Attention, notre site pourrait mal s'afficher ou mal fonctionner sur votre navigateur.
Nous vous recommandons de le mettre à jour si vous le pouvez.

Mettre à jour
Je ne peux/veux pas mettre à jour mon navigateur
BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

Raviolis pour tous

Le projet le plus fou de livre culinaire : la bible des raviolis du monde.

À propos du projet

MERCI À TOUS. Vous m'avez tant donné d'énergie, de chaleur, et de motivation, que ce livre s'annonce tout simplement formidable... Vous le méritez bien, et les raviolis aussi ! 

Comme nous avons dépassé les 138%, je pourrai financer un voyage supplémentaire en Chine... Et un billet d'avion pour l'Azerbaïdjan grâce aux 300 derniers Raviomiles ! Première étape de mon voyage, dès ce mois de février : l'Italie du Nord, de Gênes à Venise en passant par Bologne...

BANZAIII !!!!

_________________________________________________________

OBJECTIF DIM SUM ATTEINT !

__________________________________________________________________

Le premier livre de l'histoire qui parle de TOUS les raviolis du monde : grâce à vous, ce projet sera bientôt une réalité ! Songez-y, y a-t-il un plat qui soit aussi varié et mette l'eau à la bouche de tant de millions de Terriens ? Ce livre doit tout simplement arriver !

Tout le monde les adore ! Des bouis-bouis vietnamiens aux ports de la Baltique, de la Bavière au Tamil Nadu en passant par les plateaux sibériens ou le Shanxi, on le hume, on le croque, on le vénère : en Chine, en Italie, en Inde, en Russie, le ravioli, c'est la fête !

On en compte des centaines de variétés. C'est le plat qui revigore, c'est celui qui apaise. La nourriture des jours fastes et des lendemains difficiles. 

Et puis, c'est celui qu'on fait en famille. Tout le monde s'y met et on peut y mettre ce qu'on veut. Et tout le monde est content : les viandards, les végétariens, les sans gluten, les halal et les à l'huile… 

Et ce que l'on partage, dans tous les pays, je veux vous le faire partager aussi. Je veux vous faire entrer dans l'intimité des familles, dans le plus de pays possible, pour vous raconter comment on y cuisine et, du coup, comment on y vit.

À travers anecdotes, reportages et explorations historiques, je me propose de vous faire le tour du monde des raviolis, partout où je pourrai me rendre, de France jusqu'au Japon, en passant bien sûr par la Chine, l'Italie, la Corée, l'Asie centrale, l'Inde, la Turquie, la Géorgie, la Russie, l'Ukraine et la Pologne, l'Allemagne ou la Suède. Une quête toujours en cours, qui pourrait bien nous emmener même en Afrique et en Amérique…

Il y aura bien sûr des recettes et des conseils pratiques ! Car en vous racontant toutes ces histoires, ce que je veux vraiment, c'est vous donner l'envie de faire comme moi : d'enfiler votre tablier et de rameuter la famille et les copains pour cuisiner ensemble, car c'est là qu'on s'enrichit vraiment !

Pour résumer, ce n'est pas qu'un livre. Je veux lancer un mouvement !

Likez la page Facebook et écoutez ici une récente interview sur le projet, donnée à Radios Libres en Périgord (chouettes photos inside) :

(n'hésitez pas à brancher les sous-titres)

À quoi va servir le financement ?

J'ai déjà la matière dont j'ai fait l'usage pour ma série dans Libération, en 2012 (voir ci-dessous). Mais pour pétrir la pâte dont sera faite mon livre, j'ai besoin d'ingrédients de première main ! Ce ne sera pas une compilation de recettes ou d'anecdotes glanées sur le net. Pour parler des hommes, j'ai choisi de parler de leur nourriture; mais pour cela je dois aller à leur rencontre, pétrir, humer, goûter et partager ce plat convivial par excellence.

