BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

Story of Life and Death and Love

Un long-métrage écrit et réalisé par Eric Dinkian, produit par Along production

À propos du projet

Les destins d’une vampire, d’un tueur schizophrène et d’une femme masochiste s’entrecroisent à l’intérieur d’un drame violent et poétique.

Lin est une jeune chinoise souffrant d’une étrange pathologie. Régulièrement, des crises neutralisent son corps, menaçant de la plonger dans le coma. Pour retrouver son état normal, Lin doit consommer du sang humain pour reconstituer son ADN très particulier, un ADN qui lui permet de cicatriser très rapidement. Évoluant en marge du monde, Lin subit son quotidien sanglant de manière désincarnée.

Alors qu’elle séduit des hommes pour trouver sa prochaine victime, elle croise la route de Jan, un dangereux malade mental qui la laissera pour morte. Survivant in extremis grâce à son extraordinaire condition, Lin a maintenant un but dans son existence : un violent et fascinant désir de vengeance sur cet homme.

En remontant sa trace, Lin fait la rencontre de Maxine, la compagne de Jan. Lin va se retrouver au cœur d’une relation à la fois extrême et paradoxale qui va peu à peu redonner du sens à sa propre existence.

Lin est une vampire moderne. Ayant beaucoup voyagé au gré de ses crimes, Lin est un être désincarné ne vivant que pour ses expériences de résurrection où elle visite les frontières de la mort. Victime de la perversité de Jan, sa vengeance lui fera prendre conscience qu’elle est profondément à la recherche de réconciliation intérieure et de lumière.

Yaru Gao est une actrice chinoise. Elle a étudié la comédie à Paris, tout d’abord au cours Florent puis au sein de l’école Acting International. Yaru est apparue dans de nombreux films et pièces de théâtre en France, ainsi que dans des stands up où elle interprète ses propres poèmes en mandarin. Aujourd’hui, Yaru partage sa carrière entre la Chine et l’International, au gré des projets et des rencontres.

Jan est un schizophrène nourrissant une relation très perverse avec les femmes. Il évolue dans un déphasage constant entre son monde mental et la réalité. Conscient de sa maladie, Jan est une figure ambiguë, à la fois provocateur et victime de sa propre violence.

Niels Dubost commence sa carrière de comédien en 1990 en donnant la réplique à Sophie Marceau dans « Pour Sacha » d’Alexandre Arcady. Il a depuis joué dans de nombreux films, téléfilms et pièces de théâtre. Il a été dirigé par de grands réalisateurs tels que Claude Miller, Bertrand Tavernier, Claude Lelouch, Etienne Chatillez ou encore Jan Kounen. Niels est aussi auteur et réalisateur du long-métrage « Bonjour, je m’appelle Maxime Renard » ainsi que de la web série associée, web série qui a franchit le million de vues sur internet avant d’être diffusée à la télévision américaine et anglaise.

Maxine est une assistante psychologique. Elle devient la compagne de Jan et accepte de devenir sa victime pour tenter de le maîtriser. Totalement déséquilibrée dans sa psyché de par ses relations violentes, elle ne rêve que de renaître dans un monde pur et débarrassé de ses contradictions.

Maud Myers a tout d’abord étudié la danse de manière intensive avant de prendre le chemin de la comédie. Elle commence par interpréter des rôles de danseuse au théâtre et au cinéma, notamment pour Jacques Rivette. Elle est repérée en 2007 pour tenir le rôle principal du long-métrage « Ayrouwen ». Elle alterne depuis danse et comédie, théâtre, cinéma et mannequinat entre la France et l’international.

Grâce à mes précédents courts-métrages, j’ai construit un univers cinématographique personnel où des personnages très forts évoluent dans des univers oppressants et fantastiques. Je suis autant attiré par un cinéma percutant, graphique et agressif que par un cinéma introverti, sensible et poétique. Le succès de mes courts-métrages dans les festivals indépendants internationaux m’incite à poursuivre dans cette voie en mélangeant le cinéma de genre et le drame.

Pour mon premier long-métrage, j’ai tout d’abord passé des années à écrire dans une perspective de financement « classique ». Des années où l’on me demandait de toujours plus aseptiser mes histoires, de les débarrasser de leur psychologie, de limiter la force de leur contenu, jusqu’à en perdre totalement leurs spécificités. C’est pour cette raison que j’ai choisi de retourner dans le milieu indépendant pour ce premier long. Pour avoir l’assurance de réaliser mon histoire sans compromettre son originalité de traitement. Pour ne pas marchander ma vision d’un cinéma personnel et puissant.
A Story of Life and Death and Love est une relecture du mythe du vampire telle que vous ne l’avez encore jamais vue. En abordant la violence domestique en toile de fond, c’est aussi une sorte de version longue de Precut Girl, mon deuxième court-métrage qui a beaucoup voyagé en festivals.

