BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Le Placard Project

Séminaire "Le placard sous l’escalier: Genres, sexualités et identités queer dans les productions culturelles pour la jeunesse (1945-2015)"

À propos du projet

Le Placard Project est un projet mené par trois jeunes chercheuses, Marie, Anne-Fleur et Sarah, dont le but est d'organiser un semestre de séminaire ouvert à tous et gratuit à l'Ecole Normale Supérieure de Paris (ENS). Il aura pour but d'interroger les questions du genre et de sexualité dans les livres jeunesses, mais aussi dans les séries télévisées, dans les films, les dessins animés, les mangas, les bandes dessinées ...

Oh ! Un projet sur le genre ! 

 

Nous nous appuyerons sur tous les supports qui sont destinés à la jeunesse, de l'album aux romans Young Adult ! C'est donc un bien vaste programme qui s'offre à notre analyse, dans un champs académique qui s'ouvre tout juste aux perspectives de genre. Et ce sont les enjeux de ce genre littéraire bien particulier que nous chercherons à creuser, avec l'aide de chercheu-se-res dynamiques, de professionel-le-s, d'artistes divers-e-s et engagé-e-s ...

Pour vous présenter un petit peu plus en détail notre projet, nous allons décrire le fonctionnement du séminaire, vous présenter nos invité-e-s, avant d'expliquer pourquoi nous avons besoin de votre aide ! Si vous voulez mieux nous connaître, vous trouverez aussi en fin de projet une petite biographie des trois organisatrices du projet ! ;) 

 

Le Placard

 

Le Placard sous l'Escalier s'ancre dans la longue tradition des séminaires d'élèves de l'ENS. Il est en effet courant que les élèves de deuxième ou de troisième année organisent par eux même les cycles de recherche auxquels ils aimeraient assister. Notre séminaire est le deuxième qui soit parrainé conjointement par le LILA (Département Littérature et Langage) et par le DSS (Département des Sciences Sociales), le premier étant La Plume et le Bitume, portant sur des approches sociales du rap. 

Une conférence à L'ENS, ça donne ça ! 

Extrait du cycle de conférences La Plume et le Bitume, encadré par Emmanuelle Carinos et Benoît Dufau.

C'est dans cette tradition, et en constatant - et regrettant - l'absence de séminaire proposant une analyse du genre et de la sexualité dans la littérature jeunesse, que nous nous sommes lancées. Le séminaire se composera d'une dizaine de séances, voire plus en fonction de son succès, qui aborderont différentes perspectives et problématiques des grandes thématiques du genre, de la sexualité et de l'identité queer. 

 

Nous ne voulions pas que le séminaire soit fermé et se cantonne au secteur plus classique de la recherche, aussi, nous avons contacté des maisons d'éditions, des youtubeu-se-r-s et des artistes pour des interventions, en plus des chercheurs. Nous avons la chance d'avoir eu beaucoup de réponses positives et enthousiastes, et sommes très heureuses d'annoncer la participation de grands noms de la recherche en littérature de jeunesse, tels qu'Isabelle Nières-Chevrel, Nathalie Prince, Christiane Connan-Pintado, Christian Chelebourg, et bien d'autres ! De même, du côté des professionnel-le-s, nous attendons de nombreux auteur-e-s dont nous révélerons les noms sur notre page facebook au fur et à mesure des séances, des représentant-e-s de maisons d'édition, des youtubeuses et des blogueuses ( comme Audrey, du Souffle des Mots ou Jeanne, du blog Pilalire ) et des illustrat-eur-rice-s !

 

Les séances prendront la forme de tables rondes ou de conférences, et le public sera encouragé à intervenir, à participer et à échanger autour des différentes questions abordées. Grâce à Anne Fleur, les conférences seront retransmises par TrENSmissions, la webradio de l'ENS, et animée via un live tweet, afin que les internautes puissent intervenir. Nous tenons à ce que le contenu de la conférence soit ouvert et interactif, car c'est un sujet qui nous tient à cœur et que nous souhaitons ouvrir au plus large public possible. 

 

Un petit exemple du travail de notre merveilleuse Anne-Fleur sur TrENSmissions, qui donne au passage un petit avant goût des thèmes du séminaire, car elle y parle d'héroïnes féminines : 

My Lady Heroine #1

 

 

Il sera organisé dans les locaux de l'ENS, au 45, rue d'Ulm à Paris, un mercredi sur deux de 18 à 20h à compter du 28 septembre. Il sera ouvert à tous dans la limite des places disponibles (mais on a une grande salle !) et gratuit

 

Merci à tou-te-s de nous avoir lues et de nous aider !

Marie, Anne-Fleur et Sarah. 

 

 

A quoi va servir le financement ?

