BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Sauvons la Lorraine !

Bienvenue à bord Moussaillons ! Laissez-vous embarquer et découvrez l’histoire de Philippe et de la Lorraine ...

À propos du projet

La lorraine, la plus ancienne péniche de Bretagne, sortie des chantiers en 1884, a été sauvée d'une mort annoncée par Philippe CROSSOUARD. Philippe s'est juré de ne pas laisser perdre un tel monument de notre patrimoine fluvial.Depuis maintenant plusieurs mois, il se donne corps et âme pour restaurer la Lorraine et lui redonner sa splendeur d'antan.

Un  rêve de gosse … cette histoire hors du commun a pour prélude un rêve de gosse … celui de Philippe CROSSOUARD, formateur.

D’aussi loin qu’il s’en souvienne, Philippe a  toujours  été fasciné par l’eau, les bateaux, les canaux,  les péniches …

Alors quoi de plus naturel pour lui que de sauver d’une mort certaine et surtout  annoncée la plus ancienne péniche de Bretagne ?

Aujourd’hui, Philippe est propriétaire de La Lorraine , 50 tonnes d’acier, dotés d’une âme, vestige du temps  où la batellerie était reine  …

Sortie des chantiers en 1884, cette vieille dame a séduit Philippe en 2013, année où il décide d’acheter cet automoteur pour lui éviter une fatale destinée.

Coulée entre deux eaux depuis 2005 pour lui éviter le pillage, La Lorraine porte malheureusement les stigmates d’une trop longue attente … et Philippe ne tardera pas à s’en rendre compte … Mais il ne baisse les bras, au contraire ...

En passionné qu’il est, le voilà mû par une force invisible et néanmoins inextinguible, son amour du patrimoine fluvial breton.

La Lorraine est connue et reconnue par les anciens mariniers pour avoir participé durant plus d’un siècle  à l’essor de la batellerie bretonne. Mais sa restauration  n’est  pas chose aisée. D’abord le renflouement :  remettre à flots 50 tonnes d’acier demande des idées et des bras pour les réaliser !  Comment faire bouger cette carcasse de plus 26 mètres ?  Avec l’aide de plusieurs motopompes et d’un moteur  hors bord de 15 CV ! 

Le périple de retour peut alors débuter … Nous sommes le 23 Avril 2013.

Imaginez un instant : 50 écluses à passer sur le canal d’Ille et Rance pour revenir à Rennes, une carlingue portant les blessures infligées par le temps, l’eau et la rouille, menaçant de couler entre chaque écluse … c’est d’ailleurs ce qu’elle fit à Chevaigné ! Alors on gère  comme on peut,  avec les moyens du bord : on colmate, on écope, on rigole, on stresse !

Le matin du cinquième jour, victoire ! La voilà parvenue à Rennes !

Mais le soupir de soulagement est de courte durée, Philippe découvre l’ampleur des  travaux …

Une fois en cale sèche aux étangs d’Apigné, le travail de restauration peut vraiment commencer …

D’abord, on fait tomber les tôles du fond, des côtés, puis on repose les nouvelles. Début décembre 2013, Philippe s’attaque à la poupe … mais les difficultés s’amoncellent : inondation du slipway, moteur HS, tôles récalcitrantes …

Qu’importe, le moral est bon et Philippe continue bon gré mal gré à reconstruire sa péniche, aidé par de fidèles compagnons d’armes. Soudure, sablage, peinture … La Lorraine fait l’objet de toutes les attentions …

En Avril 2014, on passe à l’avant et c’est la proue que l’on bichonne. Là encore, beaucoup d’égards pour sauvegarder les techniques de l’époque comme les fameux rivets « Eiffel » ( hé oui, les mêmes utilisés pour construire notre vieille dame de France ! ). Mais rien n’est fini, ce n’est que le début de l’aventure …

Un rêve de gosse, une volonté sans faille,  un projet de sauvegarde patrimonial  titanesque et fédérateur, une belle solidarité sont les fondements de cette histoire hors du commun entre un homme et une péniche vouée à disparaitre.

La Lorraine naviguera à nouveau sur les canaux de Bretagne et ce, pour au moins 100 ans.

Voilà le pari fou que Philippe a fait et qu’il souhaite aujourd’hui partager avec  vous ...

A quoi va servir le financement ?

Comme tout monument du patrimoine qui se respecte, la Lorraine fait l'objet de toutes les attentions, et ces attentions sont onéreuses ...

Les fonds récoltés serviront à finaliser les travaux de la péniche avant sa mise à l'eau : travaux de sablage, peinture ... 

  • devis peinture / apret : 5 500 €
  • Devis sablage : 4 200 € ( location machines + rugos )
  • Repose et raccordement moteur : 370 € ( arbre d'hélice, tubes d'etambot, bagues hydrolubes ... )

La Lorraine est destinée à devenir un lieu où chacun pourra venir découvrir son histoire ou partager la sienne.

A terme, Philippe proposera des rencontres hebdomadaires, notamment en période hivernale, autour d'une soupe, permettant à des personnes dans le besoin de venir se réchauffer et trouver du réconfort.Pour ce faire, Philippe mettra en place différents partenariats avec les commerçants locaux pour récupérer des invendus fruits et légumes.

La mise à l'eau est prévue fin Mai ou tout début juin 2015 , il ne reste plus que quelques semaines ...

Jusqu'à aujourd'hui Philippe s'est débrouillé tout seul pour financer cette restauration. Aidé par de nombreux amis et/ou collègues, il est presqu'au bout de sa peine, mais il lui faudrait encore un petit coup de pouce financier !

À propos du porteur de projet

D’aussi loin qu’il s’en souvienne, Philippe a  toujours  été fasciné par l’eau, les bateaux, les canaux,  les péniches …

Alors quoi de plus naturel pour lui que de sauver d’une mort certaine et surtout  annoncée la plus ancienne péniche de Bretagne ?

C'est pour aider Philippe que s'est créée l'association New Lorraine.

L’association New Lorraine, asso. loi 1901 à but non lucratif, a 2 objectifs principaux : la sauvegarde de notre patrimoine fluvial breton, et la restauration de la plus ancienne péniche de Bretagne, la Lorraine.

  • Notre but premier est de restaurer la Lorraine, la plus vieille péniche de Bretagne. Sortie des chantiers  en 1884, elle a sillonné des années durant les canaux de Bretagne, aidé à la construction de plusieurs ports bretons et porte aujourd’hui les stigmates du temps.

  • Notre deuxième objectif est de sensibiliser jeunes et moins jeunes à la préservation de nos canaux, et plus largement à la préservation de notre patrimoine fluvial (maisons éclusières, chemins de halage …). L’idée est de maintenir vivante la mémoire de nos mariniers et de la batellerie bretonne.

Nous organisons régulièrement des évènementiels en lien avec ces 2 objectifs (portes ouvertes sur le slipway, expo photos, visite de musées, concerts …)

Nous avons besoin de votre soutien,

REJOIGNEZ-NOUS !

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette tâche à bien !