A Story of Life and Death and Love sera tourné à Paris sur une durée de 18 jours. Cette durée limitée a été anticipée dès l’écriture du film. Notre petit budget n’est pas un handicap pour nous. Au contraire, nous l’envisageons comme une véritable liberté artistique. Une liberté qui va nous permettre d’aboutir à un film hors norme et non formaté. Le faible nombre de jours de tournage nous oblige à une méthode très structurée de préparation et de répétitions que nous avons déjà rôdée sur nos précédents courts-métrages.

Nous tournerons avec des caméras numériques HD. Ce choix n’est pas uniquement motivé par les facilités économiques mais par un véritable désir d’appréhender ces nouveaux outils de création avec un profond sens artistique. Bien que nous ayons réalisé des courts-métrages aux images parfois violentes, nous avons toujours le désir de filmer les séquences fortes avec un grand souci esthétique.

Nous misons également sur un pointilleux travail de post-production. Montage, effets spéciaux, son, étalonnage… Toutes ces étapes seront consciencieusement exploitées pour aboutir à un film formellement exigeant et haut de gamme.

À quoi va servir le financement ?

Parce qu'il s'agit avant tout d'une aventure humaine, chaque petit détail compte. Même si notre configuration de travail nous permets d'avoir un budget réduit pour concevoir ce long métrage, nous restons tributaires des éléments les plus évidents et les plus concrets qu'une production puisse nécessiter : de bons repas chauds pour maintenir la forme physique et morale de notre équipe, de quoi transporter le matériel, des consommables de tournages, des prestations particulières pour des scènes plus complexes....
Nous bénéficions déjà de nombreux partenaires techniques nous permettant d’accéder à du matériel haut de gamme sur l’ensemble de la chaîne de production. Les 12 000 Euros demandés serviront donc avant tout à assurer le quotidien de nos 18 jours de tournage : consommables, effets spéciaux de maquillage, régie, cantine et défraiements.

Bien entendu, le meilleur moyen de nous aider est de nous faire un don, même minime. Nous vous avons réservé des cadeaux de participation particulièrement cools comme un t-shirt exclusif et limité à cette campagne ou une archive complète et inédite en DVD de nos précédents courts-métrages. Si vous ne pouvez pas participer au financement, vous pouvez quand même grandement nous aider. Comment ? En parlant du projet autour de vous, en diffusant notre page à vos amis, en la publiant sur votre blog, sur votre page Facebook. Alertez la terre entière que nous avons besoin d’aide pour concrétiser notre vision !

  • Site officiel : www.lifedeathlove.com
  • Page Facebook :  www.facebook.com/lifedeathlove
  • Page Twitter : www.twitter.com/Life_Death_Love

Produire un long-métrage dans une économie très légère est un challenge de tous les instants. Un challenge face auquel nous sommes confiants grâce à notre talentueuse équipe professionnelle, récurrente depuis nos premiers courts-métrages. Nous sommes comme une famille sur le point d’écrire une nouvelle page de notre collaboration créative. Nous sommes profondément passionnés et déterminés à concrétiser le meilleur film possible. Le challenge est important mais nous allons le réussir comme nous avons réussi jusqu’à présent nos précédents films.

À propos du porteur de projet

Eric Dinkian est monteur professionnel depuis 1999, à la télévision et au cinéma. Il dirige la section montage d’une école de cinéma française depuis 2008. Il est auteur et réalisateur de quatre courts-métrages (Kaojikara, Precut Girl, Yukiko & Kore) primés à plusieurs reprises pour leur originalité et la force de leurs thématiques. Les films d’Eric ont été programmés en compétition dans des festivals prestigieux tels que SXSW (Austin, USA), Osian Cinefan (New Delhi, India), ECU (Paris, France), TIFF (Cluj, Romania), Shnit United (Bern, Switzerland), Etrange Festival (Paris, France), CYIFF (Cyprus), FIJR (Granada, Spain). A Story of Life and Death and Love est son premier long-métrage.

Jeune société créée en 2011, Along Production est le fruit d'une collaboration nourrie de passion et d'amitié. Ayant fait ses marques sur une publicité diffusée au cinéma en avant première du dernier opus d'Harry Potter, elle se voue depuis à développer différents corps des métiers de l'audiovisuel. Vivant de contrats institutionnels et de prestations de production, Along développe en parallèle les projets de réalisateurs ambitieux et prometteurs à travers différents courts-métrages et  documentaires.
C'est ici les premiers pas vigoureux de la société dans le long métrage, indépendant qui plus est, et nous sommes fiers d'accompagner Eric dans cette aventure incroyable.

Après avoir l'un comme l'autre fait leurs études à l'Institut International de l'Image et du Son, Antoine et Arnaud se retrouvent aujourd'hui au sein de la société Along Production. Tout deux ont eu leurs propres expériences de tournage au sein de sociétés de productions reconnues et ont décidé de mettre leurs connaissances et leurs envies en commun pour concevoir de nouveaux projets ensemble. Le premier administratif et producteur, le second réalisateur et producteur, ils portent aujourd'hui l'espoir de concrétiser de beaux projets dans un esprit humain et bon vivant.