Attention, notre site pourrait mal s'afficher ou mal fonctionner sur votre navigateur.
Nous vous recommandons de le mettre à jour si vous le pouvez.

Mettre à jour
Je ne peux/veux pas mettre à jour mon navigateur
BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

Randonnée Musicale de Eric Longsworth sur le sentier des Huguenots

Le Film

À propos du projet

La rencontre d’un engagement humaniste d’une nouvelle aventure artistique

Comme sa musique Eric Longsworth est généreux, attentif aux autres, ouvert au monde. A l’image de ses créations et de ses expériences artistiques, Eric est libre, singulier, sensible, imaginatif.

Sa musique aime se déployer, prendre le temps, chevaucher les frontières, traverser les espaces, relier les continents. Elle aime embrasser amplement les paysages humains chers à Nazim Hikmet.   

Eric Longsworth aime marcher. Cela n’est pas étonnant. Il aime surprendre. Son parcours, ses choix instrumentaux le prouvent.

Ce qu’il fait, ce qu’il entreprend est singulier, inédit. A mille lieues du showbiz, hors des formats mercantiles. Exit les conventions et autres calculs. Car Eric Longsworth est un idéaliste, un altruiste, un explorateur, un citoyen du monde.

Je n’ai pas été surprise – mais emballée-  lorsqu’il a évoqué son nouveau défi : une randonnée musicale sur le sentier des huguenots. L’aventure est généreuse, courageuse. Elle fait la part belle à l’humanité, à la fraternité, au partage, à l’imprévu.

Allez ! En route pour une nouvelle histoire humaine et musicale, une belle histoire de rencontres et de découvertes.

Latifa  Madani, journaliste

Le projet de randonnée musicale

Eric Longsworth, compositeur, violoncelliste, partira le 28 août 2016, marcher 400 kms sur le célèbre parcours d'exil des protestants au 17ème siècle, le Sentier des Huguenots.

Il ne s'agit pas d'une simple randonnée. Eric part avec son violoncelle sur le dos à la rencontre des gens, en invitant toutes les personnes intéressées, des musiciens, des musiciennes, des artistes, des citoyens, à partager ces moments d'échange sur les diverses étapes du sentier des Huguenots. Eric invite qui le souhaite à le rejoindre. Chaque soir, accueillit chez l'habitant, il va proposer un mini concert et toute personne qui le souhaite pourra se joindre à lui pour jouer, improviser, échanger, dialoguer …

Eric « vit » son métier comme une remise en question perpétuelle. En permanence, il est à la recherche de nouvelles sonorités, de manières de jouer, de rencontres musicales et d'aventures humaines.

Plus jeune, Eric a beaucoup marché seul dans le Yukon, il a traversé les Rocheuses et l’Alaska toujours à pieds. Ces voyages lui ont inspiré entre autre les musiques de l’album solo « I Hear You ».

L’aventure musicale qu’il propose aujourd’hui est un projet singulier qui favorise le partage, les échanges artistiques et qui ouvre le dialogue. Au hasard des rencontres un peu comme une improvisation musicale, il va partir sur le sentier des Huguenots pour jouer et improviser des rencontres.

« Je souhaite que cette aventure artistique vienne aussi en résonnance avec l’actualité. Que la situation critique actuelle de ces hommes, ces femmes et ces enfants réfugiés arrivant en Europe aujourd’hui par milliers, trouve écho avec l’histoire des protestants français obligés eux aussi, de quitter leur pays il y a trois cents ans. » Eric Longsworth

Le Projet du film

Raconter une histoire, celle de la randonnée musicale de Eric Longsworth et des rencontres qu’il fera tout au long des 400 kms de marche. Romain Saudubois sera aux côtés de Eric Longsworth pour filmer ses traces, son passage, les gens, les paysages, les lieux historiques … . Il part seul le 28 août, il invite les personnes intéressées à venir le rejoindre pour marcher ensemble. Son projet est ouvert, collectif, et participatif. Il rêve que de cela et que chacun puisse y trouver sa place.

Romain Saudubois marchera les 400kms avec une caméra et un micro, pour capter tout au long de cette marche les histoires, les rencontres et la musique.

