BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Seuls ensemble

Un court métrage réalisé par Loreleï Adam

À propos du projet

Dans l’auberge d’un coin perdu en montagne, Marcus, grand solitaire de 45 ans accompagné par son chien, rencontre Max, un mystérieux petit garçon perdu. En quittant l’auberge, Marcus retrouve l’enfant assoupi dans sa voiture. Max refusant de lui dire d’où il vient, l’homme décide de l’héberger pour la nuit, dans la chambre de son fils du même âge, décédé quelques années plus tôt. Et si Max ne voulait plus partir ?

Ce film d'une durée approximative de 20 minutes est un projet que je prépare depuis juillet 2014.

Après plus de six mois de lectures et réecritures multipliées, le scénario est enfin arrivé à sa version finale, et il est prêt à prendre la voie d'une vie réelle, visuelle et auditive. J'ai eu envie de raconter par cette histoire la relation à la fois délicate et conflictuelle entre deux inconnus de génération différente qui comprennent qu'ils ont besoin l'un de l'autre. Me consacrer à l'écriture pendant plusieurs mois m'a permis de réfléchir intensément au déroulement de l'histoire, pour la rendre la plus riche possible grâce à diverses questions que j'ai pu me poser : Par quels moyens permettre à ces deux personnages de se rapprocher alors qu’ils ne se connaissent pas ? Doivent-ils finir par se faire confiance, ou leur relation doit-elle rester dans cette fragilité ?

Pour renforcer l’intrigue liée à ces interrogations, j’ai décidé que chacun des protagonistes aurait son jardin secret, ce quelque chose qui les touche et dont ils ne parlent presque jamais. Malgré l’absence de son fils, Marcus continue à vivre un quotidien tranquille, même s’il lui est impossible d’oublier cet enfant. Quant à Max, c’est Marcus qui découvrira le mystère de son mutisme.

Le récit a donc nécessité une longue préparation avant de trouver l’inspiration liée au caractère de chaque rôle, à la vraisemblance des réactions et de l’histoire, et ces six mois furent parallèlement destinés à la recherche des décors afin de visualiser le court-métrage dès sa rédaction. Ce film en devenir tente donc de construire un équilibre entre désaccords et douceur, ainsi qu’entre suspens et poésie du récit.

Proposer ce projet sur Ulule est pour moi l'opportunité de faire découvrir ce court-métrage à un public plus large, et peut-être intéresser des personnes qui souhaiterait me soutenir dans cette aventure en faisant un don.

  • La serveuse de l’auberge, qui intervient dans les premières séquences du film, est la seule présence féminine de l’histoire.
  • Le voisin de Marcus est un élément perturbateur. Hanska décimant son poulailler, il menace Marcus de tuer l’animal.                          

           Ils seront interprétés par Chantal et Cyril.

Cette séquence se déroule le lendemain de la rencontre entre les protagonistes, durant leur premier petit déjeuner ensemble. Jusqu’ici, Max est resté assez silencieux.

Cet extrait correspond à la séquence précédente, illustrée.

Située au col de Port à Saurat, l’Auberge de la Sapinière est tenue par d’adorables restaurateurs qui ont accepté de nous prêter le lieu pour les quelques plans que nous aurons à y tourner. Cet endroit chaleureux et vivant sera rendu plus sobre par la disposition de quelques nappes aux teintes pâles sur les tables pour donner plus de relief à un ensemble très boisé.

Le lieu principal : une maison de 1845, dans un petit hameau du village de Massat, en Midi-Pyrénées. C'est une modeste demeure qui a toujours le charme des vieilles bâtisses (poutres et sol en bois/poele d'époque/quelques murs un peu effrités), mais qui a été rendue habitable par un aménagement contemporain sobre par Régis, qui accepte de nous prêter sa maison pour le tournage.

L’éclairage jouera sur des lueurs ponctuelles toujours délicates, tamisées. Chacun étant vu par l’autre d’un regard doux, la lumière sera le symbole du respect entre deux personnages qui ont besoin de créer un terrain d’écoute avant de se connaître. Nous faisons avec ce film le choix d'une ambiance plutôt contrastée, en écho à la retenue des personnages l'un face à l'autre, et de leur relation pleine de mystères...

C'est dans cette chambre qui appartenait au fils de Marcus que les personnages vont le plus se croiser, se parler ou se taire. C'est le lieu des souvenirs, l'incarnation de l'enfant disparu, de l'enfance perdue, mais aussi celle d'une renaissance par l'intrusion du petit Max...

Les merveilleux monts de l’Ariège serviront aux plans de nature, afin que le spectateur puisse se détacher de cette relation à huit-clos. Les séquences utilisant ces plans ont pour objectif de rappeler le tempérament sauvage des solitaires que sont Max et Marcus. Le scénario comporte également une scène de balade en forêt, qui utilisera l'un des décors ci dessus.

J’ai envie de croire que chaque film réalisé est une proposition nouvelle sur le monde que nous percevons, qui est cependant fabriquée grâce à des référents qui nous ont touché à un moment de notre vie.

