BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

La trilogie marseillaise de Marcel Pagnol

Une nouvelle vie pour Marius, Fanny et César !

Fanny

FANNY est le deuxième volet de la Trilogie composée de MARIUS, FANNY et CESAR. Il est le premier film produit par Marcel Pagnol qui en confia la réalisation à Marc Allégret.

Tout comme MARIUS, FANNY est une adaptation cinématographique de la pièce éponyme écrite par Marcel Pagnol, créée en 1932 au théâtre de Paris et dont le succès fût retentissant.

Ce film représente l'affirmation des théories cinématographiques alors développées par Marcel Pagnol, à savoir: le cinéma parlant doit avoir quelque-chose à dire, l'action doit se construire par le texte et les situations; l'auteur doit rester maître de son film, l'esthétisme cinématographique est un frein à la création. Cette théorie lui avait déjà attiré les foudres des cinéastes du Muet et des directeurs de théâtre. Une querelle s'engagea donc par journaux interposés entre ceux-ci et Marcel Pagnol, notamment contre son grand ami René Clair.

Le casting, comprenant Raimu, Pierre Fresnay, Oranne Demazis, Charpin, Alida Rouffe et Robert Vattier est identique à celui de MARIUS. En imposant sa distribution théâtrale à Bob Kane, producteur de MARIUS pour Paramount, Marcel Pagnol fût l'un des premiers à révolutionner l'approche du jeu au cinéma. S'éloignant des habitudes du muet et de l'emphase corporelle habituellement utilisée pour palier l'absence de dialogue ou la piètre qualité de ceux-ci dans les films "sonores", il apporte un naturalisme dans la diction même si certains de ses acteurs conservent encore des réflexes théâtraux. 

Son film fût donc qualifié de théâtre filmé et les arguments de ses adversaires étaient plus d'ordres économiques et idéologiques que cinématographiques. En effet, beaucoup de scènes sont tournées en extérieur, notamment ce grand travelling voiture sur FANNY traversant Marseille, tous les plans du vieux port ainsi que la mémorable partie de pétanque immobilisant un tramway sur la voie. Sans le savoir, en imposant ces extérieurs au réalisateur Marc Allégret, Marcel Pagnol construisait sa marque de fabrique: tournage en extérieur, naturalisme du jeu, réalisme des situations, liberté totale de création.

Les thèmes développés dans ce film sont ceux que Marcel utilisera sans-cesse durant toute sa carrière: La fille mère, la filiation, la puissance de l'argent et bien sûr l'amour. Son cinéma, s'il n'est pas anthropologique, nous présente tout de même une vision de notre passé, d'un monde aujourd'hui révolu où la morale et l'honneur tenaient lieux de philosophie. Toutefois, le sous-texte de ce film, comme de tous les autres, est bien différent car la jeunesse l'emporte toujours, la pécheresse dépasse le regard accusateur des bien pensants. Loin d'être une comédie, FANNY, tout comme MARIUS, se fini mal. Le père naturel de l'enfant de FANNY doit renoncer à son fils et le laisser à FANNY qui s'est marié avec le vieux et riche PANISSE pour sauver son honneur. C'est d'ailleurs son père, CESAR qui le lui ordonne. Quand MARIUS lui dit: "Mais enfin, tu sais bien que l'enfant est mon fils", CESAR lui répond: "Bien sûr, que je le sais. Il te ressemble comme deux gouttes d'eau. Mais quand même, lui (Panisse) c'est un peu son père… Cet enfant, quand il est né, il pesait quatre kilos… Ceux-la c'est sa mère qui les a faits. Maintenant, il arrive à sept… C'est trois kilos de plus, c'est trois kilos d'amour. Moi j'en ai donné ma petite part… Sa mère en a donné beaucoup, naturellement; mais celui qui a donné le plus, c'est Honoré. Et toi, qu'est-ce que tu lui a donné?" MARIUS: "La vie". CESAR:"Les chiens aussi donnent la vie"

A sa sortie, le film fût un triomphe populaire et lança définitivement la carrière cinématographique de Marcel Pagnol qui passa à la réalisation. Toutefois, les critiques ne lui pardonnèrent ni son succès ni ses théories. Comment un dramaturge pouvait-il les contredire en matière de cinéma et qui plus est, triompher au box-office? Marcel Pagnol n'en avait cure car grâce à ce succès, il pût réaliser tous ses autres films de manière totalement indépendante et créer un cinéma d'une liberté totale dont se réclamèrent plus tard les Néo-réalistes et la Nouvelle Vague.

CRITIQUES D'EPOQUE:

L'Interview - 5 Novembre 1932 - André Loubarés : Film plein de vie, où le rire succède aux larmes, car on pleure d'émotion dans la salle. FANNY est-il un véritable film? C'est plutôt l'excellente version cinématographique de la pièce de théâtre. Il semble que Marcel Pagnol ait volontairement évité tout ce qui peut détourner l'attention du spectateur de l'action. Les interprètes sont tous excellents: Raimu est inimitable dans son rôle de César, Oranne Demazis émouvante dans celui de Fanny. "Le cinéma parlant, c'est le théâtre de demain" nous disait récemment Pagnol. Il semble bien que le film FANNY constitue une de ces œuvres qui marquent une époque nouvelle.

Semaine Cinématographique - 15 Novembre 1932 - Bernard Mital : Le triomphe actuel du film FANNY de Marcel Pagnol, pose à nouveau la question des adaptations de pièces à l'écran. Ici aucune adaptation. Le réalisateur Marc Allégret s'est borné à photographier l'œuvre de Pagnol sans en changer une réplique ni modifier la trame en quoi que ce soit. Nous sommes moins en présence d'un film que d'une pièce de théâtre filmée. Selon la formule d'Henry Roussel, le cinéma, dans ce cas, c'est du théâtre en conserve.

Cinémathèque suisse - 1981 : Fanny eut un immense succès. Un succès qui ne plut pas à tout le monde. Une cabale d'une grande violence se déchaîna contre Pagnol. Elle regroupait un grand nombre de critiques et réalisateurs nostalgiques du cinéma muet...