Ce film sera pour la forme, comme une caméra embarquée, au plus proche des événements et des discussions. L’œil du caméraman cherchera le sens à donner et à voir par les images qui rendent au plus juste le vécu du projet.

La musique et les rencontres seront au centre du film. Comme moyen de communication et pour partager les émotions qui unissent : l'amour, la mort, la peur… et sans doute tout un tas d'autres sentiments et d’émotions. Qui sais où ce projet peut les emmener.

Vivre de l'intérieur cette rencontre. « Sur les traces de Eric Longsworth », le film fera son chemin aux sons des échos du passé et de l’actualité, des improvisations actuelles. Laissons place aux questionnements que suscitera ce film et à l'émotion que provoquera l'engouement d’un musicien au service d'une démarche singulière.

Ce film documentaire s'écrira « pas à pas », au fil de la marche, des rencontres, des journées et des soirées musicales.

Le sentier « Sur les pas des Huguenots » 

Le sentier suit le tracé historique de l'exil des Huguenots dauphinois vers l'Allemagne et la Suisse après la révocation de l'Edit de Nantes (1685-1690). La partie française du sentier jusqu'à la borne frontière suisse à Chancy représente 400 kms de chemin et se découpe en plusieurs étapes.


Le sentier démarre au Poët Laval au Musée du protestantisme Dauphinois dans la Drôme. Il frôle la Forêt de Saou, fait une petite incursion dans le Parc Naturel Régional du Vercors par le Col de Menée et traverse ensuite l'Isère par le Trièves, la Matheysine et le Pays Vizilois. Entre Grenoble et Barraux le chemin traverse le Grésivaudan en longeant le Parc Naturel Régional de la Chartreuse. Historiquement c'est à hauteur de Fort Barraux que l'itinéraire entre en Savoie. Après Chambéry il contourne le Lac du Bourget par l'Est, traverse Aix les Bains et suit les berges du lac jusqu'à la Chautagne. Ensuite en Haute-Savoie, ce sont les reliefs de la vallée du Rhône et du plateau du Vuache qui indiquent le passage naturel pour Genève et le Musée International de la Réforme. Tout au long du chemin, différents sites naturels, patrimoniaux et culturels sont ainsi à découvrir.

Le chemin français se dote progressivement d'un balisage spécifique et d'un topoguide. Il existe également, en parallèle du tracé principal, des variantes, des bifurcations vers des sites patrimoniaux et des boucles locales ayant un intérêt thématique.

Chaque année, plusieurs manifestations et / ou rassemblements d'envergure nationale ou plus locale sont organisées par l'Association Nationale ou par les partenaires du projet dans les différents territoires le long du tracé français.

A propos des porteurs du projet

Eric LONGSWORTH

Eric Longsworth, Américain maintenant installé en France, ce compositeur et violoncelliste, est un de ces artistes "inclassables", aux confluents de plusieurs styles. Jouant sur les cordes frottées, pincées, frappées, Eric laisse une empreinte extrêmement personnelle, il crée un univers musical singulier qui marie le jazz et divers courants des musiques actuelles avec une grande sensibilité. Chargée d’émotivité sa musique « raconte » une multitude d’histoires qui touchent les publics les plus divers.
Doté d’un sens évident du rythme et d’une capacité rare à créer une ambiance, ce virtuose du violoncelle tire de son instrument électrique autant de mélodies captivantes que d’harmonies inédites : « Un monologue espiègle (…) qui ne ressemble à rien de commun et c’est déjà une promesse en soi ! », remarquait si justement un critique du journal Le Monde.

www.eric-longsworth.com

Né en 1959, élève de Gary Hoffman et de Janos Starker à l’Université de l’Indiana, le violoncelliste côtoie l’univers de jazz avec David Baker, un des plus grands pédagogues nord-américain. La formation classique amène Eric Longsworth à jouer pendant 4 ans dans diverses formations orchestrales de Houston, dont l’orchestre symphonique et l’orchestre symphonique de Houston.

