BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

Périple en Terres Schizophrènes Vol.1

... ou les aventures de Voortensen Heyerdahl, pirate dans l'âme et vagabond par choix, bien décidé à mettre en lumière un monde chaotique !

À propos du projet

Synopsis : Voortensen Heyerdahl a la folie de ses grandes ambitions : mettre en lumière les merveilles d'un monde trop souvent vanté pour les tourments, les cauchemars et les ignominies qu'il inflige à ses habitants ! S'il est encore jeune et parfois trop confiant pour son bien, son appétit exploratoire et sa soif de découvertes sont sans limites. Poussé par l'envie de laisser sa trace dans l'histoire, et alors que l'attendent de pied ferme marécages nauséabonds, bois féeriques et autres canyons grouillants d'horreurs indicibles, il est bien parti pour vivre l'aventure d'une vie, mais pas forcément celle que tous lui envieraient...

Alors, alors... que dire sur ce projet ? Eh bien, il fait la part belle à un roman illustré, est déconseillé aux moins de 12 ans de par les sujets assez dérangeants qu'il aborde à l'occasion, est composé de 260 pages et quelques et nous invite au voyage en compagnie d'un aventurier haut en couleur qui a de grands, très grands desseins. Il s'agit d'une initiation à une partie de mon univers principal, et en même temps un approfondissement de celui-ci dans ses spécificités les plus dingues ; univers conçu et peaufiné depuis dix ans déjà, et qui parfois souffre d'être trop tentaculaire et vaste pour pouvoir être appréhendé. Bref, ce bouquin, au demeurant achevé de A à Z, dans ses écrits comme dans ses dessins : c'est une fenêtre itinérante sur mon monde !

Périple en Terres Schizophrènes Vol.1, -volume qui devrait être le premier d’une véritable collection, tant Voortensen Heyerdahl, son protagoniste principal, en a arpenté des régions-, c’est autant une plaisante consécration qu’une impulsion de carrière pour nous, que dis-je une confirmation en devenir même (!), celle qu’on va dans la bonne direction, que notre passion est palpable, communicative, et qu’on est réellement et concrètement en mesure de faire des plans sur la comète vis-à-vis de nos projets. C'est qu'on en a des objectifs avec Le Bandeau Noir, aka ma partenaire de toujours et l’illustratrice de ce journal de bord, miss je-mériterais-que-dix-mondes-entiers-parlent-de-mon-travail-tant-je-suis-douée !

Qu’est-ce qui se cache, en termes d’univers, derrière Périple en Terres Schizophrènes ? Tout un univers justement, aussi immense que détaillé ! Un univers du nom de The Godslayers, qui baigne dans la Dark Fantasy la plus totale, et où comme j'aime souvent à le dire en me donnant un air badass, sur fond d'éclairs qui s'abattent : ''même la Mort est en passe de mourir !''. Il a beaucoup d'intrigues à revendre, est extrêmement varié au niveau de sa galerie de personnages, de ses régions, de sa flore, de son bestiaire, et également, de ce qu’on m’a toujours dit, suinte la passion. C'est le moins que je pouvais faire en même temps : insuffler de la passion, puisque j’ai le bonheur d’en être le créateur, qu'il est une de mes raisons d’être et que je suis littéralement fou de cet univers.

Pour synthétiser, Périple en Terres Schizophrènes, c'est :

Et pour le plaisir de vous allécher avec quelques sympathiques dessins qui seront retrouvables dans le livre, en voici quelques-uns...

À quoi va servir le financement ?

À quoi va servir ce financement ? À un sacré paquet de trucs, forcément ! L’argent, c’est le nerf de la guerre, et notre guerre consistera à nous installer durablement dans le paysage artistique français, malgré les épreuves que ça imposera et les investissements qui devront être les nôtres. On a trop à présenter et à offrir pour continuer à se terrer dans notre coin ; trop besoin d'un tant soit peu populariser tout ce qu’on a créé, de s’assurer que ça puisse trouver son public. L’argent : c'est essentiel. Ce serait fou de prétendre le contraire, et sans, tout devient plus difficile, voire gentiment impossible. C'est pour ça que le moindre don serait vital et déterminant, pour ne pas dire béni et reçu comme la plus belle des marques d’attention et de confiance. Ce serait touchant de pouvoir réellement considérer qu’on ne fait pas ce qu’on fait pour rien, et... et il se pourrait même qu’on pleure pour vous si démonstration d’intérêt il y a ! Nan mais rendez-vous compte !

