BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTube

PUMP

Un road-movie absurde et burlesque avec Joseph DAVID & Andrew KOTTING.

À propos

PUMP est un film expérimental de Joseph DAVID, un road-movie absurde et burlesque.

Durée envisagée : 40 minutes.
Tournage prévu : Septembre 2015.

Le film est produit par L'image d'après, société de production basée sur Tours.
Il est co-produit par Le Fresnoy - Studio national des arts contemporains.
Avec l'aide du CNC, de la Région Centre, de la DRAC Centre, de la SMart BE et de CICLIC.

SYNOPSIS DU FILM :
Deux hommes : Joseph David et Andrew Kötting. Deux paires de bras pour une action : POMPER.
Perché à huit mètres au dessus du sol, le duo s’active à mouvoir une étrange structure sur un viaduc de béton. Vestige de la voie d’essai de l’Aérotrain, le monorail qui devait relier Orléans à Paris est le théâtre d’un périple de sept jours durant lequel deux Sisyphe élisent domicile dans une UHM (Unité d’Habitation Mobile) pensée pour eux.
Pourquoi pompent-ils ? Nous n’en savons rien, eux non plus !
Tout ce que nous savons, c’est qu’ils s’évertuent à pomper, allant d’un point à l’autre du tronçon long de 18 kilomètres. Des champs de la Beauce jusqu’à la forêt et la banlieue d’Orléans, ils posent leur regard sur le monde d’en bas avec lequel ils communiquent parfois, et sur le monde d’en haut dans lequel ils se sont isolés.
Finit-on par arriver quelque part lorsque le voyage n’a d’autre but que celui d’être fait ?

A quoi va servir le financement ?

POURQUOI ULULE ?
Le projet est financé en grande partie (à 75%), les 2 pompeurs achèvent leur préparation physique, l'équipe technique est parée pour l'odyssée et le viaduc est toujours debout prêt à accueillir l'UHM.
Cependant, il nous manque la somme qui permettra de donner vie au personnage mécanique du film, la draisine à bras sur laquelle nous vivrons 7 jours durant perchés à 8 mètres du sol.

Et c'est là, où vous pouvez jouer votre rôle !
Pas en venant nous aider à hisser la plateforme sur le viaduc de l'Aérotrain, pas en la poussant sur 18 kilomètres et pas non plus en élaguant la forêt qui en recouvre une partie … mais en contribuant à la fabrication de la draisine.
Nous voulons que ce film soit un effort collaboratif. Nous espérons que vous allez contribuer au marathon de pompage comme le dit si bien Andrew, mon compagnon d'aventure. Le succès de notre projet dépend de votre générosité.

POURQUOI UNE TELLE SOMME ?
Même si dans l'imaginaire collectif, la draisine à bras est un engin archaïque au mécanisme enfantin, la notre, qui devra s'adapter à la structure particulière du viaduc (en forme de T inversé) et qui sera un lieu d'habitation, requiert un certain niveau de technicité.
Pour qu'elle puisse avancer avec ces contraintes, il est nécessaire de faire appel à un cabinet d'ingénieurs (étude des forces, des frottements, du mécanisme…) et à des constructeurs (mécanisme, structure en métal et aménagement) et ces compétences ont un coût élevé.

Le coût global de la draisine est de 16 900 €.
La conception, la mise en plan, les fournitures, la fabrication des pièces mécaniques et le montage représentent
en tout 11 900 €.
À cette somme s'ajoute 5 000 € pour son aménagement qui comprend le plancher, les coffres de rangement, la couverture de la structure en matière plastique ainsi que les différents supports pour installer les caméras.

C'est pour cela que nous nous fixons comme objectif d'atteindre la somme de 10 000 € en espérant les dépasser.

La somme de 10 000 € que nous avons fixée comme objectif ne couvrira qu’une partie du coût de la draisine, c’est pourquoi nous avons l’espoir fou de la dépasser. 

À propos du porteur de projet

Pompeur 1 et créateur du projet : Joseph DAVID
Après un détour par la biologie, l'économie et la comptabilité, Joseph David renonce au métier éprouvant d'éboueur, à une éminente carrière de psychologue et à un brillant avenir dans la coiffure. Il opte finalement pour une carrière artistique qu'il commence aux Beaux-Arts de Cambrai et poursuit au Fresnoy à Tourcoing.
Son travail se situe à la croisée de plusieurs disciplines entre vidéo, film, installation et performance où l’humour et l’absurde sont souvent de mise.
Il privilégie les expériences qui lui permettent des collaborations artistiques variées (metteur en scène, scientifique, ingénieur, architecte, créateur sonore...). C’est le travail en équipe qu’elles impliquent, qui le motive et l’inspire.

NB : La question qui l'énerve le plus sur une de ses oeuvres :
- « Pourquoi casses-tu des oeufs avec ton corps dans cette vidéo ? »
- Pour montrer l'intérieur de ma salle de bain.
- Pour montrer la bêtise de l'art contemporain.
- Pour me foutre de ma gueule.
- Pour faire une omelette.
- Parce que casser une poule, c’est trop difficile.
- En hommage à GB.
- Pour faire un shampooing aux oeufs.

Site internet de Joseph DAVID : www.josephdavid.eu

Pompeur 2 : Andrew Kötting
« Le chauffage central est mon pire ennemi » affirme le réalisateur Andrew Kötting. «Je ne suis pas fan des double-vitrages. Ou du télé-achat. Ou des parfums sucrés. Le genre parfum d'ambiance, ça m'a toujours rendu malade.»
Après une pause, il ajoute : «En fait, c'est souvent moi, mon pire ennemi. Les voix dans ma tête m'énervent, je veux les faire taire. » Venant d'un autre réalisateur, ces propos pourraient sembler facilement corrosifs ou inquiétants. De la part de Kötting, ils sont parfaitement normaux, presque rassurants.
En 2001, il a créé un manifeste inspiré du Dogma 95, le eArthouse Declaration of Spurious Intent (Déclaration art et essai d'intention fallacieuse) qui, en plus d'exhorter :
- « Tous les réalisateurs à pénétrer corps et âme dans un autre être doué de sensations, mort ou vif»,
- incite « tout film à montrer des signes de folie furieuse ou de légère psychose, afin d'essayer de refléter la condition humaine».
Extrait du texte de Sukhdev Sandhu - The Guardian

Andrew Kötting a réalisé de nombreux courts et longs métrages ainsi que des installations. Défricheur sur le plan formel, il propose une esthétique très personnelle. C'est un artiste qui aime travailler en équipe, réunissant autour de chaque projet des individus partageant les mêmes intérêts, ancrant sa production prolifique dans le suivi de la vie de ceux qui lui sont chers. Il flirte allègrement du documentaire à la fiction, de l'humour à la gravité, du formalisme à l'excentricité.
Ses oeuvres sont couronnées par de nombreux prix et sont exposées dans plusieurs musées, parmi lesquels, la Tate Modern, Tate Britain, l’ICA et le NFT.
Ses films ont fait l’objet de plusieurs rétrospectives, notamment au Curzon Soho de Londres en 2004, au Bristish Council de Shanghai et au Centre Pompidou à Paris en 2007 et au Festival International du Film de la Rochelle en 2010.

Site internet d'Andrew Kötting : www.andrewkotting.com
 

L'image d'après : la société de production

www.limagedapres.info

FAQ

Si vous avez encore des questions, n'hésitez pas à contacter le porteur du projet.

Poser une question Signaler ce projet