BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Spotograph

La nouvelle application de repérage pour photographes et vidéastes

À propos du projet

En bref...

Spotograph, c'est une application mobile qui va simplifier le repérage. A la fois outil pour se créer un catalogue personnel de lieux à bon potentiel photographique, et moyen de découvrir des nouveaux spots grâce aux partages de la communauté d'utilisateurs.

Spotograph s'adresse aux photographes et vidéastes, amateurspassionnés et professionnels. Si elle est financée, l'application est prévue pour mi-2019, sur Android et iOS.

Pourquoi Spotograph ? Photographe professionnel, je cherchais une application de ce genre, car j'en avais besoin, mais en vain. Il fallait donc la concevoir : j'ai travaillé dessus pendant près d'un an, en parallèle de mes activités photographiques.  

La presse photo parle de Spoto

Voir les articles de Lense.fr, Clubic, Les Numériques, PhotoTrend, Réponses Photo et Cheese Konbini.

Spotograph dans le détail

En chemin, est-ce qu'il vous est déjà arrivé de vous dire "tiens, cet endroit ferait un super spot pour faire un portrait" ? Ou "il faudra que je revienne ici avec mon matériel pour faire des photos" ? Moi, ça m'arrive souvent. Je crois que je vais m'en rappeler et puis je zappe. J'écris une note sur mon téléphone et je ne la retrouve pas le jour où j'en ai besoin. Bref, des occasions râtées...

Spotograph, d'abord un outil personnel

C'est là que Spotograph intervient. Le premier usage, c'est celui d'un outil personnel, qui va permettre à tout un chacun de se créer intelligemment son propre catalogue de spots et de les retrouver facilement le jour J. Au hasard du moindre déplacement, pendant une balade comme pour une session organisée de repérage, dégainez votre smartphone, lancez Spotograph et créez vos spots.

 

Création d'une fiche de spot

Comment ça fonctionne ? Le point de départ, c'est une photo géolocalisée prise depuis l'application Spotograph. Mais pour structurer un catalogue exploitable, il faut caractériser sa photo, lui donner du sens. Vous allez donc renseigner a minima un tag, qui décrira ce que vous voyez (une ruelle, une façade, un arbre, une vue, etc), et un ID, qui précisera ce que l'endroit vous inspire (un type de photo, un état d’esprit, une ambiance, etc). Tag, ce que je vois ; ID, ce à quoi je pense. Simple et rapide. Ce tandem va apporter du sens à la photo, qui permettra par la suite de rendre la recherche de spot pertinente et efficace. 

Pour être encore plus complet, vous pourrez aussi renseigner le profil du lieu (fréquentation, espace, accessibilité), l'ajouter aux favoris et épingler une note de texte libre (liste de matériel, demande d'autorisation, conditions d'accès, etc.). Le reste c'est l'application qui va s'en charger : géolocalisation et horodatage bien sûr, mais aussi affichage de l'éphéméride (heures de lever et coucher du soleil, qui s'actualisera en fonction du moment où vous consulterez la fiche du spot) et aussi calcul de l'exposition cardinale du sujet photographié (grâce à la boussole numérique).

A noter que sur la page d'accueil de l'application, là d'où vous déclenchez la prise de photo, il sera possible de créer une session, que vous nommerez par exemple avec le nom du client ou du projet pour lequel vous faites le repérage. Tous les spots créés seront alors classés dans cette session. Lorsque le repérage est terminé, vous arrêtez la session et passez à autre chose.

La recherche dans son catalogue de spots

Petit à petit, vous allez vous créer un véritable catalogue de spots. Quand un client vous demandera des idées d'endroit pour réaliser un shooting, vous pourrez puiser dans votre réserve personnelle. Quand un modèle vous proposera une collaboration, vous retrouverez facilement des lieux qui correspondent à l’ambiance voulue. Quand vous aurez un peu de temps, vous pourrez retourner sur le spot et faire une meilleure photo avec le matériel et la lumière adaptée.

L'interface de recherche permet de filtrer par tag, ID, lieu, date et session.

Et vous pouvez bien sûr afficher vos spots sur une carte. Quand vous arrivez sur la fiche d'un spot qui convient, vous pouvez le modifier, le partager (avec le client et le staff du shooting), accéder à un itinéraire (natif ou type Google Maps), ou bien le classer dans une session (existante ou nouvelle).    

