BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Nicolas Grosso

"Me Voilà"

À propos du projet

Après 20 années de projets divers, variés, formateurs, curieux, ambitieux, j'ai ressenti le besoin de faire mon propre projet. Jouer sur mon propre terrain. Avec mes textes, toutes ces musiques que j'aime et qui, selon moi, même si elles peuvent sembler éloignées, se mélangent si bien!

Il y a Django, bien-sûr mais aussi le rock'n'roll 50's (la musique d'où je viens), la chanson française et ses classiques qui est une référence à laquelle je reviens toujours, la pop 60's pour la variété et le culot de ses arrangements, la musique du sud des états unis qu'elle s'appelle "honky tonk", "swing", "hillbilly", "blues" ou "bluegrass"... Cet album me ressemble et est, à ce jour, ma plus grande fierté! Et, si chacun d'entre vous met un peu de son argent, il verra le jour, en vinyl, cd et numérique... C'est maintenant à vous de jouer!!! Love & Swing, Nicolas.

A quoi va servir le financement ?

Les fonds récoltés serviront:

Pressage Vinyle

Pressage Cd

Imprimer pochette vinyle + cd

Payer le mixage

Payer le mastering

Payer la mise en page pochette

Payer les droits de reproduction mécanique SDRM

SI L'ON DEPASSE LES 3000 EUROS:

- L'argent en plus servira à payer de la publicité afin de promouvoir l'album

- L'argent servira également à payer l'album suivant!!!

À propos du porteur de projet

Fils et petit fils d’une tribu d’origine italienne version sud, Nicolas est élevé au
biberon à six cordes...Dans cette grande famille d'ouvriers mélomanes, ses
premiers mots seront do-do, si-si, la-la puis Django, Charles Trénet, Brassens,
sétois lui aussi, qu’il aura loupé de deux ans à peine puisque ce dernier est
décédé en 1981.

Dès l’âge de six ans, années de primaire, le plus
naturellement du monde, il s’empare de la guitare de son père et fait ses
premières gammes. Ne vivant pas dans une roulotte mais dans un modeste
appartement sur les quais de la petite Venise, la famille Grosso grâce à
l’insistance du patriarche, inscrit le petit Nico au conservatoire de Sète. Il
apprend là-bas à lire et écrire la musique avant de savoir lire un livre et
découvre le jazz sous la baguette d’un maestro, Louis Martinez.

Parallèlement à cet apprentissage, la fée électricité qui lui tend les bras lui fait rencontrer un
rockeur au grand cœur, Jean Guibal, le Duke de la rue Montmorency, qui lui
ouvre les portes du rockabilly et de la country music . ..

A douze ans, années de
collège, il fait sa première scène et n’en descendra plus. Avec un répertoire de
covers, Gene Vincent, Elvis, Stray Cats, Hendrix de bar en bar, de salle en salle,
il sillonne comme les beaux vinyles, toutes les routes de France, de Suisse et
de Belgique, bref dans tous les endroits où la langue française chantée peut
l’être en anglais.

A l’âge où on décroche le permis de conduire, années de
galères, il passe sur M6 et décroche une place dans l’orchestre de Gilles
Pellegrini (Johnny Hallyday) et là comme d’autres avant lui, Francis Cabrel,
Liane Foly, Henri Salvador, Sacha Distel, il apprend à sauter d’un standard de
bossa-nova à un « dos gardenias para ti » en empruntant les passerelles d’un
big band. Opéra Garnier, Opéra Bastille, Café Social de Sète, rencontres
d’Astaffort, Nico cumule les projets, les EP, les albums et ne s’enferme dans
aucune grille, même d’accords ! Lala Power, Palinka Riders, Zazous Zélés,
Wallace, Séraphine
sont autant de projets qu’il mène de front.


Son amour des arrangements et du studio en général le poussera à collaborer
pour d'autres artistes en qualité de musicien, arrangeur ou réalisateur.
Il écrit également des musiques pour des courts ou longs métrages.


Aujourd’hui, en 2018, à 35 ans, l’âge où certains font une croix sur leur passé,
Nicolas se lance, après avoir griffonné une multitude de cahiers, dans une
carrière solo. Ses textes en français se posent sur une musique hybride ou la
pompe chère à Django s'entremêle au « picking » du sud des États Unis.
Elvis avec Django.
Charles Trenet contre Eddie Cochran.
Eddy Mitchell tutoie Duke Ellington.
Le pire c'est que cela fonctionne !
(Marc Esteve).

http://www.nicolasgrosso.com

http://www.facebook.com/nicolasgrossomusic