BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Les pensées racistes ont les pieds sales.

…. faisons en sorte qu'elles ne s'installent pas !

À propos du projet

 PLUS QU'UN JOUR !.. chères amies, chers amis, notre campagne touche à sa fin et nous avons dépassé grâce à vous tous notre premier palier de 5000 euros pour viser celui des 6000 (voire 7000). Ces 2000 euros en plus nous permettant simplement de tourner dans de meilleurs conditions, voire d'envisager le montage. Nous remercions très chaleureusement ceux qui ont contribué à cette aventure en leur demandant juste, en dernier effort, de bien vouloir  faire suivre le lien de ce projet de nouveau  sur leur réseau d'amis, lesquels voyant le projet désormais "possible" pourraient avoir envie d'y participer et le rendre du coup "probable" !

Un très grand merci à toutes et à tous.

Le PITCH 

Dans un compartiment de métro Paul lit  le Monde, mais il ne peut se concentrer à cause d'un passager noir en boubou qui parle dans son smartphone dans un dialecte africain un peu sonore. Dans l'esprit de Paul (espace théâtral vide et blanc) va cheminer une pensée raciste (lui en homme des cavernes) qui va enfoncer la douane de la Brigade des Valeurs démocratiques et que son Surmoi (lui, baraqué, en combinaison bleue) va finir par éjecter de la Salle des Décisions Conscientes après une sacré bagarre.  

Alors que Paul continue son voyage en métro, dans son esprit son Surmoi va lancer la Brigade des Valeurs Démocratiques (ou nommée Brigade Anti Racisme) une jeune femme et deux bonshommes en combinaisons blanches casquettes et matraques, pour aller capturer cette méchante pensée raciste réfugiée tout en bas dans le noir cerveau reptilien et l'expulser définitivement de cet esprit de démocrate, sinon elle viendra s'installer tôt ou tard dans le Conscient. 

 

Note d'intention  :

Les pensées racistes ont les pieds sales (ou Intrusion d'une pensée raciste dans un cerveau de démocrate) est une comédie politique reliée ici à un dispositif simple et théâtral pour tenter de donner plus de force emblématique au récit.

Tourné dans un lieu unique, un studio de cinéma (Consoleprod à Epinay Villetaneuse), les décors seront simples, dépouillés et différenciés par la lumière :  
- Lumière blafarde : le métro.                                                                                                                                                    - Lumière blanche : l'esprit de Paul, son Conscient, vide et blanc avec  juste quelques bureaux dépouillés, Salle des Décisions Conscientes où va rentrer la pensée raciste, celui des Nouvelles formes innovantes de la démocratie où travaille Marianne3.0, celui de la recherche en Bons mots d'humour et celui enfin du Surmoi de Paul.
- Lumière grise : la zone humide des émotions (2e strate, sous la zone du Conscient), remplie de pleurs retenus et d'anciens chagrins, avec quelques sculptures neuronales.
- Un espace totalement obscur: le noir cerveau reptilien (tout en bas), c'est là où se trouve la tanière de la pensée raciste et où va devoir s'aventurer la brigade des valeurs démocratiques s'éclairant de leurs torches. Ils vont essayer de capturer la pensée raciste pour l'expulser définitivement de l'esprit de Paul avant qu'elle ne vienne s'installer définitivement dans le Conscient.

A partir de là on aura des allers et venues (pendant 1H30) entre Paul assis dans son compartiment du métro et ses différents décors.

Cette comédie politique se veut aussi une allégorie socio-politique, car le mental de Paul c'est autant l'esprit de Paul que celui de la nation actuelle, ou de l'esprit du temps, avec ses zones qui se floutent, ses glissements progressifs vers des compromissions, sa politique Gala (la jolie passagère du métro qui circule en nuisette dans l'esprit de Paul), tout cela  sur fond d'une menace de droitisation de plus en plus obsédante.

La grande aventure va pouvoir commencer (grâce à vous !?) 

