BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

On se le dit pour la détresse

Court-métrage fantastique

À propos du projet

Une nuit. Dans un cimetière de voitures. Sarah et Ella sont amoureuses. Le film dépeint leur relation dans ce lieu insolite et propice à la rêverie, à travers leurs discussions, leurs projections et leurs ébats.

Le film est un court-métrage fantastique, encadré par le réalisateur Yann Gonzalez, qui va être diffusé au NIFF (Festival international du film fantastique de Neuchâtel) en juillet 2019.

J'ai choisi comme lieu un cimetière de voitures qui se situe à Martigny, en Suisse. Entouré de montagnes imposantes, perdu au milieu de rien, cet endroit m'a immédiatement inspirée un univers relevant du fantastique. Les carcasses de voitures s'empilent les unes sur les autres, rangées, alignées, sur plusieurs grandes allées dont on distingue à peine le fond.

Arrangées et mises en évidence de la sorte, le regard se pose sur ces voitures, et elles deviennent de vrais personnages. Elles ont une histoire, et un vécu. Et pourtant elles sont seules, jetées, délaissées. Je voulais imprégner le cadre de cette vie vécue par des objets pourtant matériels, et y intégrer deux personnes, deux femmes, bien vivantes. Très vivantes.

A quoi va servir le financement ?

Le court-métrage est produit dans le cadre d'un atelier de deuxième année à l'ECAL, ayant comme objectif de réaliser une fiction de genre fantastique. Le film sera terminé dans le courant du mois de février.

Les coûts du film s'élèvent au total à 2000 CHF. La moitié de cette somme sera prise en charge par l'ECAL et moi-même. L'autre moitié sera, je l'espère, financée grâce à votre aide.

Cet argent servira à rembourser la location et l'achat du matériel, les accessoires et autres props qui ont servi à la préparation du film, ainsi qu'à tous les déplacements pour les repérages du lieu de tournage.

Si par chance nous arrivons à dépasser l'objectif visé, je partagerai l'entièreté des fonds aux deux actrices, qui ont accepté de jouer dans le film bénévolement, mais qui méritent à juste titre d'être rémunérées pour leur travail et leur engagement dans le projet.

À propos du porteur de projet

Etudiante en 2ème année à l'écal en bachelor de cinéma, je réalise ce film dans le cadre d'un atelier mené par Yann Gonzalez, qui nous propose comme genre le "film fantastique". 

L'équipe au complet était constituée de :

Léon Orlandi (chef opérateur), Tumtitu Baseme (1ère assistante), Arnaud Portalier (1er assistant caméra), Pierre Vltchkoff (2ème assistant caméra), Dominique Fumeaux (chef éléctro), Juan Fernandez (scripte), Fabien Dimier (éléctro), Tristan Pitteloud (éléctro), Avril Lehmann (opératrice son), Elias Ben Khalifa (opérateur son), Nina Montanelli (maquilleuse et régie), Pascal Basler (régisseur général), Natasha De Grandi (monteuse), Ella Pellegrini (actrice), Melina Martin (actrice)

Toutes ces personnes viennent d'horizons différents : autodidactes, diplômés de la SAE (Genève), étudiants à l'ECAL (Lausanne), passionnés de cinéma, en cours d'études au Cours Florent à Paris ou encore à la Manufacture à Lausanne, tout le monde s'est rassemblé pour former une famille et mener le projet à bien.