Spotograph est aussi un outil collaboratif

Ce qui fonctionne pour vous fonctionnera aussi pour les autres. En mutualisant les efforts, le repérage de chacun peut profiter à tous. Avec Spotograph, vous pouvez choisir de rendre tout ou partie de vos spots publics. Ce qui signifie que vous pouvez aussi dénicher sur Spotograph des spots identifiés par d'autres. Il suffira d'afficher les spots publics dans l'interface de recherche.

A terme, Spotograph adoptera des airs de réseau social (uniquement si vous le désirez). Un spot public ne vous plait pas ? Vous le masquez. Les spots publics partagés par un utilisateur en particulier ne vous conviennent pas ? Vous pouvez masquer les publications de cet utilisateur. A contrario, vous avez trouvé un fin limier du spot ? Suivez cet utilisateur. Vous pourrez aussi "liker" des spots publics, et rechercher ceux spécifiquement avec le plus de like.

 

Spotograph dans le cloud

Les photos prises par le biais de Spotograph seront stockées sur votre téléphone, comme si vous les aviez prises avec l'application photo normale. Mais une version plus light sera stockée sur les serveurs de Spotograph, dans votre espace personnel où sera également conservé et sauvegardé tout votre catalogue de spots. C'est pour cette raison, mais aussi pour soutenir les évolutions futures de l'application, que Spotograph sera in fine proposé sous la forme d'un abonnement (mensuel ou annuel, peut-être décliné selon les usages).

Pas de pub donc, ni d'achat intégré. Mais rassurez-vous, la première année sera gratuite pour tout le monde. Le temps de l'observation et de la réflexion. Le catalogue sera exportable, dans le cas où vous souhaiteriez arrêter l'aventure Spotograph sans perdre le fruit de vos efforts de repérage.

A quoi va servir le financement ?

J'ai opté pour le financement participatif pour deux raisons : d'abord développer une application comme celle-ci coûte cher, je n'ai donc pas d'autre choix que de passer par un micro financement collectif. Ensuite, mettre à contribution les futurs utilisateurs va révéler le réel potentiel du projet. Moi je suis convaincu de son utilité et je serai le premier utilisateur. Mais vous ?

J'avais lancé un sondage sur plusieurs plateformes destinées aux photographes, les résultats se sont révélés très encourageants. Sur 106 participants, à peu près équitablement répartis entre amateurs, passionnés et professionnels, 99 font du repérage (plus ou moins systématiquement), mais seuls 14 le font avec une application spécifique.

Et à la question : "Est-ce qu'une nouvelle application facilitant le repérage vous serait utile ?", 93,4 % des personnes ont répondu par l'affirmative !

Concrètement, j'ai passé pas mal de temps à chercher un partenaire pour développer Spotograph, correctement et à un tarif juste. Et j'ai fini par trouver. Le financement que je sollicite aujourd'hui correspond à la V1 de Spotograph, plus un an d'hébergement des données dans le cloud, ainsi que les 8% de commission Ulule, soit 9 720 €. Les autres coûts (créations du graphiste telles que maquette et logo ou encore les frais pour la communication autour du lancement de l'application si l'aventure franchit le cap du financement), je les prends à ma charge. Je crois en mon projet, il est normal que j'investisse dedans, en plus de tout le temps déjà passé ! 

Les différentes fonctionnalités ont été loties sur trois versions de Spotograph, selon leur importance et avec cohérence. Toute la partie notification (spots à proximité, suggestions, etc.) ne sera pas en V1. Le calcul automatique de l'exposition non plus. La possibilité de mettre ses spots en public/privé sera en V1, mais tous les autres aspects communautaires (like, follow, notation, etc) viendront plus tard. A moins que l'on dépasse largement l'objectif de financement. Ca ne tient qu'à vous !

 

À propos du porteur de projet

Je m'appelle Aurélien Audy, je suis photographe professionnel depuis 2017 seulement. Mais dans ma vie précédente, j'étais journaliste high-tech (Digital Photo Magazine, Micro Actuel, un soupçon de Micro Hebdo / 01Net et surtout 7 ans sur Clubic.com, soit au total environ 11 ans). Et j’en ai testé des appareils photo pendant tout ce temps !

Sans être vraiment geek, j'ai quand même une belle appétence pour la chose numérique. Oui, on peut faire son repérage avec un carnet en papier et un stylo. Mais avec Spotograph, c'est quand même vachement plus pratique ! Mon smartphone ne me quitte jamais, j'avoue…

 

Mes infos / contact :

http://www.aurelienaudy.com

http://www.spotograph.com

Instagram : @aurelyon

Twitter : @aurelienaudy

Facebook : AurelienAudyPhoto

Linkedin : AurelienAudy