BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Soutenez les artistes en exil !

Une campagne de l'atelier des artistes en exil

  • Découvrez les talents de l'atelier des artistes en exil !

    Chers contributeurs,

    Chères contributrices,

    À l'occasion du lancement de notre campagne de financement participatif, nous vous proposons de découvrir certains artistes de l'atelier à travers une série de portraits en vidéo. Aujourd'hui, le jeune sculpteur Carlos Lutangu Wamba nous présente son travail à l'aa-e (vidéo ci-dessous)... 

    Carlos Lutangu Wamba devant sa vitrine lors du vernissage de l'exposition Les vitrines de l'atelier des artistes en exil. Crédit photo : MC / Thibaut Chapotot. 

    Né en 1990 à Kinshasa en République démocratique du Congo, Carlos Lutangu Wamba est diplômé de l’Institut et de l’Académie des Beaux-Arts de Kinshasa. Sculpteur, il travaille l’argile, le bois, la pierre ou le bronze et des matériaux plus singuliers tels que le métal, le papier ou le plastique. À Kinshasa, il expose dans l’espace public, aux Beaux-Arts, à l’Espace Polidor et à l’Espace Évolué. Militant actif de la contestation antigouvernementale, il est arrêté en 2016, s’évade de prison et rejoint la France en 2017. 

    « Le Réfugié est la première pièce d’une série sur les raisons de la migration, sur ce qui pousse des populations à quitter leur pays pour en rejoindre un autre. Derrière un réfugié, il y a toute une histoire. Jamais je n’avais pensé qu’un jour je serai aussi un réfugié. Ma pièce parle des migrations en général. Mon propre exil est politique, mais d’autres personnes ont dû fuir leur pays pour des raisons économiques, environnementales... »Carlos Lutangu Wamba, janvier 2018.

    Soutenez les artistes en exil !

    Les artistes ont pris le chemin de l’exil sans leur matériel… Démuni.e.s, ils et elles ont aujourd’hui besoin d’équipements pour continuer leur pratique et se remettre à créer. L’atelier reçoit des aides, mais trop insuffisamment pour acheter du matériel aux artistes. C'est pourquoi l'atelier des artistes en exil (aa-e) veut offrir à ses artistes membres des équipements de qualité.100% des fonds récoltés durant notre campagne de financement seront destinés aux artistes.

    Merci de soutenir notre campagne !  https://fr.ulule.com/support-aa-e/

    Suivez nos actualités sur notre site www.aa-e.org et notre page Facebook

  • Découvrez les talents de l'atelier des artistes en exil

    Cette news est réservée aux contributeurs du projet.

  • Un grand merci pour votre soutien !

    Cinq jours de campagne de financement sont écoulés et déjà 2000 euros !

    Vous trouverez un message des fondateurs de l’atelier des artistes en exil (aa-e) :

    Chers contributeurs, chères contributrices,

    Vous soutenez la campagne de financement de l’atelier des artistes en exil. Grâce à vous, nous venons d’atteindre 2000 euros en cinq jours.

    Merci !!!

    Néanmoins, la campagne ne fait que commencer et nous avons encore besoin de votre aide pour agrandir la communauté des donateurs et donatrices afin d’atteindre notre objectif.

    C’est pourquoi nous comptons sur vous pour relayer, alerter, expliquer, convaincre votre entourage de participer à notre campagne de financement.

    Suivez toutes nos actualités sur notre page Facebook et sur Instagram

    Crédit photo : MC / Thibaut Chapotot

    Venez découvrir les vitrines de l'atelier des artistes en exil ! Quinze artistes de l’aa-e présentent leurs oeuvres et partagent leurs visions sur l'exil dans les vitrines des galeries Valois du Palais Royal de Paris. 

    Exposition en accès libre jusqu’au 30 mars.

    avec Omar Ibrahim, Ibrahim Adam, Lina Aljijakli, Mahmoud Halabi, Mohammad Hijazi, Mohamed Nour Wana, Mohamed Abakar, Mehdi Yarmohammadi, Hura Mirshekari, Kubra Khademi, Abdul Saboor, Mohamed Abdulatief, Carlos Lutangu Wamba, Khaled Dawwa Clay & Knife, Moneim Rahama.

    Sculptures Le Réfugié et Le Penseur de Carlos Lutangu Wamba, dans les vitrines des galeries Valois.

    Crédit photo : MC / Thibaut Chapotot