Attention, notre site pourrait mal s'afficher ou mal fonctionner sur votre navigateur.
Nous vous recommandons de le mettre à jour si vous le pouvez.

Mettre à jour
Je ne peux/veux pas mettre à jour mon navigateur
BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp

La Reine de la patate, ou les cantines du détour

Jours de frites, jours de fête au Québec, à paraître aux éditions Loco.

  • "La Reine" est arrivée

    Chic ! le livre a fini par être imprimé et il est même arrivé comme Zorro sans se presser. Et pour cause !… Les 2 photos (© Loco) qui suivent attestent de son existence. Le mois d’août étant peu propice à l’envoi de colis, vos exemplaires vous seront remis ou envoyés dès le début du mois de septembre. 

    Merci encore de votre patience.  Bonnes vacances à tous.

    Pour votre information, la parution du livre donne déjà lieu à quelques articles, que vous pourrez consulter en activant les liens ci-dessous :

     

    1- https://www.wipplay.com/blog/2020/08/06/reine-de-la-patate-ou-les-cantines-du-detour-par-francoise-chadaillac/?fbclid=IwAR0xsnB4rDcIiuNtZe6MlqF90-WGwPdfbk6dG2Qb9VFrDx6nhf-bUGS2KYE

    2- https://loeildelaphotographie.com/fr/francoise-chadaillac-la-reine-de-la-patate-ou-les-cantines-du-detour/

    3- https://www.artistikrezo.com/art/francoise-chadaillac-faire-que-le-banal-ne-soit-plus-ordinaire.html

     

  • Sortie imminente de "La Reine"

    Enfin! Encore un tout petit peu de patience...

    "La Reine de la patate ou Les cantines du détour" après ce long confinement ne va pas tarder à arriver.

    Sortie prévue en librairie fin août aux Editions Loco.

    A très bientôt donc.

    En attendant, voici quelques images des contreparties dont certains d'entre vous vont bénéficier. (Surtout, ne pas se fier au rendu colorimétrique des documents...).

  • La reine et sa suite

    Chers tous,

    Les temps sont à l’inquiétude pour chacun d’entre nous.

    Pour ne pas rajouter à  l’expression du malheur, plus tragique encore pour certains, j’ai endossé pour quelques minutes le destin de Perrette et de son pot au lait de l’ami La Fontaine - que vous retrouverez coincé entre guillemets. A la plainte, j’ai préféré la dérision et la légèreté, en racontant un peu les embûches de ce livre, en me moquant d’une situation invraisemblable et, au passage, un peu de moi.

    Etant donné la longueur du texte, je ne pourrai pas l’envoyer d’un seul tenant. Vous le recevrez donc en plusieurs épisodes. En attendant la sortie du livre, amusez-vous bien et protégez-vous pour protéger les autres. A bientôt avec d’autres nouvelles réconfortantes. Et dans peu de temps, le coronus virera !

     

    Suite et fin de la fable écrite par notre Françoise.

     

    L’infortune s’obstine comme par le passé.

    Quel est ce sort fatal qui s’acharne,

    Accable et détrône avant l’heure

    Et les rois, et les reines de toutes conditions ?

    Celles et ceux qui, nichés

    Au creux de leurs camions, s’activent

    Pour nous confectionner

    En un rien de temps, de quoi dompter la faim. 

    Vite, un cornet de frites!                                       

    Mais je vous le promets,

    Rois et Reines du sandwich en plein air,

    Aristocrates de la patate,

    Héritiers silencieux du génial Parmentier,

    Qui sauva de la mort nombre de citoyens,

    Le coronavirus n’aura pas votre peau.

    Il faudra juste attendre un p’tit peu plus longtemps,

    Pour vous voir apparaître sur les pages

    D’un tout modeste livre qui veut vous rendre hommage.