Le sixième sens (1999) m’intéresse dans ce cas directement pour l’équilibre créé entre l’adulte et l’enfant par le scénario et le visuel. Leur histoire parle de confidences, sur la base d'entretiens psychanalytiques. Même si les personnages de Seuls ensemble sont différents de ces deux-là, ce court-métrage est aussi une histoire de secrets et de dévoilements qui donne la même importance aux deux protagonistes.

La Chasse (2012) est composée d'images qui provoquent ce regard toujours délicat porté sur les personnages, en reflet de leur l’intériorité.

L’intrigue de Prisoners (2013) utilise les codes du thriller, qui seront également travaillés dans ce film pour fabriquer du suspens.

Les Revenants (2012) est une série dont les cadres révèlent d’une esthétique assez singulière, en écho à la photographie de Gregory Crewdson, dont je suis une grande admiratrice. Si le film pouvait atteindre de telles qualités dans les rapports aux couleurs notamment, j’en serai très heureuse.

La référence citée ci dessus : Inspiré de l'oeuvre d'Edward Hopper et beaucoup plus largement du cinéma fantastique, Gregory Crewdson travaille ses photographies dans un désir de provoquer un récit inquiétant autour de chacun de ses clichés. Afin de fabriquer une tension quant à l'identité de Max, ce court métrage tentera de se rapprocher de ces rapports aux lumières.

The Father - Série Beneath the roses / Gregory Crewdson

Temple Street - Série Beneath the roses / Gregory Crewdson

Destinée à aider le spectateur à se laisser porter par l’histoire, la musique ne sera cependant pas utilisée pour exacerber des émotions.

Le récit a été écrit avec des séquences d’emblée imaginées sur de la musique, afin de réfléchir en amont à l'importance de celle-ci dans la progression même du film. En général, le son du film rendra intelligible tous les dialogues, et donnera une importance particulière aux ambiances extérieures sur le plan d'écoute, pour que la nature ait elle aussi son rôle à jouer dans la relation entre les personnages. Nous rechercherons à ce que les spectateurs se laissent porter par l'univers bucolique de la forêt et celui de cette petite maison chalereuse perdue en montagne.

Pour rendre le contenu sonore encore plus riche, j'ai le désir de faire composer une bande son originale. Quels sont les groupes qui ont été moteurs de cette inspiration pendant l’écriture ?

RADIOHEAD

MOGWAI

ROVER

A quoi va servir le financement ?

Toutes les personnes qui participent à ce projet sont bénévoles. Ni les acteurs, ni les techniciens ne sont rémunérés pour l'investissement et le travail qu'ils fournissent pour permettre la réalisation du projet. Même si celà permet de réduire le coût global du film, il existe cependant des frais que nous ne pouvons éviter, et que nous évaluons à 2000 euros.

Le film est soutenu par l'ESAV (école d'audiovisuel sur Toulouse), qui nous prête la grande majoritée du matériel (éclairages, trépieds, matériel son, cartes mémoires, bancs de montage pour la post-production, etc.) dont le coût est estimé à 3500 euros chez une société de location de matériel audiovisuel standard. Grâce à ce financement en nature, nous économisons donc une somme importante.

Le film sera tourné au Canon 5D Mark III. Cet appareil est la propriété de Fadi Kazan, chef opérateur et 1er assistant réalisateur sur le film. Il l'utilisera en combinaison avec des objectifs fixes (pour un rendu de plus grande qualité) de la marque Canon (50mm f1,8; 24mm f1,8) qui lui appartiennent ou que nous nous faisons également prêter pour avoir des plans qui puissent correspondre à tous les axes de caméra écrits dans le découpage technique.

La demande de 2000 euros permettrait de couvrir :

  • Les frais liés auxaccessoires (achat d'une maquette de bateau pour enfant, maquillages divers, décoration de la chambre du fils de Marcus, éventuellement costumes pour les acteurs, etc.) : 300 euros
  • Lesconsommables (ampoules, piles, impressions...) : 100 euros
  • Les transports (trajet de Toulouse à Massat avec plusieurs voitures dont un camion, et plusieurs déplacements pour le tournage) : 300 euros
  • Les repas pour 12 personnes sur 8 à 9 jours matin, midi et soir : 1000 euros
  • Les frais liés à Ulule (8% du budget demandé, ainsi que le coût des contreparties) : 300 euros

Dans l'idéal, la somme espérée est de 2500 euros, un total qui nous permettraient de couvrir également tous les imprévus liés au tournage, ainsi que les frais destinés aux diffusions en festival; j'en prends une partie à ma charge

Investir dans un projet, c'est aider des gens à concrétiser leurs idées, et celà fait forcément de vous quelqu'un de bien. En contrepartie, vous recevez la reconnaissance éternelle de ces porteurs de projet, certes, mais votre contribution financière vous donne également droit à de nombreuses contreparties, ne l'oublions pas !

