Attention, notre site pourrait mal s'afficher ou mal fonctionner sur votre navigateur.
Nous vous recommandons de le mettre à jour si vous le pouvez.

Mettre à jour
Je ne peux/veux pas mettre à jour mon navigateur
BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp

Quinzaine Amazonienne

un événement au service des indiens et de la forêt amazonienne

À propos du projet

Coeur de Forêt et Akiri présentent 

La Quinzaine Amazonienne c'est des projets pour défendre la Forêt Amazonienne et ses Peuples Natifs.

La 1ère édition de ce rendez vous incontournable a eu lieu du 24/11 au 06/12/2014 à Paris

A l'occasion de cette 1ère edition annuelle Paris a plongé au coeur de l’Amazonie avec la présence exceptionnelle de 3 chefs indiens : Benki Piyâko Ashaninka BRÉSIL, Puwê Luis Puyanawa BRÉSIL, Walter Lopez Shipibo PÉROU réunis autour de plusieurs événements.

Vous avez été très nombreux à nous rejoindre au fil des jours, d’abord à La Bellevilloise, où le premier jour de la Quinzaine Amazonienne 2014 restera dans nos mémoires comme un véritable succès, puis les jours suivants à l’Espace Krajcberg et à la Maison de l’Amérique Latine , où nous avons toujours fait salle comble (parfois même jusqu’à vouloir pousser les murs pour vous permettre de tous assister aux échanges avec les indiens).

Votre intérêt, et votre soutien, pour les leaders indiens et pour nos projets nous ont beaucoup touché.

Nous espérons de tout cœur vous avoir touché en retour et vous avoir transmis la flamme pour défendre l’Amazonie et les peuples qui y vivent depuis des millénaires. Nous avons tous pu expérimenter pendant cette Quinzaine que nous faisions partie d’un tout, que nous partagions un patrimoine universel. Toute l’équipe Cœur de Forêt et Akiri vous remercie.

La 1ère édition de la Quinzaine Amazonienne a été : Une tribune, une immersion, un éveil, la possibilité de s’entretenir dans l’intimité avec ces leaders, mais aussi l’occasion de participer à la naissance de deux grands projets portés par ces peuples, comme outils pour répondre aux pressions de plus en plus importantes qui s’abattent sur la forêt des origines et ses gardiens.

Les chiffres de la Quinzaine Amazonienne 2014 :

Public déplacé sur les événements :1000 personnes !

Followers sur la page facebook de la Quinzaine Amazonienne en 1 mois : 664 !

Bénévoles, soutiens, organisateurs, conseillers :130 !

Presse : 

- Interview avec Le Monde "La Nature n'est pas un business" : http://voyages.blog.lemonde.fr/2014/12/08/la-nature-nest-pas-un-business/

- Emission sur La Locale, replay disponible :

- Article A/R Magazine Voyageur :http://www.ar-mag.fr/bresil-acre-terre-des-origines/

- Interview sur Radio Nova, l'invité de la matinale:http://www.novaplanet.com/radionova/38160/episode-une-matinale-en-terres-indiennes

- Interview avec Plantes & Santé Magazine http://www.plantes-et-sante.fr/article/confidences-d-un-chaman-amérindien-interview-exclusive-en-partenariat-avec-la-quinzaine-amazonienne.html

Ce n'est que le début, d'une très belle aventure...

La Quinzaine Amazonienne n'est pas un projet ponctuel !

Le lancement de la première édition de la Quinzaine Amazonienne est un point de départ pour un grand rendez-vous annuel, mais également pour des rendez vous ponctuels tout au long de l'année afin de vous informer sur l'avancement des projets soutenus. 

