BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Pastorales Electriques

Un film d'Ivan Boccara

À propos du projet

 PASTORALES ELECTRIQUES

Synopsis

Pastorales électriques témoigne du développement de la montagne marocaine, d'une modernisation qui bouleverse le mode de vie de ceux qui la peuplent.

L'activité pastorale est confrontée à un climat extrême. Certains habitants sont contraints d'aller travailler en ville pour compléter leurs revenus.

En 2008, un projet national de "désenclavement des zones rurales" met la montagne en chantier. Partout dans le pays, on construit des routes et on électrifie.

On raconte les Pastorales électriques au sein d'un Maroc profond, dans la province d'Azilal, sur les plateaux d'altitudes et au creux des vallées entre le haut et moyen-Atlas. C'est là que s'ancrera ce film, sur un grand territoire qui change à vue d'œil. Les montagnes bouleversées s'érodent et se désertifient sous les pieds des bergers qui les peuplent. La vie pastorale se transforme, de nouvelles voies d'accès arrivent avec l'électricité au cœur du pays enclavé et se confronte à un monde, à là fois fort et fragile, rugueux et perméable.

La montagne est en chantier, mais la montagne se désertifie tant sur le plan écologique que démographique. Ce qu’offre le milieu ne suffit plus à la subsistance de la population. L’économie a été fragilisée par une surexploitation de la forêt, un appauvrissement des sols et des pâturages.

Deux époques se rencontrent et tendent à se confondre. Les berbères ont vécu sans électricité pendant des siècles. Les deux mondes qui se côtoyaient jusqu’à présent se superposent aujourd’hui de manière progressive et brutale à là fois.

L’électrification, la modernisation limitera-t-elle l’exode ? De toute évidence, c’est une page de l’histoire du Maroc qui se tourne.

Mots du réalisateur

" Après Mout Tania et Tameksaout, deux films documentaires sur la vie des paysans et des bergers du Haut-Atlas marocain, Pastorales électriques, entre migration et développement vient compléter la trilogie d'un travail de recherche sur vingt ans.

Mout Tania, mon premier film, suivait de près la vie en autarcie d'une famille dans une vallée isolée de l'Atlas. Mon second film, Tameksaout, s'attachait à recueillir la mémoire de ce monde pastoral voué à disparaître à mesure que la région se modernise.

Après vingt années passées à sillonner ce pays, à côtoyer ses habitants devenus des amis, je peux désormais filmer au plus près de leur regard et de leur ressenti ce changement profond et imminent. Car plus que la transformation géographique et sociétale, c’est le bouleversement humain qui m’intéresse.

En l'espace de vingt ans, on est passé de l’autarcie à la précarité et de la précarité à la dépendance. Même si beaucoup s’enthousiasment pour la découverte d’un monde de consommations sans limites, d’autres critiquent cette modernisation aveugle. L’arrivée de l’électricité suppose que, progressivement, les populations auront également accès à l’éducation, aux soins et à des voies de circulations, pistes, routes... Mais dans quel ordre ? Et quels sont véritablement les besoins des gens ?

Bientôt, les cris des bergers se mêleront aux sons des télévisons du monde entier. "

A quoi va servir le financement ?

Le film est actuellement en post-production.
Nous avons besoin de 6000 euros afin de financer la fin du film. Cet argent servira à financer l'étalonnage, les traductions, le sous titrage, la sortie du film et une copie pour la salle (DCP) ainsi que la promotion du film. Un lien Viméo sera disponible pendant un an, une fois le film diffusé sur la chaîne de télévision 2M - Maroc.

À propos du porteur de projet

Le réalisateur
Né au Maroc le 2 mars 1968, Ivan Boccara fait des études de cinéma et d’histoire de civilisation berbère à Paris, et vit depuis entre ces deux pays. Son travail s’intéresse à des personnages forts, à des communautés, à des minorités, aux enjeux des populations, aux frontières des modes de vies entre traditions et modernité.
Ses films cherchent à capter la relation du sujet à sa condition de vie et à son environnement et traitent de l’économie d’autosuffisance et les échanges de la vie paysanne dans les montagnes de l’Atlas. Ses films Mout Tania et Tameksaout ont été présentés et primés dans plusieurs festivals en France et en Europe.

L'équipe
Image Ivan Boccara

Son Félix Blume, Ivan Boccara

Montage Ariane Mellet

Montage son Florian Namias

Mixage Samuel Mittelman

Stagiaires montage Benjamin Minot, Thaïs Lecauchois

Interprètes Abdellah Hamri, Omar Ihitassen

Traductions Omar Ihitassen

FAQ

  • Bonjour, est-il encore possible de participer au financement participatif, pour aider aux futures projections par exemple? Carine

    Bonjour et merci baucoup pour votre message et pour l'intêret que vous portez à ce film !

    Je peux vous mettre sur la liste des prochaines projections si vous le souhaitez. Vous pouvez m'envoyer une contribution par chèque si vous souhaitez participer à la distribution du film. L'appel à participation pour la post production du film étant terminé sur Ulule. Je travaille avec mes propres moyens à la distribution, je l'envoie en festival ici et là et le film commence à peine sa vie !  Je vous envoie par email mes coordonnées 

    Très cordialement

    Ivan Boccara

     

     

    Dernière mise à jour : il y a 1 année, 4 mois