BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

SEIJAVEI, LA DERNIERE STEPPE

Un livre pour rendre hommage à l'un des derniers bastions de liberté, d'espace et de silence, en Europe occidentale

À propos du projet

« SEIJAVEI, La dernière steppe » est un livre qui rend hommage à un massif, le Cézallier, dont les paysages sont uniques en France, et le témoignage de mon admiration envers celles et ceux qui y vivent et qui l’arpentent. Cette terre rude et peu habitée, mais qui reste empreinte d’humanité, est l’un des derniers bastions de la liberté, de l’espace et du silence.

•••

« Le Cézallier (de l’auvergnat seijavei, la « terre à seigle ») est un massif volcanique qui relie les monts Dore, au nord, aux monts du Cantal, au sud, à cheval sur les départements du Puy-de-Dôme et du Cantal, dans le centre de la France.

On n’en parle peu. On n’en connaît pratiquement rien. On ne le situe guère. On l’évoque à peine. Jusqu’à la fin du XIXe siècle, il ne figurait même pas sur les cartes. On le compare volontiers à des contrées lointaines, où les nuages chevauchent aussi la houle infinie des prairies. Autant être précis : on lui trouve des airs d’Asie centrale.

© Emmanuel Boitier

Partout l’espace, immense, dans ce paysage de montagnes qui s’étirent plus qu’elles ne s’élèvent et d’horizons qui se dérobent, avec le vent qui caresse les courbes de la steppe. La dernière steppe. Le paysage du Cézallier est sans emphase, il n’a ni prétentions, ni revendications, et c’est là toute son infinie richesse. On se dit qu’ici s’évanouit tout ce qui obstrue habituellement notre regard et nos pensées.

C’est l’une des régions habitées les moins peuplées d’Europe occidentale : à peine 5 habitants au km2, l’équivalent des Highlands écossaises, et guère plus que l’Islande, ces terres des confins. Comme bon nombre de régions rurales de moyenne montagne, le Cézallier perd inexorablement ses habitants. C’est tout le paradoxe de ces paysages façonnés durant des siècles par l’homme, et la dent de ses troupeaux, où l’humain désormais disparaît. Mais perd-il pour autant son humanité ?

J’ai voulu faire des images qui disent l’espace et le silence, le lointain, le sentiment unique à la fois de la liberté et de l’isolement, voire de la solitude, et la rudesse, parfois. J’ai écouté les gens me parler de ce territoire, de leur territoire, avec pudeur, avec envie, toujours avec passion. Dans le paysage, dans leur paysage. Le territoire fait-il les hommes ou est-ce que ce sont les hommes qui font le territoire ?

© Emmanuel Boitier

Dans ce massif aux lignes tendant à l’épure, l’émotion du paysage est un ressenti commun que partagent celles et ceux qui y vivent, ainsi que les hôtes de passage. On ne m’a guère parlé de sommet, de point culminant, encore moins de montagne, de vallée ou de tout autre lieu marquant. Et si c’était là l’essence même des lieux, c’est-à-dire l’affirmation d’une appartenance non pas à un territoire (avec le déroulé implacable de ses frontières, de ses reliefs, de ses lieux et toponymes), mais à un paysage ? Et même, plus encore, à l’idée que ce paysage autorise : un espace de liberté intérieure. Une cartographie intime et charnelle des lieux, une véritable intériorité, avec laquelle chacun tisse le fil de sa vie et le déroulé quotidien des jours. J’ai écouté les paroles enchanter le réel et glisser sur la steppe, et j’ai pris le goût du vent. »

© Emmanuel Boitier

« L’espace me fera don d’une inestimable richesse.
L’espace fera de moi un être humain… »

Vassili GOLOVANOV, Eloge des voyages insensés

LE DESCRIPTIF (caractéristiques prévisionnelles)

  • Parution prévue pour septembre 2018
  • L220 x H280 mm (ouvert L440 x 280 mm)
  • 96 pages
  • Couverture cartonnée, papier Fedrigoni Imitlin
  • Dos carré collé cousu
  • Papier Lessebo Design Smooth White, 150 g, de main 1,2
  • Tirage : 1000 exemplaires

VISUELS

NB. Les visuels de couverture et de maquette ne sont pas définitifs.

A quoi va servir le financement ?

> Si nous atteignons l'objectif de 250 exemplaires en précommande, nous pourrons financer les frais d’impression. HOURRA !

> Si nous dépassons l'objectif de 250 exemplaires en précommande, nous pourrons financer intégralement les frais d’impression, la TVA de 5,5%, ainsi que la commission Ulule (8%). HOURRA !!

> Si nous dépassons encore plus l’objectif de 250 exemplaires en précommande, nous pourrons financer intégralement les frais d’impression, la TVA de 5,5%, la commission Ulule (8%), mais aussi peut-être ajouter des pages à l’ouvrage ? HOURRA !!!

Je vous remercie vivement pour votre soutien et pour votre intérêt pour cette région extraordinaire et ses habitants qui ne le sont pas moins !

À propos du porteur de projet

L’AUTEUR

Photographe indépendant, reporter et rédacteur, je collabore régulièrement avec de nombreux titres de la presse magazine en France comme à l’étranger. Mes images ont été primées à de multiples reprises dans les concours internationaux.

© Perrine C.

Que ce soit dans les montagnes d’Auvergne, auxquelles j’ai consacré plusieurs ouvrages : Première neige (2014), Les saisons du silence (2014), Cézallier, le Far Centre (2017, avec l’écrivain Pierre Jourde) et La forêt oubliée (2017), ou encore parmi les pics vertigineux des montagnes chinoises (Les montagnes célestes du Huang Shan, 2015), je recherche et apprécie les endroits où la nature, véritablement prégnante, offre un espace infini. Des endroits où l’homme et la nature n’ont d’autres choix que de vivre ensemble et non l’un à côté de l’autre. Des endroits où la nature impose le rythme des vies.

www.emmari.net

L’EDITEUR : l'histoire d'Emmanuel Boitier Editeur

L’histoire, c’est celle d’un couple de photographes qui pense qu’une image ne commence à exister qu’une fois tirée ou imprimée avec soin sur ce merveilleux support qu’est le papier, pour mieux ensuite la partager.

L’histoire, c’est celle de deux amoureux des livres, dont les bibliothèques débordent trop régulièrement...

L’histoire, c’est celle d’une micro-édition qui privilégie la qualité au nombre et qui fait imprimer ses livres à proximité.

L’histoire, c’est celle d’un micro-éditeur qui attache une importance capitale au dialogue avec ses auteurs, pour que chaque livre soit une aventure commune.

Emmanuel Boitier Editeur a notamment initié en 2017 la collection Le Petit Portfolio, une collection de petits livres par la taille (16x16 cm), mais ambitieux sur le contenu et le contenant, dédiés à l’Art de l’image, et plus particulièrement à la Photographie. Imprimés en tirage limité (300 exemplaires), les ouvrages de la collection présentent le travail d’artistes émergents ou reconnus, avec une ligne éditoriale résolument au service de l’image. A ce jour, 4 volumes sont parus :

  1. La forêt oubliée, Emmanuel Boitier
  2. Cicatrices, Lionel Orriols
  3. Uummannaq, Camille Michel
  4. Monochromies, Bastien Riu

Emmanuel Boitier Editeur : emmanuelboitier.bigcartel.com

Une nouvelle fois, un énorme merci pour votre soutien !

FAQ

Si vous avez encore des questions, n'hésitez pas à contacter le porteur du projet.

Poser une question Signaler ce projet