- L’Expédition Tsonkiri Mai 2015

Initiatique : le mot est lâché ! Dans ce périple comme dans une enquête, investiguant dans les profondeurs de la forêt amazonienne, Benki Piyâko Ashaninka et sa famille partent au Pérou à la recherche des trois derniers maîtres chamanes survivants. Son objectif: s’initier pour ne pas perdre les 5000 ans d’histoire de son Peuple. Les Ashaninkas sont originaires des contreforts de la Cordillère des Andes. Tout en remontant le temps pour retrouver les sites sacrés et les gardiens des origines Ashaninkas, l’expédition Tsonkiri va permettre de fédérer les peuples pour coordonner une protection de cette forêt frontière et de ses savoirs ancestraux. Puwê Puyanawa et Walter Lopez Shipibo prendront part à l’expédition.

Akiri part en expédition en Mai 2015.

L' Expédition Tsonkiri à pour finalité un film de 52 mns dont le personnage central est Benki, un film de 26 mn monté dans la communauté pour le peuple Ashaninka, un livre et une exposition photographique de Anouk Garcia. Ce film diffusé à la télé française partira en tournée dans le monde dès Novembre 2015.

- Le Festival Shipinawa Bakebo Août 2015

Faire revivre et célébrer les traditions Shipiba, c’est l’objectif de ce festival inédit où Walter Lopez Shipibo, jeune leader spirituel réunira pendant 5 jours tous les anciens de la région de l'Ucayali, afin qu’ils transmettent aux nouvelles générations, les fondements de la culture Shipiba. Ouverte sur l’extérieur, cette fête est un sôcle pour sceller les alliances entre les peuples.

Les indiens shipibos représentent aujourd’hui le « Berceau Spirituel » du bassin amazonien et sont les dépositaires de connaissances ancestrales de la médecine par les plantes. Leur patrimoine est menacé car la communauté est dispersée, sans une vraie unité décisionnelle et politique. 

Le Festival Shipinawa Bakebo va permettre la création d'un lieu de rencontre, d’échanges et de décisions politiques. Il sera également le lieu privilégié pour transmettre aux plus jeunes les connaissances détenues par les anciens. Les anciens ne sont plus qu’une poignée, détenteurs de connaissances précieuses, la connaissance des plantes, des mythes fondateurs, et de l’histoire de tout un peuple, qui sont la base pour redonner la fierté d’un peuple à défendre son mode de vie traditionnel.

SHIPINAWA BAKEBO =  « Shipi » qui représente le peuple shipibo et « nawa » signifiant le « métisse », le « blanc », « Shipinawa » représente l’ouverture et la volonté de partage du festival avec les autres communautés amazoniennes et la culture occidentale. « Bakebo » signifie « enfants » et représente la volonté de réaliser un événement de « la nouvelle génération ».

CONTEXTE ET ACTU

Le commerce de bois nobles, le trafic de drogue, la construction des barrages hydroélectriques, les exploitations de pétrole et de gaz, l’orpaillage et les missions évangélistes bouleversent gravement l’Amazonie, le poumon de la planète. Les conséquences sont dramatiques pour les peuples de la forêt mais aussi pour l’humanité toute entière. Sous la pression d’une déforestation galopante, la zone frontière entre le Brésil et le Pérou est actuellement le théâtre de l’extermination des derniers peuples isolés du monde, mais aussi de ceux qui tentent de protéger la forêt. 

Début septembre 2014, quatre leaders ashaninkas sont ignoblement assassinés à la frontière. Parmi eux, Edwin Chota Valera Ashaninka, principal leader de la communauté du HautTamaya au Pérou. Martyr de la forêt, à l’image de Chico Mendes, Chota luttait sans relâche auprès du gouvernement péruvien pour la régularisation définitive du territoire de sa communauté. Il dénonçait inlassablement les activités des bucherons illégaux et des narcotrafiquants en terres indiennes. Sa lutte contrariait de puissants intérêts et il avait reçu de nombreuses menaces de mort. 

