BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Liberté pour la rivière Allier

Acheter des zones naturelles dans l'espace de liberté de la rivière

À propos du projet

La dynamique fluviale de la rivière Allier, se traduisant notamment par l'érosion des berges et la divagation du lit de la rivière, est maintenant reconnue comme indispensable au bon fonctionnement de la rivière, à la pérennité de la ressource en eau et à la richesse de sa biodiversité. Cette dynamique fait de l'Allier l'une des dernières grandes rivières sauvages d'Europe de l'Ouest. Mais pour permettre cette dynamique fluviale sans que cela soit une contrainte pour les propriétaires affectés par l'érosion des berges, il est nécessaire d'acquérir les terrains en cours d'érosion.

Une érosion des berges indispensable à l'Allier

L'érosion des berges par la rivière lui permet de se recharger en sédiments et d'assurer ainsi l'équilibre entre son débit liquide et son transport sédimentaire. Les érosions de berge et les dépôts de sédiments vont générer le déplacement du lit de la rivière avec la formation de méandres. Sur une rivière comme l'Allier, cette dynamique fluviale est indispensable pour la dissipation d'énergie des eaux. L'érosion peut ainsi faire reculer la berge jusqu'à près de 15 mètres/an dans les méandres les plus actifs.

La dynamique fluviale, moteur de la biodiversité et de la ressource en eau

La dynamique fluviale, en remodelant régulièrement la plaine, entretient toute une mosaïque de milieux naturels très diversifiés et accueillant de nombreuses espèces végétales et animales d'intérêt patrimonial. Plus d'infos sur www.riviere-allier.com.

La dynamique fluviale permet aussi de maintenir le bon fonctionnement de la rivière Allier et de renouveler les alluvions du sous-sol où transite la nappe d'eau. Et la nappe de l'Allier alimente en eau potable de l'ordre de 500 000 Auvergnats, dont 100 000 Clermontois !

Des atteintes passées dont les effets persistent encore aujourd'hui

En perturbant profondément la dynamique fluviale par extraction des granulats et par protection des berges contre l'érosion dans les années 1960-1990, l'homme a malheureusement constaté les conséquences du dérèglement de la dynamique avec par exemple l'assèchement de certains puits de captage ou la déstabilisation de ponts.

L'érosion des berges reconnue indispensable, oui mais…

Grâce à l'évolution des connaissances et au plan Loire grandeur nature notamment, l'érosion des berges est aujourd'hui reconnue "d'intérêt général" mais son acceptation locale reste difficile car elle peut affecter des propriétés privées et des activités économiques. Le terrain érodé tombe automatiquement dans le Domaine public fluvial et ce sans compensation pour le propriétaire. Lorsque des activités agricoles sont présentes sur les terrains érodés, elles sont également affectées. Ces érosions sont ainsi souvent conflictuelles et entraînent parfois de nouvelles protections de berge, autorisées ou non.

A quoi va servir le financement ?

Acheter des terrains pour les laisser partir à l'eau !!!

L'acquisition amiable de terrains érodables permet de garantir les possibilités d'érosion et de se substituer au propriétaire qui perd du terrain. L'acquisition est réalisée sur la base de l'évaluation du Service des domaines pour obtenir le prix le plus juste. Lorsqu'une activité agricole est présente sur ces terrains, le CEN maintient celle-ci, si possible en la faisant évoluer vers du pâturage extensif, en proposant à l'agriculteur un loyer faible et révisable pour compenser la perte progressive de terrain. Les terrains en forêt alluviale sont laissés en libre évolution.

Le CEN Auvergne a déjà acquis en 2014 près de 30 ha de terrains érodables sur le val d'Allier dans le département du Puy-de-Dôme (des acquisitions sont également menées dans le département de l'Allier par le CEN Allier). Ces acquisitions bénéficient de financements publics (Europe, Agence de l'eau Loire-Bretagne) mais une part de financement demeure à la charge du Conservatoire sur certaines acquisitions, qui, cumulée, ne peut pas être prise en charge par le Conservatoire.

Parmi celles-ci figure notamment la falaise d'érosion de Malmouche à Cournon, la plus haute falaise d'érosion du val d'Allier avec 14 mètres de hauteur, acquise en juillet 2014 (près d'1 ha) mais pour laquelle il reste 1 000 € à financer.

Découvrez la falaise de Malmouche par cette vidéo.

Des acquisitions complémentaires sont prévues sur 17 ha de terrains érodables, dont 4,3 ha dans le département de la Haute-Loire qui nécessitent un financement de 1 500 €.

Le site concerné est composé de prairies mais aussi d'une ancienne gravière jusqu'à présent propriétée de l'Etat. Le CEN Auvergne a réalisé des travaux de remise en état écologique en créant des hauts fonds favorables à la flore.

Effet immédiat avec le retour de la Gratiole officinale, espèce protégée nationale qui n’avait pas été revue dans le Brivadois depuis 1960, et qui est réapparue en 2010 et compte aujourd’hui plus
de 700 pieds sur la zone humide restaurée.

Ce site est aujourd'hui en vente et risque d'être acquis par un privé pour la pratique du jet-ski ou tout autre usage. Le CEN souhaite donc en conserver l'intérêt écologique par la maîtrise du foncier.

Vos dons ayant atteint le montant objectif de 2 700 euros, le financement de ces 2 premières opérations sur la falaise de Malmouche et la gravière des Gounets est donc garanti. Merci à vous !!!

Nous poursuivons donc la souscription jusqu'à la date butoir avec une autre opération :

De nouvelles acquisitions sont envisagées en 2015, notamment une parcelle plantée en peupliers et très humide de 3 ha en bord d’Allier et soumise à l’érosion. Son caractère très humide promet une restauration de milieux naturels intéressante…

Vos dons ouvrent droit à déduction fiscale à hauteur de 66% du don. Le CEN vous transmettra un certificat de déduction pour vos impôts.

À propos du porteur de projet

Le Conservatoire d'espaces naturels d'Auvergne fait partie du réseau des CEN de France.

Association à but non lucratif, le CEN Auvergne mène ses actions sous le contrôle d'un Conseil scientifique, d'un Conseil d'administration et avec l'appui d'une équipe professionelle de 24 personnes et un réseau de plus de 120 bénévoles.

Ces projets rassemblent plusieurs salariés de l'association, Julien, Delphine, Hervé, mais également des bénévoles.

Les achats de sites naturels sont l'une des actions phares du CEN Auvergne : l'acquisition permet une protection sur le long terme, elle est un exemple permettant d'engager ensuite d'autres propriétaires par des sytèmes de convention de gestion.

Le CEN Auvergne a acquis près de 500 ha de sites naturels en Auvergne et protège près de 160 sites représentant une surface totale de 1 500 ha (hors département de l'Allier).

Retrouvez les actions du CEN Auvergne sur son site et sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter.