BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

L'Atlantique Nord à la rame

2700 miles nautiques, seule sur sur l'océan, du Canada à la France

Temps d’arrêt

La mauvaise température s’impose et je me pose pour un moment… C’est, je crois, tout à fait ce qui me guette sur le nord de mon océan Atlantique. La brume, le froid et la pluie se colleront à moi vers la France.

Bien à l’abri dans mon petit appartement de la rue St-Denis, j’entends les voitures passer inlassablement sous ma fenêtre. Et moi, dès les premiers signes de circulation, au petit matin, je suis déjà attablée devant ma tâche, tentant de me projeter sur l’océan, m’investissant corps et âme dans ce projet de fou. Je sens souvent que rien n’avance malgré tout. En psycho, à l’Uni, j’avais appris ce qu’était la différence juste perceptible comme étant la différence minimale d’amplitude nécessaire pour différencier deux stimuli.

Justement; je ne vois pas tellement ma progression tellement je reçois les nouvelles une à unes, goutte à goutte. Pareil pour les voitures, rue Saint-Denis, que j’entends progressivement du matin jusqu’au soir et dont le bruit s’estompe doucement avec la tombée de la nuit.

Des gens stimulants se greffent autour de moi. Je suis très heureuse de compter sur le travail de Virginie et Philipe. D’autres teammates se joignent à mon équipe. Ce soir je rencontre mon nouvel ami Éric et sa Catherine. Éric est avocat et sa douce entraîneure. Les deux désirent se joindre à moi pour soutenir mon défi sportif et mes démarches. L’apport de Catherine est clair mais celui d’Éric est aussi crucial pour l’élaboration de tous mes contrats.

J’ai aussi un nouveau commanditaire : Cintech Agroalimentaire. Ils sont géniaux!! Ils veulent prendre part au défi dans plusieurs domaines, leur offre compte énormément pour moi. Parlant de nourriture, j’ai eu un cours de germination samedi dernier chez Dyane de Passion-Santé, grace à elle, j’aurai la chance de faire des tests d’ici mon départ pour transporter plein de vitamines et minéraux dans mon petit bateau. Maintenant je mange des petites pousses de sorte de mieux ingérer des vitamines et faire le plein de carburant au cours de mes journées sans répit.

Je veux souligner tout le travail de la Marina Lennox, Chantale, Jean-François et Yves sont tellement coopératifs! Ils sont toujours disponibles et prêts à dorloter Peta comme un bébé, toujours la pour faire le petit truc de plus pour nous combler. Mon bateau retourne bientôt là bas justement, les rénovations de l’entrepôt de la Marina qui sont en cours permettront à Peta d’être au chaud tout l’hiver et de m’accueillir à bord pour dormir dans sa cabine!!!

D’autres gentilles personnes m’offrent gracieusement de l’aide comme mes amis Anne-Sophie, Catherine et Thierry, étudiants à l’UQAM.  Je pourrais vous parler de Pauline, Denis, Paul, Jennifer, Luc et ses parents mais je les garde pour une autre occasion.  

Je me rends compte à quel point mon projet est rassembleur. Il n’est plus simplement le mien. J’ai la chance de mener de front des objectifs qui se partagent et qui incitent plein de petits nucléons à venir se greffer autour de moi pour faire émerger de nouvelles possibilités, et faire naître de nouvelles avenues pour créer un océan de rêves avec moi!

Ici en bas sur la rue, rien n’a changé depuis le début de mon écriture, c’est toujours le même trafic infernal. Lorsque je ne crois pas avancer et faire du sur place encore dans mes démarches, je n’ai qu’à penser à la rue Saint-Denis, toujours pareille, pleine de voitures. Peu importe ce qui se passe dans ma barque au beau milieu de l’océan ou ici dans mon bureau rue Saint-Denis, en bas sur ma rue, il y aura toujours des gens comme moi qui avancent avec peine vers leurs destinations.