Toutes ces surprises en rapport avec les différents échelons d'investissement vous attendent à droite de cette page.

En voici un exemple :

  • Pour 80 euros et plus : Vous recevrez un scénario dédicacé, une sélection de photos du tournage ainsi qu'une copie numérique de dessins réalisés par Claire Devillers pendant le tournage ! Voici un de ces travaux les plus récents :

À propos du porteur de projet

Étudiante en MASTER 1 à l’École Supérieure d’Audiovisuel de Toulouse (ESAV), je suis un parcours cinématographique depuis le lycée. Issue d’une formation littéraire spécialisée en cinéma-audiovisuel, j’ai continué dans cette voie en intégrant un BTS enmontage et post-production au lycée des Arènes de Toulouse, avant de passer le concours de l’ESAV.

Mes réalisations ont depuis toujours attrait au psychologique. J’ai également suivi une formation théâtrale pendant 6 ans qui m’aide aujourd’hui sur mes projets à me mettre dans la peau des personnages que j’invente, et à guider les acteurs vers l'interprétation que je souhaite qu'ils travaillent.

Voici un aperçu visuel de mes productions :

 Rouge Ardent (2014)

PlayBoy (2014), réalisé avec Marie Boyer, Chloé Duval et Clément Pérot-Guillaume.

Effraction(s) (2013)

Ci dessous le lien Vimeo vers le court-métrage pellicule 16mm tourné-monté Effraction(s)

L'équipe technique est constituée d'étudiants de l'ESAV.

Tous issus d'une formation artistique, ce sont de talentueux cinéastes

qui s'investissent dans le projet avec beaucoup de sérieux et de motivation.

>>>>>>>>>>>>>>>>>----------------------------------------------<<<<<<<<<<<<<<<<<

FADI KAZAN, diplômé de l'institut des Beaux-Arts de l'université libanaise, a intégré l'ESAV en 2014. Passionné par l'image, Fadi a reçu le prix du meilleur court-métrage pour son film In the Navel Hole lors de la 20ème édition du Festival du Film Européen; un prix amplement mérité, nottament pour la grande qualité visuelle de ce film.

>>>>>>>>>>>>>>>>>----------------------------------------------<<<<<<<<<<<<<<<<<

CLAIRE DEVILLERS aime le cinéma depuis son plus jeune âge, inspirée par l'univers des films de Tim Burton. Elle est diplômée d'un bac littéraire option Arts Plastiques, d'une prépa littéraire et d'une licence en cinéma. Pendant ses études, elle a toujours concilier travail et passions : l'écriture et le dessin. Lors de sa licence, elle a réalisé un projet qui a été une révélation quant à son orientation professionnelle : la réalisation et plus précisemment l'organisation qui permet de mener à bien la production d'un film.

>>>>>>>>>>>>>>>>>----------------------------------------------<<<<<<<<<<<<<<<<<

CAMELLIA RASHIDI, d'origine iranienne, a 28 ans. Elle a pu expérimenté divers univers dans ses études supérieures; une licence en Arts Plastiques, un DEUG en Informatique, une formation dans les langues dont le français et l'anglais, puis elle a été reçue au concours de l'ESAV et, intéressée par l'image, elle participe depuis à de nombreux courts-métrages en tant que chef électricienne.

>>>>>>>>>>>>>>>>>----------------------------------------------<<<<<<<<<<<<<<<<<

SIMON PERROY a fait trois ans de licence cinéma à l’Unversité Michel de Montaigne de Bordeaux, puis est parti à Auch pour réaliser un service civique au cinéma Ciné32. Il s’occupait du service scolaire du cinéma : présentation de séances pour des élèves allant de la maternelle à la terminale, rédaction de fiches pédagogiques pour les enseignants et ateliers / animations avec les enfants sur des séances publiques. Il est ensuite rentré à l’ESAV à Toulouse où il s'intéresse à l'utilisation des outils sonores, et découvre les joies de la prise de son en équipe avec Julien Rouvier, étudiant avec qui il a déjà travaillé sur d'autres projets.

>>>>>>>>>>>>>>>>>----------------------------------------------<<<<<<<<<<<<<<<<<

JULIEN ROUVIER s'intéresse autant à l'image qu'au son pour identifier les éléments qui font les qualités d'un film. Il a longtemps été intéressé par le théâtre et a d'ailleurs étudié pendant deux ans au Conservatoire d'Art Dramatique de Toulouse. Il a ensuite intégré la licence Art&Com à l'Université Toulouse Jean-Jaurès avant de s'orienter vers le cinéma, dont il a toujours été passionné, et d'être reçu au concours d'entrée de l'ESAV. C'est un aspirant réalisateur touche-à-tout.

Si le projet vous plait, vous pouvez participer à l'aventure en faisant un don du montant de votre choix. Votre argent vous sera reversé en totalité si le projet n'est pas financé à 100%, Ulule est donc un moyen d'investissement sans risque. N'hésitez pas à en parler largement autour de vous en partageant l'adresse de la page du projet Ulule.

Merci !