 Attiré par d’autres courants musicaux, il approfondit ses études à Banff (Alberta – Canada), où il participe à des ateliers avec Dave HOLLAND, Dave LEIBMAN, John ABERCROMBIE, Steve COLEMAN. Eric Longsworth, qui confie vouloir, depuis son plus jeune âge, faire de la musique « différemment », y découvre le plaisir de l’improvisation. Sa sensibilité pour le rythme des autres formes musicales pèsera lourd dans sa décision de « quitter » le violoncelle classique pour voguer vers d’autres horizons.
Il s’installe à Montréal où il est d’abord remarqué au sein des groupes Icarus et Contrevent, avant d’attirer l’attention des critiques avec la sortie de son premier album, en violoncelle solo, I hear you, en 1997. Après une importante série de spectacles et de nombreuses participations à divers événements de la vie musicale canadienne, Eric Longsworth sort un deuxième album If trees could fly, en duo avec le contrebassiste Marc Johnson, en 1999. Au printemps 2001, Eric Longsworth récidive avec des compositions pour trois instruments : le violoncelle électrique, l’accordéon et les percussions, et invite respectivement Daniel Mille et Pierre Tanguay, pour cet album « Sans souci ». C'est en France depuis 14 ans que Eric crée, rencontre, enregistre ses nouveaux projets.

En 2007/2010 le quartet « A ciel Ouvert », et le «  Jazz fait son cirque» tiré du spectacle qui  s’est joué plus de 140 fois en France.

Les chemins avec Perrine MANSUY, pianiste se croisent. Leur sensibilité partagée, leur attirance pour les mélodies issues du folk, de la pop, du jazz et du classique les rendent complices. L'accordéoniste Daniel MILLE, partenaires de jeu, ils se retrouvent autour de leurs compositions, entre la world, le classique et le jazz. Sur scène, la complicité immédiate de ces musiciens s’impose comme une évidence

« KORAZON » avec Chérif SOUMANO et Jean Luc DI FRAYA est paru novembre 2012 et le WORLD KORA TRIO tourne depuis en France, en Amérique du Nord, au Mexique, au Pérou et en Afrique de l’Ouest. Le deuxième album « UN POISSON DANS LE DESERT », avec David MIRANDON, est paru en mars 2015 …

Eric a participé  au printemps 2014 à l’enregistrement du prochain disque de la pianiste Perrine MANSUY, et aussi à l’enregistrement de l’album de la chanteuse Pura FE et du guitariste Mathis HAUG.

Eric Longsworth est artiste invité de la SMAC la Cordonnerie de Romans (26) et il est accompagné par Passé Minuit. Ses projets sont soutenus par la Spédidam, l'ADAMI, le FCM, la Région Rhône Alpes, le Conseil Départemental de la Drôme.

Romain Saudubois, vidéaste / photographe

L'auteur du film

http://coqdebruyere.tumblr.com/

Romain aime aussi marcher. Depuis longtemps, il rêve de partir seul sur les sentiers, parcourir des régions et traverser des paysages. La marche cadence l'esprit autant qu'elle lui fournit une énergie bénéfique. Il a récemment traversé à pied et seul le Morvan, région calme, et riche d'une histoire de la résistance.

Pour lui, ce projet a du sens. La marche, la musique, l'improvisation, la nature, sont des thèmes qui résonnent pour lui. La démarche de Eric l’a tout de suite conquis. Marcher pour aller vers. Un sentier comme lieu d'accueil perpétuel, témoin de passage. Il sera le témoin de ce passage, de ces rencontres et de ces échanges, il sera là pour garder une trace. Il souhaite faire un film sur cette «Aventure Musicale ». Il lui semble intéressant de recueillir les témoignages, de partager ces concerts, et de filmer l'improvisation perpétuelle, l'aventure humaine, le recueillement éventuel, la joie assurée. Si le film avance à 25 images par secondes, la marche avancera au rythme des rencontres, de la musique, de la nature, et des discussions. Une cadence dont les seuls participants seront garants d'assurer…Grand voyageur dans l'âme, Romain aime explorer le Monde caméra à l’épaule et le cœur ouvert.

Né en 1987 dans la douceur angevine sur les bords de la Loire, très jeune le cinéma prend une place importante dans sa vie. Romain participe entre autre au Festival Premiers Plans à Angers, grand lieu de découverte du cinéma européen, et de rencontre avec les réalisateurs.

