BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

Le Poulpe

Media Normand d'Investigation

À propos du projet

Le Poulpe, ce n’est plus seulement un animal marin souple, intelligent et très résistant, ni un détective de roman policier. Le Poulpe est désormais un média normand sur internet, accessible sur abonnement, et basé sur l’enquête, la révélation et l’exclusivité. 

Raison d’être. Proposer et défendre l’investigation en Normandie, un genre journalistique souvent aux abonnés absents dans les medias locaux et régionaux. Le Poulpe veut y remédier en apportant aux lectrices et lecteurs des enquêtes et articles de fond, fouillés, étayés, ce qui demande un lourd investissement dans la recherche d’informations. Le Poulpe raconte la société telle qu’elle est et non telle qu’elle nous est joliment présentée dans le monde merveilleux de la communication.

Positionnement. Le Poulpe préfère toujours l’information qui éclaire à l’actualité qui submerge. Et puisque tout n’est malheureusement pas rose dans notre belle Normandie, il aime verser dans la polémique et se mouiller dans des débats sulfureux. Il s’agit aussi, doux rêve, d’endiguer la défiance généralisée qui touche aujourd’hui les journalistes. S’il se délecte de la politique et des questions économiques, Le Poulpe n’est évidemment rattaché à aucun parti, association, groupuscule, entreprise ou lobby. Il se fera un plaisir de tous et toutes les visiter.

Stop pub ! A l’heure où tous les médias se disent indépendants, Le Poulpe, lui, veut le prouver en n’acceptant aucune publicité sur ses jolis tentacules. Nulle part et jamais ! En conséquence, il vit uniquement grâce à l’argent de vos abonnements et de vos dons.

Les ressources du Poulpe. Le Poulpe est un media payant car l'information de qualité a un prix. Les personnes intérressées doivent s'abonner en ligne pour accéder au contenu. L'abonné lira, au minimum, une nouvelle enquête chaque semaine. Le système retenu par le Poulpe repose sur un concept d'abonnement solidaire. Il y aura un prix plancher, en dessous duquel les abonnés ne pourront pas descendre. Ils auront en revanche la faculté de fixer eux-mêmes le montant de leur abonnement, mensuel ou annuel, au-delà de ce prix minimum.

La recette du Poulpe. Il adore l’enquête, on l’a dit, mais aussi les reportages, interviews et portraits au long cours. Ses ventouses s’accrochent à tout : politique, économie, grands sujets de société, environnement, justice, et même le sport et la culture dans leur dimension sociétale. Le Poulpe s'intéresse, par exemple, aux femmes et hommes de pouvoir qui font vivre la région. Il documente aussi, à l'occasion, la mauvaise utilisation de l'argent public au niveau régional. Lorsqu’il est de bonne humeur, Le Poulpe quitte les rivages de l’enquête sans concession et sait saluer les initiatives positives. 

Terrains de jeu. Ancré à Rouen, Le Poulpe s’intéresse particulièrement à la capitale normande et, au-delà, aux principaux centres urbains de la région (Le Havre, Caen, Evreux). Mais il se rend aussi régulièrement à la campagne et dans cette France dite périphérique.

Pas que virtuel. Le Poulpe sortira parfois de sa crevasse. Il ira à la rencontre de ses abonnées et abonnés, ainsi que de ses soutiens, en organisant périodiquement des réunions physiques afin de recueillir les critiques, remarques et autres idées de sujets. 

Lanceur d’alertes. Sans sources, même Le Poulpe rame pour vous offrir des sujets complets et inédits. Voilà pourquoi il a constamment besoin qu’on le nourrisse. Documents, vidéos, enregistrements… Vous êtes peut-être en possession de ces précieuses denrées. Afin de les partager avec Le Poulpe, un espace dédié figure sur le « Une » du site. Il est totalement anonyme et sécurisé. 

À quoi va servir le financement ?

Sur les 6 000 euros, l’essentiel sera consacré au financement de nos enquêtes soit 4 200 euros (70%)

En effet, afin de vous proposer des articles de fond en quantité suffisante, Le Poulpe a besoin de se remuer les tentacules, évidemment, mais aussi de faire appel régulièrement à des pigistes chevronnés, des photographes et dessinateurs de presse professionnels.

1 320 euros seront consacrés à un second volet de développement de notre site. 

Et les 480 euros restants sont dédiés à la commission d’Ulule (8%)

Si nous atteignons 10 000 euros, nous investirons davantage dans notre politique marketing et commerciale. Car la conquête de nouveaux abonnée-s et le développement de la notoriété du Poulpe sont e-ssen-tielles pour assurer la pérennité de notre projet.

À propos du porteur de projet

Derrière les tentacules, Le Poulpe est piloté par deux journalistes professionnels, totalisant chacun plus de dix années d’expérience dans la presse régionale ou nationale.

Manuel Sanson, Rouennais de 36 ans, ancien de Paris-Normandie, des éditions régionales de l’Express et de Filfax, est correspondant de l’AFP en Seine-Maritime et dans l’Eure et pigiste pour le Courrier des Maires ou encore Mediapart.

Gilles Triolier, Rouennais de 39 ans, ancien de Paris-Normandie et de Filfax, est aujourd’hui correspondant du Monde en Seine-Maritime et dans l’Eure. Une équipe de pigistes chevronnés accompagne également Le Poulpe.

Share Suivez-nous