BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Tournée musicale en Triplette

La vélo-scène

À propos du projet

Nous sommes trois amis, trois jeunes étudiants aventuriers, trois musiciens multi-instrumentistes diplômés de formations supérieures de conservatoires européens, et proposons un spectacle qui fait converser la musique classique avec le jazz, la variété, la musique traditionnelle, le rock’n’roll Américain, un spectacle qui offre joie et jeunesse à qui veut bien interrompre un instant la cadence de son pas pour l'entendre. Ce spectacle a pour vocation de partager les musiques qui nous semblent méconnues du grand public en l’offrant à la foule eclectique qui arpente les ruelles.

Pourquoi avons-nous besoin de financements ? Car notre projet ne s’arrête pas là, il consiste en la construction d’une scène mobile sonorisée qui sera tractée par la seule énergie de nos jambes sur un tandem trois places (Triplette), nous permettant de proposer un spectacle de qualité en tout lieux et à tout public. L’amplification de notre spectacle se fera en partie grâce à l’énergie produite par les mélomanes les plus sportifs, se risquant à un pédalage infernal sur la Triplette pour alimenter (grâce à un système ludique de dynamo) la sonorisation électrique de la scène.

Cette volonté s'inscrit donc dans un innovant et ambitieux projet culturel, éco-responsable, sportif, artistique, technologique et éducatif.

 

  • La « vélo-scène » : un farouche projet de construction …

La vélo-scène est un engin roulant unique, construit sur mesure par nous et pour nous, pour répondre aux besoins de notre spectacle. Il consiste en l’assemblage d’un tandem 3 places (appelé Triplette) et d’une scène dépliable et tractable. La triplette est également munie d’un système de dynamo permettant l’amplification de la musique par la participation ludique du public, qui devra pédaler sur la folle « machine » , pour que les sonorités puissent voler aux quatres coins des rues.

Elle permet :

- de transporter des instruments dont la mobilité est habituellement très limitée (piano, accordéon)

- de multiplier le nombre d’instruments du spectacle pour plus de folie musicale et de variété de timbres (transporter à pied plus de 5 instruments à trois devenant très compliqué) : piano, trombone, clarinette, hautbois, saxophone, accordéon, guitare, mélodica, percussions…

- de pouvoir envoyer la sauce en seulement 15 minutes grâce à un système de sonorisation pré-installé, pré-cablé pour les micros, le clavier, les pédales d’enregistrements et d’effets (l’installation d’un tel plateau néessitant habituellement entre trois quarts d’heures et une heure).

- de créer un espace de scène ombragée grâce à un système de bâche dépliable (l’ombre étant indispensable pour éviter de faire fendre les instruments à vent).

- d‘impliquer encore d’avantage le public dans le concert en le faisant pédaler frénétiquement !

- d’interpeller et de faire découvrir un répertoire méconnu à des personnes qui paraitraient à priori désintéressées par le genre de musique joué, mais qui, curieuses de l'étrange apparition d'un engin roulant dans l'environnement urbain, se laisseraient peut être aller à la surprise.

 

Pour la construction de cette scène nous sommes conseillés par trois ingénieurs, dont les spécialités de chacun se complètent parfaitement pour rendre réaliste et réalisable notre projet.

-Felix Billey, étudiant ingénieur à l’école du bois d’Epinal

- Hugo Lallemant, étudiant à l’Ecole National Supérieur de Mécanique et des Micro-techniques de Besançon

-Samuel Laval, étudiant ingénieur à l’école Polytechnique à Paris

Et nous souhaitons également remercier Etienne Pageault, Designer, pour le dessin de présentation du projet.

 

  • Au service d’un spectacle musical original et itinérant


- De la musique de qualité, dans la rue, accessible à tous

 

La musique, qui semble pourtant d’apparence résonner dans tous les foyers, qui fait chatoyer les cœurs et fredonner milles passants, est à notre sens prisonnière d’institutions et de lieux légitimes (théâtres, salles de concerts, Conservatoires) dont nous souhaitons rendre les limites moins étanches.