Après deux années en BTS audiovisuel à Montaigu en Vendée, il sort avec une expérience et une qualification qui lui permet de travailler dans l'audiovisuel. Il prend des cours de cinéma à Paris 8 Vincennes/Saint-Denis, pendant deux années. Il réalise un premier essai documentaire sur l'épicerie en bas de sa rue à « La Chapelle », sous l'oeil du cinéaste documentariste Henri François-Imbert.

Sa passion pour la nature le mène ensuite à suivre un Master en cinéma animalier, à Ménigoute, dans les Deux-Sèvres (Poitou- Charente). Il réalise deux films, «Les frères Braconnier », et « Ma Nature », traitant de manière très différente de la place de l'homme dans la nature.

Après six années d'études, Romain réalise des vidéos de création originales pour des associations culturelles, danse, théâtres et musique principalement. En parallèle, il travaille sur les plateaux de tournage ou il découvre les coulisses du cinéma (« Deux nuits », de Denys ARCAND / « Les jours venus », de Romain GOUPIL / « 3 Souvenirs de ma jeunesse », de Arnaud DESPLECHIN). Il devient cadreur dans le milieu culturel. Il travaille pour CultureBox, Mezzo, ArteConcert, France 2 et France 3 sur des captations  de spectacles en direct ou pour l'archivage INA.

En 2013, il travaille pour la première fois sur un tournage animalier comme assistant, puis en 2015 il est chef opérateur animalier pour un documentaire français diffusé sur France 2 « Les Supers Papas de la Nature » réalisé par Pascal Cardeilhac et produit par la MFP.

En 2016, Romain Saudubois est toujours cadreur et participe à divers projets de film en cours d'écriture. Son intérêt porte sur la place de l'homme dans la nature, les animaux, et les sujets de sociétés liés aux injustices.

Grand voyageur dans l'âme, Romain aime explorer le Monde caméra à l’épaule et le cœur ouvert.

À quoi va servir le financement ?

Romain Saudubois marchera caméra à l’épaule durant les 24 jours de randonnée pour filmer l'aventure musicale. 

La production d'un film se partage en trois étapes : la 1ère est celle de la préparation (repérage, écriture du film, etc). La 2ème est celle du tournage. La troisième est celle de la post-production (finalisation du film). Ces trois étapes sont cruciales.

Le budget global du film s'élève à près de 14 000 €.

La partie "tournage" (location matériel de prise d'image et de son, salaires) du film est assurée par la production Passé Minuit.Ce budget prévisionnel s'élève à environ 9 000 €.

Le budget prévisionnel de la "préparation" est de 800 €. Cette partie est prise en charge par les porteurs du projet.

Le budget prévisionnel de la "prost-production" s'élève à environ 4500 euros. C'est pour cette deuxième étape que nous vous sollicitons, chers ululeurs.

Il est primordial pour finaliser ce projet de film de recueillir au minimum un budget de 4500 euros pour la post-production (montage des images, mixage des sons, étalonnage, graphisme, DVD, etc...).

Avec cette étape de production, le film peut exister. Ce financement participatif complémentaire est indispensable. Merci de rendre possible ce film.

À propos du porteur de projet

Passé Minuit une association engagée

Passé Minuit, c’est avant tout une association de femmes et d’hommes qui s’activent à inventer et à construire des projets, des moyens de rapprochement entre « l’œuvre » et les populations. C’est toujours avec ardeur et ce désir puissant de servir la culture comme lien, comme liant entre les personnes. Raccourcir l’écart entre l’offre culturelle et les populations éloignées physiquement, psychiquement ou socialement, rassembler autour d’un projet voilà ce qui caractérise certainement l’engagement de Passé Minuit.

Production / Projets de Territoires Pascale GRAHAM / [email protected] / 06 23 58 07 36

Chargée de production  Charlotte FLEURY / char[email protected]

1 Théâtre de Verdure, 26230 Chantemerle lès Grignan [email protected] 06 23 58 07 36

Association 1901 / licences 2* 1044948/ 3*1044949/ Siret 530 745 504 00015 – APE 9001Z