BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

Souviens-toi… Sydney! - Roman sur l'abus de mineur

Gestion des cas de pédophilie dans une congrégation de témoins de Jéhovah

À propos du projet

Résumé:

Claire, 21 ans, jeune mariée, a grandi à Lausanne dans une famille de témoins de Jéhovah. Elle pourrait être heureuse, mais des événements insolites viennent gâcher sa vie de couple. Jérémie, son mari, voudrait l'aider, mais il se sent démuni face aux problèmes de sa femme.

La jeune épouse aurait bien aimé trouver un appui auprès de sa mère, mais la foi aveugle de celle-ci dans le crédo de sa religion l'empêche d'aider sa fille comme il conviendrait. Elle a été remariée à Raymond, un témoin de Jéhovah belge, suite au départ du père de Claire, alors qu'elle avait sept ans. Les activités de Raymond sont mystérieuses, mais a-t-il vraiment quelque chose à cacher?

Elle trouve tout de même un soutien auprès de deux personnes: Isabelle, son amie d'enfance, avec qui elle a échafaudé un projet de voyage, et Éloïse, sa collègue de travail, qui la fait raisonner sur ses croyances et l'incite à ne pas mettre une confiance aveugle dans des hommes.

Deux événements tragiques vont de nouveau faire basculer sa vie et la séparer de ceux qui lui sont le plus cher. Elle connaîtra ainsi la douleur du rejet.

Éléonore, une psychothérapeute, et Anna, qui pratique l'hypnose douce, iront à la recherche des événements de son passé que la jeune femme a oubliées et qui expliquent peut-être l'enfer de sa vie présente.

Contexte:

Malgré les dénégations de ses responsables, il existe un vrai problème au sein de l'organisation cultuelle des témoins de Jéhovah, dont les répercussions pourraient être bien plus graves que celles ayant atteint l'Église catholique, principalement dû au fait que les membres se refusent de voir la réalité en face, consigne leur ayant été donnée de ne pas porter crédit aux accusations portées par les victimes. Mais à travers le web, les voix des opprimés se font de plus en plus fortes et il sera de plus en plus difficile de les réduire au silence. Le réveil pourrait bien être brutal pour des millions de fidèles.

Il manquait un ouvrage de fiction abordant ce thème précis. C'est dorénavant chose faite. Néanmoins, peut-on véritablement qualifier de fictionnelle une œuvre qui se veut basée sur des faits bien réels, eux, ainsi que sur des expériences personnelles?

Cet ouvrage ne se veut pas une condamnation d'un mouvement en particulier, les faits y-rapportés étant communs à de nombreux autres associations, cultuelles ou non (parascolaires, entre autres). Mais alors que l'Église, après avoir tergiversé pendant des décennies, a demandé pardon (celui-ci était-il sincère ou fondé sur le désir de redorer un blason largement terni, nous laisserons au lecteur se faire sa propre opinion) et que d'autres groupes ont entrepris les actions nécessaires à la résolution de ce problème, avec des résultats plus ou moins heureux, il n'en est pas du tout de même pour la société Watchtower et les témoins de Jéhovah, l'excuse étant de ne pas porter préjudice à l'organisation et de ne pas salir le nom de Dieu. Les mesures mises en place et largement médiatisées dans les publications imprimées ou électroniques de la société se révèlent malheureusement inefficaces et le seront tant que l'on voudra régler en interne des crimes qui sont en réalité du ressort de l'autorité judiciaire séculaire.

Afin de vous faire une idée du contenu du livre, nous vous invitons à consulter les trois premiers chapitres du roman (en cliquant sur ce lien). Nous espérons que cela vous suffira pour vous convaincre de nous aider dans notre campagne en faveur des victimes de pédophiles.

En outre, nous soutenons l'action de l'association SCARRS pour que les clergés (toutes religions confondus) ne puissent plus se retrancher derrière le secret de la confession et aient l'obligation de dénoncer aux autorités les crimes dont ils viennent à connaissance, quelle qu'en soit la nature, mais plus particulièrement ceux touchant à l'intégrité des enfants. Nous nous augurons qu'une telle initiative voie le jour dans nos contrées afin que les victimes ne soient plus les accusées, comme c'est encore trop souvent le cas et espérons que les fonds récoltés par la vente de ce livre puisse y aider.

À quoi va servir le financement ?

Après avoir fait lire le roman à divers prestataires, nous avons obtenu des réductions, voire de la gratuité de la part de ceux qui ont trouvé le projet digne d'intérêt et ont souhaité s'y impliquer (corrections du texte, mise en page, photographe). Nous avons raclé les fonds de tiroirs pour la différence, mais il nous reste à combler la plus grosse partie (hors les frais d'envois), qui est l'imprimerie. Cet ouvrage nous tient à cœur et nous voulons le sortir à tout prix. Beaucoup trop d'enfants souffrent encore à cause de l'indifférence ou de l'inaction des pouvoirs en place. Nous espérons que le succès de cet ouvrage apportera sa pierre à l'édifice. Si nous dépassons l'objectif et que nos frais sont couvert, nous planifions, en partenariat avec des associations, des réunions pour sensibiliser le public à ce thème de l'enfance volée.

 

À propos du porteur de projet

Les auteurs:

"Souviens-toi… Sydney" est un ouvrage de 440 pages écrit à six mains, fruit de la collaboration pendant un an d'un parent (Eneeh) et de ses deux enfants, le fils Josef (22 ans) et la fille Enge (17 ans), sur le thème de l'abus sur mineurs dans une communauté religieuse réputée que l'on trouve à nos portes, au lendemain des conclusions de l'ARC (la Commission royale australienne sur les réponses institutionnelles aux abus sexuels envers les enfants) et des allégations de dissimulation de plus de 1000 cas dans ce seul pays.

Pourquoi un ouvrage sur le thème des abus sexuels sur mineurs?

Le système judiciaire de nombreux pays fait qu'il est très difficile pour une personne ayant subit les assauts d'un prédateur sexuel dans sa jeunesse de se faire entendre.

Les leaders religieux se pensent souvent à l'abris, arguant le secret de la confession. Nous estimons que pour les crimes de ce genre, il ne doit pas y avoir de secret qui tienne.

Si vous voulez agir et faire que la voix des victimes ne soit jamais réduite au silence, vous pouvez y contribuer en participant au financement de cet ouvrage.

Share Suivez-nous