BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Sous les pavés

Financez un court-métrage sur le mai 68 de Bernard Tapie

À propos du projet

IL NE VOUS RESTE PLUS QUE QUELQUES HEURES POUR FAIRE PARTIE DE L'HISTOIRE DE CE FILM !!

ON Y EST PRESQUE !!

92% financés !!

Dépéchez-vous, il vous reste seulement quelques heures pour contribuer, participer, faire exister ce film intelligent, audacieux, indépendant !!

Le pitch

Paris mai 68. Les étudiants grondent, réclament la chute du patriarcat, fustigent la société capitaliste.

À l’écart de cette agitation, le jeune Bernard, 25 ans, vend des téléviseurs.

Il est alors repéré par un banquier d’affaires.

Bernard Tapie est né.


Bienvenue sur la page de notre film ! Nous c'est Thibault Le Texier, chercheur en sciences sociales et réalisateur, et les producteurs Lucie Vigier, Emmanuel Wahl et David Freymond, trois producteurs engagés qui choisissent de défendre des films forts, qui interrogent les fonctionnements de notre société, qui disent quelque chose du monde dans lequel nous vivons. Tous ensemble on croit dur comme fer à un cinéma indépendant, exigeant, audacieux !

On a dans les tuyaux un film surprenant, audacieux, et on est entourés une équipe de professionnels ultra motivés par ce projet. Ce film, c'est « Sous les pavés » (durée approximative : 25 minutes). Un point de vue décalé de mai 68, la rencontre entre Bernard Tapie qui monte sa première affaire et les manifestations d’étudiants qui débinent le capitalisme.

Le scénario vous plonge dans la construction de cette figure nationale, qui va passer de la banlieue parisienne aux palmarès des plus grandes fortunes de France et occuper l’espace médiatique pendant plus de 30 ans.


• LE RÉALISATEUR •


Je suis donc Thibault Le Texier, docteur en économie, chercheur en sciences sociales et réalisateur.

"Sous les pavés sera mon sixième court-métrage. Le premier, Le facteur humain a eu le prix de la première œuvre de fiction au festival du court-métrage de Clermont-Ferrand et quelques autres.

En me penchant sur l'histoire de Bernard Tapie, j'ai découvert qu’en mai 1968 il possédait un petit magasin de télévisions près de la gare de l’Est, « TV-Est ». Tapie vendeur de télés... comment ne pas vouloir un faire un film?

Tapie est un personnage fascinant, complexe et souvent contradictoire: dur à cuire et grand tendre, angoissé mais sûr de lui, calculateur intuitif et millionnaire resté populaire. Et puis Tapie incarne mieux que quiconque la révolution libérale qui a secoué la France dans les années 80 et qui arrive triomphalement à sa tête, en mai 2007, avec Nicolas Sarkozy.

Le film parle d'une de ses premières affaires, de ses ambitions, de ses doutes, et raconte les premiers pas sur la scène des grands de l’un des rares "self made man" à la française.

• L'ACTEUR PRINCIPAL •

Bonjour à tous, je suis Édouard Giard. J'ai joué dans de nombreuses productions, j'ai notamment incarné le rôle de Ticky Holgado dans le film biographique de Claude François, « Cloclo ». J'ai collaboré avec de grands acteurs français comme François Berléand, Benoît Magimel, Jérémie Renier, Roschdy Zem ou Richard Berry.

J'aime particulièrement jouer des personnages qui ont existé. Bernard Tapie est hors normes, fascinant. Certans l'aiment, d'autre le détestent. Moi il me fascine. Travailler son attitude, son énergie est un challenge, le genre de défi que j'aime relever! J'ai tout de suite suivi Thibault dans ce super projet, et je mettrai toute mon énergie pour qu'il se réalise.


