BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Pulp Poiesis

Écriture(s) en suspens(ion)

À propos du projet

Au mois de juillet 2018, je m'assois à mon bureau, ouvre mon ordinateur, une page word vierge et j'écris. Une histoire somme toute banale me direz-vous ? Peut-être,  mais je crois que chaque histoire, chaque mot, écrit la corde au coeur se doit d'être pratagé. Pulp Poiesis est un voyage dans la passion des mots, né d'un élan et d'un travail se déliant sur des années d'émotions, d'expériences recceuillies avec une plume et un souffle bien vivant.

 

 

L'univers visuel de Pulp Poiesis a été créé avec une sensibilité et une clairvoyance admirable par Alain de Coco, artiste montréalaise aux codes artistiques de la douceur et de la précision issus d'un regard posé sur les formes et les couleurs inspirés de la nature et des perceptions.  

 

 

En septembre 2018, je reçois une offre d'édition participative par les Éditions Persée (Paris, France). Par chance , l'éditrice partage l'enthousiasme vis à vis de l'ouvrage et m'encourage à entamer les démarches de financement participatif. En janvier 2019, je signe donc le contrat garantissant la distribution du recueil de poésie "Pulp Poiesis" au Québec et en France à exemplaire de 300 au départ puis illimité selon les ventes. LA condition sine qua non d'une édition participative est que l'auteur de finance les impressions, soit 1560 euros ou 2373 dollars canadiens.

L'ilustratrice et moi-même, dans nos associations d'univers et de création, assemblons un réseau d'artistes, de femmes et de féministes qui, je crois, sauront saisir l'occasion d'embarquer dans un peu de poésie. Si vous êtes tentées de nous aider dans cette aventure de création d'un livre, nous vous encourageons à nous poser des questions sur le projet en tête à tête pour plus de questions ou de précisions. 

 

 

Plusieurs options vous sont offertes pour participer au projet. L'idée, de la plus petite à la plus grande contribution, est de vous donner un peu de ce monde inventé, un peu de la douceur et de la force ayant émergé avec Pulp Poiesis. 

 

 

A quoi va servir le financement ?

 

Le livre en France sera vendu 12 euros et 15 dollars au Québec. Ainsi chaque personne qui paiera le prix du livre plus le financement de la campagne dépensera 24 euros soit 30 dollars (pour rentrer dans nos frais). Ce don minimum vous donnera un bon pour aller chercher le livre dédicacé dans une librairie partenaire. Pour les dons plus petits, ce sont des objets comme des cartes, des marque-pages ou des stickers effectués à partir des planches d'illustration et des morceaux de poésie. Pour les plus gros donateurs, nous avons imaginé une lecture en musique dans un lieu choisi (à Montréal). Pour les absents, un live stream sera mis en place. 

Avec ce genre de sons là : 100% montréalais 

https://tourdemanege.bandcamp.com/album/point-g

 

À propos du porteur de projet

Moi, je suis

Alizée Pichot, alien même pour moi, j’écris tout ce que je peux. Je suis auteure, je crois. 

 

 

Grosso modo, j’écris depuis que je sais le faire. D’abord, la poésie, elle me suit depuis le début. Puis, ce furent des journaux, puis des grands textes descriptifs, puis un premier roman, à 13 ans, non-terminé. En grandissant, la poésie m’a attrapé dans son sillon et je n’en suis jamais sortie. Puis au début de l’adolescence, ce fut la révélation du journalisme et la compréhension du pouvoir des mots, de leurs rôles dans les sociétés et les groupes sociaux, quels qu’ils soient. A l’université, je découvre le monde de la recherche, de la méthodologie, de la science appliquée aux phénomènes du quotidien, aux artefacts culturels, aux problématiques sociales. Je tombe amoureuse des lettres compliqées, j’aime la masturbation intellectuelle autant que j’aime avoir les pieds sur terre, éveillée.

Puis l’art, puis les femmes, puis la sexualité, puis les livres, puis les inégalités, puis la colère, la joie, le partage, la musique, la danse, les femmes encore, et les féminismes encore après ça.

Je suis de l’école de ceux qui croient que tout est lié, qu’ensemble, partout dans le monde, nous formons des entités et des collectifs qui avons tous les avantages à fonctionner les uns avec les autres, de s’écouter et de se voir vivre, sans filtre, honnêtement.

 

Share Suivez-nous