Vos dons me serviront donc à financer au moins trois reportages, les plus importants pour moi : 

- en Italie, la patrie du ravioli, début février - donc juste après la collecte ! Je n'en connais que le Piémont, il me reste donc du chemin à travers les dizaines de variétés de pasta ripiena que compte le pays. J'en traverserai le Nord de part en part, en partant de Venise et ses raviolis à l'artichaut jusqu'à Gênes et ses pâtes aux fruits de mer et aux herbes aromatiques, en passant bien sûr par la région reine des tortellini et cappelletti : l'Emilie-Romagne, et ses rivales Bologne et Modène, sans oublier Ferrare.

- en Inde (du Sud), où le modak fait office d'offrande lors des fêtes de Ganesh, qui ont lieu cette année du 25 août au 5 septembre. J'avais triché dans ma série pour Libération en trouvant des Indiens à Paris… Mais pour vraiment sentir l'ambiance des fêtes de Ganesh, y'a pas, il faut se déplacer ! J'y partirai deux semaines, normalement dans le Maharashtra (où, en plus du traditionnel ravioli à la noix de coco, on en fait au poisson), mais il est encore possible que je change mon fusil d'épaule pour aller dans le Tamil Nadu.

- en Corée (du Sud aussi) où le ravioli joue un rôle similaire lors des cérémonies religieuses du Chuseok, cette année du 3 au 5 octobre. J'irai dans les montagnes du Gangwon, où les tantes et mères de la vieille génération font encore des songpyeon, ravioli sucré à la pâte de sésame ou de haricot rouge, et à Séoul, où la jeunesse se révolte contre le ravioli maison et préfère l'acheter chez le traiteur.

L'essentiel des frais consiste en billets d'avions ou train, ce qui est le plus difficile à faire rembourser par les rédactions qui pourraient me financer par ailleurs, et le plus compliqué en termes de trésorerie. Je devrai aussi payer sur place des fixeurs ou interprètes, ainsi que des visas et un peu de matériel, et pas mal de livres pour me documenter. Surtout, je vais financer de mon côté d'autres reportages : Ukraine, Allemagne, Drôme (les fameuses ravioles de Romans !), et un retour en Géorgie. Comment ? En vendant des articles à des journaux ou magazines pour lesquels je travaille, comme Libération ou Régal, ou en démarchant les offices de tourisme.

Et plus vous vous impliquerez et plus il me sera possible d'envisager des projets fous, comme un voyage en Asie centrale, paradis des manty en tous genres !

Si grâce à vous, l'objectif initial est dépassé, alors je financerai un reportage en Chine ! Je connais déjà un peu celle du Nord, celle des jiaozi, les raviolis de farine de blé, mais j'ignore complètement la culture cantonaise des dim sum et du yum cha. Il me faut absolument aller là-bas !

LES CONTREPARTIES

- Trois cartes postales avec de fabuleuses recettes personnalisées, issues de mes reportages ou de mon héritage familial : les jiaozi de ma grand-mère née en Chine; le khinkali géorgien, à mon avis, le meilleur ravioli au monde, avec son petit chapeau et son bouillon; et l'agnolotto du Piémont italien, riche et subtil.

- Un magnifique fanzine après chaque reportage, pour vous tenir au courant de l'avancée du projet, mais aussi vous abreuver en anecdotes de voyage, en bons plans, adresses et recettes !

- Les Conférences du Ravioli® : un format journalistique en plein renouveau ! À l'instar de ce que fait Live Magazine, plus modestement peut-être, je viendrai devant vous après chacun des trois reportages, dans une salle parisienne, pour vous raconter tous les détails de mon voyage, les histoires, les coulisses, les surprises et les déconvenues... Les contributeurs recevront en même temps le fanzine et peuvent s'attendre à une surprise... délicieuse à la fin ! Ceux qui ne peuvent pas se déplacer pour des raisons de dates ou parce qu'ils n'habitent pas à Paris recevront le fanzine et pourront assister à la conférence par retransmission en ligne. Selon la demande et mes déplacements, je pourrai même en organiser dans d'autres villes, donc, amis Lyonnais, Rennais, Montpelliérains et autres, soyez nombreux à me soutenir !