Parlons des choses qui fâchent : si l'ENS nous fournit les locaux et sa bénédiction pour ce séminaire, notre principal problème est de faire venir, de nourrir et de loger nos intervenant-e-s. Étant trois étudiantes non rémunérées, nous ne pouvons nous permettre de les faire venir par nos propres moyens, et il est traditionnel dans le milieu de la recherche d'offrir le gîte et le couvert aux intervenant-e-s invité-e-s. Or, si nous sommes prêtes à en loger certains par nous mêmes, nous avons besoin de vous pour les faire venir jusqu'à nous !

Budget

  • Transport. Nous avons prévu d'avoir 16 invités sur 8 séances (nous sommes aujourd'hui largement au-dessus de ce chiffre) : sachant que certains d'entre eux habitent Paris et d'autres bien plus loin, nous comptons 80 euros de déplacement par personne, soit 1280 euros.
  • Couvert. Entre nos compétences culinaires, les personnes ne mangeant pas sur place et les différents types de repas (buffet ou restaurant), nous avons prévu deux budgets : 220 euros si nous prenons en charge une majeure partie des frais, ou 480 en prévoyant large. 
  • Logement. Enfin, pour ce qui est du logement, nous attendons un réponse de l'ENS quant à la possibilité de loger les chercheurs sur place. En cas d'impossibilité nous libérerons nous mêmes des locaux, ou nous lancerons un autre appel à votre générosité ! ;)

À propos du porteur de projet

Nous sommes trois étudiantes en Masters de recherches, dans divers domaines des sciences sociales et littéraires, toutes trois livrovores et passionnées de littératures pour la jeunesse, mais aussi et surtout féministes et concernées par la façon dont la recherche se rapproche doucement de l'objet qu'est le "gender".

 


Marie Alhinho est élève à l'ENS et étudie en parallèle la littérature de jeunesse à l'Université d'Artois. Ses recherches actuelles s'articulent autour des motifs de la littérature fantasy et de la réécriture du mythe dans la littérature young adult. Elle s'interroge sur les représentations des pratiques sacrificielles et du religieux en général, ainsi que sur les mutations qu'ils subissent pour s'adapter à des supports destinés aux plus jeunes. Également médiéviste invétérée, elle est éprise de fantasy médiévalisante et s'intéresse aux questions que cela pose dans la réception du Moyen Âge aujourd'hui. Fascinée par les univers gothiques et steampunk, elle est aussi séduite par les univers dystopiques et leurs discours radicalisés, tandis que son intérêt pour la visibilité MOGAI dans le champ littéraire pour la jeunesse croît en même temps que ses convictions féministes.   

 

Anne Fleur Multon est élève à la Sorbonne en master de littérature comparée, où elle travaille sur le motif de l’héroïne invincible et érotisée dans la littérature jeunesse des années 2000 et sur sa réception. Féministe et passionnée par l’univers de la radio, elle est aussi chroniqueuse et community manager à TrENSmissions, la webradio de l’Ecole normale supérieure. Elle aime les livres qui tiennent éveillés toute la nuit, les films documentaires d’Agnès Varda, les longues promenades dans Paris, et elle est incollable sur l’univers d’Harry Potter. Tombée dans la marmite du livre jeunesse toute petite avec les merveilleux albums de Claude Ponti et les grandes histoires de Pomme d’Api, ses lectures sont éclectiques et ses choix la portent autant vers les mondes parallèles de Pierre Bottero ou de Philip Pullman que vers la découverte des jardins secrets de Frances Burnett. Elle rêve de suivre Vango sur les toits de Paris, elle s’imagine chuchoter à l’oreille du roi-soleil avec Annie Pietri, elle ne rechigne jamais à partir à la recherche d’un dangereux malfaiteur avec PP Cul-vert ou Hermux Tantamocq, et elle adore retomber amoureuse d’Hannah à chaque lecture de La Rivière à l’envers. 

 

Sarah Asset est la benjamine du groupe, entamant cette année son M1 en Socio-Histoire de la Culture, à l'ENS et à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS). Ancienne Sciences Po ralliée au clan de la recherche, elle est passionnée par la façon dont les radicalisations se construisent autour des médias et des objets culturels, et c'est sur cela que portent ses recherches. A côté de ces sombres sujets, c'est une idéaliste rêveuse, qui aime à se perdre encore dans les univers imaginées et livresques de son enfance. Elle aime les phrases à rallonge, la cuisine et les héroïnes qui n'hésitent pas à être autant si ce n'est plus badass que leurs princes (ou princesses).

 

Vous pouvez nous contacter, et suivre nos aventures durant l'élaboration du séminaire sur les différents réseaux sociaux ci-dessous :

FAQ

Si vous avez encore des questions, n'hésitez pas à contacter le porteur du projet.

Poser une question Signaler ce projet