans une famille de violonistes, Adrien étudie au Conservatoire d'Avignon puis, à Paris, à l'école de Didier Lockwood. Passionné de jazz manouche et de musique de l'est, il crée le groupe à succès Pad Brapad Moujika, avec lequel il tourne partout en Europe. Puis il part à New York où il fonde, avec Tatiana Eva-Marie, l'Avalon Jazz Band. Parallèlement, il compose de la musique pour l'écran (Canal+, France 3...), et chante même dans le film de Ridley Scott Une grande année.

 

Côté français, le casting sera composé des fabuleux :

Esteban

Esteban (personnage : Rémi). Artiste protéiforme, Esteban s’amuse à multiplier les casquettes et à mélanger les genres. Il s'est illustré au cinéma dans La Fille du 14 juillet (Antonin Peretjatko), Nos futurs (Rémi Bezançon), L'Effet aquatique (Solveig Anspach), Ôtez-moi d'un doute (Carine Tardieu) ou encore Gaston Lagaffe de Pierre-François Martin-Laval. Sous le nom David Boring, il est leader du groupe Naive New Beaters, et animateur sur Ouï FM et Canal+. Esteban est également réalisateur : en 2015, il tourne Yo ! Pékin, un vrai-faux docu-fiction, et en 2017, le court métrage Le Club. Il réalise actuellement une websérie.

Edwige Morgen

Edwige Morgen (personnage : la Mère de Théodore). Edwige se produit dans les clubs de jazz londoniens dans les années 1990, tout en perfectionnant sa voix et son piano au Goldsmith College of Music. Elle enregistre en Angleterre son premier album : "You and the Night and the Music". Puis elle s'installe quelque temps à Madrid, où elle étudie la composition à la Escuela de Musica Creativa et collabore avec de nombreux musiciens argentins, colombiens et brésiliens. De retour à Paris, elle sort avec succès un album de compositions originales : "Quelque chose dans l’air".

Noémie Zeitoun

Noémie Zeitoun (personnage : Noémie). Après le cours Florent, Noémie enchaîne les rôles dans les courts métrages, les clips, les programmes TV, et apparait dans plusieurs films au cinéma. Sur les planches, elle joue dans Fou d'elle de Patricia Seknazi au Théâtre du Gymnase. Cette année, elle a joué sous la direction d'Olivier Abbou dans Screened, dans le long métrage du réalisateur américain Joseph Cahill META, dans Cupidonde Julian Maniraho, et sera à l'affiche du premier long métrage de Mathieu Brelière,Ivresse(s) en rôle principal aux côtés de Louka Meliava (sortie 2019).

 

Et d'autres surprises à venir...

 

Derrière la caméra, j'aurai la chance de travailler sur ce projet avec :

Giovanni Mirabassi

Giovanni Mirabassi (compositeur). Pianiste et compositeur de renommée internationale, Giovanni a depuis toujours un pied dans le jazz et l’autre dans la chanson, ayant notamment collaboré avec Charles Aznavour, Serge Lama, mais également Cyril Mokaiesh ou Agnès Bihl. L’album solo Avanti! qui lui vaut, en 2004, une Victoire de la Musique est composé de reprises de chants révolutionnaires mondiaux. En 2011, il récidive dans ce registre avec ¡ Adelante !, enregistré à Cuba. En 2016, il découvre la chanteuse de jazz Sarah Lancman qu'il décide de prendre sous son aile et de produire (Inspiring Love, 2016, et À contretemps, 2017). Passionné de cinéma, il enregistre en 2015, au Japon, un album consacré aux thèmes des films de Hayao Miyazaki. La même année, il compose la bande originale du film Caprice d’Emmanuel Mouret. En 2016, il devient même personnage à l’écran, dans le documentaire Off The Records de Romain Daudet-Jahan. J'ai eu la chance de travailler avec Giovanni sur la musique de tous mes courts métrages : c'est donc une longue et fructueuse collaboration qui se poursuit avec Swing Rendez-vous.

Edward Bally

Edward Bally (directeur de la photographie). Formé à Sciences Po Toulouse et à la City University de Londres, Edward travaille comme journaliste auprès de la BBC et d'AP, puis parcourt le monde en produisant des reportages pour l’UNICEF et les Nations Unies. Documentariste, il tourne de nombreux sujets pour les plus grandes chaînes françaises à New York et dans tous les États-Unis. Il collabore au film Unfair Game, nominé au FIGRA, et prix du meilleur documentaire au Videoshare Festival. Passionné d'image, technicien hors pair, Edward se lance désormais dans la fiction. Il mettra son regard acéré et son énergie au service de Swing Rendez-vous.

Florent Castellani

Florent Castellani (chef opérateur son). Formé à l'école Louis Lumière, Florent passe avec une facilité déconcertante des plateaux de tournage aux salles de montage son. Il travaille, entre autres, sur les films La Fille du 14 juillet, Willy 1er, et Fever - sur lequel il passe chef opérateur son. J'ai eu la chance de travailler avec Florent sur deux de mes courts métrages, dont il a pris et monté le son avec brio, faisant face aux séquences les plus loufoques que j'aie pu lui proposer. J'apprécie particulièrement son flegme, son pragmatisme et sa mélomanie.

 

Avec le soutien de la

 

En partenariat avec

Jazz Box Radio International

Fabulous

FAQ

Si vous avez encore des questions, n'hésitez pas à contacter le porteur du projet.

Poser une question Signaler ce projet