Attention, notre site pourrait mal s'afficher ou mal fonctionner sur votre navigateur.
Nous vous recommandons de le mettre à jour si vous le pouvez.

Mettre à jour
Je ne peux/veux pas mettre à jour mon navigateur
BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp

RUPTURE

Un Court-métrage DéKaLibre

À propos du projet

RUPTURE est un court-métrage dramatique qui traite de la violence familiale. Le collectif DéKaLibre met en place un financement participatif afin de réaliser ce projet. Chaque don permet, peu à peu, au film de prendre vie et vous donne accès à une contrepartie. 

Plan du storyboard - crédit Gaël Picard

HISTOIRE 

RUPTURE raconte un épisode de la vie d’un homme brisé, dès l’enfance, par la violence physique. Même adulte, alors qu’il a tout pour être heureux, il porte les stigmates psychologiques des coups qu’il a reçus. Il lutte alors contre lui -même pour ne pas reproduire le schéma qu’il a connu, pour ne pas devenir un monstre et, surtout, pour rompre définitivement le cycle de la violence. 

L’ambition de RUPTURE n’est pas d’expliquer comment surmonter la violence familiale. Il s’agit, en effet, d’un sujet bien trop vaste pour être résumé en un simple court-métrage. L’idée est de présenter un personnage qui a été victime de maltraitance et de montrer les conséquences qu’elle a sur lui. RUPTURE évoque les pulsions, les peurs, mais aussi la capacité à s’accepter soi-même.

Plan du storyboard - crédit Gaël Picard

INTENTIONS

En 2015 : 14 400 enfants âgés de 0 à 9 ans et 40 600 enfants âgés de 10 à 17 ans ont été enregistrés par les services de police et de gendarmerie comme victimes de violences physiques, soit 55 000 mineurs, selon l'ONPE

C'est en partant de ce constat que le collectif DéKaLibre monte le projet RUPTURE. La maltraitance infantile est un sujet important que nous voulons traiter, pour montrer que, davantage que le physique, c'est le mental des victimes qui est ébranlé. Ces dernières peuvent être amenées à perpétuer ce cycle de la violence de génération en génération.

D'après cet article, en France c'est en moyenne 219 000 femmes qui subissent des violences physiques et sexuelles.

L'INHESJ recense près de 112 000 victimes de 18 ans ou plus, enregistrées dans les procédures de la police et de la gendarmerie en France en 2017 dont 88% de femmes et 12% d'hommes.

Nous n'avons pas la prétention de vouloir résoudre le problème mais plus de soulever la nécessité de se faire aider en tant que victime.

REALISATION 

Grand amateur d'animation japonaise, Vincent - le réalisateur du court-métrage - a toujours voulu en adapter les codes - les cadres, le montage, les différents effets de mise en scène, etc. - à la prise de vue réelle, dans le cadre d’une histoire qui ne s'y prête pas forcément d'emblée. L’objectif est d’utiliser le style graphique et l’imaginaire du manga, au service d’une histoire réelle, afin d'illustrer la violence mentale de cette situation. Parmi les inspirations directes, on trouve notamment Tokyo Ghoul, L’Attaque des Titans, Erased ou encore la scène d’animation de Kill Bill…

COMEDIENS 

Auguste Dumay incarnera le protagoniste, tandis que sa femme sera jouée par Manon Tissier. Auguste Dumay sera sur la scène de l’Aquarium de Paris cet été. La page Facebook de son spectacle. 

Ils ont tous les deux participé l’année dernière à mon court-métrage présenté au nikon festival, Je suis à l’west

AUTEURS

 

 

 

 

 

Vincent Girardon est un jeune réalisateur formé à l'ESRA puis à l'EICAR. Fort de nombreux projets, il aborde avec aisance tous les domaines de la création audiovisuelle.

 

 

 

 

 

 

 

Maxime Saint Michel est un scénariste français. Après une formation en Médias Numériques, il a obtenu le diplôme de l’Ecole de la Cité. Rédacteur en chef du magazine de bandes dessinées Forgotten Generation, il  a  écrit différents scénarios pour diverses sociétés de production (Images 30, Ozone Studio, LK Publishing…)

 

 

 

 

 

Axel Bouthé est un jeune scénariste-réalisateur, formé à l'EICAR (formation réalisation/écriture). Anciennement gérant de la création audiovisuelle pour l'entreprise 360Learning, il travaille actuellement pour Jellysmack. Il a notamment écrit et réalisé le court-métrage Mathilda.

 


 

Composant depuis l'adolescence, Gautier Laisné est un musicien passionné par le piano et la musique orchestrale, dont il se sert pour véhiculer des émotions. A l'écoute des réalisateurs avec lesquels il collabore, il se distingue autant par son ton juste que par sa forte sensibilité.

