BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

Dans le silence des mots

Documentaire sur la création chansigne

À propos du projet

L’association Effet Sphère vous présente...                                    

Dans le silence des mots

Un film de Vincent Lapize - Durée 40’

Synopsis

Durant un atelier d’écriture musicale encadré par le groupe Sale Petit Bonhomme à la médiathèque François Mitterrand de Poitiers, des personnes sourdes et entendantes travaillent à la création d’un spectacle alliant chanson et chansigne. Les participants s’initient au chansigne et adaptent les textes écrits durant l’atelier. La musique et les paroles s’expriment à travers le corps en mouvement, l’expression du visage et la langue des signes.

Le film, Dans le silence des mots, suit la progression des participants tout au long de l’atelier. L’écriture musicale devient rapidement un moyen d’exprimer l’expérience du handicap ou les épreuves affrontées dans la vie. La musique est une source de rapprochement entre les personnes et entre les histoires qui se racontent.

Suivre l’évolution à l’intérieur du groupe

Une des intentions principales est de faire ressentir le bouillonnement et l’émulation qui se mettent en place pendant les 5 mois de l’atelier. L’action se déroule dans un huis clos, une salle de la médiathèque. Entre les feuilles éparpillées, les écrans posés sur les bureaux, se déroule l’essentiel. L’austérité des décors fait contraster le vivant avec l’inerte. Par l’observation des regards, des expressions et des moments suspendus, les visages se transforment en paysages en mouvement.

Les participants de l’atelier témoignent et racontent leurs expériences. Sensible aux interactions, on s’interroge sur les difficultés qu’ils affrontent. L’objectif final, présenter le spectacle devant un public mixte, plane plus ou moins discrètement au-dessus des participants. A travers l’apprentissage du chansigne et l’écriture de chansons, le film questionne l’attachement que chacun voue à la musique. La caméra observe les échanges entre les personnes sourdes et les personnes entendantes. Comment vont-elles élaborer une forme d’expression originale capable de satisfaire les différents publics, sourds et entendants ?

La pratique musicale : sourds et entendants

Comment la musique est perçue par les personnes sourdes ? Est-ce que le goût pour la musique, par la chanson ou la danse, est réservé aux entendants ?

Le chansigne est une pratique chorégraphique de la langue des signes. Sa pratique par des personnes sourdes révèle un intérêt profond pour cette forme d’expression musicale.

Cette expérience représente une marque d’échange entre des personnes séparées par des frontières invisibles. Ces frontières sont en partie fondées sur la méconnaissance de la culture sourde et des possibilités de créer des passerelles à travers la création artistique. Le film révèle ainsi les échanges prolifiques entre des sensibilités et deux cultures différentes.

À quoi va servir le financement ?

Le tournage du film a eu lieu de février 2013 à mai 2013. Sa première projection est prévue le 15 Mars 2014 à la médiathèque François Mitterrand de Poitiers avec la présence des participants. Aujourd’hui, nous avons besoin de vous pour finaliser ce projet.

Votre générosité servira à participer au financement du montage du film, à sa post-production (l’étalonnage et le mixage) ainsi qu’à la réalisation du sous-titrage adapté aux personnes sourdes et malentendantes.

À propos du porteur de projet

Une production Effet Sphère

Créée en 2010, l’association Effet Sphère a pour vocation de promouvoir la création cinématographique et audiovisuelle en développant leur accessibilité.

Effet Sphère souhaite développer l’intérêt pour le cinéma d’auteur pour les publics éloignés de la culture. L’enjeu est de sensibiliser au cinéma et de favoriser l’appropriation d’outils audiovisuels.

L’association développe une démarche d’éducation à l’image basée sur une exigence de créativité et d’implication directe de ses participants. Cette démarche incite la création de films à l’écoute des préoccupations des participants, des sujets qui les concernent, ou liés à leur territoire de vie.

Depuis 2011, l’association développe une approche sensible du public sourd par la collaboration régulière avec la compagnie Sale Petit Bonhomme et le Collectif Gonzo. Elle réalise trois captations de leurs créations mêlant musique, langue des signes et conte : Sale Petit Bonhomme fait Chanter les Mains et Dire les Signes (2011), La grande vague (2012), Mon Brassens (2013). Un film documentaire Faire chanter les mains (2011) retrace l’aventure de leur première création.

En parallèle, l’association propose la prestation de sous-titrage sourd et malentendant dans le but d’améliorer l’accessibilité du cinéma et de l’audiovisuel aux personnes atteinte d’un handicap auditif.

Bio-filmographie du réalisateur

Après une licence d’Anthropologie et un Master en recherches comparatives en sciences sociales à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), Vincent Lapize intègre le Master Réalisation Documentaire de l’Université de Poitiers où il réalise son premier film Vent d’hiver.  

Depuis 2010, il vit et travaille à Poitiers. Animateur, régisseur et webmaster du Festival Filmer le travail de septembre 2010 à mars 2011, il se consacre aujourd’hui à la réalisation de films documentaires et anime de nombreux ateliers autour du cinéma documentaire. Il réalise également des sous-titrages de films en version sous-titrée sourds et malentendants.

Voici sa filmographie :

2014 : Le dernier continent (en tournage) / 52’

2014 : Dans le silence des mots (en montage) / 40’

2013 : Dans la forêt grise / 54’

2012 : Sans les murs / 42 ‘

2012 : +66 dans la série de film 100jours.org / 6’

2011 : Faire chanter les mains / 20’

2010 : Vent d’hiver / 60’


Encadrement de l’atelier de chansigne

Sale Petit Bonhomme est un groupe de chansons à textes qui se consacre à la création bilingue depuis fin 2010 à travers deux spectacles autour de la poésie visuelle de la langue des signes française (L.S.F).

2011 : Sale Petit Bonhomme fait Chanter les Mains et Dire les Signes

2013 : Mon Brassens

Plus d'infos ici