On a fait les calculs et convenu du fait que pour englober toutes les dépenses prochaines, et surtout favoriser l'impression d'un fichtrement beau livre, il nous faudrait réunir environ 1100 euros. M'enfin, le petit camembert ci-dessous sera bien plus parlant que moi, alors je vous laisse en sa compagnie non-fétide.

Les dons nous convaincraient de votre intérêt pour ce que l’on fait et donc, comme je l’ai déjà laissé entendre, qu’on est sur la bonne voie. Mais par-dessus tout, ça déboucherait sur la conception d’une tonne de récompenses originales, raccordes avec l’univers et réalisées avec amour et dévotion pour vos seuls beaux yeux. Sans déc’, c’est ‘ti po cool, ça ? Vous êtes peut-être des précurseurs et les contreparties qu’on vous souhaite d’être vôtres seront, si ça se trouve, UN JOUR... considérées comme les plus précieuses et enviables des reliques. Eh ouais, pensez-y...

Selon le degré d’investissement des donateurs et le succès de la campagne, on ajoutera évidemment des paliers supplémentaires, avec des récompenses en conséquence. Le fait est qu'on déborde d’envie de vous offrir le monde, mais pour que cela soit possible, il va nous falloir un petit coup de pouce, sinon quelques-uns plus vraisemblablement ! On ambitionnera de faire une version plus belle pour le tome papier aussi, de possiblement passer la seconde pour l’écriture et la réalisation du second tome, ainsi que de multiplier les tirages et mettre de côté pour venir vous rencontrer par-delà toute la France ; si l’alchimie prend entre tout un chacun, nous, vous et le petit Voortensen. Vraiment, et je le répèterais jamais assez, chaque don serait vital et mettrait du bon gros baume au cœur. En somme, tout ce que vous pourriez apporter à notre moulin ne servirait qu’à faire progresser le concept qu'est Périple en Terres Schizophrènes, et créer un véritable élan, puisqu'on serait incapables de ne pas être des monstres de générosité avec des gens qui se seraient montrés généreux avec nous.

À propos du porteur de projet

 

       Je suis donc Blackheart, Maxime de mon nom de baptême, le scénariste et le créateur de cet univers. J'ai 24 ans, j’aime les couchers de soleil et les odeurs de lavande printanière, et je suis un mordu de pas mal de trucs. Ça passe par le scénarisme et la création en règle général, forcément (O_O), mais aussi par les séries (#LOSTMONAMOUR), le cinéma, le foot, la musique ou encore les voyages. AH, et je crache jamais sur une bonne partie de Dark Souls ! Je suis assez touche-à-tout au niveau des passions, 'fin, dès lors qu'elles méritent que je les embrasse, hum hum...

 

 

 

 

 

Pour ce qui est du Bandeau Noir, elle est la dessinatrice d’une bonne partie de mes projets, devenus siens sans concession. On projette de vivre ensemble très prochainement afin de pouvoir au mieux se consacrer à nos ambitions, à court, moyen et looong terme. Elle est une fana de musique, adore faire de la guitare, lire des bouquins comme pas deux, mater des séries et des films, me bichonner, et un tas d'autres trucs qu’on a en commun. Sans déc', on s’est vraiment bien trouvés tous les deux !

 

 

Sinon, j'ai déjà réalisé quelques projets manga, pareil pour Le Bandeau Noir, que vous pouvez retrouver sur les sites Amilova et Mangadraft en lecture gratuite. Ils ont pris de l'âge depuis, surtout par rapport à ce qu'on fait aujourd'hui, mais peut-être pourraient-ils vous faire passer un agréable moment malgré tout ?

Share Suivez-nous