 

 

 

Après une formation à LISAA en tant que Concepteur Réalisateur de produits multimédia, option animation 3D, Gaël Picard s'est dirigé vers le storyboard et le concept art. Ces deux disciplines lui permettent de mettre ses compétences artistiques aussi bien que ses passions pour la mise en scène et le storytelling au service d'une histoire. Le dessin est pour lui le meilleur moyen de donner vie aux écrits.

 

 

 

 

EQUIPE TECHNIQUE

 

 

Salomé Grassaud, 23 ans, est étudiante en master de scénario/réalisation. Les expériences professionnalisantes menées dans le cadre de ses études, mais aussi au cours de projets personnels, ont développé ses compétences d'organisation. C'est la première assistante réalisatrice de RUPTURE.

 

 

 

 

Claire Leva est diplômée en technique de son de l’Institut Trébas à Montréal. Depuis son retour en France, elle fait principalement de la régie spectacle, quelques montages de festival et du plateau. Toujours avec l’envie d’apprendre et d’être polyvalente, elle se lance dans la régie de tournage avec RUPTURE.

 

 

 

 

Gaspard Choron, diplômé d’un master Cinéma Audiovisuel (Esthétique et Création) en 2015, a travaillé au sein de l'équipe image de différents projets, notamment sur Les Petits Meurtres d'Agatha Christie. Il a ensuite oeuvré en tant que chef electro, puis chef opérateur sur des fictions, des clips, mais aussi des pubs. C'est le chef opérateur de RUPTURE.

 

 

 

 

Imran Raja est monteur et graphiste, évoluant principalement dans le milieu de la télévision. Il travaille actuellement à Canal+, mais a eu l'occasion de monter de nombreux courts-métrages depuis ces 4 dernières années. C'est le monteur de RUPTURE. 
 

 

 

CROWDFUNDING

Notre campagne se déroule sur Ulule : une plateforme de financement participatif simple. Vous pouvez contribuer selon vos moyens à partir de 5€ jusqu’à 500€, 1000€… ou plus, si vous souhaitez !

Selon la somme de votre contribution, vous pouvez obtenir des contreparties (affichées dans la colonne de droite). Plus votre contribution est élevée, plus les contreparties sont intéressantes, avec par exemple accès au Making-of, la possibilité de suivre un Instagram privé pour communiquer avec l’équipe en direct durant le tournage ou encore une rencontre avec le réalisateur et un essai Make Up Cinéma !

Le tournage de RUPTURE est prévu pour le mois de septembre, afin que le court-métrage puisse être diffusé dès la fin de l'année ! L’objectif est de l’envoyer à différents festivals ; dans l’idéal, nous aimerions le faire participer au Nikon Film Festival ! N’hésitez pas à contribuer selon vos moyens, à partager et aimer cette page, car chaque don, grand ou petit, aidera le film à se réaliser.

À quoi va servir le financement ?

Le palier de 3000€ représente la faisabilité minimum du projet.  A noter que si cet objectif n’est pas atteint, nous ne toucherons aucun don et que chaque contributeur sera remboursé.

Répartition des dépenses: 

Matériel Tournage  (Image, Lumière, divers…) : 1000€

Décoration, Costumes et HMC : 1000€

Régie et Défraiements : 600€

Crowdfunding et Contre-parties : 400€

OBJECTIFS

Nous avons également mis en place d’autres paliers, qui représentent des sommes idéales pour renforcer la qualité du film. 

3000€ : Palier de faisabilité minimum du projet (financement matériel, décors et défraiements)

4500€ : Palier permettant une postproduction pour diffusion cinéma (Dolby 5.1 et DCP), une location d'un matériel plus performant et  une  projection dans une véritable salle de cinéma.

À propos du porteur de projet

DéKaLibre s’investit dans la production et le développement de divers projets audiovisuel, artistique ou institutionnel. Nous sommes portés par la volonté de créer une société de production capable de faire voyager les spectateurs à travers des histoires captivantes, des personnages passionnants et des images marquantes. L’esprit DéKaLibre est la conviction que la fiction, la fantaisie et le décalage nous offrent les meilleurs moyens d’explorer et d’exprimer notre propre réalité, avec plus de profondeur et de justesse.

FONDATEURS

Djilali Hadi et Vincent Girardon se sont rencontrés à l'EICAR. Ce sont deux jeunes professionnels : l'un producteur et l'autre réalisateur. Partageant des visions artistiques similaires et animés par la volonté de fonder une société de production, ils se rapprochent peu à peu de ce rêve qui se nomme DéKaLibre

Share Suivez-nous