La musique classique paraît particulièrement hostile et fermée à certaines personnes par son aspect austère et cérémonieux lors de ses représentations : le silence absolu qui règne dans les grandes salles de concerts, les farandoles de costards et de chaussures vernies, les applaudissements retenus et codifiés rendent son abord spécifique à une classe sociale qui en connait les codes. Nous avons pour notre part la franche conviction que la beauté de la musique touche et emporte n’importe qui, qu’elle s’adresse à tous. Pour cela la rue nous paraît être un terrain riche de la diversité des promeneurs, touristes, travailleurs pressés, flâneurs contemplatifs, vagabonds de passage ou enfants étourdis. Transporter la musique dans le milieu ouvert et multiple des ruelles la rend alors accessible non plus au public fermé de connaisseurs, mais bien à l’ensemble sensible et curieux de la population.

Notre système de dynamo rattaché à la Triplette donnerait au public (nous l'espérons) le sentiment de participer et d’être porteur des sonorités, tout en pédalant en collectivité joyeuse. Cette modalité favoriserait peut être alors l'abandon à l'étrangeté  d'une musique vers laquelle il ne se tournerait pas spontannément. Dans un monde où le chacun pour soi devient une tendance, la musique qui fédère, rassemble et qui est source de rencontres nous semble être un bien précieux  à partager avec tous.

 

- Un spectacle « explosif »

Un mélange de style

De même que le classique et le jazz se doivent d’être joués dans des cadres nouveaux et moins codifiés, la richesse des répertoires de chansons française, de musique traditionnelle ou de certains morceaux de variété internationale méritent d’être mis en regard des œuvres « savantes ». Nous pensons que le mélange des styles représente une réelle richesse dans l'élaboration d’un programme et qu’il permet de teinter d'une sonorité nouvelle est plus maléable les morceaux qui le constituent. C’est pourquoi nous n’avons pas peur de faire se rencontrer Tchaikovski et le Gospel, les chansons des Beatles en passant par quelques standards de Jazz ou des traditionnels russes, avec Charles Aznavour. Ce mélange des genres rend d’autant plus varié et inattendu le déroulé de notre spectacle.

Une mise en scène dynamique et atypique

Notre conséquente formation musicale nous permet de jouer chacun de nombreux instruments (hautbois, trombone, clarinette, piano, percussions, guitare, saxophones, accordéon, mélodicas) et de pouvoir ainsi varier les timbres d’un morceau à l’autre ou même de faire tournoyer les instruments entre nos six mains tout au long d’un même morceau. Tous trois férus de polyphonies vocales à trois voix, nous n’hésitons également pas à chanter des harmonies a cappela ou accompagnés des arpèges d'une guitare. Ce goût du changement et du renouvellement continu donne à notre spectacle un esprit ludique et amusant. Par ailleurs, nous utilisons pour nos représentations la pédale d’auto-recording, nous permettant de nous enregistrer en temps réel et de faire de savants arrangements, créant un effet orchestral avec seulement 3 musiciens.

La mise en scène de notre spectacle est aussi pensée afin qu'elle nous permette de nous déplacer dans les rues, de valser ou swinger tout en jouant, et de faire participer l'auditoire des passants.

Des partitions inventées sur mesure

C’est la formation de Mathieu et Bastien en composition et arrangement qui permet à notre programme d’être constitué uniquement de partitions et d’arrangements créés spécialement pour le spectacle, lui donnant un caractère inédit et permettant :

- de revisiter le répertoire en lui donnant une nouvelle couleur stylistique (musique de film en jazz, chansons française arrangées avec le savoir-faire de la musique classique...).

- de faire sonner et mettre en valeur chaque instrument en ré-écrivant pour leurs tessitures, leurs qualités propres.

- d’écrire pour les registres et les timbres de nos voix respectives.

- de créer non plus un concert comme une succession de morceaux éparses, mais comme une seule œuvre dont les numéros sont savamment enchainés par des transitions musicales ou théâtrales.

  • Des tournées régionales


Notre spectacle sera donné dans le cadre d’une tournée pour l'été 2019 dans les villes de Besançon, Beaume les Dames, Montbéliard, Belfort, Mulhouse et Bale. Nous emprunterons la vélo-route pour aller de ville en ville, avec la charmante compagnie de notre scène roulante.

A terme pour les prochaines années, nous partirons régulièrement sur notre vélo-scène pour effectuer des tournées dans différentes régions de la France (Pays de la Loire, Bretagne, Pays Basques) et envisageons enfin de partir pour un long périple à travers l’Europe à l'avenir.

Chacune de ces tournées sera donc aussi une aventure humaine, source de partage et de rencontres.