    Nous ne nous résignerons pas cette fois-ci encore

    Á être « gros Jean comme devant »,

    Comme l’écrit l’ami Jean,

    Et partageons de sa sagesse en faisant nôtre son adage,

    « Patience et longueur de temps font ni que force ni que rage."

     

     

    D'autres nouvelles dans les prochaines semaines, à très vite!

    La frite

  • La reine et sa suite

    Chers tous,

    Les temps sont à l’inquiétude pour chacun d’entre nous.

    Pour ne pas rajouter à  l’expression du malheur, plus tragique encore pour certains, j’ai endossé pour quelques minutes le destin de Perrette et de son pot au lait de l’ami La Fontaine - que vous retrouverez coincé entre guillemets. A la plainte, j’ai préféré la dérision et la légèreté, en racontant un peu les embûches de ce livre, en me moquant d’une situation invraisemblable et, au passage, un peu de moi.

    Etant donné la longueur du texte, je ne pourrai pas l’envoyer d’un seul tenant. Vous le recevrez donc en plusieurs épisodes. En attendant la sortie du livre, amusez-vous bien et protégez-vous pour protéger les autres. A bientôt avec d’autres nouvelles réconfortantes. Et dans peu de temps, le coronus virera !

     

    Puis survint, pour compléter l’histoire,

    Tel le fourbe renard,

    Un coronavirus, marque d’une mise en bière

    Plutôt que d’une bonne bière,

    Bousculant tout sur son passage,

    Désertifiant déserts, villes et paysages,

    Faisant entrer dans l’ombre

    La moindre tentative d’entrevoir la lumière,

    Pour une fois si vraie, si proche,

    Mais si fragile aussi, la preuve.

    Telle une pieuvre

    Dedans ses tentacules,

    Etouffant tout espoir,

    Jetant ses encres noires sur l’avenir radieux !

    Magazines, signatures, adieu!

    Adieu Arles, expositions,

    Adieu vie riche et hauts d’affiches.                                                              

    Framboise d’un œil marri regarde dépitée

    S’évanouir promesses et bienfaits

    Un peu trop vite imaginés.

     

    A suivre,

  • La reine et sa suite

    Chers tous,

    Les temps sont à l’inquiétude pour chacun d’entre nous.

    Pour ne pas rajouter à  l’expression du malheur, plus tragique encore pour certains, j’ai endossé pour quelques minutes le destin de Perrette et de son pot au lait de l’ami La Fontaine - que vous retrouverez coincé entre guillemets. A la plainte, j’ai préféré la dérision et la légèreté, en racontant un peu les embûches de ce livre, en me moquant d’une situation invraisemblable et, au passage, un peu de moi.

    Etant donné la longueur du texte, je ne pourrai pas l’envoyer d’un seul tenant. Vous le recevrez donc en plusieurs épisodes. En attendant la sortie du livre, amusez-vous bien et protégez-vous pour protéger les autres. A bientôt avec d’autres nouvelles réconfortantes. Et dans peu de temps, le coronus virera !

     

     

    Framboise là-dessus s’en revint de son rêve.

    Dans le milieu photo, comme partout ailleurs,

    Á part quelque exception,

    C’était du « marche ou crève ».

    Les rêves, se dit-elle, sont aux pauvres cervelles

    Ce que les yeux sont au ventre, trop gros.

    Ce n’est pas aujourd’hui que je recueillerai

    Le fruit de mes photos.

    Elle ne put qu’au final pendant toutes ces années

    Égrener tant bien que mal

    - Et plutôt mal que bien - quelques expositions,

    S’offrir piètres babioles et puis quelques bonbons.

    Mais un jour enfin, rencontra l’enchanteur

    Qui n’a pas pour nom le célèbre Merlin,

    Mais Eric, Eric Cez qui rompit cette ascèse,

    Qui avait dans son sac, lui, plus d’un tour

    Et qui sortit de l’ombre, quarante années plus tard

    La Reine de la patate et cantines du détour.

     

    A suivre...