Bon à savoir : si nous atteignons ensemble l'objectif Chine, il y aura non seulement une carte postale inédite, mais bien sûr un fanzine et une conférence supplémentaires !

- LE MANUSCRIT ! Récompense exclusive, limitée à 10 personnes. Vous pourrez lire le manuscrit avant même son envoi à l'éditeur et pourrez me faire toutes vos remarques et suggestions, dont je tiendrai compte au maximum.

- MASTERCLASSES : Et maintenant, on plie ! Comme je le fais déjà depuis plusieurs années avec mes amis, et à présent avec l'association du Bien manger, je vous apprendrai en petit comité à pétrir, hacher, rouler et plier pour faire de vous de parfaits ravioleurs... En vous racontant bien sûr tous mes voyages passés et à venir. Il y aura trois sessions (une par type de ravioli), à la date qui convient aux six participants.

(oui, c'est moi au fond. Crédit photo : Denis Saillard, de l'association Le Bien Manger)

- LE TOP DU TOP : les plus grands contributeurs pourront m'accompagner de près tout au long du projet. Et à partir de 500 euros, vous pourrez carrément choisir un pays comme lieu de reportage. Je lui consacrerai un chapitre spécial, qui vous sera dédié !

Je ne peux malheureusement pas vous promettre le livre en papier, car je ne suis pas engagé fermement avec un éditeur et si certains se sont montrés intéressés, ce n'est pas au point de financer le livre ou de s'engager à fournir des exemplaires d'avance. D'autre part, il ne devrait pas sortir avant 2018. Mais cette collecte me servira aussi à attirer l'attention d'autres éditeurs !

À propos du porteur de projet

Bon, depuis ce voyage en Italie, j'ai tombé les lunettes et la moustache, mais à peu de choses près, vous voyez le tableau : un type gourmand, qui n'en perd pas une miette.

Journaliste pigiste (indépendant) depuis 2005, j'ai passé la première moitié de ma carrière à l'étranger, entre Géorgie, Russie et pays voisins, où j'ai travaillé comme correspondant pour la presse francophone : Libération, Ouest-France, RFI, Radio France, AFP, France 24... Je suis rentré en France il y a presque six ans. Maintenant, je me spécialise de plus en plus sur l'alimentation dans tous les sens : je fais aussi bien des reportages sur les petits producteurs que des enquêtes sur la restauration collective, ou des séries sur l'histoire et l'origine des plats.

Alors, pourquoi la bouffe ? Pourquoi les raviolis ? Tout a commencé quand j'étais petit et que je dévorais les jiaozi de ma grand-mère, née en Chine. Au fur à mesure de mes voyages, je me suis aperçu que nombreux étaient les pays où l'on raffolait aussi des pâtes farcies, et que chaque nouvelle variété apportait aux amateurs la même surprise enfantine. Et j'ai développé en Géorgie une vraie passion pour son sommet culinaire, le khinkali.

En 2012, j'ai consacré une série de reportages aux raviolis du monde pour Libération (voir ci-dessous). Je me concentrai sur six d'entre eux : le jiaozi chinois, le pelmeni russe, le khinkali géorgien, le kozzakkatai indien, l'agnolotti italien et la raviole française.

La voici en accès libre : les images sont cliquables.

Pour avoir toutes les news sur l'avancée du projet, mais aussi des photos, vidéos, astuces, anecdotes, jeux-concours et recettes bonus, rendez-vous sur ma page Facebook !

FAQ

  • Est-ce que je peux payer en chèque ?

    Bonjour ! Oui, c'est possible, même si ce n'est pas le mode de paiement qui m'arrange le plus, il n'y a aucun problème ! Contactez-moi par mail pour obtenir mon adresse postale : eguillemain(arobase)gmail.com

    Dernière mise à jour : il y a 3 ans, 2 mois