Dans l'esprit de Paul :

 

Synopsis 

Si vous nous aider vous pourrez contribuer au financement de la version longue de Les pensées racistes ont les pieds sales, où vous assiterez, lors du long trajet de métro de Paul (avec des gens qui montent et descendent à chaque "station") au procès du Ouf dans la Grande salle des ressassements avec les trois juges républicains : L'Egalité, la Liberté et la Fraternité et du brillant avocat du Ouf qui le fera acquitter, car coupable mais pas responsable. Puis à la grande aventure de la Brigade des Valeurs Démocratiques (dite Brigade Anti Racisme) envoyée en mission par le Surmoi et chapeautée en chef par Mari@nne 3.O de son bureau  de Recherches en nouvelles formes démocratiques, lesquels traverseront, sous le Conscient, la zone humide pleine de chagrins retenus où ils croiseront des gros énervements contenus (les GEC), personnages impressionnants mais de simples ruminants (générés par Paul qui se contient au dessus contre deux ados imbéciles qui ricannent bêtement). Ils seront rejoint par un allié de choix : la Culture, un incroyable et très surprenant personnage : un colossal culturiste avec un grand chapeau de gentilhomme du 17e ; la Culture a des concepts énormes, tatoués sur chacun de ses biceps : "être ou ne pas être c'est là la question"  "je pense donc je suis", et sur chacun de ses muscles saillant tatoués le nom d'un(e) intellectuel(le) écrivain, écrivaine engagé. Voltaire, Sartre, Artemis, Franz Fanon, Hannah Arendt, Louise Bourgeois, Camus, Léopold Sengor ...C'est elle, la Culture, qui va s'occuper personnellement de cette pensée raciste : un combat au sommet ! Tout cela pendant le trajet en métro de Paul qui n'en finira pas de s'interroger sur cette pensée raciste : pensée raciste ou juste simple gros énervement contenu un peu velu et mal contenu comme l'affirme l'avocat du Ouf dans la Salle des Ressassements.

A partir de ce dispositif théâtral, l'idée est de faire, dans la version longue, une vraie proposition de cinéma, voire de cinoche, avec une mise en scène presque de film d'aventure US des années 50, avec des contre-plongées dramatiques, des gros plans outranciers, des musiques ronflantes, de vrais méchants, des fourbes attachant comme ce Ouf, et des retournements inattendus ; tout cela pour traduire la complexité d'un individu bien intentionné en temps troubles,et par extension celui d'une nation, et en même temps c'est aussi une aventure pleine d'espoir car il est toujours temps de se ressaisir ! Bref, c'est l'histoire d'un long et grand ressaisissement. 
 

 

 

Le plateau de tournage :  le métro      
   

Le Conscient de Paul                                                                                                                                           

Quelques images en coulisses.

 

Quelques personnages importants de l'esprit de Paul (il y en aura encore bien d'autres dans la version longue (1H30) : ci-dessous le fâcheux qui parle trop fort.


 

Paul qui relit pour la 2e fois le même article du Monde.

Le OUF, le dingot, l'irresponsable de l'esprit de Paul, celui qui ouvre la porte à la pensée raciste.  On a tous un(e) Ouf en nous, c'est celui (ou celle) qui dit ou fait en toute conscience les choses qu'on regrette toujours par la suite et qu'on va essayer de rattraper (mais pourquoi ai-je dis ça ? Pourquoi ai-je fait ça ? Pourquoi ai-je ouvert la porte à ça ?)

La Pensée Raciste qui va essayer de s'emparer de la commande du Relationnel.

La Part Féminine horrifiée, qui va donner l'alerte !

Le Surmoi qui fait front

La Brigade des Valeurs démocratiques : la douane du Préconscient (tout au départ) qui n'a pas été très combative.