Son assassinat a eu lieu alors même qu’il se rendait chez Benki Ashaninka au Brésil dans le but de fédérer les peuples de la frontière pour organiser une défense pacifique. Dans ces zones de frontière difficiles d’accès, les forces de polices sont absentes. Seules les communautés amérindiennes ayant une connaissance parfaite de la forêt peuvent protéger ces territoires et leur incroyable biodiversité, avec le soutien logistique des gouvernements.

La découverte de cette région méconnue, de ses peuples et de ses mystérieux géoglyphes est aussi une invitation au voyage, à la rencontre de ces hommes de la forêt, au coeur de l’Amazonie.

L’exposition photographique inédite « L’esprit des origines» d’Anouk Garcia, grand reporter qui travaille depuis 10 ans au Brésil. Visible à La Bellevilloise juqu'au 4 Décembre 2014.

http://www.labellevilloise.com/2014/11/lesprit-des-origines-une-exposition-photographique-signee-anouk-garcia-4/

MESSAGE

En venant en France, Benki Piyâko Ashaninka, Puwê Luis Puyanawa, et Walter Lopez Shipibo ont un message à délivrer: "En tant qu’habitants séculaires de la forêt, nous en sommes ses gardiens. Nos moyens pour la protéger sont dans la consolidation de notre autonomie territoriale, politique, culturelle et spirituelle qui est construite en étroite relation avec la forêt dans laquelle nous vivons depuis la nuit des temps."


Plus d'infos et d'actu sur la page Facebook : Quinzaine Amazonienne
Contact : [email protected]

À quoi va servir le financement ?

Les Indiens viennent à Paris pour trouver du soutien et partager leur culture avec vous. En septembre dernier 4 leaders Ashaninka se sont fait assassinéscar ils luttaient pour la défense de leur territoire.

Coeur de Forêt et Akiri se sont associés pour porter leurs voix et les aider à financer leurs projets, joignez-vous à nous pour la préservation de la forêt et de leur culture millénaire.

Nous avons besoin de votre participation !

Cette levée fond est une première tranche sur le budget total de 320 000 euros pour la réalisation complète de la Quinzaine Amazonienne, de l'Expédition Tsonkiri et du Festival Shipinawa Bakebo. 

Pour plus d'informations voici les budgets prévisionnels

  • de la Quinzaine Amazonienne,

BUDGET TOTAL = 17380 €

C'est l'ensemble des frais inérants à la Quinzaine Amazonienne qui sont couverts : accueil des indiens, des bénévoles, du public, de la presse, logistique, communication.

  • du Festival Shipinawa Bakebo, BUDGET TOTAL = 97 600 €

Personnel = 18 700 €

Infrastructures = 52 000 €

Equipements = 3 900 €

Costumes = 15 000 €

Communication = 8 000 €

  • de l'Expédition TsonkiriBUDGET TOTAL 205 620 € HT

Expédition : 53 000 €

Film : 94 520 €

Equipe Scientifique : 18 000 €

Lancement Tsonkiri au sommet du Climat COP21 : 40 100 €

À propos du porteur de projet

Les Associations organisatrices

COEUR DE FORET est une association française de loi1901, fondée en 2005.

D'un constat alarmant où les ressources naturelles des forêts sont surexploitées, en ne procurant qu'une économie de subsistance aux populations locales, Coeur de Forêt intervient par le développement d'un modèle économique qui protège la forêt et ses habitants.

Nos objectifs : Planter desarbres et  protéger le cycle de l'eau, développer les pratiques agro-forestières et valoriser la pharmacopée traditionelle à travers la mise en place de filières bio & équitables d'huiles essentielles. Le cercle vertueux de Coeur de Forêt est un système alternatif à la déforestation.

Les résultats depuis 2005, sur 10 projets lancés à travers le monde (en cours : Madagascar, Camerou, Pérou, Bolivie, Indonésie) : plus de 250 000 arbres plantés, 4 coopératives ou associations créées3 gammes de produits lancées.

www.coeurdeforet.com

Page facebook :Association Coeur de Forêt

AKIRI agit pour valoriser le patrimoine culturel des peuples autochtones du monde et les écosystèmes où ils évoluent, relais de l’expression des cultures en facilitant les échanges.