Le projet final (pour 2020) est en fait d’envisager un spectacle avec cette vélo-scène faisant intervenir des comédiens, des circassiens et des danseurs, transformant le spectacle musical en une œuvre d’art totale, si les rencontres se prêtent au jeu. Nous sommes pour cela déjà en contact avec plusieurs comédiens et danseurs issus du CNSAD (Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique) et du CNSMDP (Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris).

 

Itinéraire de notre première tournée avec la Vélo-scène en en 2019

Conclusion

Ce projet qui muri depuis une année, a été imaginé durant une tournée (déplacement en stop, avec seulement 4 instruments) en Alsace (Colmart, Strasbourg, Ribeauvillé, Riquewir puis Besançon) où nous avions réalisé un spectacle dans le même esprit que celui que nous avons décrit plus haut. Ce spectacle a rencontré un vif succès auprès de publics variés (enfants, personnes agés, jeunes adultes) et nous a permis de prendre conscience du caractère universel du « language des sons ». C’est précisément cet enthousiasme des publics qui nous donne aujourd’hui l’énergie pour voir plus grand et pour perfectionner notre spectacle en construisant cette scène roualnte et rocambolesque. Seulement, pour que l’aventure ait lieu nous avons besoin de vous car vous seul pouvez le faire passer d’un rêve, certes un peu fou, à une grande aventure humaine et artistique.

 

A quoi va servir le financement ?

Le budget total s’élève à 2500 euros. La campagne ulule permettra de financer 1500 euros sur le projet total. Elle permettra d’acheter la triplette, de payer une remise en état, d’acheter les matériaux de construction de la scène et l’installation électrique, d’acheter une partie du matériel de sonorisation et quelques instruments à percussions, et de payer les frais d’organisation du périple.

Si le budget demandé est dépassé, les étapes suivantes du projet :

2500 € : Achats de matériaux de construction ultralégers pour faciliter le transport

4000 € : Installation de panneaux solaires

6000 € : Rémunération des artistes

7000€ : Construction d’une deuxième vélo-scène permettant d’agrandir le plateau et d’intégrer des comédiens et danseurs au projet.

14500 € (il faut savoir rêver) : Achat d’une triplette neuve avec assistance électrique (valeur d’achat : 7500 euros)

À propos du porteur de projet

Trois artistes engagés

 Joséphine Belot (23 ans) est hautboiste, pianiste et chanteuse. Après plus de 14 ans de formation, elle sort diplômée d’un Prix de perfectionnement de Hautbois du Conservatoire de Besançon. Elle est également étudiante en Master de  Médecine et en Licence de Philosophie à l’Université de Besançon. Elle a l’occasion de se produire régulièrement avec divers ensembles comme l’Ensemble Orchestrale du Jura, des ensembles de musique baroque et avec Tetraktys en France et à l’étranger lors de concerts de musique de chambre. Elle a également enregistré dans le dernier album du chanteur de variété Aldebert, et participe à sa tournée Enfantillage 2018-2019. Tout au long du spectacle, elle chante, fait du beat-box, joue du hautbois, du piano, de l’accordéon, de la guitare, du trombone, du saxophone.

Matthieu Monnot (23 ans) tromboniste, batteur, guitariste, est le jazzman du trio. Etudiant au Conservatoire Royal de Bruxelles en trombone jazz, il est titulaire du diplôme du diplôme de Musicien Interprète des Musiques Actuelles de l’école « Jazz à Tours ». Il est amené à se produire régulièrement dans des bigs bands et combos de Jazz en Belgique et en France. Il a étudié également le trombone classique au Conservatoire de Tours. Nous avons pu l’entendre dans divers projets tourangeaux tels que le « Coing Tete » ou encore le Dumoulington Orchestra. Il chante, joue du trombone, de la guitare, du piano et des percussions et arrange des partitions pour le spectacle.

Bastien Dollinger (23 ans) est pianiste, clarinettiste, compositeur et arrangeur. Après s’être formé pendant 12 ans au conservatoire de Besançon, il quitte la ville avec ses 3 Diplômes (Piano, Clarinette, Solfège) pour étudier au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris ou il prépare les Master de piano et d’écriture musicale. Sa passion pour le jazz l’a aussi mené à suivre un cursus complet de jazz au Conservatoire Berlioz à Paris. Il est invité par l’orchestre philharmonique de Besançon, l’ensemble Tour à tour pour jouer les concertos pour piano de Bach et Chopin en soliste. Dans le spectacle, il chante, joue du piano, de la clarinette, du saxophone, de la guitare, des percussions et arrange également les partitions.