Les principaux acteurs

Garba TOUNKARA

Venu du théâtre,Garba TOUNKARA a joué dans Bouge de là m.e.s. Fanny Gayard, L’épopée des temps modernes m.e.s. Sophie Vignaux, La mort de Danton m.e.s. Sophie Vignaux au Théâtre de Gennevilliers, Commerce de pain m.e.s. Hervé Gaboriau au Théâtre de Gennevilliers. Il tourne également au cinéma (sélection) Batarde réalisatrice Uda Benyamina, Pension complète réalisateur Florent Emilio Siri, Superstar réalisateur Xavier Giannoli, Jet set réalisateur Fabien Ontenienté. A la télévision, on le retrouve (sélection) dans Les beaux mecs « épisode 7 » réalisateur Gilles Banier, Le bleu « épisode 6 » réalisateur Didier Lepecheur.
 

Jérémie GRAINE

 Jérémie Graine aime cumuler les activités : comédien pour le Palmashow dans leur sketch et leur premier film de cinéma, il s'est illustré également au théâtre dans des pièces classiques et contemporaines, a écrit et joué un one-man-show, écrit des court-métrages et pratiqué le doublage. Il s'est formé aux Ateliers du Sudden, à l'Ecole Florent et à l'Ecole Fratellini.

Chef opérateur Mauro DI FLAVIANO

A tourné de nombreux documentaires et fictions notamment un documentaire sur Stanley KUBRICK ce qui n'est pas donné à tout le monde !

Pauline ANGLADA ingénieur son

Formation à l'ESRA en France et à New-York , elle a tourné dans de nombreux courts métrages de par ses qualités elle commence à être demandé sur les longs métrages.

Laëtitia LASCURETTES

Notre maquilleuse en chefspécialisée dans les maquillages gothiques (zombies, vampires, trolls ...)

Idir ZEBBOUDJ 1er assistant

Journaliste, scénariste, il hante depuis peu de temps les plateaux de tournage !

A quoi va servir le financement ?

5 000  euros : le tournage peut démarrer, juste le tournage dans des conditions spartiates.                                               
7 000  euros : les acteurs mangent et ne volent plus dans les vestiaires !
10 000 euros : on peut payer la post production (montage image, montage son, mixage, étalonnage).
15 000 euros : on peut aller le présenter dans les festivals français.
20 000 euros : ça commence un peu à devenir confortable, le réalisateur et sa compagne (la Part Féminine) peuvent même être payé (en dernier) et l'on peut démarcher les festivals à l'étranger et tous vous inviter à une soirée de l'avant-première

À propos du porteur de projet


Phil Chazarenc vient de l'écriture scénario, ancien lecteur-correcteur de scénarios à France2, puis script-doctor (celui qui suit et corrige un scénario dans le cadre d'un développement avec une production) il se lance dans la réalisation depuis quelques années.

Après avoir obtenu plusieurs prix d'écriture de scénarios : Prix de la Fondation Beaumarchais et du Fond d'Aide à l'Innovation CNC pour Bouchitrouille (comédie dramatique) et des séries à Format court : le J.I.G (Journal Inter Galactique) et le M.E.D ( le Ministère de l'Environnement Déréglé) il réalise en 2006 une comédie burlesque avec André Lamorthe : Furieux Dimanche (un homme seul chez lui un dimanche qui veut se forcer absolument à faire quelque chose d'intelligent et de profitable de son dimanche : ça va être pire que tout !), on peut voir des extraits de cette comédie sur Dailymotion. Après avoir tourné entre temps 3 autres courts-métrages : Rififi dans un cerveau d'homme marié monogame, le pilote du M.E.D ( Ministère de l'Environnement Déréglé) et Zollo, il se lance aujourd'hui avec sa fidèle compagne Lolotte (la speakrine et actrice dans le projet) dans ce nouveau projet de long métrage cinéma : Les pensées racistes ont les pieds sales, partant du principe qu'un site de financements participatif comme Ulule est le plus à même d'accueillir un tel projet.

www.taloocompagnie.fr
https://www.facebook.com/phil.chazarenc

FAQ

Si vous avez encore des questions, n'hésitez pas à contacter le porteur du projet.

Poser une question Signaler ce projet