BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

UNE NUIT BLANCHE C'EST TROP COURT !

Soirée d'ouverture de la 17ème édition du festival européen du film court de Nice le jeudi 12 octobre 2017 sur l'esplanade Niki de St Phalle

À propos du projet

Premier ciné-concert et mapping vidéo produit sur la Côte d'Azur, le projet de l'artiste JULIEN RIBOT présente une oeuvre gigantesque sur les façades du Musée d'Art Moderne et d'Art Contemporain de Nice, un spectacle audiovisuel inédit et en plein air, en parallèle de la dernière Nocturne du Mamac.

Inédit à Nice, l'évènement célèbre à la fois l’ouverture du 17ème festival du court à Niceet les 20 ans de l’association Héliotrope qui organise le festival depuis sa création en 2000. Une création originale de l’artiste cinéaste, performer et musicien niçois JULIEN RIBOT accompagné de ses musiciens. Suivi d'une programmation de courts métrages minutieusement choisis par Héliotrope, en version XXL sur le marbre de Carrare du musée.

Une véritable soirée entièrement dédiée à la musique et au cinéma, gratuite et ouverte à tous !

Si la pertinence des projections lumières et vidéo en plein air n’est plus à prouver, plus exceptionnelle est la capacité du mapping à faire vivre un monument architectural. Le faire crier, chanter, de faire battre son cœur et frétiller ses charpentes, danser ses parois, et vous avec.

Le parvis Niki de St Phalle, coeur de la Promemade des Arts à Nice, va cotoyer les étoiles.

Julien Ribot associe des rythmes aériens à des images animées au design pointilleux, les dépose délicatement sur une façade brute pour un spectacle époustouflant. La synthèse de la musique et des projections qui magnifient l’architecture et les perspectives deviennent une véritable proposition holistique.

D’effets de parallaxes en créatures colorées, on se laisse entraîner, et embarquer au-delà de nos limites, pour explorer et expérimenter ensemble une nouvelle condition d’être. Comme dans le poème d’Henri Michaux, Julien Ribot cherche à travers ses créations à élaborer un « cas de spontanéité magique » en utilisant les syntaxes mêlées de l’architecture, du mapping vidéo, du film d’animation et de la création sonore.

Le jeudi 12 octobre 2017 à partir de 19h30 jusqu'à 00h !

En entrée libre et gratuite pour tous !

Sur l'esplanade Niki de Saint Phalle (le parvis du Mamac) - Promenade des Arts - Nice

« L'art n'est-il pas l'un des seuls domaines dans lequel on peut prendre des risques sans pour autant mettre sa vie en danger ? »

Julien Ribot, signant parfois ses compositions sous le pseudonyme de Leiji Burton1, est un auteur-compositeur-interprète et illustrateur français. Son monde se situe à la lisière de la pop music, du film d’animation expérimental et de l’art contemporain, en utilisant une certaine grammaire du psychédélisme. Graphiste de formation, diplômé de l'École supérieure d'arts graphiques Penninghen en 1995, il réalise ses pochettes de disques et des couvertures de livres. Auteur-compositeur-interprète de 4 albums, Julien Ribot a également réalisé ses videoclips en animation et ses pochettes de disques. Depuis 2015, son axe de travail s’est élargi pour s’orienter vers des créations immersives de très grandes dimensions, en particulier pour les Nuits Blanches. Intégré au registre de la performance, il crée des projections où il entremêle dessins, films d’animation expérimentaux, et musique jouée en live. Il les fabrique lui-même image par image, et propose à son public des expériences qui interpellent leurs sens et leurs perceptions. Julien Ribot travaille dans une volonté de susciter un émerveillement magique auprès du public dont les sens doivent être renversés : l’oeil écoute et l’oreille voit.

Le site officiel de l'artiste

A quoi va servir le financement ?

L'évènement dans sa globalité est évalué à un budgetde 50 000€.

Un mapping vidéo sonore en plein air est évalué à 35 045€, le budget comprend la rémunération des artistes et des techniciens (8 personnes) ainsi que de l'ensemble du matériel scénique pour la projection.

La soirée se déroulant en plein air au mois d'octobre, la météo azuréenne n'est pas à l'abri d'averses. Si l'évènement ne peut se concrétiser en raison d'intempéries, tout l'argent récolté sera reversé aux ateliers d'éducation à l'image organisés par l'association et à l'ensemble du festival.

VOICI A QUOI VONT SERVIR LES 3000€

Votre soutien contribuera à :

Votre soutien contribuera à :

La rémunération des ingénieurs et de la régie : 4355€

Votre soutien contribuera à :

L’ensemble du matériel de sonorisation et de lumière : 6500€

Votre soutien contribuera à :

L’ensemble des cachets et prise en charge des artistes et techniciens (8 personnes): 14 365€

L’ensemble des dépenses du matériel scénique : 24 665€

Toute main qui crée, façonne, construit, travaille sur un projet créatif, participe pleinement à l’éveil artistique de la société. De l’importance de rémunérer les hommes et femmes de l’ombre qui agissent comme rouage essentiel dans l’offre culturelle, il nous appartient de valoriser leur travail. Derrière l’œuvre, plusieurs paires de mains habiles assurent la technicité implacable du rendu final.

4 PROJECTEURS  à 20 000 lumens

Laurent Tremeau, le directeur artistique d’Un Festival C’est Trop Court élabore ce projet depuis plusieurs années. Sa rencontre avec l’artiste fut une véritable révélation du point de vue artistique et le point de départ à la réalisation de ce projet audacieux.

« Nous avons imaginé ce projet le jeudi 12 octobre car nous pensons que la dernière nocturne du MAMAC et l'avant dernier week-end d'exposition d''à propos de Nice seraient à la fois une belle occasion de réunir différents publics sur un même lieu, mais aussi de mettre en lumière, promouvoir et relier deux lieux emblématiques (MAMAC et TNN) au coeur de la Promenade des Arts, à travers la création originale d’un artiste. »

À propos du porteur de projet

Une joyeuse bande travaille nuit et jour derrière la réalisation de ce projet ambitieux. Plus les concrétisations s’acheminent, plus l’effervescence agit.

L'association Héliotrope a été fondée en 1997 à Nice et mène depuis des actions de diffusion et de promotion du court métrage, de soutien et d’accompagnement aux auteurs, et d'éveil pédagogique au monde de l'audiovisuel à travers le festival européen du court métrage mais aussi à travers l’éducation à l’image.

Présidée par Sacha Casadamont-Duval, cinéphile passionné, l’équipe est épaulée, dirigée et encadrée par Laurent Tremeau, directeur artistique d’Un Festival C’est Trop Court et fondateur d’Héliotrope.

Suivez l'avancement du projet et retrouvez nous sur :

Facebook, Twitter

#ufctc2017