• LES PRODUCTEURS •


     Nous sommes Lucie Vigier, Emmanuel Wahl et David Freymond trois jeunes producteurs. Nous avons la volonté de soutenir des films en prise avec notre monde, qui permettent de le regarder, de l'envisager autrement.
Nous suivons avec attention le travail de Thibault Le Texier depuis son premier film "Le facteur humain", sélectionné et primé dans de nombreux festivals.
Nous admirons la façon dont il récupère des éléments historiques, les détourne, les confronte pour faire naître du sens et leur apporter sa vision.
Lorsque Thibault nous a fait lire le scénario de "Sous les pavés", on a tout de suite voulu être de l'aventure. 

Avec ce film, il revient sur les "événements" de mai 68 mais en racontant une autre révolution, moins évidente, moins médiatisée, mais dont les résultats sont aussi palpables aujourd’hui.

C'est cet écho avec notre époque qui nous a séduits et nous a donné l'envie de nous engager à ses côtés.


• MES RÉFÉRENCES CINÉMA •

Pour ce film, l'une des principales références esthétiques de Thibault est "Le Prince de New York", de Sydney Lumet, pour les valeurs de plan, la sobriété des mouvements de caméra et la tension dramatique.

Les autres réalisateurs qui inspirent Thibault sont Francesco Rosi, Kubrick, De Palma, Fincher, Amos Gitaï et Verhoeven.


• LES DÉCORS ET LES COSTUMES •


« Sous les pavés », c’est l’histoire de l’ascension d’un jeune vendeur de banlieue au statut d’homme d’affaires respecté. C’est aussi l’histoire du passage d’une France traditionnelle à une France moderne. Le film rendra compte de cela. Certains décors appartiendront au milieu ouvrier de l'époque (une casse, un restaurant, le pavillon des parents de Bernard) et d’autres, plus bourgeois, plus modernes, correspondant au monde que Bernard Tapie va de plus en plus côtoyer.

Les costumes sont des marqueurs essentiels de rang social. Bernard est toujours habillé un cran au-dessus de sa classe ; autrement dit, il s’habille à la manière du groupe auquel il souhaite appartenir.


• LES ARCHIVES, LES COULEURS •

Thibault est aussi passionné par les images d’archives. Ses premiers courts sont tous des films de found footage, où il récupère des images existantes pour leur faire dire autre chose que leur propos initial.

Dans « Sous les pavés », ce jeu avec les archives permet de montrer la France de l’époque et le basculement dans la société de consommation.

A quoi va servir le financement ?

Grâce au crowdfunding, vous pouvez faire aboutir des projets libres, audacieux, engagés !

Nous sommes soutenus par deux partenaires financiers : La Région Nouvelle Aquitaine et France 2.

Le budget réuni est à ce jour est de 65.000 euros. Nous avons besoin de 80.000 euros au minimum pour faire ce film.

L’objectif de cette campagne : 15.000 euros répartis en :

- 5300 euros décors et costumes (reconstitution de mai 68)

- 4400 en transport, logistique, régie et frais divers (déplacement et tournage à Limoges)

- 2800 euros moyens techniques (caméra, machinerie)

- 2500 euros en postproduction (Mixage, étalonnage, sortie PAD)

Et si la campagne dépasse son objectif, nous pourrons donner plus de visibilité au film :

À partir de 20.000 euros, nous pourrons faire appel à un community manager pour vous permettre de suivre toutes les étapes de la conception du film, nous pourrons fabriquer une version du film pour sa projection en salles et l’inscrire dans des festivals en France et à l’étranger.

Nous pourrons assurer une véritable promotion, du film en France et à l’étranger.

À partir de 25.000 euros, nous pourrons organiser une projection dans une grande salle parisienne et inscrire le film au Festival de Cannes !

Les contreparties

Nous avons apporté un soin tout particulier aux contreparties. Vous êtes contributeurs, vous rendez possible ce film, vous faites partie de son histoire. Alors on vous invite à suivre les coulisses de sa fabrication, à recevoir le scénario du film en avant-première, à nous rencontrer, et même, à assister au tournage ou au montage !

Nous remercions très sincèrement tous les gens qui nous aideront à réaliser ce projet ! Et pour le faire encore plus connaître, partagez-le sur les réseaux sociaux :


FAQ

Si vous avez encore des questions, n'hésitez pas à contacter le porteur du projet.

Poser une question Signaler ce projet