BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Persona

A short film about minimalism, relationships, spirituality

À propos du projet

Financement participatif terminé

Vous pouvez suivre le projet en laissant votre adresse mail sur le site du film : http://prsona.ga.

-

Persona est un film d'environ 20 minutes qui traite des sujets du minimalisme, de la spiritualité, de l'histoire de deux personnages qui réalisent ce qui leur est important, ce qui a toujours été là.

Dans sa narration comme dans son aspect graphique, le film oscille toujours entre le plein et le vide. Il joue sur le remplissement d'espaces et leur dénuement total, et sur les perspectives que ces extrêmes peuvent apporter aux personnages au fil de leur évolution.

Le travail d'écriture a été un moment de profond changement pour moi. J'ai démarré l'écriture d'une histoire qu'il me plaisait d'explorer, et, progressivement, presque à mon insu, tous les questionnements qui me tenaient à coeur à ce moment-là ont trouvé un chemin pour exister dans cette histoire.

Ce premier film me permet de tisser ensemble toutes les explorations que m'ont apporté les différents projets auxquels j'ai participé. Voici par exemple des images que j'ai pu faire pour le court métrage La Machine, sur lequel j'étais chef opérateur.

La visée du film n'est pas simplement de faire évoluer ces deux personnages, c'est aussi un moyen de nous questionner sur notre rapport à notre matérialité, nos comportements, ... Que le film serve de réflecteur aux propres interrogations du spectateur.

Il est évident pour moi que le financement participatif est un moyen de choix pour éviter de diluer les intentions et la dynamique. Parce que c'est son aspect personnel qui lui permettra de toucher juste, je ne pense pas rendre service au film en attendant d'être choisi. C'est un projet qui a besoin d'expérimenter un autre rapport aux spectateurs, un accès plus direct. En comptant sur les voies de financement les plus classiques (fonds institutionnels, préachats, ...), on envoie son projet à une organisation majeure, et peu de choses dépendent du créateur à partir de là. J'ai préféré trouver activement les outils pour rendre ce film réel.

Je fais aussi le choix de m'appuyer sur des partenariats privés. De cette manière, la création ne dépend pas de charité, mais permet de trouver une situation où chaque partie s'y retrouve. En impliquant des entreprises et organisations pertinentes dans le projet, tout le monde a une réelle motivation pour la réussite du projet.

Pour cette campagne de financement participatif seule, différentes collaborations sont nées avec des partenaires qui s'impliquent dans la campagne. Vous pouvez retrouver parmi les contreparties des t-shirts The Black Bird, une marque qui propose des designs minimalistes et inspirants, et des albums de Kaluna.

Je suis ravi de ces partenariats, pour le sens qu'ils ont pour chaque organisation, puisque rattachés à l'artistique et au minimalisme, mais aussi ravi de travailler côte à côte avec ces créateurs que j'apprécie beaucoup et de partager ce que je perçois de positif chez eux avec vous. 

Bill, un électricien solitaire et matérialiste écrasé dans une relation qui part à la dérive, cherche dans les objets une protection à ses propres failles. Pris au dépourvu lorsque sa femme le place brutalement face à son manque de réalisme, il l’entraîne avec lui dans un duel aussi absurde que nécessaire.

Nicolas Gruber tiendra le rôle principal du film. J'ai travaillé sur quelques projets avec lui, et j'ai pu me rendre compte qu'il est capable de faire surgir des énergies très différentes ; il peut être animé par un jeu dramatique lent et profond, et faire jaillir une comédie percutante, gratuite et spontanée dans le même mouvement.

Le personnage de Bill est nerveux, très basé sur la réaction aux situations dans lesquelles il est placé. C'est pour cette raison que je vois le style de jeu de Nicolas et la dynamique des intentions qu'il propose naturellement pertinents pour ce rôle.

"L'histoire de Persona me renvoie des situations que j'ai vécues personnellement, dans lesquelles j'ai pu aller jusqu'à des extrêmes tels que le personnage traverse. Ce qui me parle dans le projet, c'est son traitement de la transcendance de soi et son côté spirituel, de parvenir à comprendre comment on arrive là où on en est."

