BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTube

Sacha Korsec

reseau_cocagne Vauhallan

Vous avec besoin de légumes, ils ont besoin de travail. Ensemble, cultivons la solidarité !
À travers la production et la distribution de légumes biologiques, les Jardins de Cocagne permettent à des adultes en difficulté de retrouver un emploi et de (re)construire un projet individuel.

Crédits photo : Les Potagers du Garon.

Le Réseau Cocagne, 20 ans qu'on sème !
Tout part d'une idée un peu folle, sortie de terre il y a 24 ans, en Franche-Comté : utiliser l’agriculture biologique comme support d’insertion sociale et professionnelle. Elle donne les Jardins de Cocagne : des exploitations maraîchères sous forme associative qui embauchent des personnes en situation d’exclusion, pour produire et vendre des légumes bio. Ce nouveau type d’exploitation maraîchère biologique à caractère social suscite rapidement l’intérêt, et en quelques années une cinquantaine d’autres Jardins de Cocagne voient le jour partout en France. Pour favoriser leur développement, les Jardins créent en 1999 une entité nationale : le Réseau Cocagne. Depuis, le Réseau Cocagne met tout en oeuvre pour animer et représenter le réseau des Jardins de Cocagne, co-construire et essaimer de nouveaux projets, consolider et mutualiser les acquis et les expériences.

Les Jardins de Cocagne, le coeur du métier
Les Jardins de Cocagne sont des exploitations maraîchères biologiques à vocation d’insertion sociale et professionnelle. Par la production de légumes biologiques, vendus en circuit-court sous forme de paniers hebdomadaires à un réseau d’adhérents-consommateurs, les Jardins de Cocagne favorisent le retour à l’emploi de femmes et d’hommes en situation précaire et leur permettent de (re)construire un projet professionnel et personnel. Un salarié sur deux intègre un emploi ou une formation à l’issue de son parcours dans un Jardin de Cocagne.

Crédits photo : Christophe Goussard

Des structures innovantes
À la pointe de l’innovation sociale et à l’écoute de l’évolution de la société et de ses besoins, le Réseau Cocagne et ses structures adhérentes ont ces dernières années engagé de nouveaux projets : Fleurs de Cocagne, Table de Cocagne, Cocagne Innovation. On y retrouve la même qualité méthodologique, sociale, environnementale et économique que dans les Jardins de Cocagne. Le Réseau Cocagne développe également un axe stratégique de Recherche et Développement sur cinq thématiques : restauration collective, conserverie, restauration traditionnelle, plateforme de conditionnement et distribution de paniers, et Fleurs de Cocagne.

La Charte du Réseau Cocagne
Toutes les structures adhérentes au Réseau Cocagne sont signataires d’une charte en 4 points qui pose les fondamentaux d’un Jardin de Cocagne.
1- Lutter contre les exclusions et la précarité en mobilisant les conditions d’un retour à l’emploi durable chez des hommes et des femmes en difficulté sociale et professionnelle, dans le cadre d’une activité de travail valorisante.
2- Produire dans le respect du cahier des charges de l’Agriculture Biologique.
3- Commercialiser en priorité la production principalement auprès d’un réseau d’adhérents-consommateurs.
4- Intégrer le secteur professionnel agricole local.

Le Réseau Cocagne en chiffres
Aujourd’hui, le Réseau Cocagne regroupe au sein d’une association nationale plus de 120 Jardins maraîchers diversifiés, certifiés en agriculture biologique et agréés Ateliers et Chantiers d’Insertion (ACI), à vocation d'insertion sociale et professionnelle:
- plus de 4 300 jardiniers en parcours d'insertion embauchés et accompagnés vers l'emploi chaque année;
- 1 840 bénévoles dans tous les Jardins;
- 845 employés permanents;
- plus de 25 000 familles recevant chaque semaine un panier de légumes biologiques (soit près de 1,2 millions de paniers de légumes distribués chaque année);
- près de 400 hectares de cultures maraîchères diversifiées certifiées biologiques.

La mission sociale reste la première priorité des actions menées au sein des Jardins de Cocagne. Nos structures appartiennent au champ de l’Insertion par l’Activité Economique (IAE) et sont pour la plupart conventionnées Ateliers et Chantiers d’Insertion (ACI). En 2012, malgré un environnement social dégradé, près de 50% des salariés en insertion embauchés par les Jardins de Cocagne ont bénéficié d’une « sortie dynamique ».[1] Le programme 30 000 Paniers Solidaires rend accessible les paniers de légumes bio à prix solidaires pour des familles à très faibles revenus.

Le volet environnemental du projet Cocagne enrichit la mission sociale des Jardins. Avec près de 400 hectares de culture maraîchère biologique diversifiée, les Jardins de Cocagne agissent dans les territoires pour contribuer à la préservation de l’environnement rural et des légumes rares et anciens. En outre, 30% des Jardins ont développé un jardin pédagogique, lieu de formation et d’éveil aux démarches éco-responsables destiné à la population locale.

Pour plus d'information : http://www.reseaucocagne.asso.fr/

Suivez nous sur Ulule, sur facebook , twitter, et youtube!

 

Crédits photo : Yeka Fanchoen

Paroles de Jardiniers :

« Le travail de la terre, c’est la vie. Tout ce que l’on met dans la terre, ça nous fait vivre. »

« Au Jardin, on a suivi mon rythme. C’est pour cela que j’ai évolué. »

«Je vois le résultat de mon travail pour la première fois : je ne pensais pas qu'il y avait assez de terre pour faire tout cela.»

«J’étais mal dans ma peau, c’est tout juste si j’arrivais à m’aimer. »

« J’ai pu revoir des personnes, j’ai repris goût à la vie. Ça nous aide et redonne de l’élan. »

« Créer des relations avec des gens, avant, je savais un peu que ça se faisait, mais je n’en avais pas… Ici, c’est l’école de la communication. »

Crédits photo : Christophe Goussard

[1] Les sorties dynamiques concernent les sorties vers l’emploi durable (CDI, CDD ou missions d’intérim de 6 mois et plus, stage ou titularisation dans la fonction publique et création d’entreprises), les sorties vers « un emploi de transition » (CDD ou période d’intérim de moins de 6 mois, contrats aidés chez un employeur de droit commun), et les sorties positives (formations pré-qualifiantes ou qualifiantes, embauches dans une autre SIAE).