BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

Soyez HUMEURS NOIRES

Pour soutenir une jeune librairie indépendante en difficulté.

La fin approche.

Petit point.

D'abord merci à vous. Parce que vous me soutenez depuis le début et que vous partagez, que vous avez de petits mots gentils et plein d'encouragements. Grâce à vous(ou en plus de vous), des grands auteurs comme Franck Thilliez, Olivier Norek, Nicolas Leble, Dominique Maisons, Eric Maravelias ou Ian Manook se sont bougés spontanément. D'autres que je ne connaissais pas encore comme Bertrand Crapez, Eric Calatrtaba, Jacques Olivier Bosco et j'en oublie beaucoup m'ont apportés leur soutient.

Les maisons d'éditions( Manufacture, Fleur Sauvage, Le Caïman...), des attachées de presse aussi m'ont accompagnés.

Depuis bientôt 45 jours je ne me suis pas roulé en boule dans un coin pour me lamenter sur mon sort. J'ai continué à vivre passionnément mon boulot de libraire. J'ai entamé des partenariats avec des écoles primaires pour des rencontres et la participation à un concours de nouvelles, j'ai lancé les clubs de lecture(2 par moi, le vendredi soir et le samedi matin), j'ai continué mes rencontres pour vous faire vibrer et vous faire découvrir de nouveaux(nouvelles) auteur(e)s.

Avec la venue de RJ Ellory ce week-end, une étape a été franchie puisqu'il se joint à moi dans l'idée d'un salon du polar made in Lille dont il souhaite ardemment être le parrain.

J'ai harcelé les médias qui ont su relayer l'information comme il falalit et régulièrement. Grâce à vous et en anticipant sur le succès de la campagne, j'ai réinjecté pas de mes propres sous (les notres pardon ma chère femme) pour débloquer progressivement mes fournisseurs et régler certains chèques imapyés.

Il reste à peine 7 jours: 7 jours pour arriver à 16 000 ce qui me permet de régler définitivement mon second éléctricien qui a sauvé ma boutique, pour régler mes Interdits Bancaires et finir de payer mon ex-employée que j'ai du licencier pour raison économique.

                                     :7 jours pour peut-être atteindre les 20 000 euros qui me permettraient de réapprovisionner le stock sur lequel je vends depuis le début du mois de mai et qui se vide, recommander les retards de nouveautés et avoir un petit matelas de trésorerie.

IL ME RESTE (IL VOUS RESTE) 7 JOURS POUR QUE LE CORBAC NE SOIT PAS UN OISEAU DE MALHEUR MAIS BIEN AU CONTRAIRE....