L’utilisation de l’Image n’est plus le seul attribut de l’homme dit "civilisé". Depuis plusieurs années, elle est devenue le nouvel arc des peuples anciens, pour se défendre et pour dénoncer l’invasion de leur territoire. L'image, les réseaux sociaux et les nouvelles technologies permettent aujourd'hui à ces peuples de tisser des liens directs avec la communauté internationale. Les leaders amérindiens parcourent désormais le monde, et l'histoire des origines suscite un intérêt toujours grandissant dans nos sociétés occidentales. Paradoxalement, les territoires des peuples des origines n'ont jamais été autant menacés.

Dans le sillage du photo journalisme, on se retrouve souvent messager d’un monde à l’autre. On devient alors un passeur, témoin au premier plan des actions de ces peuples, de leurs cultures, de leur vision et de la manière dont ils gèrent leur environnement. 

CETTE DÉMARCHE A DONNÉ NAISSANCE À AKIRI : UNE ASSOCIATION INTERNATIONALE, CRÉÉE POUR VALORISER LES TRAVAUX AUDIOVISUELS ET CULTURELS FAIT AVEC LES PEUPLES ET PAR LES PEUPLES, DESTINÉE À ORGANISER LES ÉCHANGES ET LES SYNERGIES ENTRES LES PEUPLES, CROISER LES REGARDS SCIENTIFIQUES ET TRADITIONNELS, DÉFENDRE LES DROITS À L’IMAGE DES COMMUNAUTÉS, ENFIN CONSTRUIRE UN ESPACE AFIN QUE LE REPORTAGE DEVIENNE SOLIDAIRE ET DURABLE, QU'IL SOIT LE DÉCLENCHEUR D’ACTIONS ET D'INTERACTIONS AVEC LES PEUPLES CONCERNÉS.

Pour l'association AKIRI, l'Image se veut plus qu'une empreinte ou qu'un simple témoignage, elle s'engage volontairement dans un processus participatif, avec la volonté d'accompagner de manière intrinsèque les peuples des forêts et de créer à court, moyen et long termes, des passerelles relationnelles et informatives.

L’engagement d’AKIRI : Soutenir, Promouvoir, Valoriser, Partager, échanger

Défendre les peuples autochtones, c'est aussi nous défendre, par tous les moyens dont nous disposons, par notre investissement personnel, notre temps disponible, par notre conscience et l'importance de nos actes que ce soit dans le quotidien qu'au travers d'organisations porteuses de projets.

www.akiri.fr

Page Facebook :Akiri Asso

La rencontre Akiri & Coeur de Forêt

C’est la rencontre entre ces deux associations (Jérémie Déravin - Président-Fondateur de Coeur de Forêt, Charlotte Meyrueis - Directrice de Coeur de Forêt, Anouk Garcia - Présidente-Fondatrice d'Akiri) qui a permis  la réalisation d'une première expédition « sur la route des indiens à la frontière du Pérou et du Brésil» en Octobre 2013. Cette expédition fut menée par Anouk Garcia et accompagnée de Walter Shipibo et Flore Garcia Bour (Chargée de mission Coeur de Forêt Pérou) pour visiter le festival Yawanawa au Brésil en octobre 2013. 

Cette expédition a donnée naissance à cette Quinzaine Amazonienne Inédite pour mettre en lumière 2 "projets phares" portés par le peuple Shipibo et Ashaninka: l’Expédition Tsonkiri et le Festival Shipinawa Bakebo. Des projets essentiels pour créer des alliances entres les peuples de cette forêt-frontièrepatrimoine de l’humanité


Plus d' infoset d'actu sur la page FacebookQuinzaine Amazonienne
Contact [email protected]