Christophe Leclaire est le producteur et directeur de la photographie du film. Avec sa société EGGmotion, il a récemment produit Subimago et Le Portrait. Sa capacité à rendre réels ces films aux identités franchement assumées dans une dynamique indépendante est essentielle à la concrétisation de Persona.

Ses cadrages, comme le reste de ses interventions sur chaque projet, sont toujours initiés par une empathie pour le sujet, le projet, ce qui est raconté.

"Ce projet fait partie des films que j'ai envie de voir. Aujourd'hui, nous, les spectateurs, n'avons pas fini de questionner nos vies à travers des œuvres de fiction. Avec ses personnages-miroir, ce film nous confronte à des formes d'aliénation, d'égoïsme et d'égocentrisme. Il nous pousse à reconnaître l'absurdité des situations pour espérer enfin se dépasser."

Thomas Terrien est le compositeur du film. Ses créations personnelle sur le projet Tom Terrien sont basées sur une ambiance enveloppante et un équilibre constamment redéfini entre la musique électronique et des sons plus organiques de piano ou de bruits bruts.

Le film suit le parcours d'un personnage solitaire, souvent perdu dans ses pensées, et je retrouve dans le côté suspendu des compositions de Thomas un écho à mes intentions de narration.

"Le projet Persona me permet d'expérimenter avec quelque chose qui m'intéresse depuis longtemps ; l'utilisation de bruits, de sons ambiants pour en créer une atmosphère, de la musique. C'est une belle opportunité créative."

Au niveau visuel, le film sera découpé en trois ambiances générales, reflétant l'évolution intérieure du personnage principal. La première reflétera la normalité d'apparence dans laquelle il vit ; il refuse de regarder ses failles en face, et se constuit un monde dans lequel il est protégé. L'image sera équilibrée, avec une répartition homogène des couleurs et des lumières douces. Les lumières sur les visages seront un peu artificielle comme sur les exemples qui suivent ; presque trop propres pour être réalistes.

La deuxième esthétique surviendra après la prise de conscience du personnage principal. Il prend à ce moment-là du temps seul pour intégrer et apprécier la nouvelle réalité qui s'offre à lui, avant d'aller finalement affronter son problème principal. La puissance de cette réalité sera traduite par des couleurs beaucoup plus saturées, et une image plus contrastée. Le personnage sera seul dans cette séquence, et les couleurs très présentes dépeindront tous les signaux venant de son environnement, qu'il perçoit plus fortement après sa prise de conscience.

La dernière partie qui correspond à la résolution du film sera extrêmement épurée dans le but de focaliser le spectateur sur l'essentiel, et le blanc sera omniprésent. Il s'agit du moment où les personnages commencent à digérer leur prise de conscience, à voir la réalité à laquelle ils font face, et à l'intégrer dans leurs actions.

La musique du film aura deux principales composantes. Une composition sur la durée qui posera une atmosphère suspendue, agrémentée d'un piano qui y apportera des mélodies suivant les besoins de la narration. Cette première ambiance sera agrémentée d'impacts en sound design, plus ponctuels et qui viendront marquer les déséquilibres des personnages. Ces impacts seront basés sur les objets présents dans le film et donc dans l'esprit des personnages. Ils seront modifiés, filtrés, distordus selon la situation, mais ramèneront toujours le spectateur au problème central de ce couple.

Voici quelques inspirations de musiques :

A quoi va servir le financement ?

À propos du porteur de projet

L'équipe est en cours de constitution ; voici ceux qui ont déjà rejoint le projet.

Alexandre Claret
Chef opérateur son

Jérémie Attard
Assistant caméra

Christelle Aguilar
Assistante réalisation

Pour suivre le film : prsona.ga - twitter.com/RGAlix

FAQ

Si vous avez encore des questions, n'hésitez pas à contacter le porteur du projet.

Poser une question Signaler ce projet